RSS
RSS


Forum RPG dérivé de la série Once Upon A Time
 
Derniers sujets
» WHATEVER (RPG crossover séries)
Lun 12 Fév - 20:35 par Invité

» Gros soucis IRL
Dim 28 Jan - 23:20 par Kay Arendelle

» Libérée des livrets ! [abs du 2 au 6 janvier inclu)
Mar 16 Jan - 7:54 par Elsa Arendelle

» THE RETURN OF VOLDEMORT - [HP RPG]
Lun 15 Jan - 10:20 par Regina Mills

» Pour devenir partenaire... - Demande de partenariat
Lun 15 Jan - 10:17 par Regina Mills

» Halfway to nowhere
Lun 15 Jan - 10:08 par Regina Mills

» DEMANDE DE SUJET - Sujet libre
Sam 6 Jan - 16:42 par Regina Mills

» Nos intérêts communs
Ven 5 Jan - 19:32 par Killian Jones

» Le Flood du forum
Lun 1 Jan - 10:45 par Regina Mills

Ceux qui commencent le plus de sujets
Le Passeur
 
Kay Arendelle
 
Elsa Arendelle
 
Regina Mills
 
Mulan Hua
 
PNJ
 
Seth Humbert
 
Darcy Corbyn
 
Perséphone Queen
 
Peter Pan
 

Partagez | .
 
 L'étendue des dégâts | Le Cheshire & L'Evil Queen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

STORYBROOKEBelong the curse


InformationsMes bavardages : 172
Dans le coin depuis le : 14/08/2016
Localisation : StoryBrooke
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:
Disponibilités RP: 0

MessageSujet: L'étendue des dégâts | Le Cheshire & L'Evil Queen Jeu 7 Sep - 20:22


• Wonderland | Quelques années après l'exil de Cora •
L'étendue des dégâts
Le Cheshire & L'Evil Queen
J'enlevais ma cape d'un geste théâtral et elle alla s'éparpiller en cascade sur la causeuse non loin de là. De nouveau, la leçon avec Rumplestilskin s'était une fois encore soldée par un cuisant échec et je ressentais chaque fois un peu plus, son regret de m'avoir dans son ombre. Selon lui, certaines de mes attaches sentimentales freinaient ma progression et je devais m'en débarrasser si je voulais espérer un quelconque changement.
Je soupirais en m'asseyant sur le lit. Quelles attaches me restait-il ? Certes, Daniel restait bien présent dans mon cœur, mais même si je l'avais voulu, je ne peux rien changer à cela et rien ce que je puis faire ne pourra le ramener...
Quant à Blanche-neige, la haine que je lui porte ne saurai davantage me motiver. Je pense que c'est là le carburant qui alimente la magie en moi et je doute fort que c'est celle à qui le Ténébreux songeait. Mon regard vague se posa sur le miroir qui me faisait face, élégamment posé sur la pierre froide. Il était cadré d'or et bien que son reflet me soit caché, car j'avais pris soin de le draper pour en limiter les effets, il n'en restait pas moins imposant.
Puis soudain, je compris la raison de sa remarque. Je me levais prestement et le libéra de son étoffe, révélant ainsi ma silhouette parmi une multitude de taffetas d'argent. La dernière fois que je l'avais manié,c'était pour y voir le corps de ma mère disparaître dans ses profondeurs. Avec le recul, je ne suis pas certaine que ma magie en soit complètement la cause. L'objet étant un cadeau du Ténébreux, il y avait sans doute une part de manipulation pré-calculée dans l'histoire...
J'effleurais du doigt les séquelles restées ancrées dans la glace. Il restait de nombreuses fissures, là où ma mère avait trépassé mais étrangement, elles semblaient s'effacer avec le temps. Là où le point de collision avait littéralement brisé le verre, il ne restait qu'un minuscule impact. Je pris le temps de poser le pour et le contre. Certes, les conséquences risquent d'être désastreuses si Cora refaisait surface ici et les retrouvailles seraient tout sauf amicales. Mais d'un autre côté, je ne pouvais compromettre mes chances d'accroissement magique. Mes chances de faire payer Blanche-Neige.

Finalement, je psalmodiais l'incantation et franchis le portail stabilisé en direction de l'inconnu. Quoiqu'en dise mon professeur, je ne laisserai pas mes sentiments altérer ma soif de pouvoir et si je devais lutter contre les gènes maternels, je le ferai.

