RSS
RSS


Forum RPG dérivé de la série Once Upon A Time
 

Partagez | .
 
 Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Mer 26 Nov - 0:11


Mon anniversaire ?

Pourquoi c'est toujours le mien

et jamais le tien ?

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

Comme la plupart du temps, l'acte de Kay fut même interprété. Alors qu'il lui tendait une petit boîte de chocolats pour satisfaire sa mère souveraine, les choses dérapèrent plus vite que prévu. Le prince n'avait pas fait attention tout de suite, trop occupé à contempler les yeux sévères de la belle Reine des Neiges, trop occupé à y voir son propre reflet dans ces miroirs profonds. Le jeune homme sursauta d'un coup lorsqu'il sentit la morsure du froid sur ses doigts. Il baissa aussitôt la tête pour les regarder et constata qu'au bout de sa main l'écrin de pralines était complètement gelé et que la glace tentait de s'attaquer à sa propre chair à présent. Cela n'était pas douloureux mais il lâcha sans plus tarder les friandises qui s'écrasèrent sur le sol pour se briser à son contact. Kay secoua alors sa main déjà toute engourdie en fusillant la fautive du regard. Il n'avait pas vraiment l'habitude qu'elle utilise son pouvoir sur lui, son fils chéri, son amant béni. Par ailleurs, le ton glacial qu'elle avait employé à son attention avait achevé de le mettre dans une posture bien ingrate. En l'espace de quelques secondes, l'enfant tant adoré se sentait tout à fait rejeté.

Elsa faisait mine de l'abandonner. C'était ça qu'il retenait de leur bref et brusque échange. Le visage du prince se durcit aussitôt tandis qu'il fronçait les sourcils et que sa mâchoire se crispait quelque peu. Il l'observa alors s'éloigner, sortir de la salle de réception avec une désinvolture et un désintérêt tel que son orgueil en fut mortellement blessé. C'est pourquoi il la laissa partir comme ça, sur ces propos cinglants prononcés avec un tel désintérêt... Kay en aurait presque eu un pincement au cœur si cela avait été possible. S'il ne s'était pas trouvé à jouer au beau milieu des champs lorsque les éclats d'un miroir maléfique n'étaient pas tombés sur la terre comme de beaux cristaux de neige et ne s'étaient pas logés en lui comme la plus perfide et la plus vile des maladies, aspirant sans fin toute chaleur dans son corps et dans son cœur.

Le prince se retrouva donc seul devant la pile de chocolats à distribuer. Il soupira devant l'ampleur de la charge. Il demanda alors qu'on lui apporta sur le champ un petit traîneau dans lequel il put alors installer l'énorme butin. Déjà agacé par tant d'agitation autour de lui, il congédia aussitôt la suite qui se proposait de l'accompagner et tira l'offrande derrière lui avec une détermination inébranlable. On lui ouvrit alors les portes du palais et il se retrouva sur la place de la capitale où les petites gens vaquaient à leurs oisives occupations. Il soupira, encore et toujours, face aux dégoûts que cette marée humaine pouvait lui inspirer. Kay aurait préféré fuir ces gens de plus en plus nombreux, ces visages surpris de croiser le regard du prince d'Arendelle, mais il se devait d'accomplir son devoir et de se plier à sa propre décision qu'il savait être plus sage que la simple fuite. Il s'arrêta au milieu de la place quelque peu essoufflé et domina les regards curieux par le sien, aussi hautain que sévère. Il avait le même regard que celui qu'Elsa venait de lui porter.

« Écoutez vous tous ! les harangua-t-il maladroitement. Moi, Kay Arendelle, prince d'Arendelle et héritier direct de sa majesté Elsa Arendelle, j'ai décidé de vous offrir du chocolat pour fêter avec vous mon anniversaire ! »

Bien que le contenu de son discours improvisé aurait largement pu être moins maladroit, sa voix portait naturellement comme s'il avait fait ça toute sa vie. Il n'avait nullement l'envie de faire la fête avec les gens du peuple et les voir approcher leurs mains avides de la pile de paquets lui donna une suée froide qui coula lentement de sa nuque au bas de ses reins. Il voyait bien ces remerciements craintifs et haineux dans les yeux de ses sujets. Ils se bousculaient déjà pour approcher leur prince et lui montrait qu'il était bien moins intéressant qu'une once ou deux de chocolat ou de cacao. Kay attrapa alors un paquet, avant qu'ils aient pu se servir par eux-même et le tendit à la première bonne vieille qui se trouvait à sa portée.

« Du calme ! Chacun son tour ! grogna-t-il. Un peu de respect tout de même ! »

Pour qui se prenaient-ils à s'attrouper sans aucune discipline autour de lui ? Tout avait été trop précipité par le départ d'Elsa... Si seulement elle ne l'avait pas laissé se débrouiller dans cette lourde de tâche. Elle n'était en réalité pas bien loin, mais le jeune homme n'avait pas remarqué la présence de sa mère et il était bien trop fier et encore vexé de son attitude pour se risquer à lui demander ouvertement son aide. Tant de gens, c'était tellement... écœurant !


© Grey WIND.

_________________




We're family...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Mer 26 Nov - 13:19


Elsa Arendelle



    En la voyant partir ainsi, le responsable du guet envoya deux soldats suivre la reine pour sa protection. Les deux hommes n'osèrent pas l'interpeller et la surveillèrent d'assez loin, plus pour couvrir ses arrières pour pour lui coller au derrière. Elsa ne s'en préoccupa pas le moins du monde, elle savait qu'ils étaient là mais choisit de les ignorer. Cela lui rappelait sa folle jeunesse – bien qu'elle paraisse toujours aussi jeune – lorsqu'elle et Anna s'échappaient de la surveillance de leurs parents et de leurs sujets pour parcourir les coins les moins connus du château et s'offrir même une petite virée à l'extérieur quelque fois. C'est un jeu qu'elles reprirent adultes, une fois que le secret d'Elsa fut enfin découvert et cessa d'être tabou.

Comme au moins trois cent jours par an à Arendelle, il neigeait. Les flocons descendaient doucement du ciel pour recouvrir les toits à peine déneigés de la citée capitale. Les yeux de la souveraine étaient grands ouverts, comme si elle découvrait sa ville pour la première fois. Elle s'arrêta un instant juste après avoir passé le grand portail de la cours du château, prenant le temps d'admirer son environnement. Les gens vaquaient tranquillement à leurs occupations et ne l'avaient donc pas encore remarqué. Elle repéra un groupe d'enfants en train de faire rouler une grosse boule de neige presque aussi grande qu'eux. Un bonhomme de neige … Même les gens du nord ne se lassaient pas d'en construire. Le sourire aux lèvres, elle s'approcha discrètement d'eux sans se faire remarquer. Ce n'est qu'au dernier moment que, d'un geste souple de la main, elle fit s'assembler ce bon vieil ami fait de neige. Les enfants s'en trouvèrent ébahis, mais seul l'un d'eux remarqua sa présence, reculant aussitôt en faisant signe à ses camarades. Elsa tenta de les rassurer d'un sourire alors qu'ils la dévisageaient. Elle sortait si peu qu'ils devaient être en train de se demander si elle était bien celle qu'ils croyaient … Ses vêtements si luxueux devaient être leur principal indice.

Calmement et tout doucement, comme elle l'aurait fait devant des créatures sauvages, elle s’accroupit devant eux pour être à leur hauteur, se disant qu'elle serait sans doute moins impressionnante comme ça.

— N'ayez crainte. Je suis Elsa, je ne vous veux pas de mal. Les enfants restèrent muets, l'observant avec de grands yeux ronds sans bouger. Elle ramena alors les boites de chocolats qu'elle avait emporté devant elle pour les mettre en évidence. Aujourd'hui est un jour spécial, vous savez pourquoi ?

Les enfants semblaient à la fois si admiratifs et craintifs qu'elle se demanda un instant s'ils l'avaient écouté. Après quelques secondes de flottement, ils s'échangèrent quelques regards avant de poser les yeux sur elle à nouveau.

— Pourquoi ? Demanda l'un d'eux, donnant sa langue au chat.
— Tu es bêtes ! Fit une petite fille en lui donnant un coup de coude. Maman a dis ce matin que c'était l'anniversaire du prince !
— C'est bien ça. Sourit Elsa. Et le prince a décidé qu'il partagerait ses cadeaux avec tous les gens de la ville … C'est pourquoi … Elle leur tendit une boite. Je vous apporte ça. C'est pour vous, de la part du Prince Kay.

Les enfants se regardèrent avec hébétude avant que l'un d'eux ne s'approche finalement pour s'emparer de la boite avec prudence. Il s'inclina alors légèrement pour la saluer avec respect et elle répondit avec un large sourire. C'est alors qu'un peu plus loin, Kay fit son arrivé. Elle resta de son côté pour l'observer avec beaucoup d'amusement, un amusement un peu mesquin puisqu'elle riait de sa maladresse et de la panique qu'elle sentait déjà palpable d'ici. C'était une douce vengeance bien mesquine, mais d'autant plus exquise …

Les enfants semblèrent eux aussi remarquer le prince, qui, tout comme Elsa, les impressionnait autant qu'il les émerveillait. La petite fille du groupe demanda humblement à la reine de remercier le prince de leur part, ce qui accentua le sourire d'Elsa. Un sourire qui cachait un plan bien machiavélique.

— Voudrais-tu le remercier en personne ?

Sans même attendre de réponse, elle lui tendit la main. La petite fille hésita avant de la prendre avec précaution et elle sembla presque surprise de ne pas geler instantanément. Elsa approcha de l’attroupement qui s'était formé autour de Kay et les gardes qui veillait sur elle approchèrent pour signaler sa présence au bas peuple et les intimer de reculer. Une allée se dégagea devant elle et elle conduisit la petite fille juste devant son prince, lui adressant un sourire provocant.

— Cette petite fille voudrait te remercier en personne pour ta générosité digne du Santa Klaus.

Avec de la chance – ou pas, au contraire – le prince d'Arendelle serait renommé Santa Kay. Cela sonnait plutôt bien, non ? La petite s'approcha du prince maudit et lui fit une élégante révérence en prenant les pans de sa robe, tentant d'imiter les bonnes manières des nobles.

— Merci beaucoup pour les chocolats, Prince Kay. Vous êtes très gentil … et très beau. Elle sorti un petit papier de la poche de son tablier pour le tendre au prince, c'était apparemment un dessin de Kay. Joyeux anniversaire. Nous avons tous fait des dessins que nous devions affiché sur le tableau de la grande place, mais il n'y avait plus de place pour le mien.

Cette adorable déclaration lui aurait valut la peine de mort – ou au mieux, l'exile – si elle était un peu plus vieille, mais en l’occurrence, cela arracha un rire léger et sincère à la reine habituellement si jalouse.









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Mer 26 Nov - 14:44


Mon anniversaire ?

Pourquoi c'est toujours le mien

et jamais le tien ?

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

La foule continuait d'affluer en masse vers le prince et ses nombreux présents. Kay ne pouvait s'empêcher de se sentir oppressé, agressé par l'arrivée d'autant de personnes d'un coup. Il avait beau relativiser, ces gens lui donnaient la nausée. Ils puaient. L'odeur âcre de leur transpiration retenue par les épaisses fourrures qu'ils portaient pour tenter de se protéger du froid lui piquait les narines. Leur visage n'égalait en rien la majesté de sa chère Elsa et avoir à les regarder le renvoyer à sa propre médiocrité. Sans qu'ils ne lui eussent fait le moindre mal, il les désapprouvait déjà, il les détestait parfaitement. La situation le dépassait complètement et ce n'était malheureusement que le début.

« Assez ! Reculez ! pesta-t-il après quelques petits enfants qui se pressaient trop près du chariot au risque de le renverser et de détruire le semblant d'ordre et d'organisation qui régnait encore dans le fiasco de cette distribution. Calmez-vous ou je vous fais pendre ! »

Il ne savait pas exactement à qui il adressait ces menaces en l'air. L'attroupement formait pour lui une masse puante et indistincte de laquelle n'émergeait aucune individualité propre. Or, emmener à la potence une foule entière n'était matériellement pas envisageable. La morale l'interdisait, peut-être, aussi. Kay lui-même n'était pas plus convaincu de l'impact de ses propos sur la populace qu'il avait sous les yeux.

Pourtant le calme arriva sans que le prince ne comprit vraiment pourquoi. Il croisa les bras, un sourire ravit, face à ce qu'il prenait comme une marque de respect et d'obéissance de la part de ces citadins, comme un signe du caractère incontestable de son autorité. Il déchanta rapidement... La nouvelle discipline n'était due qu'à la présence de deux gardes pressant ces braves gens à laisser une allée ouverte à la Reine qui s'avançait vers son fils dans son beau manteau de fourrure blanche. Il n'y avait qu'à Elsa qu'Arendelle obéissait...

