RSS
RSS


Forum RPG dérivé de la série Once Upon A Time
 

Partagez | .
 
 Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 376
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Mer 1 Oct - 15:43


Elsa Arendelle



    Aujourd'hui était un grand jour pour le Royaume d'Arendelle, car le prince des neiges fêtait sa vingtième année et la Reine avait tenu à célébrer cela en grand pompe, ou presque. Elle avait gardé les préparatifs secrets et s'était fait tellement muette su le sujet que même le principal concerné devait en avoir oublié que c'était son anniversaire. Il était difficile de trouver un présent juste pour un jeune homme déjà si gâté, surtout que pour une vingtaine, il fallait bien trouver quelque chose de spéciale. Il y a bien des années que la Reine Elsa avait cessé de fêter ses propres anniversaires, car pour rester si bien conservée éternellement, on se laissait de ce genre de chose après soixante-dix ans … Alors, là, du haut de ses deux siècles bien tassés, cela n'avait plus aucun intérêt. C'est pourquoi, en accueillant le petit Kay, elle avait reprit goût à ce genre de fête, ne se lassant jamais de le gâter, même s'il était toujours difficile de voir ce qui pouvait bien lui faire plaisir ou non.

Lui faire plaisir, voilà un challenge. C'est dans ce but qu'elle voulu faire quelque chose de vraiment spéciale ! Et elle, la grande et belle Reine des Neiges, s'était mise en quatre pour trouver quelque chose d’exceptionnel. Et pour tout vous dire, elle avait même mis la main à la pâte, au sens propre comme au figuré … Profitant que le prince s'abandonne à une grasse matinée bien mérité, elle était descendue aux cuisines, pour la plus grande surprise de ses sujets qui préparaient un petit déjeuné royal. Ils étaient tous paniqués à l'idée de recevoir quelques remontrances vis à vis de leur travail, et c'est bouche bée qu'ils accueillirent la demande de leur Reine, lorsqu'elle réclama de quoi faire une tarte. Elle avait fait parvenir des fruits et des légumes rares venant du sud pour l'occasion et elle voulait en utiliser un certain nombre pour sa tarte. Ses sujets lui proposèrent bien le faire pour elle, mais la Reine était décidée.

— Je tiens à le faire moi-même pour mon petit prince, cette fois.

Son petit prince devenu bien grand, plus grand qu'elle d'ailleurs … Mais peu importe, c'était elle la reine, elle la plus vieille et donc il resterait toujours son petit prince. Ce fut bien laborieux, elle qui n'avait jamais préparé un seul plat de toute sa longue vie … Les cuisiniers lui expliquèrent brièvement la marche à suivre mais restèrent muet devant le mélange innovent qu'Elsa entrepris de faire en associant aliments sucrés et salés … Elle voulait faire quelque chose qui plairait à son prince, alors elle mit tout ce qu'il aime dans sa tarte … Sans distinction. Elle attendit devant le four le temps que cela cuise, puis, surprise par la chaleur en voulant la sortir de là, elle gela le tout malencontreusement. Four et tarte : gelés d'un coup. Malgré tout, c'est fière d'elle et couverte de farine qu'elle sorti des cuisines, ordonnant de servir sa création en dessert.

Elle partit ensuite se préparer pour l'occasion, revêtissent une somptueuse robe bleue aux brocards d'argent qui découvrait ses épaules délicates et mettaient ses courbes fines en valeurs. Un voilage raffiné formait un traîne derrière elle et un foulard de la même matière enroulait ses bras graciles. Sa longue chevelure d'un blond très pâle était coiffée d'une tresse qui dégageait son visage en donnant beaucoup de volume à sa crinière. C'est le sourire aux lèvres qu'elle se dirigea finalement vers la chambre où devait encore dormir son prince adoré. Elle entrant discrètement et vint s'asseoir sur le bord du lit pour le regarder dormir. Un sourire tendre habilla ses lèvres alors qu'elle passait sa main glacée dans ses cheveux de jais. Parfois, il lui arrivait d'avoir de la peine pour le cœur frigide de son garçon, car c'était à cause d'elle si cela était arrivé … Mais elle n'arrivait pas à le regretter. Non. Car sans cela, jamais elle ne l'aurait rencontré, jamais elle ne l'aurait recueillit … Jamais il ne l'aurait accepté.

Elle approcha doucement ses lèvres de son front pour l'embrasser avec tendresse , caressant sa joue avec délicatesse. Elsa avait beau se montrer tendresse, jamais elle ne pourrait lui apporter une quelconque chaleur, car même ses lèvres étaient constamment glacées.

— Réveille-toi … Mon petit prince. Souffla-t-elle doucement. Aujourd'hui est un grand jour.  









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 377
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Jeu 2 Oct - 21:51


Mon anniversaire ?

Pourquoi c'est toujours le mien

et jamais le tien ?

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa


Flop. Flop. Tombe la neige sur le monde. Flop. Flop. Tombe la neige sur tes songes. Et les années passaient, et les souvenirs souffraient le temps. En regardant les légers flocons se poser sur la neige tendre, le prince du royaume d'Arendelle en finissait presque par oublier que chaque seconde marquait sa trace indélébile sur son corps mortel. Lorsque ses yeux froids se réchauffaient devant la délicate figure de la souveraine des terres de l'Hiver, reine de ses nuits, il se rappelait, tout en brûlant de désir pour le corps glacé de son amante, qu'il était le contraire de l'éternité de la belle Elsa. Il fuyait alors cette dure réalité en se consumant dans ses bras aussi froids qu'accueillants où y brûlait l'amour authentique de leurs corps en quête d'une once de bonheur.

En contemplant le feu de la cheminée, Kay se rappelait parfois, au lieu de se torturer l'esprit sur ces questions métaphysiques, les joyeux événements passés à la Cour d'Arendelle. Il n'y connaissait pas grand chose aux bonnes choses de la vie mais voir le sourire d'Elsa lui suffisait à supposer que certains moments étaient assurément meilleurs que d'autres. C'est alors que, dans le flot troublé de son existence éphémère, le prince se rappela de son vingtième anniversaire...



« Réveille-toi... mon petit prince. Aujourd'hui est un grand jour. »

Kay remua doucement son épaule nue et rapprocha instinctivement le fin drap blanc vers son corps encore ensommeillé. Le souffle froid avait fait frissonné sa peau encore douce et jeune. Ses cheveux s'étaient volontiers dressés alors que de douces et fraîches paroles étaient venues tendrement se poser sur sa nuque blanche. Dans l'intimité du grand lit d'Elsa et du sommeil du garçon, le visage du prince se décrispa pour laisser ses lèvres esquisser un tendre sourire. Il aimait cette voix et avait même l'impression que c'était la seule qui sût réellement parler à son cœur.

« Elsa.., bougonna-t-il d'un air gentiment gauche. Pourquoi être si matinale ? Je n'avais pas prévu de partir à la chasse aujourd'hui. »

Il ouvrit les yeux pour les refermer aussitôt. Le soleil froid de l'hiver semblait décidé à chasser la nuit et ses douces rêveries. Le jeune homme plissa les yeux, luttant contre la lumière vive, pour y deviner les formes de sa tendre amante. Avec application, il finit par y voir les deux grands yeux d'Elsa, rupture de vert dans un ciel si bleu. Ils étaient si profonds comme ne penchant rien que pour lui. Kay sourit doucement et s'étira doucement en contemplant la robe de la majestueuse souveraine. Il ne savait pas s'il pouvait parler de beau en parlant d'un simple tissu, mais il devait reconnaître que la beauté de la reine mettait en valeur le vêtement. Mais même nue, il l'aurait trouvée la plus belle d'entre toute, dans leur cachette, loin du monde et des tumultes d'une Cour pourtant quasi-déserte. Loin du monde. Au cœur de l'essence-même de la neige.

Kay tendit mollement un bras ferme vers sa dame mais il dut convenir qu'elle ne devait être pas d'humeur pour prolonger leur repos salvateur si peu réparateur. Incapable de comprendre les sentiments humains, il devinait malgré tout les grandes aspirations de celle qui l'avait recueilli dans ce somptueux château de glace. Il n'avait plus devant lui le visage de l'amante folle d'amour mais plutôt celui de sa royale mère, soucieuse qu'il vive une enfance heureuse auprès d'elle en Arendelle, bien qu'il désirait se trouver plus près qu'auprès d'elle dans l'immédiat. Vaincu par la figure maternelle, il fit une petite moue à son attention mais ne lui tint nullement rigueur qu'elle se fut aussi vite vêtue. Il aurait été très fâcheux de déchirer une si jolie robe.

« Bien, Maman, fit-il docilement, en bâillant contre son poing fermé par respect pour les bonnes manières. Pourquoi hier était un plus petit jour qu'aujourd'hui ? »

La veille avait été pourtant mémorable et la nuit qu'il avait passé, son cœur pourtant si inerte et leur drap s'en souvenaient tout à fait. Il était encore trop tôt pour que le prince ne laisse aller son esprit rationnel à réfléchir et formuler diverses hypothèses sur l'importance de certains jours par rapport à d'autres. Les jours se valaient tous à ses yeux, tant qu'il pouvait en passer autant auprès de ses chiens qu'auprès de sa mère adorée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 376
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Ven 3 Oct - 13:09


Elsa Arendelle



    Chaque anniversaire est une célébration du temps qui passe, ils nous rappellent à quel point il est important de profiter de chaque instant qui nous ait donné avant qu'il ne soit trop tard. Il fut un temps où la Reine des Neiges aussi se pliait joyeusement à cette tradition, mais après que sa chère sœur s'en soit allée avec le cours du temps, elle avait jugé cela inutile … A quoi bon ? Tout cela n'avait plus aucun sens lorsque l'on est aussi éternelle que les sempiternelles neiges du sommet des montagnes. C'est comme si, finalement, depuis toute ces années qui l'avait séparé de sa sœur et de la rencontre de Kay, elle avait cessé de vivre tout en continuant d'exister. Elle ne vivait qu'à travers les yeux de ce jeune homme encore dans la fleure de l'âge et c'était quelque chose qu'elle voulait célébrer, non sans un fond d'angoisse à l'idée que, justement, si elle devait tant en profiter … C'est qu'il y aurait une fin … Une fin bien trop proche à son goût. S'il était encore aisé de profiter du présent avec insouciance, il en serait certainement tout autre dans quelques années, lorsque la célébration de leurs moments passés ensemble sera devenu un compte à rebours fatidique …

Le plus beau présent qu'Elsa eut jamais rêvé d'offrir à son petit prince était l'immortalité et la jeunesse éternelle. Ainsi, dans un idéal sans pareille, ils régneraient ensemble pour toujours. Elle avait cherché un moyen de lui offrir cela et elle était prête à payer le prix de la magie. Mais ni les secrets des montagnes qui lui avaient donner ce don, ni le Dark One ne semblaient répondre à son appelle … Elle avait entendu parler de bien des créatures capables de réaliser des vœux, dans les contrés lointaines du Sud, mais aucun de ses émissaires n'avaient encore mis la main dessus. Ça ne serait donc pas encore pour cette années, mais Kay n'avait que vingt ans … Oh, il avait déjà vingt ans …

Chassant ses angoisses au fond de son cœur, la reine passa tendrement ses doigts dans les cheveux de son fils et amant, alors que ce dernier ronchonnait gentiment. Il était toujours difficile à lever le matin, après ce genre de nuit tumultueuse et il était d'ailleurs plutôt étonnant que elle, elle ne le soit pas plus que ça. Son sourire était doux et son regard veillant, s'amusant de voir, qu'en effet, son petit prince ne semblait pas se souvenir de quel jour était celui-ci.

« Pourquoi hier était un plus petit jour qu'aujourd'hui ? » Demanda-t-il en toute innocence, faisant s'agrandir le sourire de sa mère.
— Tu ne devines pas ? Le fit-elle un peu mariner avant d'approcher ses lèvres des siennes. Hier n'était pas le jour de ta fête. Répondit-elle enfin.

Elle s'embrassa tendrement du bout des lèvres, comme pour laisser flotter un certain suspens. Oui, aujourd'hui, Kay prenait vingt ans et c'était un âge important pour les héritier de la cours d'Arendelle. Si Elsa s'était creusé la tête pour lui offrir quelque chose de vraiment spéciale, il est un présent qui lui parut tout à fait naturelle d'offrir en cette occasion en premier lieux et en plus des autres. Elle sortit alors un petit écrin en velours bleu marine décoré des armoiries d'Arendelle.

— Joyeux anniversaire, Kay.

Elle se redressa en invitant le prince à en faire de même et posant l'écrin dans sa main en l'ouvrant pour dévoiler une somptueuse chevalière en argent aux motifs finement gravés, ornée d'un saphir plus bleu et plus profond que le plus grand des océans. Si le sourire de la belle souveraine resta instant, son regard se voilât d'une certaine nostalgie en contemplant le joyaux royale. Personne ne l'avait plus porté depuis plus de deux-cent ans.

— Le joyaux d'Arendelle, dit l'étoile du nord de feu mon père, le roi d'Arendelle … il est transmit de père en fils depuis des générations, pour le vingtième anniversaire de l'héritier, mais il a été le dernier à pouvoir le porter. Il paraît que cette chevalière retrouve toujours le chemin d'Arendelle … Et cette légende dit vrai. Et plongea alors son regard dans le sien. Aujourd'hui, elle te revient de droit.

Elsa était bien placée pour savoir que la chevalière retrouvait effectivement toujours le chemin du royaume, car son père la portait lorsqu'il partit en mer pour ne jamais en revenir … Et seule la chevalière vint s'échouer sur les côtes d'Arendelle, quelques jours plus tard. Elle ne parlait habituellement jamais de son passé, ni de sa défunt famille. C'était un passé trop lointain et trop regretté pour qu'elle en ait la force. Ce n'était pas pour autant qu'elle n'y pensait pas, mais lorsqu'elle s'abandonnait à ses souvenirs, elle s'enfermait dans ses appartements et tout le monde savait qu'il ne fallait pas la déranger. Mais aujourd'hui était un jour de fête et c'était un plaisir que d'offrir ce joyaux à Kay, car elle l'estimait plus que digne d'en hériter.










_________________
Frozen is coming:
 


Dernière édition par Elsa Arendelle le Sam 4 Oct - 14:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 377
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Sam 4 Oct - 0:09


Mon anniversaire ?

Pourquoi c'est toujours le mien

et jamais le tien ?

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

Le sommeil et l'ivresse folle du désir s'en allait au fur et à mesure qu'il paraissait évident qu'Elsa, si joliment vêtue, n'allait nullement se dévêtir à nouveau. Kay avait alors repris de son sérieux, focalisa son attention sur la nécessiter de se réveiller pleinement pour écouter les propos de son auguste mère. Après s'être étiré une dernière fois, le jeune prince acheva son rituel matinal en ponctuant son geste d'un bref mais franc bâillement. Ses os craquèrent un peu alors que son esprit émergé tout à fait. Il voulait savoir pourquoi cette journée était aussi particulière aux yeux de la souveraine, mais elle semblait vouloir le faire languir encore un petit peu ce qui ne manqua pas de le faire esquisser une moue boudeuse, tant il détestait que quelque chose d'important puisse lui échapper.

« Tu ne devines pas ? lui demanda-t-elle sans réelle surprise alors qu'elle approchait, tentation suprême, ses lèvres froides de celle de son amant, sans pour autant lui offrir immédiatement le baiser salutaire. Hier n'était pas le jour de ta fête. »

L'annonce faite, la bouche de la grande reine vint enfin se poser contre celle de son enfant adoré comme pour le récompenser pour un acte dont il n'était, en fin de comptes, nullement responsable. Naître n'offrait après tout que bien peu de mérite. Vieillir demander bien plus de sang-froid que de passer ses journées à brailler en attendant de pouvoir téter goulûment le sein blanc d'une femme sans nom ni visage. Et pourtant Elsa avait décidé de célébrer en grande pompe son vingtième anniversaire. C'était vraiment déjà le vingtième ? Le sourire du garçon s'estompa aussitôt. Il détestait les anniversaires, témoins perfides d'une existence éphémère et sévèrement limitée.