Bien que je n'avais aucune idée de l'endroit où j'avais envoyé ma génitrice, celui-ci n'avait pas l'air trop pitoyable. Je me sentis confuse devant tant de couleurs. C'était disproportionné tous ces mélanges, moi qui était tant attachée aux nuances plus sombres qui m'habillaient d'ailleurs. Des fleurs, de la taille d'un cheval et d'un bleu à en détourner les yeux. Des prairies criardes qu'il faut enjamber à grande-peine, et un champignon digne d'un petit buffet. Tout ceci était curieux c'est vrai, et j'eus soudain quelques doutes sur la présence d'une femme si diabolique que ma mère en ce monde. Si elle devait se cacher ici, elle n'aurait sans doute pas toléré autant de fantaisie et de joyeux paysages...
C'est ce qui me poussa à me méfier. Mon pas se fit lent et mesuré alors que j'entamais mes recherches, empruntant le chemin pavé qui s'étendait devant moi...
CODE BY ÐVÆLING




_________________

Regina Mills ⋄ The Evil Queen
Do you hear that? It's the sound of battles fought and lives lost. It once pained me to know that I am the cause of such despair, but now their cries give me strength. Beauty is my power.

▴ Disponible pour 0 Rp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



InformationsMes bavardages : 75
Dans le coin depuis le : 06/05/2016
Localisation : Storybrook
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:
Disponibilités RP: 1

MessageSujet: Re: L'étendue des dégâts | Le Cheshire & L'Evil Queen Mer 18 Oct - 11:30




L'ÉTENDUE DES DÉGÂTS

  • « Cheshire Cat ft. Evil Queen »

    « IT DOESN'T MATTER IF YOU BELIEVE ME OR NOT BUT COMMON SENSE DOESN'T REALLY WORK HERE. YOU'RE MAD. I'M MAD. WE'RE ALL MAD HERE. » ▽ (CHESHIRE CAT)
  • Un chant mélodieux, s’élevait dans les airs, se mêlant contre toute attente harmonieusement aux criaillements d’oiseaux aux becs de trompettes. De petites notes colorées scintillèrent dans les airs alors que monsieur le Vent apportait sa note à cette curieuse musique en soufflant dans les branches, jouant avec les feuilles pour former une rythmique entraînante.

    Un œil lagon à la curieuse pupille fendue s’ouvrit paresseusement alors que Sire Vent décidait de tournoyer dans les longs poils gris aux étranges et électriques rayures bleues. L’œil jumeau décida de s’ouvrir également alors que leur propriétaire s’étirait. Ses pattes étendues le plus loin possible, le postérieur en arrière, sa queue retombant un élégant arc-de-cercle vers son dos, Lei bailla, exposant ses petits crocs blancs aux rares rayons de Sire Soleil ayant traversés le plafond de verdure que formait les feuilles.

    La Cheshire se remit sur patte correctement et s’assit, savourant la musicalité enivrante par laquelle elle s’était réveillée. Les yeux fermés, elle se délecta de l’orchestre des fleurs épanouies et toutes les autres nuances mélodieuses de la Forêt Merveilleuse qui se mêlaient au chant ravissant.

    Des moments pareils, la Forêt n’en connaissait que peu, Lei savait d’autant plus les savourer. Il n’était cependant de sa nature rester un certain temps dans une même position sans bouger. Sa queue se balançait doucement dans le vide, elle-même était perchée sur une large branche. Il suffit parfois d’un seul élément pour perdre la sérénité dans laquelle un chat est plongé.

    Il s’agissait cette fois-ci de pas. Des pas prudents, méfiants, accompagnés d’un bruissement délicat que ses duveteuses oreilles n’avaient perçu qu’une fois auparavant. Ses paupières s’ouvrirent sur la curiosité incarnée alors que son sourire dévoilait de petits crocs, dévoilant son jeune âge mieux que sa fine constitution. Plus qu’un chat, ce fut un chaton presque grand qui disparut lentement de la branche où il se tenait pour apparaître à l’orée de la Forêt.