Kay détailla alors la souveraine avec beaucoup de suspicion. Pourquoi une petite fille marchait au-devant d'elle et se dirigeait dangereusement vers lui ? C'était inconvenant... Lorsque sa mère prit la parole, il dut prendre sur lui pour ne pas lui rétorquer de se taire et s'attirer les foules de tout le royaume. Elsa se permettait en effet de comparer son fils à ce vieux fou de Santa Klaus ce qui était particulièrement vexant dans un sens, le prince ne souhaitant surtout pas s'illustrer pour sa gentillesse auprès des enfants ou ses talents en matière de menuiserie. Il la foudroyait littéralement du regard, comme s'il lui demandait de ne surtout pas sortir un surnom ridicule qui entacherait tout à fait la dignité de son nom.

La petite fille de son côté continuait de s'approcher dangereusement du garçon au cœur de glace qui l'aurait assurément toisé avec un grand mépris dans les yeux s'ils n'étaient pas déjà occupés à bouder la souveraine. L'enfant n'arrêta donc pas sa marche triomphale et, lorsque Kay baissa enfin les yeux vers le sol, il était déjà trop tard ; elle était déjà à ses pieds et lui tendait un dessin aussi d'une qualité pire que médiocre et qui était sensé le représenter. Il ne le prendrait pas ce bout de papier. Il la fusilla du regard, un air sévère sur le visage, le rouge lui montant presque aux joues. Bien que partiellement insensible, il trouvait que se faire complimenter par une gamine de huit ans avait quelque chose de.. dérangeant. Il la dévisagea. Il était sûr qu'elle avait de la morve plein les narines et que ses mains avaient traînés dans la boue avant. Si ses yeux avaient pu décocher une flèche chacun, elle ne serait plus de ce monde...

Le rire d'Elsa le sortit de sa réprimande muette. Le prince sursauta et focalisa à nouveau son attention vers la Reine des neiges sans cacher son mécontentement. La fillette, pensant bien faire, en profita alors pour enrouler ses bras autour de sa taille. Kay grimaça aussitôt et regarda autour de lui d'un air affolé, comme si on venait de l'éclabousser avec de la merde de cheval.

« Tu as cinq secondes pour te décoller de là, dit-il en grinçant des dents. »

Tout le monde le regardait. Il était ridicule, mais s'il violentait l'enfant comme il l'aurait fait avec n'importe quel domestique, il serait encore plus impopulaire qu'à l'heure actuelle. Dans tous les cas, il perdait et Elsa triomphait. Il lança un dernier regard, encore plus fougueux que le précédent en direction de sa mère, comme une ultime menace. Il inspira profondément, attrapa alors la petite fille et la souleva pour la poser délicatement sur un tas de neige et l'éloigner ainsi de lui.

« M...erci.. Va jouer maintenant..., soupira-t-il avec moins de brutalité. »

Elle avait saisi cette occasion pour glisser le dessin dans sa poche.


© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Mer 26 Nov - 17:43


Elsa Arendelle



    Était-elle allée trop loin ? Non, ce n'était que justice pour avoir contrariée la reine des neiges, bien que, du fait qu'elle n'ait pas été très claire, cela risquerait de ne pas avoir mené à grand chose … Et elle disait qu'elle n'était pas puérile ? Comment qualifier le fait de ne pas parler de ses sentiments et de ce qui la blesse pour préférer une vengeance aussi fourbe que celle-ci ? C'était de la fierté, voilà tout. Mais je vous le concède, c'est bien puérile que d'être affublée d'une telle fichue fierté ! Il faut dire que si elle commençait à chouiner à chaque fois que Kay manquait d'égard, elle n'avait pas finit de le faire soupirer.

Elle observait donc cette petite fille si affectueuse présenter gauchement ses hommages au prince si froid. D'un autre côté, elle était contente qu'il se montre aussi répulsif, car s'il l'avait pris affectueusement dans ses bras, il est fort probable que notre bonne et généreuse souveraine d'Arendelle ne soit tout de même tombée jalouse. Allez savoir pourquoi elle l'était d'ailleurs, quel que soit le sexe, l'âge ou le physique de la personne, Kay se comportait ainsi avec tout le monde … tout le monde sauf elle. Au fond, peut-être était-elle simplement frustrée de se souvenir que cela n'était due qu'à une malédiction. Peut-être qu'au fond, elle voulait le voir guérir pour qu'il lui prouve que même sans cela, il trouverait toujours les autres laids et insignifiants à côté d'elle. Peut-être que c'était pour ça, qu'Elsa était si jalouse … pour ça et parce qu'elle ne supportait tout simplement pas que l'on convoite son fils.

Un peu rustre au début, Kay se débarrassa finalement de la fillette en douceur, non sans maladresse. La petite repartit sans demander son reste, bien contente d'avoir eu le privilège d'aborder la reine et le prince d'aussi près. Elle échangea un regard appuyé avec son prince, haussant légèrement un sourcils en lui lançant un regard provoquant qui pouvait la rendre diablement désirable. Un petit ''je t'ai bien eu, ça t'apprendra'' put se lire dans ses yeux de glace avant qu'elle ne lève doucement la main. De petites colonnes de glace sortirent doucement de terre, formant deux allées vers la cargaison de chocolat.

— Ceux qui n'ont pas encore eu leurs chocolats, faite la queue je vous prie.

Forcément, quand on a des pouvoirs et qu'on en fait manifestation, c'est beaucoup plus facile de se faire respecter. Elsa alla se placer devant l'une des allées, laissant Kay se charger de l'autre. Des gardes arrivèrent en renfort pour essayer de mettre un peu d'ordre dans tout ça et veiller à ce qu'il n'y ait ni débordement, ni fraudeur.

A mesure de la distribution, on pouvait voir se manifester un phénomène intéressant, mais pas très surprenant. Une majorité de femmes se trouvaient dans la file menant jusqu'à Kay, alors que la file qui menait à Elsa était composée en grande majorité d'une population masculine. La reine gardait le sourire, ce petit événement parfaitement improvisé lui changeait les idées … Procédant ainsi et à deux, le stock fut bien vite écoulée. Emballée par l'ambiance qui régnait, Elsa s'était un instant attardée à faire démonstration de ses pouvoirs à quelques enfants curieux et téméraires. Cependant, derrière une certaine fascination, la peur était palpable dans leurs yeux. Ils prenaient peur et reculaient vivement chaque fois que la magie d'Elsa les frôlait de trop près, ou qu'elle même les approchait un peu trop. Devant cette constatation, elle reporta son attention sur son petit prince. Ce petit prince qui n'avait pas hésité à abandonner tout pour la rejoindre elle … rien qu'elle. Son regard se fit tendre en le regardant, puis elle baissa doucement les yeux, comme traversée par un voile de tristesse. Tout ça lui apportait de bien sombres pensées …

— Tu t'es bien débrouillé. Confia-t-elle doucement à son fils en revenant vers lui. Tu auras le temps de réfléchir à une autre organisation d'ici l'année prochaine, mais tu as fais tes preuves en situation d'urgence.

Comme si elle avait fait ça pour le tester … Non, non, ça avait vraiment été sur un coup de tête ! Elle observa un instant son prince qui devait être bien contrarié puis elle releva doucement le menton. Cela lui rappelait qu'il désirait sans doute plus encore aller se balader … sans elle. Peut-être qu'elle devrait partir en ballade tout de même de son côté. Prendre un attelage de loups et se faire une promenade d'une heure ou deux. Elle ne partirait pas à la sauvage cette fois, elle prendrait le temps de prévenir ses sujets.

— J'imagine que tu as très envie de t'isoler maintenant. Dit-elle avec une certaine tristesse. Tu peux y aller si tu veux … C'est ton anniversaire après tout.

Elle lui adressa un sourire triste. Comment un sourire pouvait-il être triste, me direz-vous ? C'est quelque chose don seule Elsa semblait avoir le secret. Doucement, elle se détourna pour se placer aux côtés de son prince bien aimé et reprendre le chemin du château qui se dressait fièrement devant eux.









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Mer 26 Nov - 21:57


Mon anniversaire ?

Pourquoi c'est toujours le mien

et jamais le tien ?

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

Dire que Kay détestait les enfants étaient bien une maigre affaire. En observant sa mère tous les jours, en se regardant chaque matin dans une grande glace, il avait compris qu'il n'en était plus un, ce que pourrait peut-être un jour lui reprocher sa bienfaitrice. Il n'était pas encore très à l'aise avec ce corps d'homme qui avait changé tellement vite. En l'espace de quelques années, il avait l'impression de s'être métamorphosé. En voyant cette petite fille, des souvenirs revenait au prince. Il passa sa main sur sa joue et sentit que le duvet qui la recouvrait continuait de s'épaissir. Les souvenirs continuaient d'affluer alors qu'il repousser avec douceur l'enfant... Quelle surprise il avait eu en découvrant des poils naître sur des parties de son corps qu'il n'aurait, dans sa naïveté, jamais supposées pouvoir en être pourvues. Le jeune homme se souvenait très bien comment, la première fois qu'il avait fait cet implacable constat, il en était arrivait à la conclusion la plus évidente à ses yeux. L'adolescent en pleine maturation croyait, à cette époque, qu'il était en train de se changer lentement en chien-loup à force d'être trop longtemps en leur compagnie. Il était alors entré tout paniqué chez sa mère pour le lui dire. Elsa avait ri et il s'était tu, penaud, le sexe pendant entre ses jambes. Quelques mois plus tard, alors qu'il prenait un bain, il avait ressenti une étrange chaleur au niveau du ventre qu'il n'avait jamais ressenti jusqu'alors. Il avait passé sa main sur son entrejambe pour en palper l'étrange dureté... La chaleur... Toujours cette chaleur... Des images vives de la seule chose qu'il trouvait jolie en ce monde lui étaient venues, insidieuses, alors qu'il découvrait le plaisir propre au monde des adultes. Alors que sa main lui offrait un réconfort aussi nouveau que mécanique, il ne cessait de voir, si belle, si parfaite, sa chère mère... Et c'est entre les cuisses de cette noble Reine qu'il avait découvert une nuit qu'il ne se changeait pas du tout en loup mais qu'il devenait quelque chose de bien plus terrible. Il devenait un homme.

Alors que ces étranges souvenirs étaient remontés à la surface de la zone consciente de son esprit, il avait décroché son regard de celui d'Elsa encore occupée à la narguer, pour suivre calmement le départ de la fillette qui s'éloignait l'air ravi. Ce n'est que lorsque la Reine prit à nouveau la parole et que des stalagmites émergèrent du sol pour former deux chemins menant à la réserve de chocolats que Kay, sursautant, regarda furtivement en direction de la belle souveraine. Il se rappelait ces nuits à ses côtés à poser ses mains maladroites sur les hanches de la jeune femme avant de laisser son corps pleinement épouser le sien et de n'aimer qu'elle, au point de réitérer l'expérience plusieurs fois sous le regard complice de la lune et des étoiles. Se remémorer ce genre de moments lui donnait furieusement envie de contourner les colonnes de glace pour la prendre dans ses bras et la presser tout contre lui et de retrouver cette chaleur en se fondant en elle sans plus tarder.

Pourtant, ce n'était pas ainsi que le prince entendait procéder. Il en voulait encore terriblement à la dirigeante d'Arendelle. Il ne lui voulait aucun mal, il l'aimait toujours au temps mais il était entré dans une humeur boudeuse qu'on tous les garçons envers leur chère maman. Kay se détourna alors totalement de la Reine, bien décidé à obéir à ses consignes. Il attendit au bout de sa file pour remettre les présents à la populace de manière mécanique, se forçant malgré tout à sourire pour paraître aimable à la population.

Au début, quelques vieillards venaient chercher leur ration en grommelant, attitude qui semblait propre à la vieillesse dans ce pays. La file du prince n'était, pour ainsi dire, que bien maigre, par rapport à celle que devait gérer la Reine, comme si ces braves gens préféraient se retrouver en compagnie de leur souveraine plutôt qu'en celle de son héritier direct. Mais, peu à peu, le peuple finit par prendre davantage de courage. La queue de Kay se fit d'une longueur plus acceptable et les visages qu'il avait en face de lui paraissaient d'un coup moins laids. Il y avait beaucoup de demoiselles, à en donner le tournis, mais le prince prit son courage à deux mains et poursuivit la distribution, en prenant bien soin de détailler chaque demoiselle qui s'offrait à son regard inquisiteur. Il se prit même au jeu de leur dire quelques mots gentils, hypocrites, mais gentils pour contempler la jolie couleur rose que prenait leurs joues lorsqu'il leur parlait avec douceur. « Vous avez là de bien jolies nattes.. » disait-il parfois innocemment, pensant paraître agréable. L'activité fut moins éreintante qu'il ne l'avait craint au premier abord, mais il était ravi d'en avoir finir.

Une fois l'affaire conclue, les pics retournèrent sagement dans la neige et le jeune homme put retrouver sa mère en perdant le charmant sourire qu'il avait adressé aux demoiselles qui avaient pris la peine de lui souhaiter un bon anniversaire pour retrouver son visage froid habituel. Il marcha à ses côtés sans rien dire, l'écoutant parler d'un air distrait, les images des corps féminins qu'il avait vus vêtus et imaginait nus se pressant dans son esprit, pression qu'il ressentait bizarrement entre ses jambes.