« Joyeux Anniversaire, Kay, entonna la jolie maîtresse du Royaume d'Arendelle tout en se redressant et rompant un début d'étreinte qui aurait pu être des plus délicieux en toute autre circonstance. »

Elle somma alors, non sans tendresse, son amant à ne pas non plus rester affalé sur sa couche royale. Ne pouvant presque rien refuser aux yeux d'Elsa, le prince obtempéra avec nonchalance. Par le plus grand des hasards, la couverture de fourrure blanche était restée contre lui et préservait la nudité de son corps jeune et vigoureux où affluait la force de la jeunesse et la mélancolie des éclats de verre nichés au fond de son cœur. Une fois son cher enfant disposé, la reine des neiges sortit d'une de ses poches un écrin d'un bleu marine des plus élégants. Le regard grisonnant du jeune homme le détailla avec un désintérêt presque total. Que mijotait-elle encore ? Un bijou. Ces fétiches  et adorations des choses futiles de ce monde. Qu'importe une belle pierre si son porteur ne jouissait pas d'un pouvoir indiscutable sur la haute, la moyenne et la basse populace ? Kay portait très peu de ce genre de décoration, à l'exception de quelques insignes princières, preuves de son haut rang qu'il chérissait plus que son sang boueux et vil. Le prince le plus souvent dépouillé de ce genre de distinctions se sentait plus léger et plus apte à s'entraîner à l'art et à l'épée, qualités essentielles à ses yeux pour savoir imposer son autorité sur la plus grande majorité des habitants du royaume, humains comme animaux transpercés par ses flèches agiles. Elsa ouvrit malgré tout le coffret.

« Le joyau d'Arendelle, dit l'étoile du nord de feu mon père, le roi d'Arendelle... il est transmis de père en fils depuis des générations pour le vingtième anniversaire de l'héritier, mais il a été le dernier à pouvoir le porter, dit-elle en fixant avec un air presque solennel son enfant. Aujourd'hui, elle te revient de droit. »

Le bleu et le vert des yeux d'Elsa semblaient se livre une tendre et douloureuse bataille alors qu'elle lui tenait ces propos. Kay n'en manqua pas le spectacle magnifique de sa tristesse. Mais, au delà du regard presque magique de sa mère, c'était, finalement, son présent qui attirait son attention. Le garçon n'était pas très friand de bijoux ou de pierreries, mais la jolie chevalière qu'il avait devant lui était plus qu'une simple bague. Elle s'avérait même être tout sauf cela pour l'enfant de la reine. C'était une promesse d'héritage et de main-mise sur le royaume éternel d'Arendelle. C'était la promesse de la noble dame d'en faire officiellement son enfant, malgré les propos médisants qui planaient à la Cour sur les vilaines origines du garçon. Incapable d'exprimer des sentiments trop intenses, le visage du brun sembla pâlir quelque peu devant le poids d'une telle promesse et il toussa brusquement alors que son cœur venait de manquer un battement parmi les milliers qu'il pouvait bien faire en une journée, en une heure.

« Maman..., fit-il après avoir repris son souffle et tendant le bras vers l'écrin qui l'attirait tant à présent. C'est le plus beau des cadeaux.. mais n'est-il pas destiné à l'actuel dirigeant du pays ? À toi. »

Dehors la neige continuait à se glisser paisiblement du ciel jusque la terre blanchie. Quelques flocons, morceaux de coton glacé, allaient même jusqu'à caresser les carreaux de la vitre de la chambre royale. Mais parmi tous ces cristaux presque parfaits, l'étoile du Nord dans son écrin rayonnait d'une beauté bien plus grande encore.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 376
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Sam 4 Oct - 14:03


Elsa Arendelle



    La réaction de son petit prince devenu bien mûr fut aussi surprenante qu'amusante, très attendrissante, aussi. Il était difficile de faire sortir ce jeune homme au cœur glacé de son indifférence et pour autant qu'elle s'en souvienne, elle était la seule à y parvenir, ce qui était d'ailleurs idéal pour flatter son ego. C'est que la belle reine d'Arendelle était des plus jalouse et possessive, un simple regard d'une autre vers son prince suffisait à la contrarier, même si elle savait tout de même modérer ses réactions … Mais il n'était pas étonnant que Kay n'ai jamais vraiment eut de servante, tout juste des écuyers en cas de grand besoin. Une fois de plus, elle était parvenue à le surprendre et elle en était heureuse, d'autant plus que la modestie du jeune prince illégitime était tout à son honneur.

Elle sourit de plus belle devant les réserves qu'il émettait sur ce présent, devinant dans son regard embrumé que cela ne lui en faisait pas moins plaisir. Il estimait d'autant plus la valeur de se présent que cela le gênait de le recevoir ainsi, mais Elsa voulait qu'il comprenne à quel point il en était digne … Tant qu'il resterait à ses côtés, il resterait son petit prince, l'héritier d'Arendelle … Même s'il risquait de ne jamais porter la couronne en vu de la longévité de sa mère. Qui sait, après tout, peut-être que son prince deviendrait un jour son roi, mais il lui fallait régler bien des choses avant tout.

Sortant la chevalière royale de son écrin, la belle Reine des Neiges prit doucement la main de son fils et amant, en une caresse semblable à celles qui rythmaient leurs étreintes nocturnes. Elle admirait la façon don son corps avait pu évoluer pour devenir aussi puissant et vigoureux qu'aujourd'hui … à présent, son fils semblait avoir son âge et si cela avait un côté inquiétant, elle n'allait pas s'en plaindre tout de suite, car cela lui apportait bien des plaisirs. C'est en pensant à cela, aux délices du corps de Kay, qu'elle arbora son présent entre son pouce et son indexe.

— J'ai hérité de bien d'autres choses, mais ce joyau est bien trop grand pour moi, regarde. Elle est faite pour une main d'homme.

Comme pour prouver ses dires, elle enfila alors la bague à l'annulaire du jeune homme et elle sembla avoir été tailler pour lui. Il est vrai que les doigts d'Elsa n'auraient su supporter une telle chevalière, elle qui avait les doigts longs et si fins. Elle admira un instant son œuvre, la chevalière de son défunt père au doigt de son héritier et cela lui parut comme un chef-d’œuvre. Il était d'autant plus plaisant, au fond, de se dire que c'était là la seule chose qu'il porter pour le moment ! Oui, c'en était presque à regretter d'avoir dû se lever si tôt pour exécuter tous ces préparatifs, mais elle saurait amplement combler sa frustration le soir venu. Et après tout, c'était l'anniversaire de Kay aujourd'hui, elle ne lui refuserait pas un câlin quel que soit le moment de la journée.

— Tu vois, elle était faite pour toi. Ajouta-t-elle tendrement.

Elle caressa à nouveau la joue du prince des neiges, qui en avait de plus en plus l'étoffe, surtout avec ce joyau au doigt. Machinalement, et d'un geste typiquement maternelle, elle remit un peu d'ordre dans ses cheveux de jais hirsutes avant de venir déposer ses lèvres contre sa tempe. Jamais elle n'aurait cru, avant de le rencontrer, que la simple vision d'un visage aurait pu provoquer en elle tant d'alchimie. Elle mourait chaque fois d'envie de le couvrir de richesse et de baisé passion dès qu'elle posait les yeux sur lui. Cette amour et cette folle tendresse avait un double tranchant plutôt redoutable, car cela pouvait autant faire ressortir le meilleur que le pire d'elle-même.

Elle se releva, comme pour fuir une terrible tentation puis alla pousser le paravent derrière lequel était préparée une tenue des plus élégantes pour son prince. Les occasions étaient rares pour ce petit chasseur vagabond de revêtir quelque chose de si habillé, mais il fallait tout de même marquer cette journée d'une pierre blanche, et Elsa n'avait pas fini d'en rajouter. Rien n'était jamais trop pour son petit prince adoré.

— Habille-toi il est déjà tard. J'espère que tu as faim, car le déjeuner sera conséquent. Ensuite, nous pourrons faire ce que tu as envie.

Tu temps d'Anna, alors qu'Arendelle connaissait encore des étés, un tel anniversaire aurait valu d'ouvrir les portes du château et de faire un grand bal avec plein d'hôtes prestigieux mais aussi d'inviter le peuple à fêter l’événement dans la cours. Aujourd'hui, ce genre de fête était un peu révolu, ce n'était plus vraiment du genre d'Elsa et encore moins de Kay. L'intimité était une valeur sûr.










_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 377
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Jeu 9 Oct - 21:32


Mon anniversaire ?

Pourquoi c'est toujours le mien

et jamais le tien ?

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

Fallait-il accepter un cadeau aussi solennel ? Les yeux clairs du jeune prince ne cessait de glisser vers l'écrin bleu, l'intrigant écrin vêtu de bleu. Au fond de lui, cette soif insatiable du pouvoir, cette recherche incessante de s'élever au-dessus de tout ce qui pouvait se trouver à travers la petitesse du monde torturaient ses flancs comme pour l'inciter à prendre ce qui, dès lors qu'Elsa le voulait bien, lui revenait de plein droit. Et pourtant... Ses lèvres, dans leur sécheresse matinale, minaudaient un peu et hésitaient à accepter le digne héritage. Face à ses doutes, la tendre souveraine avait toujours une sage réponse pour balayer ses regrets de ne pas un être rempli d'amour et de tendresse gratuite envers son prochain. Les yeux du jeune homme ne voyaient, malheureusement, que les prix des choses. Chaque acte devenait alors une marche à gravir pour quitter la boue de sa naissance et s'enfermer dans un château de glace, loin des mottes de foin dans lesquels les enfants aiment tant se rouler. Le seul acte gratuit, qui, par le plus grand des hasards servait ses intérêts, était son affection pour sa chère mère. Les feux qui ébranlaient sa froideur habituelle quand la main d'Elsa se pressait dans la sienne et quand dans leurs accolades ils ne formaient plus qu'un.

La reine des neiges trancha net le débat qui n'était finalement qu'une attente superficielle face à l'inévitable et ouvrit le petit coffret que Kay s'était mis à convoiter dès lors qu'on le lui avait figuré comme un des plus grands emblèmes des princes et rois d'Arendelle. Les doigts fins et délicats de la jeune femme glissèrent alors le long du bijou dont la pierre brillait d'une lueur presque envoûtante. Près d'un tel trésor, les doigts d'Elsa semblaient encore plus attirants à un tel point que le prince les aurait couvert de baisers pour n'en obtenir qu'une once de caresses, conscient que chaque tendresse était un investissement sûr pour de plus tendres embrassades. La souveraine expliqua alors en passant l'anneau à son doigt qu'il était bien trop grand pour lui et c'était évidemment le cas. Dans un sens, elle aurait pu porté les armoiries de sa maison autour d'une longue chaîne d'argent pour le porter à son cou, mais Kay se garda bien de lui proposer cette solution, estimant que la chevalière royale seyait tout autant à son doigt. Elsa venait en effet de la lui enfiler sans aucune difficulté tout en l'attirant près d'elle et en caressant furtivement le dos de sa main. Elles semblaient faites pour lui. Un troisième œil amoureux le regardait tendrement autour de son doigt, mais très vite le regard du prince glissa plutôt vers ceux de sa chère Elsa qui se pencha vers lui pour lui donner le baiser qu'il attendait tant et qu'il attendrait toujours. Si elle le tentait ainsi...

L'amante se redressa comme pour aller se réfugier derrière un large paravent qu'elle poussa au-devant de son enfant chéri. Un tenue élégante s'y trouvait. Un costume de gentilhomme de Cour. Il était d'une étoffe bleue foncée qui rappelait inévitablement les couleurs de ce si beau royaume de neiges. Par endroit, des fils argentés rendaient l'habit des plus délicats en l'exposant à un nouvelle éclat presque lunaire. Pourtant le prince n'en était que moyennement satisfait. Les quelques rares broderies et rubans qu'il croyait apercevoir le mettait encore mal à l'aise, malgré son désir de paraître de noble lignée autant qu'il était convaincu de le mériter.

« Habille-toi, il est déjà tard, souffla-t-elle presque à regret mais avec une certaine anxiété satisfaite dans le regard. J'espère que tu as faim, car le déjeuner sera conséquent. Ensuite nous pourrons faire ce que tu as envie. »

Kay hocha la tête tout en haussant les épaules comme en guise de muet assentiment. Il repoussa les draps et la couverture de fourrure qui le protégeait du froid face auquel ni sa chair ni sa pudeur ne souffraient pas. Il se hissa alors hors de la couche royale et s'approcha dans le plus simple appareil de la tenue trop belle pour couvrir sa chair pâle aux muscles sauvages. Il commença par les chausses, cette espèce de longue culotte qu'il détestait par-dessus tout porter pour la chasse car il avait l'impression qu'il montait moins bien à cheval avec. Il enfila ensuite le pantalon légèrement bouffant puis la veste élégante qui lui donnait l'impression de s'être changé en drapeau de la nation d'Arendelle. Il se sentait ridicule, mal à l'aise, mais il ne se plaignit pas. Paraître grand, beau, fier restait son travail de souverain. Une fois devant le miroir, il fut surpris de constater qu'il était bien loin d'être laid. Il ressemblait tant à Elsa dans ce costume et ses boutons d'argents allaient tellement avec son propre œil maudit, chatoyant gentiment les pâles rayons du soleil. Il avait mal noué l'étoffe soyeuse qui devait faire office de cravate, mais ce détail ne le gênait guère lui qui était pourtant pointilleux et trouvait toujours du laid dans toutes les jolies choses d'une vie insupportable. Il se tourna vers sa mère, le visage figé entre la gêne, l'ennui et une certaine fierté incontrôlée.

« Alors ? trancha-t-il, devenu, tout d'un coup, si peu sûr de lui. »

Il portait au moins fièrement la chevalière d'Arendelle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 376
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Sam 11 Oct - 18:41


Elsa Arendelle



    La belle reine d'Arendelle observa son petit prince avec convoitise alors qu'il se levait pour se vêtir. Son regard de glace parcourait le corps nu de cet amant fougueux avec gourmandise, se délectant de la simple vision de chaque partie de son corps musclé. Il y avait de quoi donner envie de l'arrêter dans son entreprise pour le garder comme ça et venir s'accorder à lui dans ce plus simple appareille. Passer une telle journée au lit avait son charme et elle aurait pu faire servir le dîner ici … Oui, c'était très tentant, mais elle refusait de succomber à cette tentation. Plus longue serait l'attente, meilleur serait le dénouement, pas vrai ?

Le prince des neiges ne tarda pas à cacher ce corps délicieux du regard de la reine et son regret ne l'accabla pas longtemps, car il était magnifique. Le bleu marine et l'argenté lunaire d'Arendelle lui saillait à merveille et il avait l'allure du plus noble des princes et même des roi ainsi. Le cœur de la beauté glaciale sembla se réchauffer d'un sentiment de fierté, presque, non, parfaitement émue de le voir ainsi. Malgré son air penaud, son regard avait le même éclat de noblesse que le sien, fait de la même glace, de la même trempe. Un sourire tendre et maternelle habilla aussitôt les lèvres d'Elsa, qui s'approcha de lui alors qu'il quémandait son avis.

— Tu es superbe. Répondit-elle sans détour, venant réajuster son foulard d'un geste minutieux, avec un léger rire chaud. Digne de l'héritier d'Arendelle.

Elle lissa précautionneusement les pans de sa veste, le regardant avec autant de convoitise que tout à l'heure. Il était très élégant comme ça, mais cela ne lui en donnait pas moins l'envie de le dépouiller de ses vêtements pour autant. Elle réajusta également ses cheveux de jais avant de lui caresser doucement la joue, lui prenant doucement la main portant le joyaux d'Arendelle pour l'embrasser. Elle sourit alors de plus belle, sans le lâcher des yeux, puis, lui prenant le bras, elle l'entraîna tranquillement à l'extérieur de la chambre, déambulant noblement à ses cotés. Le palais était aussi vide et silencieux que d'habitude, seulement peuplé de quelques gardes si statique qu'ils semblaient être des armures vides. C'était une ambiance à laquelle ils étaient accoutumés et si Elsa n'avait jamais demandé à son prince si cela lui convenait, elle savait très bien qu'il préférait la compagnie des bêtes plutôt que des hommes.