    Au-dessus d’un champignon ressemblant étrangement à une armoire apparurent plusieurs tâches d’une curieuse couleur bleu électrique, accompagnées d’un large sourire semblant trop humain pour être chat. Les suivants furent deux yeux lagons qui captèrent immédiatement la vue d’une jeune femme toute de noir vêtue telle une jeune fleur voulant se faire remarquer. Le corps, enfin, apparut et la petite Cheshire fut finalement dévoilée, allongée de tout son long sur ce champignon aux proportions merveilleusement disproportionnées. La tête sur ses pattes dans une position trop humaine, le petit chat prit la parole d’une gentiment voix malicieuse.

    « —Je suis désappointée, moi qui m’attendais à voir notre bien-aimée Reine de Cœur je ne trouve qu’un joli bourgeon noir. »

    Elle disparut de nouveau pour réapparaître, flottant en surplomb de la jolie dame qui ressemblait trop à leur Reine rougeoyante pour qu’une coïncidence cela soit. Elle n’était pas intimidée cependant, joli bourgeon était la description qui allait.

    La Cheshire n’était encore que novice mais elle percevait déjà certaines choses dans le cœur des visiteurs de la Merveilleuse Forêt. Ce qu’elle voyait dans ce cœur-ci était une mauvaise herbe, plantée avec soin et entretenue comme la plus jolie des jolies fleurs de son pays. Une mauvaise herbe qu’elle ne pouvait que rapprocher de la merveilleuse amertume de son pays cultivée avec soin par sa nouvelle Reine si délicieusement cruelle au cœur absent. Si le plant était le même, l’entretien était différent cependant, celui de ce si joli bourgeon obscur n’était pas aussi infaillible que celui de la Reine de Cœur.

    « —Où veux-tu aller, jolie dame ? »

    Derrière le chaton presque chat, deux sentiers, un dans la sombre et paradoxalement merveilleuse forêt, l’autre la longeant. Derrière la jolie dame, un autre, composé de jolis pavés colorés.

    Du visiteur la décision dépendait. Cheshire elle était et seules les questions elle posait, les réponses dans le cœur des visiteurs se trouvaient et leur propre chemin ils choisissaient.
  • ©️️linus pour Epicode


    Et voilà Parce que j'étais inspirée hier au soir (ou plutôt dans la nuit x)) ! Et juste pour le plaisir, il y a même une conclusion à la Maître Yoda u.u

    _________________
    Darcy Corbyn


    — L'ours et l'homme se disputent un territoire. Qui a raison ?
    — Le chat qui les observe.
    ~ p.bottero & byendlesslove.

    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    avatar

    STORYBROOKEBelong the curse


    InformationsMes bavardages : 172
    Dans le coin depuis le : 14/08/2016
    Localisation : StoryBrooke
    My life
    My Life
    Relations du personnages:

    Inventaire
    :
    Disponibilités RP: 0

    MessageSujet: Re: L'étendue des dégâts | Le Cheshire & L'Evil Queen Mar 24 Oct - 23:23


    • Wonderland | Quelques années après l'exil de Cora •
    L'étendue des dégâts
    Le Cheshire & L'Evil Queen
    Je ne saurais dire pourquoi mais quelque chose dans cet endroit me mettait mal à l'aise. Je n'avais pourtant fait que quelques pas mais je sentais déjà comme une certaine lourdeur sur mon cœur, et ce, malgré environnement coloré qui m'entourait. Était-ce toutes ces choses qui au lieu d'attiser ma curiosité, me renvoyaient un sentiment de mal-être ? Des pavés verts, rouges. Des nuages en forme de triangles, de carrés. Un mille-pattes en costume trois-pièces.
    C'était certes, déconcertant mais rien de dangereux en soit. Non, c'était autre chose.

    Instinctivement, je regardais derrière mon épaule et me retournais. Rien. Je haussais imperceptiblement les épaules et continuais ma progression. Allons Regina, tu te fais sans doute des idées...
    Quoique, on est jamais trop prudent lorsqu'il s’agit de ma mère, beaucoup vous le diront et beaucoup en ont fait les frais.

    • "Je suis désappointée, moi qui m’attendais à voir notre bien-aimée Reine de Cœur je ne trouve qu’un joli bourgeon noir."