« J'imagine que tu as très envie de t'isoler maintenant, fit Elsa, rompant le silence malsain dans lequel se trouvait son enfant. Tu peux y aller si tu veux... C'est ton anniversaire après tout. »

Le prince sursauta en regardant, l'air décontenancé, sa chère mère. Lui conseillait-elle vraiment d'aller s'isoler dans sa chambre pour soulager le trop plein de fluide que ses pensées corrompues pressaient contre le tissu souple de sa culotte ? Même s'il avait un tempérament insensible, Kay détourna le regard, gêné, comme la première fois où elle l'avait surpris la main dans son pantalon et qu'elle s'en était alarmée. Il n'attendait pas son anniversaire pour s'accorder ce genre de plaisir solitaire après tout !

« Ce n'est pas ce que vous croyez, votre Majesté, répondit-il sèchement. Je sais encore me tenir ! »

Grandir ne l'empêchait pas de rester aussi maladroit et ignorant sur bien des choses.


© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Jeu 27 Nov - 11:15


Elsa Arendelle



    Fort heureusement pour tout le monde, Elsa était à des lieux d'imaginer les pensées lubriques de son cher petite prince. La distribution des chocolats l'avait bien trop occupé de son côté pour qu'elle n'ait le temps de faire attention aux sourires et aux compliments que Kay offrit à toutes ces jeunes femmes de basse condition. La belle souveraine avait beau savoir que son prince n'avait d'yeux que pour elle – car il n'en avait pas vraiment le choix – elle se montrait particulièrement hostile à l'égard de la gente féminine. Savoir ne suffisait pas, car son imagination et sa crainte démesurée faisait tout le travail, la rendant maladivement jalouse et susceptible. A chaque fois qu'une femme se présentait à lui, elle l'observait fixement et même lorsqu'il restait lui-même et qu'il ne faisait donc pas le moindre effort pour sourire ou mimer un semblant d'intérêt, elle ne pouvait s'empêcher de se demander si une partie de lui, son inconscient non-maudit … ne pourrait pas y voir un certain intérêt. Le pire de tout pour elle serait qu'il pause un jour son regard maudit sur une autre et qu'il la trouve belle malgré tout. Elsa n'avait rien d'autre que lui et ne voulait rien d'autre que lui … Le perdre serait une souffrance intolérable.

C'est ainsi que, déambulant à ses côtés, elle trouva naïvement du réconfort dans sa réponse qui n'était pourtant pas ce qu'elle croyait. Heureux sont les imbéciles et les ignorants, dit l'adage et c'était bien vrai. Cette fière pudeur exprimée par le prince, la reine l'accueillit avec soulagement et trouva un grand réconfort dans l'idée qu'il ne la rejetait pas malgré le bain de foule. Il ne voulait plus partir en ballade sans elle, il ne voulait plus s'éloigner d'elle … C'est ce qu'elle s'imaginait et cela eut au moins le mérite de lui rendre le sourire.

— Oh, très bien … Dit-elle d'une voix douce, avec une pointe de satisfaction.

Considérant les méfaits pardonnés et comme ils étaient entrés dans la cours du château, loin des regards de la populace, elle vint délicatement entrelacer ses doigts aux siens, posant son autre main contre le bras de son prince à l'allure si distinguée. Elle laissa son regard vagabonder sur ce joli visage qui s'affirmait avec l'âge. Elle s'émerveillait de voir ses traits se durcir de jour en jour pour faire de lui un homme fait. Le physique gracieux et le regard noble, Kay avait tout pour être son fils biologique, si ce n'est ses cheveux de jais – mais il faut dire aussi qu'Elsa était la seule blonde de sa lignée ou presque. Et comme chaque fois que son regard se posait sur lui, il sembla s'adoucir. La glace mordante de ses yeux n'était plus qu'une eau douce et limpide.

— … Je vais me joindre à toi dans ce cas. Ajouta-t-elle innocemment.

Elle avait fait l'effort de lui proposer de partir en ballade seul, mais c'était bien sûr une offre qui demandait à être refusée. En générale, Kay ne comprenait pas vraiment la subtilité de ces fausses invitations et il les acceptait gauchement … Cette fois, elle se demandait naïvement s'il prenait sur lui par égard pour elle ou s'il avait vraiment envie de rester ici à ses côtés. Ou peut-être était-il simplement trop las pour sortir crapahuter dans la neige et le froid. Peu importe les raisons, cela lui convenait parfaitement.

Autour d'eux, le personnel était en train de s'agiter. La petite escapade improvisée du couple royal s'était passée si vite que la plupart des serviteurs n'en n'auront que vaguement entendu parler sans vraiment y croire. Les soldats s'efforçaient de remettre un peu d'ordre sur la grande place, louant le ciel qu'il n'y ait pas eu de débordement. C'était l’avantage des événements imprévus, aucune âme malveillante n'avait le temps de préméditer quoi que ce soit. A présent que tout était fini, Elsa, au bras de son prince, se dirigeait tranquillement vers la grande porte du château, bien qu'elle n'ait pas vraiment encore idée de leur destination exact. Tout dépendrait de l'humeur de son prince, de ce qu'il aurait envie de faire. Cependant, l’événement du déjeuner ne lui était toujours pas sorti de la tête. Lorsqu'elle aurait le nom du poète de misère qui avait eu le malheur de faire parvenir ces mots dégradants à son prince … Elle se ferait un plaisir de le détruire. Mais pas trop vite. La vengeance est un plat qui se mange froid, et même congelé pour la reine des neiges.









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Jeu 27 Nov - 23:44


Mon anniversaire ?

Pourquoi c'est toujours le mien

et jamais le tien ?

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

Les quiproquos auxquels pouvait être sujet le prince lui valait bien des rires sur son passage, lorsqu'il avait le dos tourné. Il n'était pas encore conscient du charme qu'il pourrait exercer sur son entourage s'il se donnait la peine de plaire. Il ne serait bien sûr jamais respecté comme digne héritier du trône d'Arendelle, mais à défaut d'être reconnu et apprécié, il pourrait se faire désiré. Kay avait donc sobrement salué les demoiselles d'un geste de la main, son visage sévère habituel, avant de rejoindre sa mère pour retourner au château. La distribution l'avait exténué.

Fort heureusement, Elsa ne se vexa nullement de son refus. Il n'était pas un animal sauvage après tout et savait se tenir en société. Il avait fini par comprendre plutôt facilement qu'il était mal vu de glisser la main dans son pantalon lorsqu'on n'était pas seul. Il laissa la Reine lui prendre la main et croiser ses doigts avec les siens comme le feraient deux amoureux. Elle se pendit à son bras pour poursuivre leur modeste et galante promenade jusqu'aux portes du palais. Bien que Kay lui en voulait encore pour le mauvais tour qu'elle lui avait joué, tout semblait s'arranger entre eux, comme chaque fois.

« … Je vais me joindre à toi dans ce cas, déclara-t-elle d'une voix fort douce qui ne manqua pas de mettre mal à l'aise le jeune homme. »

De douceur à suavité, il n'y avait en effet qu'un pas et dans l'esprit du prince, la frontière de la décence était largement franchie. Son se raidit aussitôt, sa mâchoire aussi crispée qu'elle pouvait l'être lorsqu'il était contrarié et alors qu'il ravalait sa salive, il ne put s'empêcher de jeter un œil froid et suspicieux sur la noble souveraine. Il n'était pas dans ses habitudes de la voir aussi indécente et se rabaisser à ce genre de proposition plus foisonnante dans la bouche fardée d'une fille de petite vertu qu'entre les lèvres tendres d'une femme respectable.

« Il ne me plaît pas à moi, trancha-t-il en continuant d'avancer en sa compagnie, tentant, par la même occasion de sauver les belles apparences. »

Comme à son habitude, le garçon ne s'appesantit nullement en vaines explications. Il refusait parce qu'il en mourrait justement d'envie, ce que son fier ego ne pouvait tolérer. Être désiré comme un vulgaire bout de viande, un fils de rien ne lui convenait guère. Il y avait après tout d'autres affaires bien plus importantes comme la recherche des traîtres envers la couronne et le trône d'Arendelle qui, par leurs vers inspirés, osaient commettre un crime de lèse-majesté à son encontre.

« Ne faudrait-il pas traquer nos ennemis ?, ajouta-t-il alors que la grande entrée du palais leur faisait face. Ce n'est qu'affaire d'une petite heure. »

La simple idée que le petit page frissonnait dans sa cellule à cause du froid et de la terreur que pouvait lui susciter son entrevue prochaine avec le prince, amusait Kay au plus haut point. Comme il avait raison de trembler devant son altesse en colère ! Comme il allait s'amuser à lui extorquer le moindre aveu, authentique ou non ! Il le presserait jusqu'au bout pour recueillir le flot de toutes ses confidences et de tous ses aveux, comme on écraserait les grains de raisin pour en faire du bon vin. Et quelle ivresse !

« Tu auras un coupable à punir, conclut-il sobrement. »

Le jeune homme avait surtout l'art de contourner le sujet brûlant que tentait d'aborder Elsa avec lui. Il ne comptait pas la baiser tout de suite. Une reine, ça ne se prenait pas n'importe comment, n'importe où quand même ! Il lui sourit pour la rassurer et pour la presser à accéder à sa requête. L'interrogatoire lui permettrait de chasser toutes ces pensées libidineuses... Ah quelle douce Elsa ! Il ne se lâcherait jamais de la fraîcheur de sa peau et de la chaleur qu'elle faisait naître dans son cœur et qui se pressait dans tout son corps comme le plus doux des poisons.


© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Ven 28 Nov - 14:55


Elsa Arendelle



    Si la réponse de son fils bien aimé la vexa au plus haut point – une fois de plus –  sans doute cela aurait-il était bien pire si elle avait sût la nature réelle de son refus. En fait, elle ne comprenait pas vraiment ce qu'il voulait faire, là. Il ne voulait pas s'isoler mais il ne voulait pas d'elle. Attendez … Est-ce qu'il avait envie de voir d'autres gens qu'elle ? C'est ça ? Une haine terrible commençait à montrer silencieusement en elle, alors que la belle et délicate souveraine projetait déjà de tuer ces fameuses personnes avec qui Kay désirait passer son temps, plutôt qu'avec elle ! Il n'avait pas le droit préférer passer du temps avec quelqu'un d'autre. Qu'il parte en chasse pour se retrouver seul avec lui-même et les créatures sauvages pour communier avec la nature ou elle ne savait trop quoi, passait encore, mais là, on parlait d'autres personnes ! Quelle personne en ce monde pourrait bien être de meilleure compagnie que sa majesté des glaces ? Et puis c'était quoi ces façons de rabrouer sa reine comme une mal propre ? Il mériterait qu'elle lui gel les orteils. D'ailleurs l'air de rien, du givre s'était formé sous leurs pieds. Si la glace sous les pieds d'Elsa était si froide qu'elle adhérait, celle qui se formait sous les pas de Kay était bien glissante, si bien qu'il en dérapa légèrement, discrètement, avant de reprendre contenance. Kay avait l'habitude d'adapter ses pas à la glace, il faut dire qu'il avait grandit dessus.

Malgré cet odieux rejet, le prince continuait de marcher avec la belle souveraine au bras, l'air de rien. Cette dernière allait justement se retirer sèchement quand son prince engagea de nouveau la conversation, faisant allusion à ce traître qui lui occupait justement l'esprit. C'est à ce moment qu'Elsa se retrouva définitivement perdue dans les propos de Kay. Il ne lui plaisait pas qu'elle se tienne en sa compagnie et maintenant il parlait de ''leurs ennemis'', impliquant de les démasquer ensemble. Kay était un garçon difficile à comprendre, sa malédiction le rendait un peu spéciale … mais jamais à ce point ! Il l'avait habitué à plus de cohérence dans ses propos. Est-ce qu'il se moquait ? Se vengeait ? Voulait-il lui faire tourner la tête ? Une reine ne saurait supporter un tel affront plus longtemps.

Agacée de ne pas comprendre le raisonnement de son fils, Elsa se stoppa net après avoir franchi l'entrée du château. Elle fit face à son petit prince maintenant plus grand qu'elle et à planta son regard de glace dans le sien. Intransigeante, ses jolis yeux clairs étaient vifs et tranchant, comme sur le point de le transformer en statue de glace. Elle cherchait les intentions de son fils au fond de son regard maudit, sans trouver ni trace de moquerie ou de mesquinerie. Kay avait toujours le regard franc.

— Très bien, dit-elle sèchement, va, puisqu'il ne te plaît pas de rester à mes côtés. Puisque la compagnie d'un félon de bas étage te semble plus agréable, eut-elle envie d'ajouter.

Si elle mourrait d'impatience de connaître l'identité du maître du félon qui gelait actuellement dans les geôles, l'idée de se rendre ici bas ne l'enchantait guère, de toute façon. Un personnage aussi pure et délicat qu'Elsa faisant bien tâche dans un décore aussi sombre, lugubre et sale que celui des prisons. De plus, si Elsa ne rechignait pas forcément à tuer de sang froid, elle n'était pas pour les effusion d’hémoglobine. Sa majesté ôtait toujours la vie de façon propre. La glace ne faisait pas couler de sang … or, si c'est son petit prince qui menait l'interrogatoire, cela risquait de ne pas être très propre, autant s'évider la vue d'une telle laideur.