Ils arrivèrent finalement dans la salle de réception qui avait été richement décorée pour l'occasion. Seuls deux couverts furent dressés pour eux et la belle reine des neiges délaissa un instant le bras de son prince pour avancer dans la pièce en lui présentant le tout d'un geste élégant. Les mises en bouche et les entrées avaient déjà été servis et le parfum de la nourriture donnait l'eau à la bouche.

— Pour de tels occasions, on aurait habituellement invité des gens pour une grande réception, mais j'ai pensé que quelque chose de plus intime te conviendrait mieux.

Elle revint près de lui pour l'accompagner jusqu'à sa place, impatiente que le repas se termine pour qu'il goûte sa tarte – en espérant qu'elle ait au moins décongelé d'ici là ! Elle semblait inhabituellement enthousiaste, mais c'est bien parce qu'ils étaient en tête à tête. Elle ne ressentait pas le besoin de porter le moindre masque à ses côtés, non, avec lui, elle retrouvait son âme de jeune fille inconsciente.

— Pour le dessert, je te réserve une petite surprise personnelle …

Dit comme ça, avec ce ton et ce regard mystérieux, ses mots avaient une forte teneur lubrique, bien que ça ne soit pas du tout voulu pour le coup. Il faut dire qu'elle en était tellement fière de sa tarte … Que pour elle, c'était bien plus excitant qu'une partie de jambe en l'air. Enfin, non, peut-être pas à ce point … Mais en tout cas, ce n'était pas comparable. Elle s'installa donc avec son petit prince à table, elle avait commandé le menu avec beaucoup de minutie, sélectionnant tous les plats préféré de Kay. La reine ne comptait pas quand il s'agissait de rendre honneur à son fils adoré.










_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 377
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Mar 28 Oct - 0:36


Mon anniversaire ?

Pourquoi c'est toujours le mien

et jamais le tien ?

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

Alors qu'il venait de se vêtir, bon gré, mal gré, Elsa s'approcha de son fils pour contempler le résultat. Bien que c'était ce à quoi son orgueil aspirait le plus, le garçon se sentait bien gauche dans son costume de prince. Le regard expert de sa mère ne manqua pas, par ailleurs, à le mettre légèrement mal à l'aise alors qu'elle réajustait l'étoffe qui devait tenir lieu de cravate. Les derniers détails réglés, il pouvait paraître à présent en costume d'apparat comme un digne héritier d'Arendelle. Il était loin de la perfection, et les rapides caresses de la jeune femme sur le tissu de sa veste pour en chasser les plis ne manquaient pas de le lui faire comprendre s'il ne s'en était pas rendu compte par lui-même. Pour finir, la noble souveraine passa une main maternelle dans ses cheveux en désordre pour tenter d'y imposer un semblant de discipline. Tant de précautions pour un si petit résultat. Aux yeux de la Cour et de la populace, il ne restait qu'un bâtard doublé d'un parvenu qui était tout sauf bienvenu dans ces si glorieuses contrées. Et comme il aimerait les faire taire en leur faisant couper la tête ou en les enfilant sur le bout de son épée pour prouver sa valeur plus haute que la leur ! Toutefois, Kay chassa ses sombres pensées et esquissa un maigre sourire agrémenté d'un léger hochement de tête lorsque sa bienfaitrice le complimenta. Autant que son allure plaise à la seule personne qu'il affectionnait en ce bas monde.

Une fois sa tenue acceptable, il prit la main de celle qui l'avait recueilli dans son royaume de flocons et de neige et consentit à l'accompagner dans la salle de réception pour, sans doute, y festoyer pour marquer un événement dont il se souciait bien peu en fin de comptes. Le jeune homme posa sa main tiède dans celle délicate et froide d'Elsa afin qu'ils sortent du même pas de la chambre de la reine. Ils descendirent sans précipitation les escaliers de la grande tour qui abritait les appartements royaux. Kay avait presque l'impression que la belle souveraine était un peu plus vive qu'à son habitude, comme si elle voulait déjà être arrivée en bas, avant d'avoir descendu les étages un par un, et au risque de manquer une marche et de s'offrir à une chute périlleuse. Le prince, pressant légèrement le pas, avait serré plus fort la main de la demoiselle de peur qu'elle ne chût effectivement de sorte que, heureusement, ils arrivèrent à destination sans aucun accident notable.

Lorsqu'on poussa les larges portes glacées de la salle de réception, le jeune homme ne put retenir sa surprise plus longtemps et en lâcha la douce main de la maîtresse des lieux. Quelque chose l'étonnait depuis qu'il avait quitté la couche d'Elsa. Ils n'avait, en effet, croisé que bien peu de monde, et, en dehors de quelques gardes aussi rigides que des statues de glace ou quelques inaudibles serviteurs, l'œil froid du prince n'avait croisé aucun notable, pas même un regard condescendant à son attention. Seuls deux couverts étaient disposés sur la large table qui pouvait bien en accueillir au moins deux ou trois douzaines supplémentaires. Devant l'évidence qu'ils dîneraient seuls, le poids qui semblait peser sur ses épaules parut s'alléger et il cessa de rentrer autant le ventre et de garder son menton si haut. Il se laissa aller à contempler la décoration des lieux. Des banderoles portaient les emblèmes de la famille royale à laquelle il tendait tant à appartenir. Les mêmes couleurs que son costume tapissaient les murs gelés du palais. Plusieurs chandeliers d'argent offraient au lieu une somptueuse clarté comme si un véritable bal allait être organisé. Le château était en fête pour eux seuls. Satisfait, Kay qui venait d'atteindre sa place habituelle, s'assit sans dire un mot, un léger pli à la commissure de ses lèvres traduisant sa supposée bonne humeur contenue.

« Pour le dessert, je te réserve une petite surprise personnelle..., claironna la belle Elsa à l'attention de son petit protégé. »

Kay haussa un sourcil en la regardant d'un air suspicieux sans pour autant que son timide sourire ne quittât son visage habituellement si peu expressif. Il ne savait pas exactement de quoi elle voulait parler, mais, restant un homme aux fantasmes typiquement masculins, il pouvait aisément imaginer que la surprise aurait, après tout, les mêmes saveurs que la nuit dernière et qu'il y goûterait toujours avec le même plaisir non dissimulé. Faire l'amour à Elsa donnait toujours grande faim et le prince accueillit cette idée avec le même plaisir que la première fois qu'ils s'étaient vraiment retrouvés. Il projetait de partir quelques jours en forêt ensuite pour mieux la retrouver ensuite. Mais aussi pour mieux se retrouver lui-même dans la solitude des bois.

« Ne suis-je pas un peu trop gâté ? ironisa presque gaiement le garçon au cœur en proie aux glaces éternelles. C'est... »

Le discours du prince s'arrêta net lorsqu'il remarqua qu'une des nappes bleues de la table, non loin de lui portait une très visible imperfection. Elle n'était pas si flagrante que cela, car il ne venait que de l'apercevoir à l'instant. Mais à présent qu'il avait posé les yeux dessus, il lui était tout simplement impossible d'en retirer son regard vif, inquisiteur. Son œil maudit remarquait, pour tout dire, le moindre désordre dans l'ordre de toutes choses. De l'encre souillé le si joli tissu... Kay fronça les sourcils et en abandonna tout à fait son admirable hôtesse pour focaliser toute son attention sur la nappe et le défaut en question. Il se redressa sur sa chaise et se pencha un peu plus en avant vers la table. Il ne rêvait pas. Il pouvait très nettement distingué des lettres sur le tissu soyeux qu'il ne put s'empêcher de lire et qui disait à peu près en ces termes :

Un bon anniversaire au putain de la reine !
Qu'il retrouve assez tôt la boue qui l'a vu naître ;
Le temps faisant moisir cette mauvaise graine.
Un bon anniversaire au bâtard et au traître !

L'alexandrin était bon, savoureux, peut-être, mais terriblement offensant. Face à la violence du pamphlet, le visage du putain, du bâtard et du traître se raidit quelque peu sans que pour autant il ne laisse paraître plus que de raison sa colère froide qui lui dévorait à présent les entrailles. Il serra les dents et se rassit convenablement, fulminant intérieurement contre la diatribe qui venait de le viser directement. Bien qu'aimé d'Elsa, il restait malgré tout un parvenu. La reine était aussi aimée que crainte par son peuple alors que son rejeton n'était, au final, que la risée de chacun. Tantôt on le peignait caché lâchement dans les jupons de sa mère, tantôt, comme dans le cas présent, en profiteur, usurpateur et paysan bouseux, insulte qu'il abhorrait par-dessus tout.

« Qu'en passons-nous à table ? déclara-t-il, lentement, froidement, faisant claquer chaque syllabe qu'il lui fallait prononcer et dont certaine se mourrait en un sinistre sifflement. »

La vengeance n'était-elle pas, après tout, un plat qui se mangeait froid ? Et quel meilleur endroit pour la déguster que ce beau royaume enneigé !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 376
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Mer 29 Oct - 14:50


Elsa Arendelle



    Ce jour de fête devait être parfait, sans le moindre faux pas, afin que le sourire de son fils au cœur maudit ne quitte pas ses lèvres un seul instant. Pourtant, ce sourire le quitta bel et bien subitement, sans qu'elle ne comprenne pourquoi, le coupant même en début de phrase. Il ne pouvait cesser de sourire pour la simple raison d'être ''trop gâté'', c'était son petit prince après tout, même s'il jouait les modestes, elle savait que cela devait bien lui faire plaisir. Le problème était qu'elle l'aimait tellement qu'elle ne se rendait pas toujours compte que le peuple ne l'acceptait pas aussi bien qu'elle l'escomptait. Pour elle, il était son fils légitime et il était donc tout aussi légitime qu'il hérite de ses biens et du trône. Son sang lui importait peu et l'environnement dans lequel il était né également. Cette vie n'était plus la sienne, les gens qui l'avaient vu naître n'était pas ses parents. C'était elle, sa mère, sa seule et unique mère. Elle ne s'était jamais souciée de l'inquiétude qu'avait bien pu ressentir les proches de ce garçon qu'elle s'était appropriée, car de toute façon, elle estimait qu'ils ne le méritaient pas. Il l'avait rejoint, elle l'avait accueillit et chéri. Elle lui avait donné la place qu'il méritait. Non, pour elle, il n'était pas envisageable de ne serait-ce que douter de la légitimité de son petit prince.

Pourtant, les gens doutaient. Les gens ne l'acceptaient pas. Sans doute étaient-ils jaloux, mais en attendant, Kay était le seul à ne l'avoir jamais regardé avec crainte. Si ses sujets la respectaient, c'est parce qu'il la craignait un peu, bien qu'ils aiment et tiennent grandement à leur reine sempiternelle. Mais ce garçon qu'elle rencontra au milieu d'une plaine enneigée sans fin lui avait toujours paru tendre et aimant. Le seul. Ce n'était pas par hasard, elle savait ce qu'il en retournait, sans cette malédiction, elle ne pourrait pas le toucher comme elle le faisait presque chaque soir dans sa couche. Et ça, elle l'avait un peu provoqué, c'est vrai … Mais elle ne le regrettait pas. Cette malédiction était un bien moindre prix pour ce que lui avait donné la magie. Elle lui avait donné un fils, un amant à aimer … Et cet être qu'elle aimait tant était perturbé, contrarié, attristé par quelque chose, lors même qu'elle s'était personnellement appliquée à faire de ce jour un jour parfait.

Quelqu'un ou quelque chose avait contrarié son fils bien aimé et l'inquiétude envahit le cœur de la belle souveraine, dissimulant un soupçon de colère qui commençait déjà à rafraîchir l'atmosphère. Elle suivit alors le regard de son petit protégé, se penchant légèrement pour repérer quelques lettres encrées sur la jolie nappe brodée. Rien que pour avoir osé souillée cette nappe, elle devrait faire pendre le coupable, alors quand elle parvint tant bien que mal à déchiffrer ce que constituait ces mots – devant les lire à l'envers – son regard s'assombrit et se glaça plus que de coutume. Ces mots n'étaient pas insultant que pour le principal concerné, ils l'insultaient elle, également.

Quelqu'un avait osé tacher cette merveilleuse journée. Quelqu'un avait osé porter atteinte à l'intégrité de la reine et de son fils bien aimé. Quelqu'un de jaloux n'aura pas supporté de s'être montré des plus indignes lors même que son petit prince, lui, était exactement à la place qu'il méritait. Les doigts délicats de la reine des neiges se crispèrent, se refermant  fermement pour sceller son poing. Kay ne dit mot sur ce qu'il venait pourtant clairement de lire et comprendre et bien que sa noblesse soit louable, Elsa ne comptait pas laisser passer cet outrage. Déjà, son siège se recouvrait de glace, prolongeant le dossier en quelques stalagmites menaçant. Son regard semblait capable de vous transformer en statu de glace en un regard et pourtant, il restait tendre lorsqu'elle l'adressa à son fils irrité, impatient de passer à table pour passer le goût amer de ces vœux empoisonnés. Elsa releva le menton. Elle semblait sur le point d'imploser, mais son tact et son froid légendaire semblait bien plus écrasant que n'importe quel éclat de voix. Elle releva le menton et fit signe au serviteur qui se tenait non loin des gardes qui veillaient aux portes de la salle de réception.

— Hâtez-vous d'apporter le repas et la boisson. Et faites venir tout le personnelle. Elle eut un sourire particulièrement acerbe, elle semblait plus montrer les crocs que manifester un geste de sympathie. Tout ce travail mérite remerciement et récompenses. Ajouta-t-elle d'un ton étrangement indéchiffrable.

Elle voulait remercier comme il ce doit la personne très attentionné qui avait laisser ses vœux sur cette nappe si élégante et riche. Le serviteur se hâta d'exécuter les ordres, si bien que les plats furent vite rapportés et les serviteurs ainsi que la garde se présentèrent en rang parfait à leurs côtés. Elsa ne les regarda pas tout de suite. Son silence glacial semblait annoncer la mort, ou quelque chose de bien pire. Elle se contenta pourtant de lever sa coupe pour trinquer avec son fils.

— A l'anniversaire du prince d'Arendelle. Dit-elle d'une voix claire et solennelle.

Elle porta alors son verre jusqu'à ses lèvres pour goûter le breuvage doré et pétillant qu'il contenait. Chacun de ses gestes étaient délicats et élégants et pourtant, lorsqu'elle reposa sa coupe, elle s'était recouverte d'une épaisse couche de givre. C'est alors qu'elle se leva pour se tourner vers ses sujets, commençant à remonter l'allée qu'ils formaient. Elle planta son regard sur chacun d'eux et le froid ne cessait de se faire plus mordant alors que la glace traçait le chemin de chacun de ses pas, dessinant comme un long traîne derrière elle.

— Vous tous avez été si attentionnés, si soucieux de chaque détails pour faire de ce jour … un jour exceptionnelle. Et dans cette cours, ce genre de chose se voit toujours récompensé à sa juste valeur.

Chacun de ses pas résonnait dans l'immensité silencieuse de la pièce, comme une lame qui s’affûtait avant de s'abattre dans la gorge de sa victime.

— L'un d'entre vous est, je crois, un poète émérite et aura pensé à faire parvenir ses vœux au prince. Elle les observait avec attention, tenant de trouver le coupable en un regard. J'aimerais que ce poète me gratifie d'une autre de ses œuvres. Lequel d'entre-vous est-ce ?  










_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 377
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Jeu 30 Oct - 20:22


Mon anniversaire ?

Pourquoi c'est toujours le mien

et jamais le tien ?

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

Dire ce que ressentait exactement le jeune homme immédiatement après la lecture du pamphlet n'était guère chose aisé. Dans le fond, même lui, ne savait pas véritablement quoi en penser. Son orgueil venait d'être sévèrement blessé mais son cœur, siège de ses sentiments, restait préservé de tout ressentiment dans une éternelle prison de glace. Kay n'en oubliait pas pour autant sa fierté assiégée et nourrissait dans ses plus sombres et savantes pensées une vengeance qui s'abattrait lentement, cruellement, lorsqu'il connaîtrait l'identité du poète trop inspiré pour continuer de rimer librement.

Le prince vit que sa mère venait de remarquer les graffitis sur la jolie nappe dentelée. Il aurait pu tenter de la rassurer, lui dire que ce n'était que bien peu de chose et que cela ne l'affectait pas tant que ça. Il aurait pu, mais il se garda bien de réaliser l'impossible. Il ne savait que trop bien que l'amour maternel blessé de la fière souveraine ne pouvait être apaisé par de simples paroles, mais par une juste punition du coupable. Kay se redressa calmement, laissant sa tête reposée contre l'imposant dossier de son siège pour observer, froidement et en retrait, la tournure que les éléments allaient prendre.