    La voix me fit sursauter et j'eus à peine le temps de distinguer une silhouette svelte et furtive, posée sur un champignon d’architecture Louis XV. On eut dit un chat, mais...un animal qui parle ? Ce monde avait plus de ressources que je ne l'aurais pensé. Oh, j'en avais déjà vu des bêtes parlantes, mais elles étaient le plus souvent prisonnières d'un sort ou d'une malédiction.
    Ce fut cette réflexion qui me conforta dans mon idée : ma mère ne devait pas être loin...
    Le propriétaire de la singulière voix réapparu alors, juste devant moi. C'était effectivement un petit chat, au pelage orange vif et strié de bleu. Si son regard était lourd à porter, ce n'était rien à côté de sa curieuse façon d'agir et de se mouvoir. Il était devant moi, c'est vrai, mais ais-je dit qu'il flottait dans les airs ? A la manière d'un écolier trop rêveur, il se tenait le menton entre ses pattes ouvertes, balançant légèrement sa queue de droite à gauche.
    Après quelques millièmes de secondes, je parvins à masquer ma stupeur et à reprendre contenance. J'identifiais alors le sentiment d’inconfort qui m'avait habité jusque là : je m'étais sentie épiée, d'une certaine façon et à mon grand désarroi, subir de plein feu ce regard si pénétrant et irisé était peut-être pire. Je me considérait comme analysée de l'intérieur et je dois dire que je ne raffolais pas de cette sensation.

    • "Où veux-tu aller, jolie dame ?"
    Je redressais légèrement le menton, comme il incombe naturellement à la jeune Reine que je suis. Le choc était passé et je me devais maintenant de reprendre les choses en main. Le chaton se tourna à demi pour laisser apparaître deux chemins dans son ombre. L'un s’enfonçait dans la forêt qui somme toute, ne semblait pas accueillante pour deux sorts et l'autre, la longeait tout à fait et semblait déjà plus sûr. Si j'avais été seule, j'aurai sans doute opté pour le chemin le plus sombre, à l'image de ma chère Mère. En effet, au cœur sombre il faut chercher la voie la plus encombrée et c'était assurément par-là que je la trouverait. Mais tout bien réfléchit, je ne connaissais absolument pas ces contrées, qui n'étaient pas mienne..devais m'y aventurer tout de même ? L'autre chemin semblait plus rassurant.
    Alors je décidais de questionner le chat. Puisqu'il m'était apparu, il allait sans doute m'être utile.

    • "Excusez-moi mais, qui êtes-vous donc pour vouloir me servir ainsi de guide ?" demandais-je en hésitant.
    C'était la première fois que je m'adressais à un félin et c'était une fois encore, quelque chose d'étrange à expérimenter. Ami ? Espion de Cora ? Ou juste un chat parmi tant d'autres ici ? Ce n'était pas aisé.

    • "Vous avez évoqué la Reine de cœur, qui est-elle exactement ?" J'avais quelques doutes, et si ces derniers étaient fondés, je trouvais là toutes les raisons de me méfier de ce grandiloquent personnage !
    Une fois encore je le détaillais des oreilles au bout de la queue, et je croisais les bras pendant qu'une coccinelle mauve passait près de nous.

    CODE BY ÐVÆLING




    _________________

    Regina Mills ⋄ The Evil Queen
    Do you hear that? It's the sound of battles fought and lives lost. It once pained me to know that I am the cause of such despair, but now their cries give me strength. Beauty is my power.

    ▴ Disponible pour 0 Rp.
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    avatar



    InformationsMes bavardages : 75
    Dans le coin depuis le : 06/05/2016
    Localisation : Storybrook
    My life
    My Life
    Relations du personnages:

    Inventaire
    :
    Disponibilités RP: 1

    MessageSujet: Re: L'étendue des dégâts | Le Cheshire & L'Evil Queen Jeu 14 Déc - 23:48

    Vraiment désolée du retard ! Je suis impardonnablement en retard >.< Mais j'espère que ma petite Cheshire toute dérangée te plaira tout de même




    L'ÉTENDUE DES DÉGÂTS

    • « Cheshire Cat ft. Evil Queen »

      « IT DOESN'T MATTER IF YOU BELIEVE ME OR NOT BUT COMMON SENSE DOESN'T REALLY WORK HERE. YOU'RE MAD. I'M MAD. WE'RE ALL MAD HERE. » ▽ (CHESHIRE CAT)
  • Un petit chat dans les airs et une jolie dame sur les pavés. Deux grands yeux d’un bleu lagon irisé plongeant au cœur du mauvais bourgeon et un sourire trop humain dévoilant de petits crocs tout à fait chats.