Relevant dignement le menton, la belle se détourna froidement. Elle laissa sa cape de fourrure blanche à une servante et passa simplement son chemin. Contrarier Elsa une fois était déjà plutôt inquiétant, mais réitérer la chose alors qu'elle revenait tout juste vers vous n'était vraiment pas malin … ou tout bonnement inconscient, dans le cas de Kay, qui n'imaginait pas ce qu'il venait de faire. Comme elle était effectivement très contrariée, la reine préférait s'isoler maintenant plutôt que de risquer de s'emporter et de faire une scène que tout le monde regrettera. Cela lui permettrait aussi de réfléchir à une vengeance digne de ce nom sans se laisser avoir par la précipitation. Les vengeances précipitées étaient toujours bêtes et méchantes et ne procuraient généralement que peu de satisfaction ou de soulagement.  









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Sam 6 Déc - 20:23


Mon anniversaire ?

Pourquoi c'est toujours le mien

et jamais le tien ?

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

Tout allait de travers en cette belle journée enneigée. Kay avait bien dormi, mais on l'avait levé bien trop tôt à son goût. Sa mère avait tenu fermement à ce qu'il ne gaspillât aucune des précieuses minutes de cette journée si particulière. C'était son anniversaire après tout... Puis, il y avait eu ce petit pamphlet pour le critiquer, juste avant de passer à table. Il avait aussi eu de somptueux cadeaux et une montagne de chocolats qu'il s'était empressé de redistribuer auprès du petit peuple pour en être mieux estimé et préserver son système digestif. Il était peu commode pour un prince de souffrir de crampes d'estomac... Tout n'allait pas si mal finalement. Il avait même eu l'autorisation d'Elsa de questionner le page responsable du sonnet qui avait entaché l'honneur de la famille royale. Pourtant, il avait l'impression que l'humeur de sa chère majesté s'était peu à peu gâté alors que le soleil commençait à décliner à l'horizon.

Kay avait laissé la Reine des Neiges le quitter subitement alors qu'ils approchaient des grandes portes du palais. Elle avait l'air de vouloir se retrouver seule. Bien entendu, le prince pouvait comprendre ce besoin mais il n'avait pu s'empêcher d'essayer de la retenir. Il tendit le bras vers elle, voulut presser le pas pour la rejoindre, mais le givre sous ses pieds manqua de le faire tomber et après deux autres tentatives, il jugea plus opportun de sauver l'honneur en marchant avec précaution. Le temps qu'il gravisse les marches , Elsa lui avait déjà échappé et la neige tombait à flot dehors comme si une tempête se préparait.

Le prince secoua son manteau et ses bottes avant de poursuivre son chemin dans le grand corridor du château. Au bout du vestibule, il tourna à droite pour s'engouffrer dans un autre couloir tout aussi long. Après quelques détours, il s'engouffra dans un escalier poussiéreux qu'il descendit alors sans précipitation. Les gardes sur son chemin le laissaient passer, s'inclinant avec un air de respect et de crainte. En règle générale, il n'avait pas le droit de s'aventurer où il le souhaitait, malgré les menaces qu'il devait proférer, mais les consignes de la reine d'Arendelle avaient été on ne peut plus claires, le prince pouvait disposer du prisonnier comme il l'entendait. Les cachots se trouvaient à présent devant lui, aussi poussiéreux et accueillants qu'on pourrait en attendre des appartements où on installait les traîtres de la couronne. Kay ne savait pas exactement où on avait conduit le jeune page qui avait recopié le pamphlet à son attention. Il avait pour ainsi dire une chance sur deux : soit il se trouvait dans les cachots comme il l'espérait, soit il devrait refaire tout le chemin en sens inverse et monter jusqu'au donjon...

Le jeune homme s'avança donc en guettant chaque cellule à la faible lueur d'une lanterne qu'il tendait fermement devant lui. Dans la deuxième geôle, il pouvait distinguer, derrière les barreaux, la silhouette fluette du petit page qu'il avait eu le temps de mémoriser. Par acquis de conscience, il lui demanda néanmoins de s'approcher d'un ton glacial. Le prisonnier n'attendit pas et s'approcha de son geôlier. Kay leva alors sa lanterne en direction du visage dont il put distinguer et reconnaître les traits. C'était bien le criminel qu'ils avaient appréhendé en début d'après-midi, sa mère et lui. Le prince s'assit en face de la cellule et le fixa avec un air rempli de satisfaction. Il attendit bien cinq bonnes minutes avant de prendre la parole, le temps de laisser son interlocuteur sombrer dans une certaine angoisse. Il n'était jamais très agréable d'avoir à supporter le regard froid de l'héritier d'Arendelle. Kay se mit donc à parler, avec lenteur, tandis que le serviteur n'osait souffler un seul mot. Un garde se tenait à côté et semblait surveiller timidement l'entretien...

« Qu'avons nous là ? murmura-t-il, un sourire mauvais sur le visage. Pas grand chose en dehors de la merde qui a osé gâcher mon repas d'anniversaire... Je pourrais te faire tuer pour ça et tu le sais... Je pourrais aussi t'épargner parce que tu es trop bête pour avoir inventé ce petit poème, n'est-ce pas ? Seulement, il faudrait que tu me donnes le nom du véritable coupable. Un nom contre ta vie. C'est un marché honnête, tu ne trouves pas ? »

Le garçon acquiesça, tout tremblant. Le sourire du prince s'élargit alors qu'il penchait la tête, prêt à entendre l'aveu comme s'il s'agissait d'une simple confidence.

« Monsieur, déclara-t-il à l'attention du soldat, J'aimerais que vous soyez le témoin de ses aveux et que vous les retranscriviez aussitôt par écrit, une fois l'interrogatoire terminé. »

L'homme d'arme, surpris, hocha la tête docilement. Comme la plupart du personnel du palais, il ne devait pas porter particulièrement son altesse le prince d'Arendelle dans son cœur, mais il ne pouvait s'empêcher par la même occasion de ressentir de la fierté d'avoir eu l'attention de ce jeune homme si froid et si important pour la reine. Il accomplirait donc sa mission sans rechigner. Kay frappa des mains, comme s'il était un metteur en scène faisant répéter ses comédiens et invita d'un signe de la tête le serviteur à parler.

« Mon prince, fit-il en offrant à voir le doux spectacle de ses yeux humides, J'ai... J'ai agi sur les ordres du.. duc.. de Weselton. »

Le regard du prince se fit plus vif encore tandis que son sourire montrait à présent les dents. Ce nom ne lui était pas inconnu... Il appartenait à une importante famille qui avait, par le passé, nuit à sa mère mais qui avait su, courber l'échine pour se faire pardonner. Le comté de Weslton avait même fini par être annexé au royaume pour prouver la bonne fois de ses héritiers. Le duc actuel de cette noble maison était alors bien jeune. Il devait n'avoir que deux ou trois années de plus que lui, mais il était particulièrement beau et fier de son nom et de ses richesses. On le voyait souvent à la Cour briller devant les bonnes personnes. On le voyait souvent quérir l'attention d'Elsa pour entrer dans ses bonnes grâces et y rester. Kay ne le supportait pas.

D'un signe de la tête, il invita le garde à remonter pour faire ce qu'il avait à faire. Il n'avait pas besoin d'autre chose que ce simple nom. Il se retrouva alors seul avec le jeune page. Il s'en approcha alors doucement, sans abandonner l'air de satisfaction qui ne l'avait plus quitter depuis qu'il avait enfin une preuve pour se débarrasser d'un homme devenu trop gênant pour ses intérêts.

« Tu as rempli ton rôle à la perfection, se contenta-t-il finalement de dire.
Est-ce que je peux partir maintenant ? demanda le prisonnier, les yeux plein d'espoir.
Nous verrons ça demain. Il ne faudrait pas que je paraisse trop laxiste.
Mais c'est vous qui...
Silence...
Mais on était d'accord...
Tais-toi ou je te tue ! »

Le prisonnier blêmit et se tut aussitôt pour retourner se terrer dans son obscurité. L'espoir avait quitté le dernier regard qu'il lança au jeune prince. Kay le laissa là à son malheur, bien décidé à s'occuper de ce témoin gênant si cela s'avérait nécessaire. Il remonta aussitôt, bien décidé à annoncer la nouvelle à sa chère mère.

Après l'avoir cherchée un bon moment, il la trouva finalement dans un petit salon, les yeux perdus dans le vague. Elle avait cet air pensif qui ne cessait de le subjuguer littéralement. Le prince resta sur le pas de la porte, l'air gauche et le costume poussiéreux, ne sachant plus comment aborder le sujet. Elsa avait ce don de lui faire perdre son habituelle assurance.

« Le prisonnier a parlé, dit-il avec un air de satisfaction. »

Il allait pouvoir se débarrasser d'un rival devenu gênant.


© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Dim 7 Déc - 15:32


Elsa Arendelle



    Le cœur de la reine des neiges était lourd et douloureux. Rien de grave ne s'était pourtant produit, mais elle avait l'impression que tout lui échappait … à cause d'un simple mal entendu. L'atmosphère devenait glaciale partout où elle passait et les serviteurs eurent beau se démener pour allumer un feu dans la cheminé, rien n'y fit. Elle finit par les congédier avec agacement, demandant simplement à ce qu'on lui apporte du thé. Le visage d'Elsa semblait figer dans une expression de vide et d'absence totale. Son regard porté sur le néant observait son passé et ses songes. Elle ne fit même pas attention lorsqu'on vint lui servir sa boisson, comme si elle ne les entendait ni ne les voyait. Le temps qu'ils quittent la pièce et le liquide brûlant et parfumé avait déjà gelé totalement. La mélancolie d'Elsa ne réussissait jamais à ceux qui pouvait l'entourer.

Dans ces moments là, lorsque la malédiction de Kay devenait plus flagrante que jamais, Elsa repensait toujours à son implication là dedans. Plus qu'impliquée, elle était même entièrement responsable du regard brisé de son fils bien aimé. Alors, inévitablement, elle souffrait d'imaginer la réaction de Kay s'il venait à l'apprendre … ou s'il venait à être guérit. Peu de monde connaissait la nature de l’antipathie du prince des neiges et personne, si ce n'est elle et celui qui avait accomplit cette œuvre ne savait qu'elle était en cause. Ce secret était le plus précieux qu'elle détienne … mais toute malédiction peut être levée … et si cela arrivait un jour ? Et si Kay ne l'aimait plus ? L'aimait-il seulement ? N'était-ce pas une illusion ?

Penser à ce genre de chose n'était que pure perte de temps en souffrances inutiles, car elle ne pourrait jamais être certaine de la réponse avant de le vivre. Bien souvent, comme aujourd'hui, cela portait ses pensées jusqu'à bien plus loin dans le passé … vers Anna. Que penserait-elle de tout cela ? Sans doute bien du mal. Sa sœur avait toujours eu le cœur vaillant et si pure … il n'y avait rien de plus perfide que de maudire un garçon pour pouvoir se l'approprier. C'est ce qui la poussait à croire qu'elle n'était pas une bonne personne … et les mauvaises personnes n'ont pas de fins heureuses … Alors, à chaque fois que Kay semblait s'éloigner d'elle, chaque fois qu'elle ne suscitait pas son entière et totale  admiration, son cœur de glace se brisait, appréhendant la fin de son petit rêve confortable.

C'est ainsi que, lorsque Kay entra dans le petit salon, elle n'eut pas plus de réaction pour lui que pour les serviteurs. Son regard restait plonger dans la contemplation du vide et la neutralité de son visage ne faisait que rehausser la noblesse de ses traits. Elle pouvait apercevoir la silhouette de son prince du coin de l’œil, mais lui refusa le moindre regard. Elsa avait peur et sa culpabilité ne suffisait pas à apaiser la rancune qu'elle avait envers lui. Il faut dire que même lui se montrait plus subtile que ça quand il avait besoin de changer d'air, ne remettant jamais en cause sa mère, il prétextait simplement une envie de chasser. La conversation qu'ils avaient eu avant de se quitter restait pourtant bien paradoxale et Elsa avait été blessée qu'il semble avoir tourner ses propos de façon la plus radicale pour lui faire comprendre que c'était précisément d'elle dont il ne voulait pas. Si elle avait pris la peine de mettre sa fierté de côté, elle se serait bien rendu compte que c'était tout à fait saugrenu de croire cela possible …

« Le prisonnier a parlé. » Annonça le prince, comme si rien n'était.

Et c'était le cas, il n'en était rien. Mais même devant cette déclaration qu'Elsa était pourtant impatiente d'entendre, elle ne sembla pas réagir. Elle se pencha légèrement pour prendre sa tasse de thé et cassa la couche de glace qui avait durci sa surface avec sa cuillère avant de la porter à ses lèvres. Le thé glacé était plutôt apprécié dans les pays chaud, mais ils n'étaient pas nouveau que le froid ne l'incommodait pas le moins du monde. Elle but donc quelques gorgés, sans adresser un regard à son prince bien aimé. Quand Elsa boudait, c'était toujours avec classe.

— Très bien, dit-elle d'une voix posée, qui se cache donc derrière ces vers ?