Elsa venait de convoquer tout le personnel du château. De longs stalagmites fleurissaient du sommet de sa chaise comme pour montrer sa colère croissante et mal contenue. Le prince était toujours admiratif de ces excès de colère, cette explosion de puissance et de sentiments dont il se savait totalement incapable. Bien qu'elle cachait son ressentiment avec un visage avenant, altier correspondant aux personnes de son rang, on pouvait voir à travers ses grands yeux le blizzard qui se déchaînait en elle, cette ire ancestrale propre à la Reine d'Arendelle. Qu'elle était belle ! Le jeune homme ne cessait de la trouver plus grande et puissante de jour en jour et, bien que censé avoir l'air attristé par les mauvais vers dont il avait été l'objet, il ne pouvait s'empêcher de se complaire dans la contemplation, dans l'admiration même, de la maîtresse des lieux.

On apporta sans plus attendre une bouteille d'une tendre liqueur dont seul les meilleurs brasseurs de ce royaume du Nord avaient le secret. Peine perdue, la Reine des Neiges ne faisait que s'échauffer. Elsa s'empara de sa coupe et se pencha vers son fils qui venait de faire de même pour faire tinter leurs gobelets en matières si précieuses. Kay aimait le son cristallin que produisit la rencontre entre leurs deux verres. Une note précise qui vibrait dans l'oreille de jeune homme d'une telle façon qu'il la trouvait tout simplement belle. Et sa brièveté la rendait encore plus agréable, car chaque chose, sauf le règne de sa noble bienfaitrice, avait toujours une fin. Alors que le son n'était plus qu'un lointain échos, il porta le breuvage à ses lèvres d'un air totalement indifférent à la foule des serviteurs s'amassant non loin de leur table. Le liquide n'était pas désagréable mais souffrait d'un manque de caractère prononcé. Ni trop corsé, ni trop sucré, la boisson ne parvenait pas à imposer une sensation plus forte qu'une autre.

Elsa se leva. Le prince se contenta d'observer, en silence et avec un calme serein la scène qui allait se dérouler. Son regard froid se promenait de visages inquiets en visages gênés avec un air de majesté qui le rendait pas moins inquiétant. On l'estimait indigne du royaume ? Il allait se comporter en personne de haute lignée pour prouver à tous le contraire à l'aide de son calme glacial qu'il aurait presque pu hériter de la Reine des Neiges elle-même. Il laissa ainsi sa mère questionner ses sujets en s'accordant le temps de la réflexion pour intervenir, au moment qu'il jugerait le plus opportun pour faire son effet.

« L'un d'entre vous est, je crois, un poète émérite et aura pensé à faire parvenir ses vœux au prince. J'aimerais que ce poète me gratifie d'une autre de ses œuvres. Lequel d'entre-vous est-ce ? »

Kay savait pertinemment qu'attendre que quelqu'un se dénonce était particulièrement inutile dans le cas présent. En outre, bon nombre de personnes au château le détestait suffisamment pour se laisser aller à un peu de poésie. Pourtant, il était presque sûr de l'auteur du pamphlet. Son œil gris et incisif quitta l'interrogatoire et se posa, inquisiteur, sur la nappe souillée. La calligraphie n'avait rien d'extraordinaire, du moins pour un esprit moins méticuleux que celui du jeune prince. Les lettres étaient trop parfaites pour que celui qui avait écrit sur le tissu ne soit le véritable auteur du quatrain. On aurait dit un simple recopiage plein de zèle, propre à ceux qui ne comprennent pas le fonctionnement de l'alphabet et se contente de reproduire, le plus fidèlement possible, ces étranges hiéroglyphes qu'on appelle voyelles et consonnes. Un serviteur illettré devait avoir reproduit le pamphlet rédigé par un courtisan certainement. Le sourire du garçon s'élargit. Si le crime était récent, le faussaire devait encore avoir le modèle sur lui. L'affaire était à moitié réglée !

Kay se leva à son tour, sans précipitation, prenant même la peine de repousser sa chaise derrière lui. Il s'avança faire la colonne de domestiques avec cet air bourru, froid et indéchiffrable qui lui semblait inné. Un fois devant les premiers suspects, il força son visage à sourire d'un air presque chaleureux tandis que ses yeux gardaient leur froideur habituelle.

« Si je puis me permettre votre Majesté, souffla-t-il poliment à l'attention d'Elsa avant de faire face à toute l'assemblée. J'aimerais que chacun vide ses poches et montre un peu ce qui s'y trouve. »

Au fond de lui, l'ego du garçon jubilait. Une fois l'un des complices sous la main, il trouverait bien un moyen de le faire parler pour le faire remonter jusque son véritable ennemi. Tout le monde saurait alors que le prince d'Arendelle n'était nullement un sot se cachant dans les jupons de sa mère. Il méritait le respect et il l'imposerait à tous, de n'importe quelle façon.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 376
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Ven 31 Oct - 13:35


Elsa Arendelle



    Si la plupart des assistants de cuisine ou chargés d'entretiens étaient illettrés, les divers gouvernantes et autres majordomes pouvaient être très cultivés. Les prescripteurs, par exemple, étaient choisi pour leur manières irréprochables, leurs connaissances et leur intellect. Cependant, ils étaient de ce fait des personnes de confiance, très respectueuses, ne voulant que le bonheur de leur reine. Elsa doutait donc que l'un d'eux soient l'auteur de cette lettre et si part le plus grand des malheurs cela s'avérait pourtant le cas, elle serait d'autant plus sévère pour qu'on ait osé trahir sa confiance. Mais si aucun d'eux n'étaient le poète recherché, il était impossible que personne n'ait vu le coupable.

Tous ses sujets étaient pétrifiés mais aucun ne pipait mot. Il savait que le courroux de leur reine pouvait être terrible lorsque l'on ose porter atteinte à l'intégrité de son fils bien aimé … Ou qu'on ose le convoiter. Elsa était une femme jalouse et possessive dès plus dangereuse étant donné ses pouvoirs et sa position à la tête du royaume. Elle observait patiemment ses sujets, comme une lionne prête à bondir sur la première gazelle qui s'aventurerait un peu trop loin du troupeau. C'est alors que son fils se leva pour la rejoindre. Elle ne tourna la tête vers lui que lorsqu'il l'interpella et reporta son attention sur ses gens alors qu'il émettait sa requête. Comme personne ne bougeait, le regard de la reine s’affûta, se faisant plus sévère.

— Obéissez à votre prince. Ordonna-t-elle d'une voix clair et autoritaire.

Serviteurs, intendants et autres gardes s'échangèrent quelques regards inquiets et ce furent les prescripteurs et autres coordinateurs qui s’exécutèrent les premiers, très confiants. Ils n'avaient pour la plupart pas grand chose à dévoiler si ce n'est une montre gousset ou quelques mouchoirs de soie blanche. Les autres ne tardèrent pas à les imités avec un peu plus d'hésitation, bien que n'ayant rien de vraiment préjudiciable. Elsa allait et venait le long du rang que formaient ses sujets, les observant avec attention, à l'instar de son fils. Un peu plus loin, elle remarqua un serviteur qui semblait un peu plus maladroit que les autres. Il semblait prendre beaucoup de précaution en retroussant ses poches, jusqu'à ce qu'un papier ne tombe finalement de sa manche. Elsa s'approcha tranquillement de lui pour venir lui faire face et tendit simplement la main pour l'intimer de ramasser et de lui donner le papier qu'il venait de faire tomber. Bien qu'effrayé, le jeune homme – car il devait être à peine plus vieux que Kay – s'exécuta, tout tremblant. Elsa lui sourit comme pour le remercier, mais son regard était des plus inquiétant. Alors, elle déplia le papier et pu lire le poème inscrit d'une calligraphie bien plus élaborée, bien qu'elle n'ait pas vraiment prit le temps de juger celle qui figurait sur la nappe. Elle haussa un sourcil et posa son regard sur son petit malin de fils, avant d'arborer le message sous le nez du serviteur.

— Sais-tu seulement ce que signifient ces mots ? Demanda-t-elle alors au garçon.

Il gardait le regard bas, n'osant pas confronter celui de sa reine. Des rumeurs circulaient comme quoi elle était capable de transformer quelqu'un en statu de glace d'un simple regard … En réalité, elle n'avait même pas besoin de cela. Il secoua vivement la tête en balbutiant un vague « non, ma reine », d'après ce qu'elle put difficilement comprendre. Un de ses supérieurs, qui n'étaient pas loin, l'intima de se tenir droit et de parler plus clairement à sa majesté. Il se redressa mais ne la regardait toujours pas dans les yeux. Elle esquissa un léger sourire en coin et lu à voix haute les paroles de ces terribles vœux, que la majorité du personnel n'avait donc pas vu.

— Un bon anniversaire au putain de la reine !
Qu'il retrouve assez tôt la boue qui l'a vu naître ;
Le temps faisant moisir cette mauvaise graine.
Un bon anniversaire au bâtard et au traître !

Visiblement, la personne qui avait demandé à ce garçon d'inscrire ces vœux ne s'était pas donné la peine de les lui lire, pourtant, il devait bien se douter que cela ne consistait pas en une déclaration d'amour chaleureuse. Elle l'observa un instant mais le jeune homme restait muet et statique alors que son visage se décomposait. Elle crut même qu'il allait défaillir lorsqu'il croisa enfin son regard.

— Qui t'a demandé de faire parvenir ces vœux ?

Comme Kay approchait, elle lui tendit le petit manuscrit. Cette écriture riche et distinguée lui disait bien quelque chose, mais Elsa recevait beaucoup de lettre de ses nobles tiers, elle ne saurait tous les reconnaître spontanément. Dans tous les cas, ce devait forcément être quelqu'un qui les connaissait. Sans que personne, si ce n'est sa victime, ne puisse s'en apercevoir, la glace avait commencé à emprisonner les pieds du serviteurs comme pour empêcher toute tentative de fuite. Elsa ne comptait pas le tuer, pas tout de suite. Elle voulait entendre le nom de l'auteur de ces vœux et savoir comment son serviteur en été arrivé à en servir un autre. Ensuite, elle laisserait sans doute le choix à Kay.  










_________________
Frozen is coming:
 


Dernière édition par Elsa Arendelle le Dim 2 Nov - 14:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 377
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Ven 31 Oct - 20:30


Mon anniversaire ?

Pourquoi c'est toujours le mien

et jamais le tien ?

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

Le plan du prince se déroulait à merveille. Sa bienfaitrice avait accédé à sa requête et déjà la colonne de serviteurs s'exécutait sans attendre tant pour plaire à leur reine que par peur de la contredire. Kay ne pouvait s'empêcher d'admirer l'ordre parfait qu'elle pouvait asseoir sans avoir à élever la voix. Elsa était une grande souveraine ! Aucun petit duc du royaume n'arrivait à sa cheville et n'oserait prétendre de l'égaler ne serait-ce que de moitié ni même du tiers ! Le jeune homme ne pouvait pas se vanter d'avoir connu beaucoup de roi ou de reine mais il se risquait bien volontiers d'affirmer que celle avec laquelle il avait choisi de faire sa vie était bien la plus grande, la plus puissante et la plus belle de toutes.

Devant la parfaite maîtrise qu'elle avait de la situation, il se contenta de l'assister en inspectant les mains des domestiques en commençant par le côté opposé à celui de sa mère. Il ne trouvait devant lui que les serviteurs les plus cultivés et les plus dévoués à la souveraine et doutait bien de trouver le véritable coupable parmi ces têtes bien pensantes. C'était du côté des plus démunis, des plus naïfs qu'il fallait fouiller. Malheureusement pour lui, c'était Elsa en personne qui s'occupait des plus petits de ses gens, sans craindre de s'en salir les mains. Pour autant, le garçon ne prit pas sa tâche à la légère et inspecta les mouchoirs qu'on lui présentait avec la même attention que s'il s'agissait de saintes reliques des Terres Septentrionales. Doucement mais sûrement il trouverait le coupable.

Kay fut sorti de son examen minutieux par des chuchotements inquiets, presque terrifiés des cuisinières se tenant près d'un petit valet. Aussitôt, le prince abandonna ce qu'il faisait pour rejoindre sa mère qui prenait à parti le garçon. Celui-ci venait de se pencher pour ramasser un morceau de papier chiffonné et le remettre tout penaud à la souveraine qui tendait la main, impatiente d'en lire le contenu. Avant qu'il ne fut auprès d'elle, le jeune homme l'entendit lire à haute voix les inscriptions sur le bout de papier qui correspondaient, mot pour mot et pic pour pic aux propos peu flatteurs dont il faisait l'objet et qu'il avait lus sur la nappe. Kay pesta légèrement en sentant peser sur lui le regard de toute l'assemblée qui savait désormais officiellement ce qu'on pensait de lui. Une fois près de sa mère, il lui arracha le message des mains, survola rapidement des vers qu'il connaissait déjà par cœur et le rangea brusquement dans une des poches de sa veste pour l'y faire disparaître.

Son calme légendaire lui revint très rapidement alors qu'il vit que les pieds du page, qui devait sans doute avoir à peu près le même âge que lui, se geler sur place. La Reine des neiges voulait obtenir une réponse à sa question et comptait bien employer les grands moyens pour se faire obéir. En y réfléchissant bien, c'était peut-être la première fois qu'il la voyait aussi courroucée et cette réaction lui faisait le plus grand bien car elle lui prouvait par la même occasion l'amour indéfectible qu'elle lui portait. Dans un sens, le pamphlet n'était pas une aussi mauvaise chose. Par ailleurs, l'incident lui permettait même d'éviter un dîner ennuyeux à parler de la neige et du beau temps. Un interrogatoire musclé était une bien agréable distraction après tout.

« Majesté, déclara-t-il avec son calme habituel, pourrais-je disposer de cet homme comme cadeau afin que je puisse m'amuser à le faire parler ? »

Il avait ce regard faussement joyeux et foncièrement mauvais du prince blessé dans son orgueil qu'il demeurait malgré tout. Et il y avait fort à parier que faire avouer au valet sa faute et le nom de son maître n'était qu'un détail, un prétexte pour légitimer le divertissement qu'il comptait s'offrir en regardant souffrir le jeune homme. C'était en tout cas ce que Kay voulait qu'on pense de lui à cet instant précis pour donner davantage de poids à sa menace maquillée en simple requête.

On ne sait pas qui des menaces du prince ou du maléfice de la reine eut raison du silence du garçon, mais il restait que le serviteur semblait à présent plus enclin à parler. Des larmes coulaient le long de ses joues rougies par le froid, la peur et son authentique chagrin. Il s'exclama alors en secouant vivement la tête : « Arrêtez, pitié ma Reine, protesta alors le garçon. Je vais tout.. »

Kay se pencha vers lui et le fusilla du regard en posant son index sur la bouche avec une gentillesse des plus hypocrites et qui ne trompait personne. Il ne souhaitait pas que sa victime confesse tout, tout de suite. Il préférait bien mieux s'amuser un peu avant, ou, laissait plutôt l'auditoire le penser pour profiter de la crainte qu'il pouvait susciter parmi les sujets les plus jeunes.

« Non, non, non, surtout pas, minauda-t-il alors en se frottant les mains, si tu parles trop vite je ne pourrais rien faire de toi. Ce serait bien triste, tu ne trouves pas ? »

Après cette petite démonstration, il ne pouvait que parler, dans l'espoir d'échapper à ce putain de Prince d'Arendelle.





Dernière édition par Kay Arendelle le Dim 9 Nov - 23:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 376
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Dim 2 Nov - 14:12


Elsa Arendelle



    La colère de la reine des neiges était grande, mais l'outrage avait bel et bien visé son prince, même si cela l'avait indirectement insulté également. Le sort de ce petit serviteur lui importait peu, ce qu'elle voulait, elle, c'était connaître l'identité du véritable parjure qui avait osé cet affront. Elle n'imaginait pas qu'il puisse encore exister en ce royaume des êtres assez stupides pour oser de tel affront. Comme si un tel acte allait rester sans conséquence, comme s'il n'était pas aise pour la reine de remonter jusqu'au coupable qui avait sévit dans son propre château.