    Derrière le chat, deux chemins. Derrière la dame, un seul. Ses paupières recouvrirent ses iris étincelantes alors que le gracieux bourgeon prenant le temps de réfléchir en observant son environnement.

    Une coccinelle mauve traversa le champ de vision du malicieux chaton. Lei la suivit des yeux, se surprenant à remuer la queue, l’anticipation du jeu courant dans ses veines, électrisant ses pattes. Elle se leva à demi et se prépara à sauter sur la pauvre petite coccinelle lorsque la jolie dame décida de parler. La menace de la chasse était pourtant parvenue jusqu’à la coccinelle qui enfla soudainement. Un miaulement indigné sortit de la bouche de la petite Cheshire alors qu’elle sautait en arrière, les poils hérissés et la queue dressée.

    Le cœur battant de toutes ses forces sous la surprise, elle redressa la tête d’un air orgueilleux pour se détourner de la coccinelle et ce fut la posture bien digne que Miss Cheshire répondit à la jolie dame. Un sourire revenant doucement sur ses lèvres, malgré tout.

    « —Je suis le Chat du Cheshire, la couleur gardienne de la forêt, révéla-t-elle sans ambages. Tu peux m’appeler Lei si tu me donnes ton prénom, offrit-elle en se retournant sur le dos. »

    Elle regarda la jeune dame à l’envers et songea qu’elle ressemblait ainsi à l’un des tableaux du Lièvre de Mars. C’était amusant. Son sourire s’agrandissait toujours, toujours plus, jusqu’à ressembler à un croissant de lune. Ses yeux au niveau de ceux de la dame, Lei se rapprocha jusqu’à presque toucher son front de son nez.

    Avec un gloussement amusé qui trahit son jeune âge et son manque de professionnalisme – elle qui avait si bien commencé –, le presque grand chaton disparut dans une volute de fumée.

    Le sourire apparut en premier, suivit de près par les rayures et les yeux, le gris pelage en dernier. Sa queue se balançait lentement au rythme d’une mélodie entendue d’elle-seule.

    « —Si tu poses des questions, comment pourras-tu choisir ton chemin ? interrogea-t-elle en penchant la tête sur le côté. Sais-tu où tu veux aller jolie dame ? »

    Chemin matériel et Voie immatérielle. Choix qui n'en est pas un et Fatalité au goût de sang et de magie. Chershire goûtait tout cela en regardant le coeur du joli bourgeon empoisonné de mauvaise herbe, guidée par le sens hors du commun de la couleur Cheshire au sein de leur forêt. Elle fut malicieusement curieuse du destin de ce joli bourgeon.

    Messire Vent reprit sa mélodie et les fleurs reprirent leur chorale. Les notes qui scintillaient avant de s’évader en poussière d’argent étaient pourtant sombres et inquiétantes cette fois-ci. Le petit Chat les regarda avec une préoccupation maligne lui faisant manquer la téméraire coccinelle violette qui était repassée près de l'étrange duo. Une douce amertume aux couleurs de morts. Reflet déformé du cœur de la jolie dame.

    Elle n’était que novice, Lei savait pourtant reconnaître les racines d’un empoisonnement savant. Nul doute n’était que la jolie dame souffrait du même mal que le Pays aux Merveilles. Un large sourire gracia ses babines alors qu’une folle malice pétillait dans son esprit.

    La rencontre de l’empoisonneuse et l’empoisonnée serait des plus amusantes !
  • ©️️linus pour Epicode

    _________________
    Darcy Corbyn


    — L'ours et l'homme se disputent un territoire. Qui a raison ?
    — Le chat qui les observe.
    ~ p.bottero & byendlesslove.

    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur



    Contenu sponsorisé


    Informations
    My life

    MessageSujet: Re: L'étendue des dégâts | Le Cheshire & L'Evil Queen

    Revenir en haut Aller en bas
     

    L'étendue des dégâts | Le Cheshire & L'Evil Queen

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

     Sujets similaires

    -
    » Il y a toujours une main tendue (pv Lily & Enzo)
    » Une main tendue ça ne se refuse pas! [feat Zeus]
    » Apprentissages Nocturnes
    » Une Entrevue tendue...
    » Little Bad Girl [FB 1623, il y à quelques mois]

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Once Upon A Time - Have you seen A white rabbit ? :: Fantasyland :: “ Wonderland” :: “ Le Jardin Merveilleux ”-