Un nom fut prononcé et cela aurait pu la faire rire si elle n'était pas d'humeur aussi maussade. Elle n'aurait jamais dû accepter de reprendre les échanges avec cette famille de fauteur de trouble. Depuis l'arrière arrière arrière grand père de l'actuelle Duc -peut-être plus arrière encore, elle ne parvenait pas à se souvenir- la perfidie semblait se transmettre de père en fils. Ce dernier héritier semblait pourtant bien aimable, malgré son arrogance … Mais la fascination que pouvait engendrer Elsa avait le don de faire ressortir le pire de chaque individu. Comme si elle était elle-même une incarnation de ce miroir maudit qui avait brisé la vue et le cœur de Kay.

— Hm, j'aurais dû m'en douter, ça n'a rien d'étonnant. Que préconises-tu ?

Le petit prince était devenu bien grand à présent, il était temps de lui laisser quelques pouvoirs, surtout lorsque cela le concernait aussi personnellement. C'était un teste, en quelque sorte et non une quelconque faveur ou cadeau. Le Duc pouvait être condamné à mort pour haute trahison, ou ils pouvaient le faire chanter pour obtenir quelques faveurs pécuniaires ou en nature. Quelque chose, cependant, disait à Elsa que le prince n'était peut-être pas encore assez sage pour envisager autre chose que le prix du sang. Elle savait à quel point il pouvait mépriser le duc … même avant cela.









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Dim 7 Déc - 18:09


Mon anniversaire ?

Ce sera peut-être le meilleur de tous.

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

Bien qu'il était à nouveau seul avec la souveraine, Kay n'osait pas s'avancer vers elle pour encombrer son canapé de sa présence. Quelque chose le chiffonnait un peu. La reine était trop calme par rapport à son habitude. Il avait même l'impression d'avoir été accueilli comme un simple serviteur, ce qui revenait à dire en réalité qu'il n'avait été l'objet d'aucune invitation explicite de sa part à venir la rejoindre. Le prince restait donc sur le pas de la porte du petit salon, incapable de trancher entre enfreindre l'interdit qu'il s'imaginait et courir vers elle ou le respecter avec une volonté de fer. Il n'y avait pas de véritable dilemme. Il finissait toujours par retrouver les bras blancs et frais de la jolie blonde. Tout n'était qu'une question de retards dans leur énième retrouvaille.

Elsa ne se tourna pas lorsqu'il lui apprit qu'il avait découvert l'identité du coupable. Elle ne l'invita pas plus à la lui révéler immédiatement après son arrivée. Elle prit même le temps de porter une tasse recouverte de givre à ses lèvres pour en boire doucement le breuvage qu'elle contenait. Kay ne voyait pas bien de là où il se trouvait, mais il connaissait les habitudes de la maîtresse des lieux et ça lui suffisait pour en déduire qu'il était l'heure de son thé. Le jeune homme d'un naturel habituellement plutôt rustre n'osa même pas l'interrompre ni la presser. Son regard détaillait déjà la pièce dans laquelle ils se trouvaient. De la glace léchait les dalles du carrelage et la plupart des meubles installés plus pour la beauté de la pièce que pour le confort des rares invités qu'on conviait à prendre le thé. Le petit salon d'hiver était méconnaissable. De la neige tombait doucement du plafond comme s'il s'était trouvé à l'extérieur. Dehors, la tempête tant redoutée commençait à se déchaîner et le hurlement du vent du Nord contre les fenêtres avertissait toute la population de ne pas se risquer à sortir dans l'immédiat. À vrai dire, si Kay n'avait pas encore bougé, c'est qu'il avait en lui cette peur presque instinctive que peuvent ressentir les hommes lorsqu'ils craignaient pour leur vie. Sa mère était de mauvaise humeur. Même s'il ne pouvait pas s'en rendre compte dans son ton ou sur les traits de son visage, la météorologie du pays suffisait à informer tous les sujets d'Arendelle des états d'âme de leur souveraine. La peur n'était pas exactement le sentiment que fomentait le cœur de glace du jeune homme. Il ressentait plutôt une respectueuse et craintive admiration de la toute puissance de la reine Elsa. Celle-ci l'invita alors à parler et il retrouva plus de confiance en lui, rassuré presque par la voix maternelle qui avait bercé son enfance.

« Le duc de Weselton, Majesté, fit-il avec un air solennel qui ne pouvait pas pour autant camoufler la totale satisfaction qu'il ressentait alors. Le duc de Weselton est coupable de trahison envers la couronne. »

Il ne l'emporterait pas au paradis pour cet affront ! Le perfide ! Le chien ! Ce... duc de... Mauvais-Thon ! Non, il ne s'en sortirait pas comme ça...

Kay fit alors un pas en avant, ne pouvant s'empêcher de faire disparaître cet air de suffisance qu'il avait sur le visage. Il espérait tant que sa mère soit fier de lui et qu'elle condamne l'importun courtisan pour s'en débarrasser une bonne fois pour toute. Cela faisait déjà une année entière que le jeune homme réfléchissait à faire disparaître le petit duc qui tournait trop près de sa chère mère. Il avait d'abord projeté de s'occuper directement de lui en l'invitant à une petite partie de chasse dont il n'aurait jamais du en revenir. Mais le chien n'aimait pas ce genre de sport et avait préféré un petit tournoi de tir à l'arc où il s'était pris d'orgueil de rivaliser avec a dextérité du prince. Weselton n'avait pas démérité, mais Kay avait visé juste dans le centre de la plupart de ses cibles. Aucune flèche n'avait pas atteint un point qui ne fût pas mortel s'il s'était agit d'un véritable ennemi et non d'un vulgaire mannequin de bois. Kay ne voyait que son rival à travers les cibles qu'il abattait avec précision. Tout le monde avait applaudi avec crainte son adresse et le duc lui avait chaleureusement serré la main pour le féliciter de ses prouesses. Oh s'ils savaient qu'il avait raté ce jour-là la seule cible qui valait la peine qu'il bandât son arc ! Entre les deux yeux... L'affaire aurait été réglée, rapidement et proprement. Mais ce genre de spectacle ne demandait aucun témoin...

Il avait aussi pensé au poison pour rapidement repousser cette idée. C'était l'arme des lâches et des femmes. Ce qu'il lui fallait... c'était un procès équitable durant lequel il pourrait discréditer totalement son adversaire et le remettre à la place qu'il méritait. Il avait fallu créer les preuves, convaincre un jeune page un peu trop véreux et naturellement originaire de Weselton, le laisser commettre le crime, l'appréhender et l'interroger pour obtenir des aveux en bonne et due forme. Être assisté d'un garde pour plus de crédibilité. Il ne restait plus qu'à laisser Elsa prononcer le châtiment inévitable et le prince l'aurait à nouveau rien que pour lui.

« Hm, j'aurais dû m'en douter, ça n'a rien d'étonnant, l'approuva tout naturellement la Reine des neiges, Que préconises-tu ? »

Victoire ! Il avait gagné ! Il avait le champ libre pour disposer légalement de celui qu'il avait pris le temps d'ériger en félon. Ce qu'il préconisait ? Ce qu'il préconisait ! Kay s'avança fièrement jusque le fauteuil de sa royale matrone. L'étriper ! Le pendre ! Le décapiter ! Dresser sa tête au bout d'une pique ! Le mutiler ! Le jeter par la fenêtre d'un donjon ! Le transformer en statue de glace... Non ! Pas question d'avoir à supporter son ignoble visage dans le château. Un visage trop charmant pour se trouver dans la collection de sa mère ! L'attacher à une roue et lui écraser les membres à un à un ! Le brûler si le temps le permettait... Tant de châtiments possibles se bousculaient dans son esprit ! Mais la loi restait la loi. On ne se débarrassait pas d'un duc n'importe comment et bien que l'excitation du prince à faire couler le sang, son goût au sang, était visible sur son visage et à travers tous ses gestes, il dut prendre sur lui pour ne pas les clamer tout haut devant la reine.

« Il faut un procès équitable, répondit froidement le jeune homme. Il faut en tout cas que la sentence soit prononcée devant le peuple et la Cour pour la légitimer et que notre action serve d'exemple. Ensuite, je suis d'avis qu'on emprisonne le duc et qu'on marche sur le duché de Weselton pour éviter toute rébellion. Cette trahison marque la fin de leur indépendance. Weselton appartiendra totalement à Arendelle. »

Quelle merveilleuse idée ! Avec un peu de chance, Elsa le laisserait peut-être même mener l'exécution punitive où il pourrait laisser déferler toute la haine pour le monde qu'il emmagasiner derrière son visage de marbre. Joindre l'utile à l'agréable. Il pourrait même essayer son nouvel arc ! Ce jour était si beau ! Quel merveilleux anniversaire !

« Mais c'est à toi la Reine de décider, souffla-t-il en lui prenant doucement la main. »

Elle était glacée comme si elle venait de changer un homme en statue de glace, mais cela ne l'effraya pas. Il la pressa contre sa paume tiède qui tournait déjà au bleu sous l'effet du froid. Elle était tout ce qu'il avait et jamais il ne se permettrait de lui montrer ouvertement la peur que les autres ressentaient face à son incommensurable pouvoir. Et ce contact calma aussitôt ses ardeurs et ses désirs meurtriers. Elsa, c'était tout ce qui comptait dans l'immédiat. Il avait besoin d'elle. Sans elle, il ne serait qu'un monstre, un loup pour les autres hommes.


© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Lun 8 Déc - 12:57


Elsa Arendelle



    Elsa semblait bien désintéressée du discours de son petit prince et du moindre de ses mouvements. Pourtant, elle l'écoutait attentivement, le regard oscillant entre le vide et sa tasse de thé glacé. Elle n'avait pas remarqué l'état dans lequel elle avait plongé la pièce, il y a bien longtemps qu'elle ne faisait plus attention à ce que ses sentiments pouvaient provoquer. Elle avait beau avoir maintenant un peu plus de deux siècles, ses pouvoirs étaient toujours aussi capricieux. Si elle parvenait à présent à les retenir malgré ses crises de colère –et c'était surtout qu'elle avait appris à maîtriser sa colère elle-même, et non le pouvoir qui en résultait– sa tristesse et autres états d'âme étaient toujours l'objet de phénomènes plutôt spectaculaires et parfaitement involontaires.

Le plan de Kay était plus réfléchi qu'elle ne l'aurait redouté, mais il restait encore très belliqueux en soit, traduisant bien la violence que pouvait refermer son petit prince. Était-ce à cause d'elle, s'il avait tant soif de sang ? Est-ce que la malédiction qui brisait ses sentiments engendrait en lui un besoin de compenser par la belligérance et la cruauté ? Elsa n'était peut-être pas la mieux placée pour critiquer la cruauté, en ayant elle-même fait usage de sang froid ces dernières années. Si elle avait toujours redouté de faire du mal aux autres durant sa jeunesse, cette crainte s'était très vite changée en sentiment de mépris et d'injustice après la mort d'Anna. Pourquoi serait-ce à elle de s'inquiéter alors que c'est les autres qui la considérait comme un monstre ? Cela l'avait rendu plus frigide encore qu'elle ne l'était naturellement en raison d'une enfance et d'une adolescence de parfaite solitude. Pourtant, elle resta sage et juste le siècle qui suivit, ne condamnant à mort que ceux dont les actes avaient clairement justifiés cette sentence. Ce n'est qu'après avoir recueillit Kay, que la violence d'Elsa s'était exacerbée. Condamnant des jeunes femmes qu'elle considérait à tore comme des menaces ou tuant lentement les quelques félons qui avait tenté de s'en prendre au petit prince illégitime. Si elle réservait un sort rapide aux premières, ces secondes avaient tout le temps de voir leur corps être consumé par la glace avant de défaillir.

Cela étant, que dire de Kay ? Il ne faisait rien de plus que ce qu'avait entrepris sa mère. Pourtant, elle, elle était consciente que ce qu'elle faisait était mal … mais agissait toujours sur l'impulsion du moment. Sans pour autant parler de remords, car au contraire, se débarrasser de ses potentiels rivales ou des dangers pour son prince la soulageait, elle savait bien que cela faisait d'elle quelqu'un de mauvais. Kay en avait-il conscience ? Tous ces actes de violence gratuite le rendait-il seulement coupable ? Dans l'histoire, il était la victime après tout …

Il s'était approché pour annoncer sa sentence, mais ce n'est que lorsqu'il lui prit délicatement la main qu'elle détourna enfin son attention vers lui. N'affrontant pas tout de suite son regard, elle examina un instant la main de son petit prince dont elle n'avait senti la chaleur qu'un cours instant avant qu'elle ne l'éradique inconsciemment par le froid mordant de son pouvoir. Elle eut un terrible pincement au cœur en plongeant son regard dans le sien, alors qu'il serrait tendrement sa main malgré le froid qui était en train de la geler. Dans les yeux de son prince, elle ne voyait pourtant ni peur, ni douleur, ni dégoût … Il n'y avait que de la tendresse, de l'admiration … de la passion. Qu'était-elle en train de faire ? Aussitôt, le poison glaciale de la belle reine des neiges se stoppa, cessant de s'exercer sur la main de son petit prince bien aimé. Elle lui avait fait du mal et il était resté là, auprès d'elle, avec le même regard débordant d'amour et de loyauté que d'habitude. Le prix de cette malédiction ne valait rien contre cette bénédiction.