Son prince intervint alors pour soumette une nouvelle demande plus que justifiée. De plus, ne lui avait-elle pas promis qu'ils feraient ce dont il a envie après le repas ? C'était son anniversaire après tout, aujourd'hui plus qu'un autre jour, il pouvait bien faire ce qui lui faisait le plus plaisir. Elle tourna donc le regard vers son fils avec un sourire tendre, inclinant simplement la tête pour accepter sa requête. Après tout, il fallait bien que le peuple apprenne qu'on ne se moque pas impunément du prince d'Arendelle sans recevoir en retour les foudres de la petite famille royale. Et quoi de mieux pour affirmer l'autorité du petit prince que de lui donner les pleins pouvoir sur ceux qui l'avait courroucé ?

Cependant, le jeune serviteur ne semblait pas prêt, lui, à laisser cette faveur au prince. En panique, il était déjà sur le point de se confesser. Si Elsa était bien curieuse et impatiente de connaître l'identité du poète, elle resta parfaitement froide et impassible quand Kay fit durer le suspens. Il n'avait pas tore, quelles que soient les raisons pour lesquels ce garçon avait trahit la confiance de sa reine – argent, menaces, promotion – il devait apprendre que rien ne valait de la trahir, car rien ni personne n'était plus redoutable qu'elle. Déballer son sac pour ne pas subir les conséquences de ses actes étaient trop facile et quoi que Kay ait décidé de faire pour le punir, le garçon avait déjà perdu son poste au château.

Les lèvres du serviteurs se mirent à trembler, les suppliant du regard. Une partie de lui semblait vouloir parler au plus vite pour se décharger de cette responsabilité et une autre partie savait que s'il parlait sans autorisation, son sort pourrait être pire encore. Elsa ne le laissa pas longtemps en proie à ce dilemme, elle leva la main pour faire signe aux gardes de saisir le garçon.

— Emmenez-le aux geôles, le prince se chargera de son sort plus tard. Ordonna-t-elle froidement.

Deux gardes le saisirent et l'emportèrent sans ménagement. Elsa porta alors son attention sur le reste de ses sujets, comme pour essayer de percer à jour un autre félon. Il n'était pas impossible que le garçon ait pu faire en sorte que personne ne le voit inscrire son message, mais qu'il ait été vu ou non, il y avait un véritable problème. Dans le premier cas, cela soulevait un cruel manque de fidélité quant à ses serviteurs, qui ne l'avaient pas prévenu du méfait et dans l'autre, c'était la sécurité du château en lui même qui présentait des failles. Elle ne s'aventura pas à chercher les coupables maintenant, mais elle veillerait à ce que ce genre d'incident ne se reproduise plus. D'un pas digne, elle s'éloigna de ses sujets pour avoir une meilleur vue globale sur eux.

— Je crains qu'il y ait une faille dans la sécurité de ce château et que certains d'entre vous manque de fidélité et de prévenance. Je ne saurais le tolérer. Des mesures seront prises, en attendant, veuillez tous disposer.

Comme le repas avait été servi, la souveraine reteint quelques domestiques pour les envoyer faire réchauffer les plats pendant que d'autres se chargeaient de changer la nappe. Elle n'allait tout de même pas laisser le repas se dérouler avec ces vers ingrats sous les yeux de son petit prince bien aimé. Ils s'installèrent à nouveau une fois le tout remit en place et purent enfin savourer les bons petits plats qui avaient été choisis avec soin pour plaire à l'héritier d'Arendelle. Tout se passa calmement, jusqu'à ce que le dessert arrive enfin. Le sourire de la reine s'était élargi d'impatience. Elle se leva même en voyant un serviteur arriver avec le plat – couvert d'une cloche – pour venir le chercher et le déposer elle-même devant son petit prince.

— Voici le dessert spéciale don je t'ai parlé. Dit-elle avec enthousiasme, alors que quelqu'un apportait les cadeaux du prince.

Il y avait une très grande boite, celle-ci refermait un arc flambant neuf, aussi beau que puissant. Il y avait également un autre écrin qui refermait un couteau de chasse effilé et richement décoré. D'autres paquets, venant du peuple et autres hauts serviteurs de la cours, furent placés un peu plus loin. Elsa ne s'en préoccupa pas tout de suite et retira la cloche pour découvrir une sorte de tarte … ou de cake … Enfin, quelque chose à l'aspect bien glauque. Elle avait cru bon de mélanger tout ce que Kay aimait dans une même mixture qu'elle avait faite un peu trop cuir puis totalement gelé en la sortant du four. Ce qui rendait la chose peu identifiable.

— Je l'ai faite moi-même, rien que pour toi. Dit-elle fièrement.

Pauvre garçon.










_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 377
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Lun 10 Nov - 0:07


Mon anniversaire ?

Pourquoi c'est toujours le mien

et jamais le tien ?

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

La colère du prince de se voir insulter laissait peu à peu place à une certaine satisfaction que l'outrage devienne une charmante occasion de prouver sa valeur auprès de la souveraine. Il entendait bien dénicher tous ses opposants et les évincer jusqu'au dernier. Sa jeune victime n'était que la première tête menacée mais ce serviteur lui serait des plus utiles pour remonter jusqu'aux membres gangrenés de la Cour d'Arendelle qu'il faudrait malheureusement éradiquer. Le page voulait déjà se débarrassé du poids énorme de sa conscience, mais cela ne lui convenait guère. Kay appréciait mieux les choses réalisées avec soin et méticulosité. Chaque chose en son temps psalmodiait-il la plupart du temps lorsqu'on l'apostrophait alors qu'il se rendait chez la Reine ou s'apprêtait à partir pour la chasse. De la même façon, les aveux du garçon attendraient qu'il ait finit son repas en compagnie de sa chère Elsa. Sa vie était trop courte pour qu'il puisse se permettre de gaspiller certaines heures de cette magnifique journée.

Il n'était cependant pas maître au palais. La décision revenait à la reine en personne. Kay la soupçonnait bien d'être un peu trop soupçonneuse lorsque l'honneur de son enfant se retrouvait menacer ainsi. Il espérait malgré tout qu'elle lui ferait confiance et reporterait l'interrogatoire pour une autre moment où il pourrait découvrir ses nombreux talents pour pousser quelqu'un à tout lui révéler jusqu'à ses plus sombres pensées. Heureusement, Elsa hocha finalement la tête et ordonna qu'on enferme le coupable en attendant que le prince vienne lui rendre visite pour l'interroger comme il se devait. Kay salua cette sage décision avait un sourire presque ravi tandis une lueur argentée brillait presque dans son œil maudit. Il ne manquerait aucun détail le moment venu.

« Chaque chose en son temps, murmura-t-il à l'oreille du jeune serviteur avec un plaisir presque macabre alors que deux gardes l'empoignaient pour le conduire au cachot. »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Le couple royal n'eut bientôt plus à soutenir la vue du scélérat et Kay retrouva un air plus serein. Serein n'était pas le mot le plus adéquat. Son visage semblait s'être complètement décrispé au point qu'il avait l'air de presque rêver à quelque chose de fort agréable. Sans plus se soucier des autres domestiques et personnes du palais, il retourna le pas léger à sa place où il s'y assit prestement. Il laissa ainsi le soin à la maîtresse des lieux de congédier tout son personnel pour que le repas retrouve son cours normal.

Et quel repas ! La chair blanche de la caille était d'une telle délicatesse que le prince se plût à saupoudrer son plaisir avec quelques larmes de vin rouge qu'il porta à ses lèvres. Kay maniait le couteau avec une adresse des plus remarquables et bientôt ce qui avait été un jour un petit oiseau ne fut plus que des morceaux de viandes parfaitement identiques qui finirent peu à peu au fond de son estomac. Et son esprit vagabondait avec délice vers de tendres réflexions. Par où commencer la découpe pour que les mots se délient plus délicieusement ? Comment éviter de salir ses jolis vêtements dans l'entreprise ? Et plus encore !

Tout était si parfait qu'il en oubliait qu'il fallait qu'il parla pendant le repas pour être de bonne compagnie et rassurer sa mère qu'il n'était pas perturbé par l'incident qui venait de le viser directement. Une fois son festin terminé, il posa soigneusement ses couverts sur la table et porta une serviette de soie à sa bouche pour l'essuyer doucement.

« C'était délicieux, fit-il en gratifiant d'un fin sourire son hôtesse sans la quitter des yeux. La viande a été cuite juste le temps qu'il faut. »

C'était toujours mieux d'attendre pour mieux manger ensuite. La patience était une vertu après tout et le prince d'Arendelle en usait aussi bien à table qu'à la chasse. La traque d'un gibier demandait cette qualité et le jeune adorait resserrer doucement son étreinte autour de l'animal condamné pour contempler jusqu'au bout le regard de celui qui finit par se rendre compte qu'il ne connaîtra pas une nouvelle aurore et qui pâlit peu à peu face à cette écrasante réalité.

On apporta alors le dessert tant vanté par la souveraine elle-même. Elsa rayonnait même d'une certaine fierté et ne pouvait s'empêcher de remuer sur sa chaise comme une charmante petite enfant. Une grande boîte suivait les larges cloches de cuivre recouvrant le final du repas. Fallait-il commencer par le cadeau ou finir le repas ? Kay ne savait où donner de la tête, mais il finit par trancher ce dilemme en se référant à sa maxime habituelle. Chaque chose en son temps. Le prince repoussa donc délicatement le paquet pour soulever plutôt le couvercle du dernier plat qui devait composer ce festin d'anniversaire.

Le garçon se pencha sur la nourriture qui s'offrait à ses yeux. Elle était noire et de forme fort peu régulière pour être aisément définissable. L'assiette était remplie d'eau et la base même du met semblait encore gelé. Le dessus en revanche formait comme un étrange cratère lézardé qui lui rappelait la montagne de feu où il n'avait pas le droit de se rendre. La ressemblance était telle qu'il s'attendait à tout instant d'en voir surgir une fumée noirâtre et de la lave brûlante. Mais rien de tout cela ne surgit si ce n'est une odeur âcre qui pouvait rappeler aux esprits connaisseurs le doux fumé du souffre ou de l'œuf pourri.

Bien que le cœur commençait à lui tourner un peu, le prince n'en perdit pas pour autant son courage et sa soif de connaissance. Il prit sa fourchette et planta un vif coup sur le sommet de la chose qui se fendilla avant de laisser s'échapper un nuage de poussière comme un champignon délivrant ses spores. Kay éternua et porta son doigt couvert de la substance volatile à sa bouche pour reconnaître le goût du chocolat en poudre. Ce n'était pas mauvais en fin de comptes. Mais très vite le vomissement gluant du dessert craqué lui laissa entrevoir quelques crevettes mortes nageant dans une espèce de sauce tomate un peu trop foncée pour être tout à fait inoffensive.

Le jeune homme déglutit avant de repousser son assiette instinctivement sans réaliser que ce simple geste risquait de vexer au plus haut point sa mère. Les réflexes humains prenaient finalement toujours le dessus sur les convenances et sur la sainte patience. Même en attendant cent ans, ce dessert serait toujours infecte, voire pire ! Les traits de Kay se durcirent à nouveau. Les cuisinières semblaient, elles aussi, avoir décidé de se rebeller contre lui pour lui proposer une telle aberration culinaire ! C'était à croire que le château tout entier s'opposait à lui !

« C'est inadmissible, grogna-t-il. Je veux qu'on arrête aussi celles qui osent se moquer de moi comme ça ! Tout de suite !! »

Il n'était plus si courageux, ni si patient.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 376
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Lun 10 Nov - 15:16


Elsa Arendelle



    Si le repas s'était passé à merveille et que chacun des plats avait eu l'effet escompté pour ravir les papilles du prince d'Arendelle, le dessert n'eut visiblement pas les résultats qu'elle avait espéré. Elsa avait observé avec précaution les réactions de son fils, appréhendant très vite la suite des événements en remarquant que ses lèvres s'étaient crispées en une sorte de grimace de dégoût mal dissimulé, rien qu'à la vue de la tarte. Ce que n'importe qui de sensé aurait bel et bien considéré de ''brûlé'' – sans parler du mélange très exotique d'ingrédients – Elsa, elle, estimait que cela devait être l'aspect normal d'un gâteau contenant du chocolat, un peu trop cuit peut-être, enfin, juste assez pour être ''caramélisé''. Peut-être que c'était aussi sa fierté qui la poussait à se trouver des excuses, mais cela allait loin quand même pour qu'elle ose effectivement servir cela à son fils adoré avec autant de satisfaction.

Cependant, le prince ne devait pas être beaucoup plus saint d'esprit que la reine pour oser goûter cette chose suspecte après l'avoir pourtant bien examiné. Là encore, n'importe qui de sensé n'aurait jamais osé approcher cela de ses lèvres. Sérieusement, c'est toxique ça ! A ne surtout pas reproduire chez vous ! Chocolat, tomate, crevette et je vous épargne bien d'autres composants qui pourrait vous faire tourner de l’œil. Quel esprit tordue pourrait bien partir du principe que si l'on aime tous ces aliments séparément, on les aimerait forcément tous ensemble ? Non décidément, quelques chose ne tournait pas rond dans cette famille.

Si le prince eut l’audace de goûter cette substance dangereuse, il n'en mena pas large très longtemps. Excédé et n'ayant sans doute pas entendu ou prit au sérieux la remarque de sa mère qui lui avait dit qu'elle avait fait cette tarte elle-même, il réclama réparation pour l'outrage que représentait cette tarte. Elsa haussa les sourcils, surprise, restant ainsi quelques instants, interdite, attendant de voir si son fils n'allait pas dévoiler une mauvaise blague. Elle cilla, se rendant alors compte qu'il était sérieux. Il n'aimait pas ? Et il osait s'en courroucer avec tout le mal qu'elle s'était donnée ? C'est sa réaction, aux yeux de la reine des neiges, qui était inadmissible ! Elle fronça les sourcils et les piques de glaces qui ornaient son sièges s'allongèrent progressivement. La reine des neiges était contrariée et cette fois, elle était vexée en plus de ça.

— Tu crois pouvoir faire arrêter la reine ? Dit-elle d'une voix froide et inquiétante.

Elle ne le lâchait pas des yeux, son regard perçant et glaciale était fermement encré dans le sien sans lui laisser le moindre espoir de fuite. Car les jolis yeux clair d'Elsa étaient aussi effrayants que saisissant, ils avaient l'art de susciter cette espèce de fascination morbide qui vous paralyse juste avant votre dernière heure. C'est ainsi que la belle reine des neiges parvenait facilement à geler ses victimes tout doucement pour leur faire sentir le froid mordant geler la moindre de leur cellule et même lorsque la glace les avait totalement recouvert, ses victimes vivaient encore de longue minute, le regard figé et perdu au plus profond du sien.

Mais pour cette fois, son regard saisissant n'avait pas pour but de réfrigérer sa victime, car c'était Kay, son petit prince. Il venait de la courroucer et elle en était fortement vexée. Au fond, elle était en fait plutôt triste d'avoir rater un de ses présents les plus importants … Mais elle était la Reine des Neiges, une reine de s'excuse pas, surtout pas pour ce genre de chose et elle était bien trop contrariée pour le moment pour envisager de céder à une quelconque tristesse.

— Je l'ai faite moi même, pour toi, j'ai mis tout ce que tu aimes dedans, je pensais que ça te ferais plaisir.

Sa voix était toujours aussi froide et tranchante alors que son regard semblait littéralement transpercer ce petit prince ingrat. Il avait bien de la chance qu'elle l'aime sincèrement, sinon, un autre bonhomme de neige serait venu décorer les abords de son trône de glace. La reine releva alors dignement le menton, de ce petit air hautain qui lui allait si bien. C'était le genre d'expression qui disait clairement ''nous n'avons pas les mêmes valeurs, tu ne sais pas reconnaître les bonnes choses''. Non, elle n’irait jamais avouer qu'elle venait d'avoir eu la pire idée du siècle en faisant cette tarte, jamais, car elle n'y goûterait jamais … Sous prétexte, bien sûr, qu'il y avait dedans des aliments qu'elle n'aimait pas, elle. Mais tous étaient censés figurer parmi les préférés de Kay … Enfin, avec ça, il y avait de quoi le dégoûter de toute nourriture, quelle qu'elle soit !