Aussitôt, les jolis yeux clairs de la souveraine s'allumèrent d'un éclat de tendresse et d'amour profond alors qu'elle portait sa main libre contre la joue de Kay. Un sourire naquit enfin sur les lèvres de la belle, léger, doux, tendre … maternelle. Elle redessina les traits de son prince du bout des doigts, comme si elle voulait apprendre par cœur ce visage qui avait tant changé ces dernières années. Il était le seul à avoir ce pouvoir sur elle, se faire pardonner en un regard, en un seul petit geste … lui faire oublier sa mélancolie et sa rancœur, faire fondre son cœur de glace.

— Je suis tellement fière de toi, mon petit prince. Murmura-t-elle avec tendresse.

L'acte que préconisait Kay était plutôt sensé et loin de la cruauté qu'elle aurait redouté. Pourtant, il envisageait bel et bien une guerre contre une terre fédérée, ce qui n'était politiquement pas si simple. Elsa se plaisait pourtant à croire que la situation justifiait bien un tel acte. Elle était bien connue pour tenir son royaume d'une mains ferme, récompensant toujours la loyauté de ses sujets avec générosité … mais en cas de félonie … Le courroux n'en était que plus terrible. Le plan de son petit prince s'inscrivait donc parfaitement dans les traditions de la contrée des glaces que tenait Elsa.

Elle l'embrassa tendrement sur le front et glissa ses doigts sous le menton de son fils pour l'observer encore un peu. Il s'était tellement sublimé avec les années … à ses yeux, il était sans nulle doute le plus beaux de tous et elle savait qu'il s'épanouirait encore dans cette voie les années qui viendrait.

— Une action militaire demande beaucoup d'organisation et de précautions, le duché de Weselton ne comporte qu'une faible armée qui s'occupe essentiellement de garder la demeure du duc et de mettre un peu d'ordre dans les rues. Ils ne présenteront donc pas de résistance bien significative … c'est pourquoi l'action devra être menée de façon pacifique, passant pour une aide, une protection supplémentaire, cela évitera une révolte paysanne. J'enverrais quelqu'un de confiance prendre la place du duc pour régir le duché à long terme … Je convoquerais le Santa Klaus pour mener la manœuvre, tu pourras l'accompagner si tu souhaites prendre ses enseignements.

Le Santa Klaus était non seulement un militaire chevronné et un tacticien hors paire, mais il brillait également d'une excellente réputation sur toutes les terres septentrionale et au-delà. S'il menait la marche sur le duché de Weselton, elle s'assurait qu'ils soient bien accueillis et que, même si ce n'était pas le cas, toute rébellion serait vite maté.









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Lun 8 Déc - 20:52


Mon anniversaire ?

Ce sera peut-être le meilleur de tous.

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

Malgré le gel qui léchait sa main, Kay était fermement décidé à ne pas lâcher celle de sa reine. Il ne craignait pas cette puissance qu'elle ne contrôlait pas toujours car il ne l'avait jamais vu lui nuire directement. Il ressentait par ailleurs bien peu de choses ; et la morsure du froid n'était pas une exception. Il la serrait dans sa paume déjà glacée pour montrer à sa mère qu'il était là, tout près d'elle, le seul homme de sa vie et que cela ne devrait pas changer de si-tôt. Assez de petits ducs aux regards mal placés ! S'ils approchaient trop, il les détruirait tous, sans la moindre exception. Il la tenait fermement, tendrement, attachée à lui par un lien bien plus fort que les seuls lois du sang... Elle était sa mère quoiqu'on put dire. Et il espérait bien qu'elle céderait à sa demande... qu'elle le laisse même prendre les armes, diriger une armée et prouver sa noblesse et sa bravoure dans un conflit qu'il avait lui-même orchestré. Elle lui offrirait-même Weselton pour le féliciter et il pourrait jouir de son petit pouvoir sur ce petit peuple, un temps, comme un magnifique cadeau livré dans un des papiers les plus soyeux. En dehors du froid, la main royale lui paraissait alors des plus douces...

Elsa avait écouté avec attention la proposition du prince, puis elle avait levé ses deux grands yeux en quête du regard du jeune homme. Aussitôt, le feu de glace qu'il commençait à ressentir alors que toutes ses phalanges s'engourdissaient s'arrêta net. Il ne sentait plus grand chose, si ce n'est quelques picotements au niveau de ses doigts, mais le souvenir de la douceur de la peau de la reine lui suffisait pleinement. Kay ne perdit pas un instant du spectacle des yeux de sa mère. Elle lui souriait avec cet air de retenue pudique des plus charmants. Elle avait ensuite levé sa main libre pour caresser sa joue pour finalement embrasser son front, aimante et maternelle, comme toujours. Même troublée, même fâchée, le corps de la souveraine ne lui paraissait que tendresse à celui qui ne pouvait pas ressentir la souffrance en dehors de la crainte de l'abandon.

La Reine des neiges reprit la parole pour lui montrer qu'elle était fière de son enfant. Sous les caresses et face à sa victoire éclatante, Kay rayonnait. Il allait avoir son propre duché qu'il s'amuserait à administrer. Il y organiserait de nombreuses chasses pour faire étalage de ses talents et fuir le tumulte de la capitale. Il pourrait guerroyer aussi et soulager ce dégoût du monde qui le tiraillait parfois et que même les bras d'Elsa ne parvenait pas toujours à dissiper. Et cette rage de vivre, il la mettrait au service d'Arendelle, élargissant sans fin ses frontières. Il serait le prince d'Arendelle, le roi des champs de bataille, à défaut de pouvoir régner sur tout le royaume.

Il déjanta, rapidement. Elsa lui proposa de remplacer sa jolie petite guerre par une simple démarche militaire visant à protéger le petit duché. La reine allait même jusqu'à substituer ce fichu Santa Klaus comme maître-d'œuvre de cette grande opération. La mâchoire du prince se crispa. Il était évident qu'il passerait toujours en second dans les grands projets de sa mère. Il eut alors un geste de recul, inspiré par la colère qui le tiraillait. Ainsi, elle n'avait pas suffisamment confiance en lui pour lui laisser faire comme il l'entendait ! Ainsi, il ne resterait que Kay, le bâtard, le parasite pendu aux seins arides de la reine ! Ainsi... Il partirait, à la chasse, apaiser cette nouvelle déception que lui imposait sa position compliquée à la Cour.

« Suivre Santa-Klaus comme un petit chien, hein..., grogna-t-il entre ses dents. »

Santa-Klaus ! C'était lui l'homme le plus gênant ! La menace la plus grande ! Il attirait trop la sympathie d'Elsa pour être honnête... C'était lui dont il fallait se débarrasser. Kay rumina de sombres pensées en fixant froidement le feu dans l'âtre, presque éteint. Non, cette idée ne lui plaisait pas. Il la détestait même car elle était plus sensée que ses vulgaires désirs de petit prince frustré.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Mar 9 Déc - 11:21


Elsa Arendelle



    Le joli visage de son prince bien aimé lui échappa des doigts après son discours, alors qu'il esquissait un geste de recule, tel un loup sauvage et farouche qui refuse d'être flatté. Le regard d'Elsa s'alluma d'une certaine inquiétude triste en le voyant se dérober ainsi, ne comprenant pas tout de suite. Pourtant, elle aurait dû le savoir que cela ne lui plairait pas … Le nom du Santa Klaus fut prononcé avec une grand amertume. Elsa eut alors ce sourire indulgent et tendre, typique d'une mère capable de tout pardonner à son fils bien aimé. Kay était devenu bien grand, mais il était toujours aussi sauvage. C'est ce qui lui plaisait chez lui, son naturel, même s'il pouvait parfois être blessant.

Comprenant qu'il avait mal considéré ses paroles, la reine encadra le visage du prince jaloux de ses deux mains afin d'appuyer le regard empli d'estime et d'amour qu'elle lui adressait. Elle ne voulait pas qu'il se sente lésé parce qu'elle faisait appelle à son grand oncle. Il est vrai qu'il était la personne en qui elle avait le plus confiance, que ce soit vis à vis de ses valeurs militaires ou morales. Mais ce n'était pas par manque de confiance en Kay qu'elle ne l'envoyait pas diriger les opérations – quoi que, elle craignait tout de même que cela tourne au massacre, même s'il avait de l'expérience dans le domaine.

— Non, Kay, dit-elle doucement d'une voix douce et sincère, tu dois apprendre. Les actions militaires et diplomatiques ne se mènent pas comme une chasse. Je sais que tu vas devenir un grand général, mais pour ça, tu dois apprendre, tout comme tu as appris à tirer à l'arc ou à suivre une piste dans les bois et la neige.

Comme pour le rassurer, elle lui caressait doucement les cheveux, remettant de l'ordre dans cette tignasse de jais qui contrastait tellement avec la clarté de ses cheveux blonds pâles. Elle semblait l'admirer comme le plus précieux des joyaux.

— Klaus est le mieux placé pour t'apprendre les ficelles, je suis sûre qu'il sera ravi de marcher avec toi sur le duché Weselton. Je ne t'envoie pas jouer les écuyers, Kay, Arendelle n'est jamais à l'abri d'une guerre, d'une véritable guerre … certains royaumes du sud se montre plutôt belliqueux, alors je sais qu'un jour tu devras mener nos troupes pour défendre le royaume, il faut que tu te tiennes prêt pour ce jour-là.

En réalité, il y a de forte chance qu'Elsa s'arrange pour l'éloigner le plus possible de la guerre, si l'une venait à éclater. Ce n'était pas par manque de confiance en ses capacités, mais simplement part inquiétude maternelle. La reine ne voulait pas risquer de perdre son fils dans une bataille, elle ne se remettrait jamais d'une telle perte. Il était déjà difficile pour elle de supporter ses parties de chasse qui pouvaient durer pendant des jours, se demandant s'il ne lui était pas arrivé quelque chose. Elle envoyait alors des soldats et autres pisteurs expérimentés à sa recherche … Mais avec les années, il semblerait que le prince ait appris à les éviter, elle se demandait même s'il n'en jouait pas parfois. Chasser tout en se cachant des sujets qui le traquait … Et comme tout fils qui se respecte, il ne se souciait pas un instant de l'inquiétude de sa mère pendant ce temps.

Dans les autres contrées, elle savait pourtant que bon nombre de rois envoyaient leurs enfants au casse-pipe. Ce n'est pas parce que de tels êtres sans scrupules ni considération pour leur progéniture existait qu'elle allait prendre exemple sur eux ! Non, Kay devait rester à l'abri à Arendelle, à ses côtés. Il pouvait bien mener toutes les actions militaires qu'il voulait, mais à l'abri, ici … Pourrait-elle seulement l'obliger à cela pour toujours ? Il allait devenir encore bien plus grand, bien plus fort et bien plus intelligent et ambitieux avec les années, elle ne pourrait pas toujours le cacher sous ses jupons. Elle réfléchissait alors déjà à trouver un moyen pour le protéger … une amulette ou quelque chose comme ça. Peut-être qu'elle avait ça dans la réserve du château ? Sinon, elle pourrait toujours faire appelle à un vieil ami









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Mar 9 Déc - 18:56


Mon anniversaire ?

Ce sera peut-être le meilleur de tous.

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

Le visage placide du jeune prince s'était peu à peu décomposé. Santa-Klaus, toujours Santa-Klaus pour avoir les plus beaux rôles ! Lui, il n'était que le petit Kay, le petit rejeton de la reine, attaché complaisamment dans les jupons de sa majesté ! Il voyait déjà les gens se moquer de sa supposée lâcheté... Il s'arrangeait pour qu'on pense que Weselton l'insultait ouvertement et il n'avait même pas droit de venger son honneur comme un homme. Non, au lieu de ça, Elsa lui demandait de s'en remettre à son grand-oncle, jouer les écuyers de cet affreux bonhomme qui n'avait jamais eu de considération pour lui. Et c'était réciproque. Après tout, Tout ce qui n'était pas Elsa ne l'intéressait pas. Le fils écouta donc sa mère, l'œil irrité et l'oreille distraite, tant il était trop occupé à ruminer sa frustration.

Elsa ne déméritait pourtant pas dans son discours consolant, plein de bon sens. Elle avançait en effet qu'il lui fallait apprendre auprès l'art de la guerre et de la diplomatie. La reine prétextait qu'il avait du en faire de même pour la chasse. Kay haussa les épaules, une moue boudeuse sur le visage. Ce n'était pas tout à fait le cas à ses yeux. Il estimait de son côté qu'il avait compris seul la méthode, en observant, sans qu'aucun maître n'accepte de l'initier par peur de cet étrange élève et parce que la souveraine ne l'aurait certainement pas approuvé. La moue du prince se changea en sourire sarcastique. Il était même sûr que Klaus ne serait qu'à moitié enchanté d'avoir ce petit-neveu dans les pattes. La présence du prince gênait, Kay en était pleinement conscient. En plus de la raison, Elsa arguait également la persuasion en enfouissant ses doigts frais dans la chevelure sombre de son enfant. Des cheveux si... noires à côté de ceux de la souveraine qui étaient claires comme la neige... La plus grande preuve de son illégitimité.