— Si tu ne sais pas apprécier les efforts que ta reine met en œuvre rien que pour toi, montre au moins un peu de respect. Le sermonna-t-elle alors d'un air sévère.









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 377
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Jeu 20 Nov - 22:52


Mon anniversaire ?

Pourquoi c'est toujours le mien

et jamais le tien ?

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

Il arrivait à tout un chacun de commettre des erreurs et le prince n'y faisait pas exception. De nature taciturne, il se gardait le plus souvent d'exprimer son opinion, car il ne voyait de toute manière que le pire chez les autres. Cependant, lorsque celui brisait la glace et sortait de son mutisme pour donner son avis, Kay rayonnait de maladresse, frôlant la plupart du temps l'incident diplomatique auprès de tous, même de la reine qu'il chérissait et admirait tant et qu'il redoutait tout autant. Le jeune homme venait ainsi d'avouer, dans un excès de colère, que le dessert qu'on lui proposait était ignoble au point que son amour propre s'en retrouvait vexé. Il réclamait même la tête du coupable, estimant inconcevable qu'une cuisinière puisse manquer sans faire exprès une pâtisserie. Il voyait ce volcan putride comme une nouvelle insulte à sa position. Et il avait parlé. Et il avait pesté. Et la reine était contrariée...

Le prince ne se rendait pas compte. Le prince ne voyait jamais l'évidence, surtout si elle se trouvait sous ses yeux. Elsa était blessée et la douleur qu'elle ressentait face à ses propos se manifestait en colère froide. De son siège s'élevaient, peu à peu, majestueux, des stalagmites prêts à transpercer le plafond. L'atmosphère de la pièce se faisait même glaciale, comme si le vent du Nord venait s'y engouffrer. Kay repoussa son assiette avec dégoût et, relevant les yeux sur la souveraine, il déglutit. Il percevait tant de colère, de chagrin ! Les propos de sa mère lui glacèrent les sangs et il se sentit tout d'un coup minuscule et ridicule sur son petit siège face aux pics de glace qui ne cessaient de germer du trône de la souveraine.

Que pouvait-il faire pour autant ? Courber l'échine face à sa reine et se réduire à se multiplier en excuses dont il ne pensait pas le traître mot pour rester dans les bonnes grâces de sa Majesté ? Se comporter en lâche donc ! Il pouvait aussi bien s'obstiner et camper sur ses positions et rester fier et glorieux et subir le courroux de la maîtresse du château... Le visage de Kay était figé, glacial alors qu'il réfléchissait à toutes les possibilités et à la meilleure qu'il se devait de prendre. Il resta ainsi à fixer sa mère, sans la défier du regard pour autant, mais à simplement contempler la noirceur qui emplissait son cœur sur le poids de la colère et de la frustration. Très vite pourtant, il fut contraint de baisser la tête. Elle avait gagné, le fier prince d'Arendelle venait de céder, pour cette fois-ci, encore.

La fierté le fit toutefois garder le silence. On entendait presque la glace se craqueler sur le sol. Silence, silence. Il ne soufflerait mot, aussi têtu et borné qu'il était. Qu'est-ce qui lui avait pris de se mettre à vouloir faire la cuisine comme une simple domestique, d'abord ! Non, non, il n'en dirait rien !

Silence.

Mais même en colère, elle restait gracieuse, malgré tout, souveraine. Kay soupira nonchalamment. Céder une deuxième fois ? Ne pas parler ne le dérangeait pas, mais le silence de mort qui pesait dans la pièce lui semblait de bien trop sinistre augure pour que sa chair n'en frissonnât pas. Il faisait si froid tout d'un coup. Il ne s'en plaignait pas. Mais sentir le regard de sa mère le dévisager avec autant de sévérité lui était tout simplement insupportable. Nouveau soupire. Il lui fallait se décider. Lutter et perdre ou abandonner tout de suite ? Le résultat était peut-être le même, se soldant dans tous les cas par sa défaite, mais une solution restait plus glorieuse que l'autre. Et si Elsa le voyait comme un bon à rien, un lâche ? Et si elle le détestait s'il insistait trop. Soupire, soupire. Kay avait tranché.

« Pardon, grogna-t-il timidement sans la regarder, fixant toujours l'infâme gâteau mi-gelé, mi-brûlé, apparemment aussi mauvais qu'il en avait l'air. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 376
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Ven 21 Nov - 18:33


Elsa Arendelle



    Le regard glaciale de la reine ne lâchait pas un seul instant celui de son fils. Pas une fois elle ne cilla, elle ne semblait même pas respirer. Elle le fixait avec insistance dans le fond des yeux et c'était comme si elle était en train de le geler de l'intérieur. Malgré cette sévérité et cette intransigeance, il était remarquable de constater que sa glace ne l'approchait pas le moins du monde. L'atmosphère avait beau être glaciale et les piques de glace de son siège avait beau grandir et grandir encore … Pas un soupçon de givre de venait se former près du prince, lors-même que n'importe qui aurait vu ses bottes se faire recouvrir d'une épaisse couche de glace. Son regard n'en restait pas moins intimidant à lui seul et on pouvait aisément y lire qu'il se mangerait une fessé si jamais il osait la défier plus que cela.

Son petit prince sembla bien embêté. Sans doute très contrarié d'avoir eu un mauvais gâteau d'anniversaire et de ne pas pouvoir l'exprimer comme il le voudrait, il ne devait pas moins redouter les conséquences d'une potentiel rébellion. Si Elsa se montrait parfois si sévère et susceptible à l'égard de son fils bien aimé, c'est qu'elle savait qu'elle ne devait sa présence ici qu'à une malédiction … Et que rien n'était moins sûr que la sincérité des sentiments du maudit au cas où il viendrait à être ''soigné'' de ce qui empoisonnait son regard et son affection. Ce garçon avait un passé qu'elle ne pourra jamais effacer … Et comme toute magie avait un prix, elle s'attendait à ce que le revers de la médaille ne lui tombe dessus à tout moment … Jamais elle ne supporterait qu'on lui arrache cet être qui comptait plus que tout ou pire … qu'il parte de lui-même.

Mais le moment de se poser ce genre de question était encore loin. Aujourd'hui, le préjudice commis la faisait autant culpabiliser que cela ne la vexait ou la mettait en colère. Elle en était même plutôt triste … au fond. Mais elle ne laissa pas cela paraître un seul instant, jusqu'à ce que le jeune homme ne baisse les yeux vers son ignoble cadeau en s'excusant. Elsa baissa les yeux à son tour, jetant un rapide coup d’œil sur ce qu'elle avait créé de plus laid. Elle se le reconnaissait enfin. C'était quand même particulièrement laid. Mais elle n'allait pas non plus le proférer à voix haute !

— Tu mériterais que je t'oblige à le manger tout entier. Le sermonna-t-elle et cette allusion était en soit déjà un aveux.

Sa voix se voulue alors sévère, pourtant, une légèreté se faisant sentir dans le ton qu'elle avait employé, une légèreté qui permettait à quiconque capable de la déceler de comprendre que finalement … elle ne pouvait pas en vouloir à Kay de s'être courroucé pour s'être fait agresser les papilles par cela. Elle releva le menton, le regard fier mais bien moins hostile. Un micro sourire naquit sur ses lèvres, alors qu'elle trouvait la situation de plus en plus amusante. Il fallait avouer, aussi, que la mine déconfite de son fils l'attendrissait et l'amusait toujours grandement.

D'un geste de la main, elle sembla chasser ce mauvais instant qui n'aurait jamais dû se produire dans cette journée qu'elle avait voulu si parfaite. Du même coup, les piques de glaces qui ornaient sa chaise éclatèrent en fine paillettes cristallines qui n'émirent d'un léger bruit étouffé de la neige que l'on tasse. Les flocons cristallins retombèrent doucement derrière elle, reflétant la lumière comme des éclats de verre. Elle désigna ensuite les présents d'un signe élégant.

— Espérons que mes autres présents te conviendront plus. Dit-elle simplement. Les autres proviennent du peuple et de différents membres de la cours.

Les deux présents de la reine étaient donc mis en évidence, à porté de main du prince, les autres étaient entreposés un peu plus loin. Par son geste, elle l'avait invité à ouvrir ceux qu'il voulait découvrir. Si elle devait bien avouer que son mélange n'avait pas été judicieux pour la tarte, elle savait que le reste plairait à son fils si friand de la chasse. Avec ce nouveau matériel de haute qualité, il allait sans doute aimer plus encore … Ce qui, une fois de plus, n'était peut-être pas si judicieux que cela ! Il partait déjà en chasse bien trop longtemps à son goût … elle ne voudrait pas qu'il reste loin d'elle des semaines durant pour profiter de ses nouveaux jouets.









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 377
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Ven 21 Nov - 23:15


Mon anniversaire ?

Pourquoi c'est toujours le mien

et jamais le tien ?

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

Bien que froid, Kay n'était pas si difficile à vivre. Il était même d'une simplicité presque déconcertante. Tout lui apparaissait terriblement laid au point qu'il finissait pas trouver cela ennuyeux. Il ne manquait jamais de remarquer la moindre tache oubliée sur une nappe ou sur le carrelage du château. Il n'oubliait pas plus de souffrir des formes disgracieuses des fleurs, des nuages, de la rivière endormie et des différents habitants du palais. Partout où il allait, il ne voyait que le mal se dessiner comme conspirant contre lui. La cuisinière aimait trop les ragots pour être honnête et ses mains calleuses étaient dignes des pires monstruosités. Tel jeune page, l'œil lubrique, le regardait avec beaucoup trop d'insistance à son goût. Un tel conspirait trop. Un autre parlait comme l'homme le plus sot au monde. Kay ne manquait jamais pour soulever les défauts de toute une populace qui à force de le mépriser et de le surnommer « Bâtard » n'avait su ne s'attirer que le mépris le plus complet du prince. Il n'y avait qu'en Elsa que le musée de la bêtise humaine fermait ses portes et qu'il pouvait reposer ses yeux de tant de vices. Depuis qu'il était enfant, le jeune homme s'exprimait fort peu, ne brisant le silence que pour menacer ou pour satisfaire les oreilles de sa chère mère. Il aimait parler avec elle, car elle lui pardonner souvent son manque de tact flagrant. Il aimait lui parler car, ce faisant, il en oubliait les horreurs d'un monde qui lui devenait chaque jour de plus en plus insupportable. Il n'y avait qu'au fond de la forêt, poursuivant le gibier pour lui ôter la vie, ou dans les bras de la Reine que le prince abandonnait son cynisme habituel. Il n'aimait Arendelle qu'en hiver, car il pouvait voir, à travers son paysage enneigé et les flocons tombant du ciel étoilé, les yeux d'Elsa.

C'était bien pour cette raison que Kay avait cédé, une nouvelle fois. Il écouta sans rechigner les dernières remontrances de sa mère, conscient qu'elle finirait par abandonner cette attitude s'il dodelinait bien de la tête en la regardant avec ce regard frustré qu'il avait pu expérimenté lors des quelques disputes qu'ils avaient pu avoir. Pour lui, le dessert dépassait bien le comble des horreurs, mais il acceptait, malgré tout, de concéder ses torts en restant fermement convaincu qu'il n'avait pas tort pour autant. Mais l'idée qu'Elsa put avoir tort ne lui effleurait même pas l'esprit. Une Reine de glace ne pouvait qu'avoir raison sur tout. Dans ce sens, le jeune homme était encore dans une phase d'enfance attardée où la figure de la mère reste intacte et puissance dans un fantasme de la perfection. Il connaîtrait bien assez tôt le chemin de la contestation qui déjà naissait dans son esprit. Le froid et les pics de glaces lui passaient néanmoins l'envie d'exercer un esprit trop critique. Elsa décidait. Lui agissait de la meilleure façon qui soit pour atteindre l'objectif fixé. Kay n'était vraiment pas difficile à vivre...

Sa mère lui proposa finalement de s'intéresser plutôt à ses autres cadeaux, une idée qui ne déplut pas au garçon qui laissa alors glisser son regard sur la table pour détailler, sans les toucher, chaque paquet qu'on avait déposé pour qu'il les ouvrît sans attendre. Il y en avait des très petits, quelques uns un peu plus gros, mais c'est surtout un énorme paquet enroulé dans un papier de soie de première facture qui attira son attention. Ce ne pouvait qu'être celui qu'Elsa lui avait fait. Il se leva pour s'approcher de cette petite pile pour déballer les présents qu'on lui proposait. Il ne comprenait pas trop cette coutume, ni même pourquoi la Reine s'obstinait à vouloir lui rappeler avec autant d'insistance que le temps continuait d'étirer son corps jusqu'au jour où sa chair commencerait à se flétrir et que ses membres perdraient toute souplesse. Il prit chaque paquet, bien décidé à n'ouvrir celui de la maîtresse des lieux qu'en dernier, faisant même comme s'il ne l'avait pas vu. Il était encore vexé de la réprimande qui venait de l'humilier et cette attitude puérile était la meilleure forme de rébellion qui lui était alors venue en tête.

Il y avait quelques mitaines mal tricotées que son regard avisé ne manqua pas de détailler. Il y avait surtout du chocolat. Il n'y avait quasiment que du chocolat... Kay n'aimait pas spécialement ce met délicieux et se contentait de prendre l'air de l'apprécier en public car c'était la spécialité d'Arendelle et que sa mère semblait elle-même en raffoler. Il se retrouvait avec un bon stock sur les bras pour continuer à avoir l'air d'aimer cette sucrerie à la couleur de la merde. Il en cassa malgré tout un carré et le porta à sa bouche pour le laisser fondre vaillamment dans sa bouche dans un silence quasi religieux.

Vint enfin le moment d'ouvrir le cadeau d'Elsa, le seul qui l'intéressait véritablement. Il posa ses mains sur l'emballage doux et le déchira avec minutie pour éviter d'en faire des miettes. Il découvrit alors un arc d'une perfection qui le surprit agréablement. Son œil ne lui faisait pas mal. Il s'empara aussitôt de l'arme et la détailla avec soin et plaisir. Il pinça la corde qui était parfaitement tendue et devrait lui permettre d'achever une bête avec une flèche s'il visait juste. Il pourrait même tirer bien plus loin avec un tel arc. Sa courbe était délicieuse et il aimait le contact froid de son bois contre ses doigts appliqués. Il n'était ni lourd, ni léger, l'ami idéal pour un chasseur ! Il en oublia le reste de l'équipement et regarda avec un grand sourire sa mère pour lui témoigner sa gratitude.

« Il est... merveilleux ! dit-il en se retenant de longer la longue table pour la rejoindre et se jeter dans ses bras pour la remercier. »

Merveilleux... Merveilleux était il le mot juste pour autant ? Le vocabulaire mélioratif du prince n'était pas très enrichi pour tout dire. Il n'avait nullement l'habitude d'être aussi agréablement surpris. Mais, bien qu'il montrait ses dents blanches, son œil restait toujours aussi mort qu'à son habitude. Pourtant, il appréciait sincèrement se cadeau. Il était, à sa manière, heureux.

« Merci, Mam..., souffla-t-il, une larme unique et argentée s'écoulant de son œil glacé jusque son menton avant de se reprendre pudiquement. Majesté. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 376
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Sam 22 Nov - 12:30


Elsa Arendelle



    Le calme olympien d'Elsa était remarquable et son regard luisait même d'une pointe d'amusement alors qu'elle observait son fils déballer ses cadeaux en prenant bien soin d'éviter ceux de sa très chère mère. Un micro sourire mi attendri, mi amusé qui traduisait un soupçon de ''tu ne perds rien pour attendre à me faire languir'' égaillait ce visage si noble et froid. Elle avait l'air d'une vrai mère observant son jeune fils déballer ses cadeaux un beau matin de noël. Elle se montra bien patiente pendant le déballage, convoitant déjà toutes ces boites de chocolat que son petit prince devenu grand avait reçu. Si elle pouvait en manger des semaines durant sans s'arrêter, ce n'était pas vraiment le cas de son fils qui n'appréciait cela qu'à petite dose bien modéré. Elle se souvenait encore des fêtes de noël en compagnie d'Anna, c'était il y a bien longtemps … Elle lui avait dit un jour que si elle continuait comme ça, ce n'était plus du sang qui coulerait dans ses veines, mais du chocolat. La perspective ne la dérangeait pas plus que ça.

Même si elle était un peu frustrée que monsieur décide de bouder ses cadeaux pour le moment, elle en était plus amusée qu'autre chose, car il semblerait bien que tous ces présents ne le transcendent pas. C'est l'intention qui compte, comme qui dirait et c'était toujours appréciable de se sentir assez estimé par son peuple pour recevoir des présents en un jour aussi spécial. Surtout quand on reçoit autant de chocolat … Qu'elle sera ravie de liquider pour aider son cher prince. Quelle bonté d'âme, n'est-ce pas ?

Le meilleur pour la fin, le jeune maudit se décida enfin à porter son attention sur le plus gros des paquets qu'Elsa lui avait fait parvenir. Son regard eut l'éclat du regain d'intérêt alors qu'il commençait à le déballer et elle prit soin d'observer attentivement sa réaction. Un arc d'une telle qualité lui ferait sans doute plaisir. Elle avait eut l'occasion de lui obtenir un arc enchanté qui ne rate jamais sa cible … Mais connaissant son fils, elle savait que cela lui retirerait tout plaisir de la chasse, il n'y aurait plus de challenge, même plus d'effort à fournir. Non, il lui fallait un arc qui n'avait d'extraordinaire que son confort au maniement. Avant de faire appelle aux artisans qui avaient confectionnés cette arme fabuleuse, Elsa ne s'était pas imaginé que l'on puisse faire un arc sur mesure à même titre qu'un vêtement. Les nains des montagnes du nord des terres septentrionales étaient définitivement les meilleurs.

Un doux sourire illumina le visage d'Elsa lorsque Kay exprima son émerveillement devant ce présent particulier. Il avait bien fait de finir par cela, où tout le reste lui aurait paru bien plus médiocre encore. Il la remercia, laissant même s'échapper une larme au coin de son œil maudit. Elsa fut un peu surprise, se demandant bien ce qu'il y avait de si triste dans un tel présent … Alors, elle se leva pour venir le rejoindre, prenant délicatement son visage entre ses mains. Elle l'observa d'un regard bienveillant caressant ses joues où une légère barbe naissante chatouillait ses doigts.

— Rien n'est assez merveilleux pour mon petit prince …

Comment ne pourrait-il pas prendre la grosse tête avec de tels sermons ? Comme si elle souciait justement de cela, elle lui adressa un petit sourire hautain, non sans une pointe de moquerie.

— Si ce n'est la reine, bien entendu. Précisa-t-elle.

Elle baissa alors les yeux vers la table où il restait un dernier paquet. Sans être petit, il l'était beaucoup plus que le premier, car il ne contenait qu'un couteau de chasse … Un couteau de chasse lui aussi de première qualité pour avoir était confectionné par les mêmes artisans que ceux qui avaient fait l'arc. Elle prit alors doucement la boite pour la tendre à son prince, toujours souriante.

— N'oublie pas le petit dernier.









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 377
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Sam 22 Nov - 15:28


Mon anniversaire ?

Pourquoi c'est toujours le mien

et jamais le tien ?

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

La larme était aussi froide que les profondeurs de son cœur. On pouvait même dire, pour être plus exact, qu'elle n'avait rien d'une larme habituelle. Trop froide, trop argentée. Une coulée de glace ou de verre se dessinant le long de la joue du garçon maudit. La lumière des chandelles et du pâle soleil de l'hiver semblaient s'y refléter. Mais bientôt, cette marque d'émotion surnaturelle ne fut qu'un simple souvenir. La peau du prince était à nouveau immaculée, derrière son masque sévère.

Il n'en avait pas fallu davantage pour qu'Elsa fonde vers son enfant pour le prendre dans ses bras. Seul Kay ignorait qu'il avait eu, l'espace d'un instant, le visage touchant de l'émotion. Il referma ses bras derrière elle, nichant sa tête contre son cou de neige. Elle n'était pas aussi grande qu'il se l'était imaginée l'année dernière. Le jeune homme avait même l'impression que plus les ans passaient et plus le corps de sa mère devenait frêle. Il la serra davantage contre lui, comme saisi par la peur ancestrale qu'elle disparaîtrait un jour avec l'hiver et la neige qu'il chérissait tant. Il oubliait simplement que c'était lui qui s'éloignait chaque jour un peu plus du corps de l'enfance d'une manière définitive, prisonnier et gauche dans la carrure d'un homme de terrain.

Bien entendu leur attitude ne convenait guère au protocole. Il ne fallait jamais montrer ses états d'âme en public. Cela n'était pas bien difficile pour le prince qui ressentait bien peu de choses en dehors du dégoût, mais il lui arrivait parfois d'avoir besoin du corps maternel, se fondre contre ce corps, se fondre en lui,  à défaut d'avoir pu en naître. Jamais le baiser du froid ne pouvait être aussi divin.

Elsa, satisfaite que l'arc lui plaisait, se recula de ses bras puissants pour s'avancer vers la table, y prendre une petite boîte qu'il avait oublié dans la montagne de présents et la lui tendit, un air ravi sur le visage. La chevalière.. Le repas.. La montagne boueuse.. Les mitaines mal cousues.. L'arc somptueux.. C'était bien trop, mais Kay n'avait grandi que dans cet excès d'amour aussi bénéfique que ravageur pour lui. Il prit le paquet dans sa main et dénoua le joli ruban bleu qu'il laissa tomber sur le sol. L'emballage s'en alla tout aussi vite et le prince se retrouva avec un magnifique couteau de chasse dans les mains. Peut-être fut-il un peu trop empressé par rapport à son habitude en ouvrant le paquet ; trois gouttes de sang tombèrent sur le sol. Il s'était coupé en effleurant la lame lors du déballage. Cela ne le dérangeait nullement ; pour tout dire, il ne s'en était même pas aperçu, trop occupé à détailler ce dernier cadeau. Les armoiries d'Arendelle y étaient gravées pour qu'il n'oublie jamais son cher pays. Le jeune homme chercha aussitôt à attacher ce digne poignard à sa ceinture de chasse avant de se rendre compte qu'il était prisonnier dans un déguisement de prince qui lui donnait, malgré tout, bien fière allure.

« C'est très... beau, souffla-t-il avec un sourire timide sur le bout des lèvres. Merci, beaucoup. »

Le prince prit aussitôt dans son autre main l'arc, le plaçant au-dessus de son épaule comme s'il s'apprêtait à partir à la chasse. Il longea doucement la pile de cadeau pour prendre un nouveau carré de chocolat, jugeant cela opportun en compagnie de la Reine. Il posa le couteau et s'approcha alors de sa mère pour lui tendre ce qui semblait ressembler à une rose en chocolat dont les pétales accueillirent un peu du sang de l'étourdit. Kay la contourna ensuite pour s'approcher de la fenêtre qu'il ouvrit, laissant s'engouffrer le grand vent du Nord dans la salle de réception. Il pouvait sentir l'odeur boisé des sapins jusqu'ici. Les cerfs devaient brouter dans les clairières enneigées. Et s'il allait chasser ? Il n'avait pas ses flèches et Elsa lui en voudrait... Il soupira et referma la fenêtre, contemplant le vaste monde derrière la vitre givrée. Il se résigna et retourna près de sa mère décidé à lutter contre l'appel de l'extérieur.

« Comment fait-on le chocolat ? demanda-t-il alors, plus pour se changer les idées que parce que cet aliment brun l'intéressait réellement. »

Il avait trop aimé le chocolat dans son enfance. Son cœur et son estomac s'en étaient finalement lassés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 376
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Dim 23 Nov - 13:33


Elsa Arendelle



    Les bras de son fils bien aimé étaient toujours d'un grand réconfort et elle les appréciait même lorsqu'elle n'en avait pas besoin. Pourtant, il n'était pas encore l'heure de s'abandonner aux étreintes et à la tendresse qu'ils pouvaient partager en privé, bien qu'aucun regard indiscret n'oserait venir les perturber étant donner les ordres qu'elle avait donné. Le petit prince des neiges s'empara tout de même de son dernier présent afin de l'ouvrir en une hâte qui lui valu une belle coupure au doigt, qu'il ne sembla étrangement même pas remarquer, contrairement à Elsa. Kay semblait bien impatient d'essayer ses nouveaux jouets et la souveraine s'y était bien attendue en les choisissant. Pourtant, il restait bien plus calme que prévu … il avait grandit et mûri. Rares étaient les choses en ce monde capable de s'épanouir dans le froid d'un hivers éternel.

Généreux et plus attentionné que la plupart des gens ne le soupçonnerait, Kay offrit une délicate rose en chocolat à sa mère qui l'accepta sans se formaliser du sang qui la maculer. La saisissant délicatement entre son pouce et son indexe, elle adressa un sourire doux et poli à son fils et amant pour le remercier. Alors qu'il la contournait, elle observait avec attention cette perle de sang pourpre presque invisible sur les pétales de la fleur brune. Sans une seule grimace, elle la porta à ses lèvres et s'en fit qu'une bouchée, l'hémoglobine apportant un subtile parfum métallique au goût du chocolat noir qu'elle appréciait tant. Elle porta à nouveau son regard sur son fils, qui observait l'horizon avec envie, tel un loup enchaîné loin de sa forêt. Il se résigna pourtant sagement à revenir près d'elle, s'efforçant même d'engager la conversion. N'importe quel autre jour, Elsa s'en serait simplement réjouit, et elle s'en réjouissait, bien heureuse que son prince bien aimé ait assez de considération pour elle pour faire cet effort qu'elle lui savait coûteux … Mais aujourd'hui, elle n'essaierait pas d'en profiter. C'était son anniversaire et elle lui avait promis qu'il ferait ce qui lui plairait le plus après le repas.

Toujours aussi délicate, elle prit sa main blessée, tournant sa paume vers le haut pour examiner sa coupure qui saignait encore. D'un geste élégant, elle passa sa main au dessus de la sienne et une couche de glace plus fine que du papier de soie vint refermer la plaie. Loin de lui geler tout le doigt, seul un fil très fin de givre s'était formé sur la coupure pour l'empêcher de saigner et étouffer la douleur qu'il ne semblait cependant même pas ressentir sans cela. Elle concéda enfin à répondre à sa question.

— Nous faisons parvenir des fèves de cacao que l'on ne trouve que dans les pays les plus chauds du sud. Elles sont ensuite traitées et réduites en pâte où l'on ajoute du sucre et le beurre de cacao qui a été extrait. On peut aussi y ajouter quelques autres ingrédients selon le genre de chocolat que nous voulons obtenir.

Sa voix était douce, comme lorsque l'on parle à un enfant, mais pas à un demeuré. Ce faisant, elle caressait doucement sa main avant de relever les yeux pour plonger son regard dans le sien avec tendresse et bienveillance. Son regard passa ensuite juste derrière lui, regardant le paysage qui se profilait derrière la fenêtre, puis sur l'arc et à nouveau sur lui. Elle avait terriblement envie de le garder rien que pour elle, jalousement … Elle avait toujours répugné à le laisser sortir, d'autant plus qu'il partait parfois plus longtemps qu'elle ne saurait le supporter … Et pourtant, elle le laissait faire, car elle voulait son bien et son bonheur … Et elle ne savait que trop bien que tenter de garder quelqu'un de force comme un prisonnier ne lui donner que plus envie de partir. Alors elle le laissait et il revenait fidèlement à chaque fois …

— Voudrais-tu aller essayer ton arc tout de suite ? Proposa-t-elle gracieusement, le sourire aux lèvres. Peut-être que je pourrais venir avec toi, cette fois. Il y a longtemps que je n'ai pas pris le temps d'une escapade.

Elle savait bien qu'il aimait la chasse précisément pour être seul, mais une petite virée à deux de temps en temps ne pouvait pas faire de mal. Elle aussi avait longtemps apprécié s'échapper du palais pour vagabonder sereinement sur ses terres enneigées, loin de la cours, loin de ses responsabilités … Juste pour se vider l'esprit, se détendre, communier avec ses pouvoirs et la neige sans craindre le regard d'autrui, sans craindre de détruire, d'effrayer ou de faire du mal … Ceci dit, il y avait également une autre chose qu'il aimerait peut-être faire avant tout, et qui pourquoi pas, pourrait joindre l'utile à l'agréable. Il y avait en effet toujours ce jeune traître de serviteur dans les geôles qu'Elsa mourait d'envie de voir dévoiler le nom de son dignitaire.









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 377
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Dim 23 Nov - 14:55


Mon anniversaire ?

Pourquoi c'est toujours le mien

et jamais le tien ?

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

Kay ne se souciait nullement de la fabrication du chocolat, mais il ne put cacher son soulagement d'apprendre que ce n'était pas fait avec de la matière fécale du bétail élevé en Arendelle. Le prince se plut même à écouter les explications de sa mère. Il provenait de fève de cacao qu'on ne trouvait que dans des pays chauds et qu'il fallait faire venir jusqu'ici. C'était presque... irréel. Il y avait tellement de chocolat dans la capitale que le jeune homme ne s'imaginait pas que le produit n'était pas une production locale. Le chocolat avait donc une forte valeur marchande à la différence de la glace qui ne manquait pas dans ce royaume enneigé... En avoir beaucoup pouvait donc être une forme de distinction sociale bien visible. Mais il était fort peu poli de s'en barbouiller les lèvres en en mangeant trop goulûment... Toujours en avoir sur soi dans ce cas et montrer qu'on en possédait à foison. Kay en avait beaucoup maintenant, mais il n'en raffolait pas. Il n'avait qu'à...

Le jeune homme sursauta en sentant un petit picotement sur son doigt. Elsa lui avait pris la main pour l'envelopper avec tendresse. Il regarda un peu surpris son doigt et constata qu'une fine pellicule de glace recouvrait une petite plaie. Il fronça les sourcils. Il avait du se blesser sans s'en rendre compte. Il la gratifia d'un regard désolé, désolé de l'avoir inquiété pour si peu de chose. Kay haussa les épaules et laissant vagabonder son regard de la fenêtre à Elsa en passant par les présents chocolatés, il l'écouta lui proposer de sortir son arc. Il sursauta. C'était une bonne idée... mais il ne voulait pas chasser en compagnie de la Reine. Il lui arrivait parfois de partir très longtemps. Que se passerait-il au château si sa propriétaire le laissait sans surveillance pendant quelques jours ? La place d'une reine était dans son palais. Il prendrait bien sur lui de ne pas partir tout de suite pour s'offrir le luxe de traquer seul. Kay aimait tant la solitude...

« Elsa..., répondit-il, un peu gêné. Le peuple a plus besoin de toi que les arbres des forêts... »

En y réfléchissant bien, il n'avait jamais vu Elsa quitter longuement son cher château. Certes, il lui arrivait de partir en mission diplomatique, mais il voyait bien la peine qu'elle avait dans le regard à quitter Arendelle et l'hiver. Mais si elle voulait voir de ses propres yeux la suprême qualité de l'arc qu'elle venait de lui offrir ? C'était un peu compliqué comme situation. Le prince fronça les sourcils et fit quelques pas pour appuyer sa profonde réflexion. Il fixa la fenêtre qui donnait sur les jardins.

« On pourrait faire installer des cibles dans le jardin si tu veux regarder... »

L'idée ne l'enchantait pas particulièrement. Il craignait qu'elle ne devienne un prétexte pour l'empêcher de sortir, de s'éloigner du château et de sa ville. Il aimait certes tirer à l'arc, mais c'était surtout traquer une proie et prendre une vie dans les règles de l'art qu'il appréciait le plus. C'était surtout fuir quelques temps l'agitation de la capitale qui lui importait le plus. Néanmoins, cette petite concession pourrait bien suffire à Elsa pour qu'elle le laisse chasser seul, comme il en avait toujours été. Tant à penser ! Le prince revint à son idée initiale en frappant dans ses mains avec conviction.