Le jeune homme soupira et repoussa avec douceur la main maternelle. Il aimait ce contact, cette tendresse. Elle apaisait ce feu qui brûlait en lui, ce dégoût des autres et de lui-même. Mais il le faisait sentir si petit, si incapable lorsqu'elle le faisait tout en le sermonnant. Nouveau soupir. Kay se laissa tomber dans un fauteuil en face de celui de la reine. Il la fixa alors avec ses deux yeux bleus dont l'un, le maudit, tendait à ce moment, plutôt vers le bleu-gris.

« Tu me laisserais me battre si le royaume était menacé ? demanda-t-il simplement, d'une voix neutre tandis que son regard inquisiteur traduisait bien son avis sur la question. Tu me laisserais te protéger si tu étais en danger ? »

Le prince était fermement convaincu qu'Elsa ne tolérerait jamais qu'il prenne part trop directement à un combat. Il le savait, au fond de lui. Il avait eu beaucoup de mal à lui faire accepter ses nombreuses sorties pour la chasse. Il savait parfaitement qu'elle continuait à le faire suivre quand il sortait pour traquer du gibier. Il avais appris, seul, à éviter cette compagnie trop encombrante et à la semer si nécessaire. Il voulait tant aller sur le champ de bataille ! Mais impossible de fausser compagnie au Santa-Klaus... Il ne la quittait toujours pas des yeux parce qu'elle était belle et il aimait la regarder, mais surtout parce qu'il voulait s'imposer un peu par ce simple contact, prouver qu'il n'était plus un enfant pleurnichard.

« Grand-tonton s'occupera de Weselton, soupira-t-il avec ironie pour s'avouer vaincu sans pour autant donner sa totale approbation. »

Il avait l'air si misérable à côté des deux grandes figures du royaume d'Arendelle...

© Grey WIND.

_________________




We're family...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Mer 10 Déc - 12:05


Elsa Arendelle



    Le geste de rejet pourtant doux de son petit prince lui fendit le cœur. Elle l'avait contrarié, il ne voulait plus d'elle. Ne cherchant pas plus à le saisir de force –de toute façon il ne semblait pas sur le point de s'enfuir en la plantant là– elle le regarda simplement avec tristesse, de ce regard maternel bien soucieux. Elle lui donnait l'opportunité de participer à un événement important pour la cours et lui accordait même le privilège d'apprendre l'art de la guerre aux côtés du meilleurs qui soit. Mais dans cette fougue qu'impliquait son jeune âge, le jeune homme ne se contentait pas de cela. Il voulait brûler les étapes, mais hélas, s'il pouvait jouir de se voir céder de nombreux biens quand il veut, aussi vite qu'il le veut, il ne pouvait pas devenir un héros de guerre sur un coup de tête.

Cependant, cela ne semblait pas être son principal soucis. Bien perspicace, le jeune homme s'enquit des réelles intention de sa mère le concernant. Elle le laissait ''jouer à la guerre'' pour le moment, parce que ce n'était pas dangereux … et elle avait espéré qu'il ne pose jamais cette question. Le laisserait-elle guerroyer lorsqu'un conflit sérieux éclatera ? Le laisserait-elle prendre des risques, mettre sa vie en danger pour le royaume ou pour elle ? Non. Si une menace venait à planer directement au dessus d'eux, c'est elle qui le protégerait, après tout, elle était sa mère. De plus, avec ses pouvoirs, Elsa avait toujours estimé ne pas avoir besoin d'être protégée … Pourtant, Anna l'avait fait. Elle l'avait protégé à bien des reprises, bien plus qu'Elsa ne le fit en retour pour elle.

Un cour instant, le regard de la belle se brisa, laissant transparaître ce trouble et cette inquiétude viscérale qui sont ceux d'une mère pour son enfant. Non, elle ne voulait pas qu'il se mette en danger, ni pour le royaume, ni pour elle, ni pour quoi que ce soit d'autre. Pourtant, elle comprenait bien en le regardant que c'était important pour lui qu'elle lui laisse faire ses preuves. Il était important pour lui d'enfin sortir de ses jupons pour enfin voler de ses propres ailes et briller de ses propres exploits … Mais Elsa était trop possessive, trop soucieuse. Elle ne pensait pas à mal, ce n'était pas qu'elle croyait Kay incapable de se défendre, c'est simplement qu'elle était trop soucieuse pour prendre ce risque … Mais alors qu'elle le regardait dans les yeux avec cet air troublé qu'il était le seul à pouvoir faire naître sur son joli minois, elle sût que si elle ne lui laissait pas sa chance … Si elle n'acceptait pas de le laisser prendre des risques … elle allait le perdre. Il fut un temps où son amour suffisait. Il fut un temps où Kay était trop jeune, trop innocent, trop naïf pour souffrir du regard méprisant de ceux qui le trouvaient indigne. Aujourd'hui, il était devenu un homme. Un homme qui se sent oppressé sous le poids des hautes figures prestigieuses d'Arendelle.

Craignant d'avouer ses craintes ou de mal mentir, Elsa resta muette. Son regard en disait suffisamment. Son fils sembla se résigner bien à contre cœur et en mère faible qu'elle est, Elsa commença à culpabiliser pour ce qu'elle lui imposait. C'était pour son bien et elle devait garder à l'esprit qu'il s'en rendrait compte un jour … plus tard. Il était devenu un homme, mais il était toujours son enfant … Et les enfants sont bien connus pour ne pas savoir prendre du recule sur ce que leur impose leurs parents. Qu'il était difficile de supporter l'ingratitude d'un fils parfois … surtout pour une mère célibataire aussi isolée. Au début, elle se montrait très faible face à cela, cédant parfois des choses qu'elle n'aurait pas dû céder. Klaus avait été d'un précieux conseil lors de ses quelques visites, il faut dire qu'il connaissait bien les enfants, contrairement à elle.

— Non Kay, tu ne comprends pas … Dit-elle doucement, s'efforçant de ne pas céder, Klaus sera là pour t'apprendre, pas pour s'occuper de la manœuvre à ta place. Bien sûr, comme ça sera la première fois pour toi, il va élaborer bon nombres des actions, mais dans le seul but de t’enseigner. Ce n'est que grâce à ça que tu pourras devenir un bon général, parce que ce genre de chose, ça ne s'invente pas.

Sa voix était particulièrement douce, elle semblait prendre mille précautions pour amadouer son petit prince bien bougon. Vraiment, ce n'était pas facile d'être mère célibataire, même en étant reine … et même lorsque votre fils unique a atteins ses vingts ans.

— Et si je dois nommer quelqu'un d'autres pour la régence du duché, c'est parce que cette personne devra rester sur place. Considère cependant que cette personne te devra des comptes à toi et non à moi. Cette personne sera ton représentant.

D'accord, elle est faible … mais elle l'assume ! Enfin presque.









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Jeu 11 Déc - 18:54


Mon anniversaire ?

Ce sera peut-être le meilleur de tous.

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

Elsa insistait. Kay, pour elle, avait tort, mais elle l'exprimait de cette façon presque hypocrite propre au mère aimante : ce n'est pas qu'il avait tort, c'est juste qu'il ne comprenait pas. Bien sûr. Le jeune prince hochait la tête en signe d'assentiment ne se privant guère de penser le contraire. Il avait lu certains livre de stratégies militaires. N'avait-il pas le port de tête suffisamment droit pour inspirer confiance lors des négociations ? N'était-il pas suffisamment méprisant et froid vis-à-vis des gens pour se laisser attendrir par la première distraction venue ? S'il était général des armées, aucune veuve de guerre ne serait violentée... Mais si sa royale mère voulait qu'il apprenne on faisait la guerre comme il fallait, il ne manquerait pas une miette de toutes les étapes de la siège d'une cité... Bla-bla-bla. Kay consentait à tout pour s'épargner un trop long sermon qu'il ne se sentait pas d'humeur à écouter.

« Bla-Bla pour la régence du duché, c'est parce que bla-bla. Considère cependant que cette personne te devra des comptes à toi et non à moi. Cette personne sera ton représentant. »

Le regard du garçon se fit plus incisif et sembla s'éveiller d'un intérêt nouveau pour ce que venait de lui dire la reine. Weselton lui appartiendrait donc ? Les revenus de cette terre féconde ? Les charmantes forêts où aller chasser ? Son ouverture vers l'Ouest ? À moins que ce ne soit Sud ? Kay ne savait plus très bien, mais c'était ailleurs. Weselton fier bastion de la famille d'Arendelle. Du prince Kay ! De lui ! Lui. Avec les revenus qu'il générerait, il pourrait investir pour améliorer son petit territoire. Il pourrait faire tellement de choses avec sa propre richesse ! Le jeune homme ne put contenir sa satisfaction de voir un de ses caprices acceptés par sa chère mère. Il bondit légèrement de son siège pour s'imposer dans celui d'Elsa, se lover contre elle, sa tête contre sa froide joue, y déposer un simple bisou.

« Oh merci Maman !, dit-il, un large sourire aux lèvres. Je m'en occuperai bien. »

Il posa docilement sa tête sur les genoux de la belle, chien fidèle et satisfait de ce merveilleux présent qu'ils n'avaient même pas encore conquis. Il l'aimait tant cette reine superbe et si généreuse avec lui. Et cette femme, si parfaite, si bonne, était sa mère et il l'aimerait toujours. Il prit l'une de ses mains et la pressa dans la sienne, contre sa joue. Qu'il était bienheureux d'être son unique enfant.

Mais qui nommer à la tâche délicate d'administrer son adorable petit duché ? Il n'avait pas vraiment d'homme de confiance.. Serait-ce un piège tendu par la jolie Elsa ? Kay se redressa aussitôt, une moue boudeuse sur le visage.

« Mais pas le vieux Klaus, hein ! Il ne m'écouterait pas et c'est mon duché. »

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Ven 12 Déc - 14:48


Elsa Arendelle



    Qu'elle était faible, ô qu'elle était faible … Mais le sourire et le bonheur de son petit prince n'avait pas de prix, car voilà bien les seules chose en ce monde capables de réchauffer son cœur de glace et de la combler de bonheur. Elsa était faible, car bien trop sensibles aux états d'âme de Kay don les caprices étaient ceux d'un enfant qui en avait toujours reçu beaucoup, peut-être trop. Mais ce n'était jamais trop, aux yeux de la mère faible qu'elle était. Tout cela n'avait finalement que peu d'importance, Kay était heureux et ce don –qu'elle trouvait parfaitement justifié étant donné la situation– n'allait nuire en rien au royaume. Cela ne porterait préjudice qu'à un être vil qui l'avait bien mérité. C'était parfait, n'est-ce pas ?

C'est donc avec le sourire et le cœur léger que la belle souveraine accueillit son prince dans ses bras, lorsqu'il vint manifester sa joie. Voilà ce qu'elle aimait. Voilà ce qui n'avait pas de prix, ce pour quoi elle était prête à payer si chère, à tout donner, ou presque. Car si son seul désir était de rendre Kay heureux, elle n'était pas prête à tout pour ça. Elle n'était pas prête à l'abandonner, à le laisser partir ou à le céder à quelqu'un d'autre. Non. Elle le voulait heureux, mais elle le voulait avant tout pour elle seule.

Le ton s'était donc radicalement alléger et son fils avait retrouvé sa bonne humeur. Il était d'ailleurs bien rare de le voir aussi enthousiaste et c'était un peu consternant de savoir cela possible que parce qu'il venait d'hériter d'un duché. Il est certain qu'Elsa aurait préféré recevoir une telle manifestation de joie lorsqu'elle lui demanda si elle pouvait venir se balader avec lui, mais c'était le résultat qui comptait … peu lui importait ce qu'elle avait dû faire pour l'obtenir.

L'observant avec une grande tendresse, la reine des neiges souriait chaleureusement à son petit prince alors qu'elle le contemplait à nouveau comme la plus belle chose qui puisse exister en ce monde et tous les autres. Elle glissa doucement ses doigts dans les cheveux sombres du jeune homme alors qu'il venait de poser sa tête sur ses jambes et le caressa d'un geste bienveillant et maternelle jusqu'à ce qu'il se redresse avec une petite mine boudeuse et méfiante. Elle lâcha un léger rire très délicat en venant poser sa main sur sa joue pour le rassurer.

— La fonction de Klaus n'est pas régent et il n'est pas assez sédentaire pour ça. Je te conseillerais quelques personnes que j'estime digne de confiance et tu choisiras.

En effet, ce bon Santa Klaus était toujours coulé dans des contrées lointaines à voyager et découvrir d'autres cultures. Il avait beau être plus vieux encore qu'Elsa elle-même, il ne semblait pas être repus de découvertes. Il faut dire que les choses changeaient beaucoup à mesure des années, alors il y avait toujours de nouvelles choses à découvrir et à redécouvrir. Et bien qu'il s'aventure parfois à l'autre bout du monde, son grand oncle répondait toujours présent lorsqu'elle réclamait son aide. Lorsqu'il ne pouvait pas arriver sur place aussitôt, c'est par lettre qu'ils correspondaient. Ainsi, Klaus avait beau n'être presque jamais là, il n'était jamais vraiment absent.

Les doigts délicats de la reine glissèrent sur le visage de son fils, don les joues et le menton commençaient à faire naître quelques traces d'un duvet de barbe. Une main vint alors se nicher dans sa nuque pour l'attirer un peu plus vers elle afin d'elle dépose un baiser bienveillant sur son front.

— Tu es ce que j'ai de plus précieux … Lui murmura-t-elle avec tendresse. Tu le sais, pas vrai ?









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Lun 15 Déc - 9:06


Mon anniversaire ?

C'est le jour où tu m'as redonné vie.

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

La reine avait ri devant devant ses craintes. Comme il fallait s'y attendre, sa mère le rassura, apaisa ses craintes d'une voix douce et caressante, ses doigts s'enfouissant dans sa chevelure noire dans de doux va-et-viens. C'était comme lorsqu'il était encore un enfant et qu'elle voulait chasser ses mauvais rêves. La tendresse et la fraîcheur maternelle de cette main avait toujours su le reprendre aux griffes de la nuit et le ramener de l'empire des songes tourmentés. La douceur d'Elsa l'avait toujours ramené vers elle. Derrière son visage de marbre, la bouche du jeune homme se crispa en un léger sourire. Kay ferma les yeux. Elle aurait tout ce qu'elle voudrait de lui à présent.

Il ne dormait pas. Il imaginait ce rêve éveillé, l'amour de cette souveraine si belle et si bonne avec lui. Il sentait la caresse de sa mère se promener sur son visage, de la joue jusqu'au menton pour ensuite remonter, poursuivre l'exploration de sa peau. La caresse tendre... L'autre main de la reine quitta ses cheveux de jais pour aller glacer agréablement sa nuque et l'attirer encore plus, irrésistiblement vers elle. Kay se redressa alors quelque peu et se fit plus entreposant sur le sofa et contre le corps de la reine. Il reçut en récompense un tendre baiser sur le haut de son front qui lui picota doucement à la tête.

« Tu es ce que j'ai de plus précieux... Tu le sais, pas vrai ? »

Le joli compliment... L'amour d'une mère, d'une amante et d'une reine. Le cœur de glace du prince était comblé ! Et il ne saurait l'être que dans les bras blancs de la tendre Elsa ! Malgré la glace qui s'emparait de ses sens, Kay n'avait jamais cessé de rêver. Rêver de ces moments-là où Elsa et lui étaient comme seuls au monde. Loin de la laideur du monde. Contre le sein royal. Il ne savait pas vraiment ce qu'aimer pouvait bien vouloir dire mais il était fermement convaincu qu'elle l'aimait. L'amour c'était Elsa, rien d'autre. Le garçon n'avait jamais vraiment douté de l'affection de sa mère mais, comme tous les enfants, il avait déjà craint de la perdre, perdre toutes ces attentions. Il tuerait pour qu'elle ne soit qu'à lui. Il l'enfermerait dans une haute tour, à l'abri du monde entier et des amants méchants, s'il le fallait...

Kay ne répondit rien. Il baissa les yeux pudiquement et la pressa davantage contre lui, enroulant ses bras autour de sa fine taille. C'était elle qui ne savait pas que, sans elle, il ne serait rien, livré à l'horreur de sa propre monstruosité ! Sans elle, il serait le monstre qu'il était au fond de son cœur de neige... Il chassait pour fuir le tumulte du monde, être seul, mais, même s'il le cachait, il était toujours heureux de la retrouver après quelques jours. Kay ne soufflait toujours pas un mot, son souffle devenant plus lourd face à l'afflux de tant de bons sentiments qu'il ne maîtrisait pas. En guise de toute réponse, il posa ses mains sur les joues d'Elsa et, approchant d'un air gauche son visage du sien, il caressa son nez avec le sien, sa joue avec la sienne, ses lèvres avec les siennes... Il l'embrassa avidement, ne se souciant plus des Santa Klaus, des Weselton, des guerres et du sens du monde. Le royaume pouvait s'écrouler dans l'instant, il n'en saurait rien. Dans les bras de la Reine des neiges, le temps venait de s'arrêter.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Mar 16 Déc - 11:34


Elsa Arendelle



    Lorsque son petit prince était si proche d'elle, Elsa ressentait toujours cette sensation d'attraction étrange. Quelque chose, qu'en tant que reine des glaces froide et distante, elle n'avait jamais ressenti avant de le connaître et qu'elle ne ressentait qu'avec lui. Il faut même dire que cette beauté glaciale méprisait la proximité et exécrait les contactes physiques … si ce n'était pour lui, Kay, son prince adoré, l'exception à toutes les règles. Lorsqu'il l'approchait ainsi, la frôlait tout juste en plongeant simplement son regard dans le sien, c'est comme si elle pouvait sentir une sorte d’électricité la griser, un courant attractif émanant de lui et d'elle, s'attirant irrémédiablement l'un d'autre. Elle sentait tous les pores de sa peaux s'éveiller et frissonner, lors même que le froid ne lui avait jamais donné la chair de poule, Kay, lui, y arrivait.

Elle resta dans cet état jusqu'à ce qu'il ne daigne enfin enrouler ses bras autour de sa taille pour l'étreindre et elle put à nouveau apprécier la chaleur de son corps, cette chaleur qu'il devait être le seul à être capable de dégager, elle en était sûre, ou du moins, la seule chaleur qu'elle saurait tolérer. Les yeux de glace de la belle étincelèrent de mille éclats pailletés alors qu'il encadrait son visage délicat de ses mains de chasseur pour caresser son nez et sa joue avec une tendre douceur. La souveraine eut même le temps de sentir ce picotement électrique chatouiller ses lèvres avant qu'il ne dépose les siennes tout contre en un baiser avide qui chassa l'hésitation maladroite précédente. Aussitôt, tout sembla disparaître autour d'eux. Le peuple, la politique, le royaume, le château lui-même et tout ce qu'il contenait. Il n'y avait que Kay et ses lèvres douces et sucrées, Kay et la chaleur de son corps qui la réchauffait, Kay et cette attraction qui la grisait …

Peu soucieuse des convenances ou des serviteurs qui parcouraient le palais, la main d'Elsa se pressa légèrement sur la nuque de son prince alors qu'elle lui rendait le baiser avec autant de fougue que lui. De toute façon, vu l'humeur qui accablait la reine tout à l'heure, ses sujets n'oseraient plus approcher les lieux sans qu'elle ne les convoque. Et de toute façon, si Kay se moquait de ce qu'ils pourraient bien penser de cela, elle aussi. Elle ne serait pas la première souveraine à avoir une relation intime avec sa pupille, après tout, bien des rois finissaient par épouser la leur.

Alors elle l'embrassait, passionnément, langoureusement, amoureusement. La tendresse de son regard, de ses caresses puis de ses baisers et de leurs étreintes avait toujours exprimé clairement ces sentiments qu'elle ne saurait prononcer avec des mots. Alors qu'une de ses mains restait contre la nuque de son amant secret pour approfondir leur baiser sans lui laisser une chance de s'en échapper, l'autre parcouraient ses cheveux de jais et glissa jusqu'à son épaule alors qu'elle se laissait doucement basculer en arrière. Sa langue, aussi fraîche que le reste de son corps, glissa doucement à la rencontre de celle, brûlante, de son prince bien aimé. Sa main fit alors quelques allés et venus le long de son bras jusqu'à finalement venir se nicher au niveau de ses côtes où ses gestes remontèrent légèrement le tissus de l'élégant costume du dauphin.

La journée avait été riche en émotions les plus diverses. Cela n'avait pas été aussi parfais qu'Elsa l'avait escompté, mais Kay n'en semblait pas vraiment déçu, elle jurerait même le contraire. Après tout, en préméditant un tel affront, le Duc de Weselton avait finalement offert son propre duché au prince, n'était-ce pas généreux de sa part ? Elsa avait conscience que Kay était devenu un homme et hélas, si cela signifiait qu'elle pouvait profiter de ses soins dans sa couche, cela signifiait aussi qu'il allait peu à peu prendre son indépendance et se mettre aux devants des dangers de la politique et des guerres. Peut-être même … qu'il allait finir par vouloir partir ?

Comme si elle voulait à tout prix éviter cela, son baiser se fit plus avide et possessif encore. Kay ne voudrait jamais l'abandonner, pas vrai ? Comme Anna. Elle ne l'avait jamais abandonné, même après qu'elle se soit mariée, elle était restée à ses côtés, à Arendelle … jusqu'à sa mort. Mais Elsa ne voulait pas que Kay parte, pas même à cause de la mort … surtout pas à cause de cela. Elle refusait que quoi que ce soit ne le sépare d'elle. Elle ne tolérerait ni le temps, ni la mort … et encore moins une autre femme. Mais qu'importe, tout cela ne saurait exister pour le moment. Rien d'autre n'existait à l'heure actuelle, si ce n'est elle et lui, s'embrassant, s’étreignant, se caressant. Après tout, son petit prince ne l'avait pas eu, son dessert …









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 356
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Ven 2 Jan - 0:13


Mon anniversaire ?

C'est le jour où tu m'as redonné vie.

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

Le temps s'était arrêté. Kay ne pensait plus à rien. L'ambition et les fantasmes de la conquête du pouvoir l'avait quittés. C'était comme s'ils se retrouvaient gelées derrière une large couche de glace, délicatement écartés de l'instant présent pour mieux ressurgir une fois le fait accompli. Il n'y avait plus d'honneur ni de guerre à gagner. Dans les bras de sa mère, le prince d'Arendelle acceptait d'être comparé au pire des lâches tant qu'il pouvait continuer de sentir la froide et tendre étreinte qui l'emprisonnait. Contre le corps de sa belle, le dauphin maudit n'était plus qu'un homme, brûlé de l'intérieur par les flammes d'une passion qui avait fleuri en lui depuis qu'une certaine souveraine de la neige l'avait recueilli un beau jour, au beau milieu de l'hiver. Le monstre était apprivoisé. Il plongea dans les yeux d'Elsa et oublia tout.

Le temps ne redémarrait pas, figé dans l'instant où les deux corps se retrouvaient. L'enfant né de l'été épousait pleinement la reine de l'hiver pour éprouver les brûlures délicieuses du froid. Seuls les battements essoufflés de son cœur affolé marquaient encore de manière irrégulière les secondes qui n'avaient plus lieu d'être. Le monde se résumait à présent à chaque soubresaut dans le corps du prince et chaque caresse de sa jeune amante, chaque soupire, chaque souffle qu'ils s'offraient l'un à l'autre. Jamais tel baiser ne devrait s'arrêter, mais il aurait fallu les figer dans la glace pour que jamais leurs corps ne se quittent un jour.

Sans le jour, sans la nuit, le monde n'avait plus de sens. Le jeune homme n'était plus le fils. La belle n'était plus la mère. Ils n'étaient que deux, seuls au monde, où le seul réel lien qui existait n'était que l'amour sous toutes ses formes. Amour maternel. Amour charnel. Amour maudit d'un cœur figé dans la glace qui ne saurait être subjugué par un autre que celui de sa maîtresse. Amour volé aux règles de la société des hommes. La mère contre l'enfant. L'enfant étendu sur la mère. Au diable le monde ! Le monde n'était plus le monde. Le fauteuil n'était plus le fauteuil. L'océan bleu et soyeux s'était retiré depuis quelques temps déjà et la main du jeune homme évoluait sur un terrain de neige, doux et froid, un terrain vivant. Les caresses contre la peau maternelle.

L'enfant suivait les courbes des vallées d'Arendelle qu'aucun explorateur, même le plus téméraire, n'avait pu explorer. Le corps maternel ne vibrait que pour lui. Une nouvelle brise printanière souleva la plaine qui se cambra avec délicatesse, ployant sous les caresses d'un soleil aux rayons de jais et découvrant une tendre rosée à l'origine de toute vie. Comme une fleur s'ouvrant à la vie, le monde vibrait, mouillé de tendresse par le baiser du soleil. Pourtant, le temps n'existait plus.

Et l'univers se brisa. Déchirée, la plaine se courba pour accueillir le don d'amour. Et la neige trembla. Les pétales dansèrent. Ils dansaient. Lancinantes danses... Un souffle rauque. Le monde vibra encore. Arrêté, un peu, le temps de ressentir. Plus de temps. L'été dans l'hiver. Un baiser. Le temps sans temps s'accélérait. Dehors, le blizzard, la tempête. À l'intérieur, la tempête. La chaleur. Le feu. L'amour. Le corps devenu brûlant de la terre. L'eau salée s'écoulant de la neige. Un cri. Un autre. L'enfant dans la mère.

L'amour qui suit son cours.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


Informations
My life

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay]

Revenir en haut Aller en bas
 

Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Joyeux anniversaire au plus fort, au plus beau, au plus petit !
» joyeux anniversaire Houssem (MIDZ)
» Joyeux Anniversaire BRICE !!
» Joyeux anniversaire Maud !!!!!
» joyeux anniversaire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon A Time - Have you seen A white rabbit ? :: Fantasyland :: “ Le Royaume d'Arendelle ” :: Le château d'Arendelle-