« Elsa..., dit-il en prenant ses mains dans les siennes, un air très sérieux sur le visage. Je veux offrir mes chocolats au peuple. Je veux qu'on offre du chocolat à ces gens quand ce sera mon anniversaire. »

Qu'on ne s'y trompe pas, il n'y avait rien de compatissant ni de généreux. Kay les méprisait pour ainsi dire, mais il trouvait simplement qu'offrir des chocolat le jour de son anniversaire lui offrait de sérieux avantages.Cela lui évitait en premier lieu la crise de foie. Mais cela lui permettrait aussi d'afficher son pouvoir, sa richesse en donnant à voir aux yeux de tous qu'il avait beaucoup de chocolat. L'offrir annuellement lors d'un événement comme son anniversaire favoriserait une distribution mécanique et efficace du produit pour qu'un maximum de personnes soit convaincu de sa grandeur. Il était le prince d'Arendelle après tout. Une fois fait, il pourrait torturer à loisir le prisonnier. Chaque chose en son temps, chaque chose en son temps...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 376
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Lun 24 Nov - 13:16


Elsa Arendelle



    Il ne voulait pas d'elle. Il n'avait pas envie de partir en ballade en compagnie de sa mère, reine et amante … Ce qui avait de quoi blesser la fierté de cette beauté glaciale si aimante envers ce seul et unique être qu'elle avait adopté et chéri. Elle savait pourtant bien que les enfants étaient ingrats et elle ne l'avait pas couvert de cadeau pour recevoir quoi que ce soit en retour … Mais une balade en sa compagnie aurait était un loisir rare et précieux pour elle qui ne sortait que rarement du palais. Au fond, elle se moquait bien de voir cet arc à l’œuvre, ce qu'elle voulait, c'est passer un peu de temps avec son fils loin de ces murs, loin des responsabilités du château et de la cours. Passer un moment seule avec son fils au milieu de la nature, de la neige, de rien, comme deux vagabonds que le destin aurait oublié.

Le regard d'Elsa s'anima de déception alors que son cher petit prince cherchait maintenant tout les prétextes pour ne pas avoir à se coltiner sa maman trop collante lors d'une partie de chasse. Elle n'aurait pourtant pas fait de bruit et elle ne parlait pas de partir pour une campagne de quelques semaines, juste quelques heures loin d'ici, le temps d'apprécier les terres d'Arendelle à deux. Le visage de la belle, qui était pourtant animé d'un sourire tendre jusque là, redevint froid et frigide alors qu'elle observait tranquillement Kay s'enfoncer dans des excuses plus blessantes les unes que les autres. Il ne se rendait sans doute même pas compte, mais c'était ça, le prix qu'elle devait payer pour l'avoir obtenu ainsi … le prix de la magie … C'était cependant un bien maigre prix, elle devait l'avouer.

Bien que consciente de cela, le visage d'Elsa ne se décrispait pas. Lorsque Kay évoqua le désir de distribuer ses chocolats, aujourd'hui puis à chacun de ses anniversaires, la belle balaya la montagne de cadeau d'un regard absent, froid, indifférent. Distribuer des présents aussi gracieusement était quelque chose de propre à Arendelle. C'était bien le seul royaume où l'on voyait cela, à côté de tous les autres où le peuple croulait sous les taxes. Ici, des cadeaux à moindres coûts leur permettaient de se faire aimer du peuple, qui se montrait alors bien plus docile et même généreux lorsque venait le jour des taxes. De plus, c'était particulièrement malin d'attendre de recevoir assez de chocolat pour ensuite les redistribuer, cela ne leur coûtait rien de cette façon. En procédant ainsi, Kay marchait sur les traces de la famille d'Arendelle don l'un des membres principaux, passionné de bricolage et du travail du bois, offrait depuis aussi longtemps qu'elle s'en souvienne des jouets aux enfants victimes des guerres et de l'infortune.

Toujours aussi froide, elle reporta son regard sur Kay. Les mains jointes devant elle, elle portait cet air digne et diplomatique qu'elle affublait devant ses sujets. Elle le fixa longuement en silence, son regard était si glacial qu'on ne pouvait savoir quel sentiment se cachait dessous … Mais lorsqu'elle posait un tel regard sur Kay, cela ne pouvait pas avoir grand chose de positif – sauf lorsqu'elle voulait lui faire une blague.

— Si tu ne veux pas de moi dans tes pattes, tu pouvais aussi très bien me le dire directement. Dit-elle finalement, d'une voix particulièrement froide. Et puis, elle disait cela mais s'il l'avait dit directement, elle l'aurait quand même sermonné sur son manque de respect.

Comme pour couper cour à toute protestation ou vaine tentative de consolation à grand renfort d'excuses mal honnêtes qu'elle ne saurait supporter, Elsa se détourna en relevant légèrement le menton s'éloignant de son petit prince de quelques pas solennelles. Elle se rapprocha de la montagne de boites aux chocolats, les survolants d'un regard totalement vide. On ne pouvait pas deviner à quel point elle pouvait pourtant les convoiter. D'un geste élégant et naturelle, arborant toujours ce visage trop froid pour paraître coupable de quoi que ce soit, elle attrapa la boite de rose au chocolat que Kay avait ouverte pour la mettre de côté. Ça, c'était pour elle. De ses doigts délicats de pianiste, elle effleura ensuite les autres, faisant le tour de la pile d'un pas très calme.

— Si c'est ce que tu souhaites, c'est d'accord.

Elle se souvint alors de cette époque où il y avait encore des été ensoleillés à Arendelle et où elle et sa sœur invitaient le peuple à la grande place pour créer une patinoire et offrir de la glace à volonté. C'était une époque de joie où, malgré la crainte qu'inspirait son pouvoir, le peuple savait l'apprécier. Mais depuis qu'Anna avait disparu, elle avait emporté l'été et cette tradition avec elle … Aujourd'hui, peut-être qu'une nouvelle tradition venait de naître, une tradition qui la rapprocherait de son peuple.

— Et si nous allions les offrir en personne sur la grande place ? J'enverrais des commis porter les autres à travers le reste de la ville.

Malgré la bonté et l'attention que représentait cette proposition, Elsa était restée froide et indifférente, toujours courroucée par le rejet maladroit qu'elle venait d'essuyer. C'était si compliqué de cela d'expliquer qu'elle voulait simplement une petite balade et non le déranger durant une longue partie de chasse ? Oui, pour une reine, c'était bien indécent que d'insister sur quelque chose que l'on aurait dû lui accorder sans avoir même à demander.









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 377
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Lun 24 Nov - 23:23


Mon anniversaire ?

Pourquoi c'est toujours le mien

et jamais le tien ?

Tombe, tombe la neige. La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. Et qu'est-ce qu'il restera de moi, lorsque tu ne voudras plus de moi ? Qu'est-ce qu'il restera ? Tombe la neige, tombe.
Kay & Elsa

Le tact n'était guère une spécialité du prince d'Arendelle. C'est pourquoi, il n'avait nullement vu que sa réponse avait irrité la maîtresse du palais. Il n'avait, pour ainsi dire, nullement cherché à se justifier, se trouver des excuses. Pour lui, il était évident que la place d'une reine était dans son château pour gouverner ses sujets et prendre les décisions importantes relatives au royaume. Une reine n'avait certainement pas sa place perdue au milieu des bois pour chasser le renne. Et cet ordre du monde arrangeait bien Kay, lui offrait la liberté et l'indépendance dont chaque enfant, aussi maudit soit-il, aspirait toujours.

Il remarqua, malgré tout, l'expression glaciale de sa mère ainsi que le ton glacé avec lequel elle répondait à la moindre de ses suggestions. En règle générale, cette attitude suffisait à l'effrayer, mais le jeune homme, du haut de ses vingts années, ne voulait pas se soumettre plus que de raison au sein d'une même journée. Le temps passait auprès d'Elsa lui avait d'ailleurs appris qu'elle menaçait plus qu'elle ne frappait réellement lorsqu'il était question de réprimander son unique enfant. C'était du moins ce qu'il pensait, sans avoir pour autant essayer de vérifier cette hypothèse. Kay soupira presque d'un air agacé devant le peu d'enjouement de sa majesté et la laissa dans sa froideur boudeuse, préférant regarder la montagne de chocolats qu'on lui avait destinés. Il ne comprenait pas toujours cette superbe souveraine. Il apprenait les sentiments des autres sans les ressentir lui-même. La populace aimerait les chocolats et il n'en sortirait que plus glorieux... C'était l'essentiel.

« D'accord, répondit-il en faisant les quatre cents pas pour donner davantage d'intensité à sa réflexion. Il faut organiser une distribution efficace du chocolat. Tout doit être réglée pour éviter les bousculades. Une file à suivre avant de recevoir son cadeau. Des gardes pour faire circuler tout ça et éviter les émeutes. Et toi... »

Kay s'arrêta en fixant la Reine, le regard presque perdu dans le vague. Il n'aimait pas vraiment les foules, mais il devait bien consentir à cet effort pour mériter sa statut et honorer son rang. Il paraissait que c'était une habitude dans la famille royale de sympathiser avec le petit monde. Le prince d'Arendelle se méfiait du peuple, mais était malgré tout suffisamment lucide pour reconnaître qu'il ne pourrait pas déroger à la règle. Il se forcerait, mentirait en prenant l'air de se soucier de ces basses gens.

« Toi..., fit-il, reprenant le fil de sa pensée. Je serai à côté pour te protéger. »

Par protéger, il entendait avant tout empêcher les gens de poser la main sur elle. Kay, malgré son cœur de glace, avait un ego suffisamment élevé pour éprouver malgré tout de la jalousie et appréciait peu que des enfants s'approchent trop d'Elsa. C'était sa mère à lui, pas à eux. Malgré tout ça, il sentait toujours la froideur de la souveraine, ce qui ne manqua pas de lui arracher un nouveau soupir encore plus soutenu et boudeur alors qu'il continuait à marcher pour réfléchir aux causes de cette attitude si peu sympathique à son égard. Elle semblait vexée depuis qu'il avait proposé de partager le chocolat... Du moins, c'était ce qu'il croyait... Il s'empara alors d'une plaque de la divine sucrerie et la tendit d'un air gauche et brusque la Reine, l'œil presque vindicatif.

« Tiens! grogna-t-il sans méchanceté. Tu peux prendre ce que tu veux pour toi avant d'en donner aux autres. »

Qu'il pouvait être maladroit, parfois ! Souvent, il vexait sans le vouloir. Il s'était arrêté de tourner en rond ; trop marcher l'agacer en fin de comptes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 376
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay] Mar 25 Nov - 14:03


Elsa Arendelle



    Penser au passé rendait la reine d'Arendelle bien maussade et alors qu'elle observait son fils faire les cent pas, c'est à sa défunte sœur qu'elle pensait, à l’insouciance avec laquelle elles sortaient du palais sur un coup de tête pour faire de la patinoire sur la grande place en se mêlant à la foule … Si Elsa avait craint cela une bonne partie de sa vie – tout le temps où elle cachait encore ses pouvoirs – elle avait appris l'apprécier grâce à Anna … puis, elle s'en était détournée à nouveau. Comme son fils allait finir par lui donner le tournis à force de marcher en rond, elle décrocha son regard de lui, comme lasse et désintéressée. Elle releva son noble menton en regardant simplement par les grandes fenêtres qui décoraient le mur un peu plus loin devant elle, s'efforçant de chasser ces pensées qui lui donnaient tant de regrets. A tout juste vingt ans, Kay était bien plus scrupuleux qu'Elsa et Anna avec cinq ans de plus. Quel sang d'encre elles avaient pu causer aux sujets de la cours chargés de leur protection ! Il faut dire aussi qu'elles avaient eu bien des années d'enfance et d'adolescence à rattraper …

Perdue dans ses pensées qui l'attiraient toujours plus au fond du gouffre et qui faisaient déjà flotter quelques flocons autour d'elle, elle ne reporta son attention sur Kay que lorsqu'il l'interpella, n'ayant pas vraiment écouté son raisonnement, elle l'observa froidement en attendant qu'il dévoile ce qu'il voulait d'elle. Ses flocons de tristesse s'étaient évanoui dès qu'elle posa les yeux sur lui, si bien qu'il ne l'avait sans doute pas remarqué. Aujourd'hui était un jour de fête, ce jour qu'elle aurait voulu parfait … Elle ne devait pas penser à cela. Chaque année, elle consacrait une journée à ses lamentations et ses regrets … Le jour de l'anniversaire d'Anna. Elle n'en parla jamais à Kay, c'est tout juste s'il connaissait son existence – bien que l'anniversaire de sa mort soit chaque année commémorée comme journée de deuil nationale, beaucoup en avait oublié la raison. Anna naquit au solstice d'été et s'éteint en automne … Aujourd'hui, ces saisons n'existaient plus. Voir chaque année fleurir et périr la végétation aurait été trop douloureux pour la reine qui préférait se réconforter dans un hivers éternel.

Elsa entendit le désir de son fils de la protéger. En d'autres circonstances, elle aurait peut-être trouvé cela adorable voir touchant, mais comme elle était contrariée, elle plissa simplement les yeux, très légèrement. Son regard froid était très significatif de l'assurance qu'elle portait en elle-même et ses pouvoirs. De quoi pensait-il devoir la protéger ? Personne n'oserait jamais s'attaquer à elle et si jamais quelqu'un osait, il serait transformer en statue de glace en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Elle resta donc bien froide à cette attention louable, détournant simplement la tête pour regarder à nouveau le paysage enneigé d'Arendelle. Le peuple allait être surpris de la voir sortir pour revenir vers eux, d'autant plus qu'aucun ne devait se souvenir que c'était déjà arrivé.

Soudain, quelque chose fut brandi juste devant elle. Elle baissa un instant les yeux vers ce qui était une boite de chocolat – mais qui aurait pu être une arme vu la façon dont elle était maniée – puis leva les yeux vers son prince qui semblait bien agacé. Elle l'observa un instant froidement, son regard sembla se voiler d'un courroux inquiétant. Vous êtes en train de vous enfoncer, monsieur Kay Arendelle … Une fois qu'elle eu bien fait sentir sa rancune à travers ses yeux, elle les baissa simplement vers la boite de chocolat et cette dernière commença instantanément à se recouvrir de givre jusqu'à venir geler les doigts du prince bien maladroit. Le gel ne fut pas progressif, si bien que la glace était si froide dès le premier contacte que cela en brûlait presque, incitant son fils à la lâcher brusquement par surprise.

— Ne me crois pas si puérile. Je suis la reine, ce que je veux, je le prends, je n'ai pas besoin de ta complaisance.

Parce que ce n'était pas puérile de bouder parce que son copain ne veux pas jouer ? Enfin, c'était d'autant plus vexant de voir que son très cher prince ne comprenait rien à rien et qu'en plus il se permettait de répondre à cela avec tant d'animosité. Puis, d'un air digne qui ne laissa pas apercevoir le coup de tête parfaitement puérile auquel elle était en train de céder, elle se détourna, prenant quelques boites de chocolat avec elle avant de se diriger vers la porte de la salle à manger.

— Faites venir les serviteurs pour transporter tous ces chocolats et suivez les instruction du prince. Dit-elle en passant près des gardes.

Elle ne décéléra pas, marchant d'un pas sûr et ferme vers la grande porte du château. Elle ne s'occupait pas de si Kay ou quiconque pouvait la suivre … Si Kay ne voulait pas partir en ballade en sa compagnie, elle, elle avait décidé de sortir d'ici. Elle était la reine après tout, elle avait le droit de faire ce qu'elle avait envie, quand elle en avait envie. Et aujourd'hui, elle avait envie de sortir et de laisser le commandement et l'organisation de la distribution à son petit prince, mais elle n'allait pas l'attendre pour commencer. Le peuple risquait de s'en trouver bien surpris. Elle s'affubla d'une longue cape en fourrure blanche avant de faire ouvrir les grandes portes qu'elle franchit sans frémir. Elle s'attirait déjà les regards surpris de ses sujets alors qu'elle cheminait vers la grande place devant le château, bien décidée à jouer les Santa Klaus junior.  









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


Informations
My life

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay]

Revenir en haut Aller en bas
 

Joyeux anniversaire, mon petit prince [PV.Kay]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Joyeux anniversaire Rita !
» Joyeux anniversaire au chef adoré
» joyeux anniversaire Leetha.
» Joyeux Anniversaire Roberto !!!!!
» Joyeux anniversaire floc!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon A Time - Have you seen A white rabbit ? :: Fantasyland :: “ Le Royaume d'Arendelle ” :: Le château d'Arendelle-