RSS
RSS


Forum RPG dérivé de la série Once Upon A Time
 

Partagez | .
 
 Un gage d'amitier [PV Mateo Lloegyr]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

LA FORÊT ENCHANTÉE Life is a dream


InformationsMes bavardages : 245
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Ma grotte
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Un gage d'amitier [PV Mateo Lloegyr] Ven 30 Oct - 16:17


Hua Mulan


        La guerre qui ébranlait l'Empire du Milieu depuis des années était enfin terminée et leur expansion politique leur assurait de plus en plus une paix de longue durée. Gagner la guerre ne fut pas une mince affaire et la dernière bataille fut le théâtre d'un siège particulièrement difficile à tenir. Mais ils en sortirent vainqueur grâce au Générale Hua qui n'avait plus à rougir de n'être ''qu'une femme''. Cela ne fut pas sans peine, et les sévisses physiques, la faim et la soif furent des maux bien dérisoires comparé au sacrifice qu'elle avait dû faire pour assurer la paix. Elle aurait pu fuir son pays avec celui qu'elle aimait, c'est ce qu'il était d'ailleurs prêt à faire … Mais pour Mulan, le devoir passait toujours avant tout, avant elle et ses désirs surtout. Elle n'avait pas combattu toutes ces années pour se rendre responsable d'un drame politique qui engendrerait une nouvelle guerre qui mettrait tous ceux qu'elle aime en danger …

C'est dans ce cadre de paix peu réjouissante que l'héroïne de l'Empire de Milieu fut sollicitée pour une dernière mission honorifique. L'Empereur désirait honorer leurs nouveaux alliés de Camelot en leur faisant grâce de la présence de personnalités prestigieuses. Le souverain, ne pouvant décemment pas se déplacer en personne pour un tel voyage, envoya quelques uns de ses plus proches sujet, son ministre, ainsi que la célèbre héroïne nationale. Mulan accueillit cette opportunité avec un certain soulagement. C'était sans doute ce dont elle avait besoin, partir loin de ce pays pour lequel elle avait tant donné. C'est ainsi qu'elle embarqua sur un des vaisseau de l'Empereur avec le petit cortège qu'elle devait escorter. Quelques soldats, des compagnons d'arme qui avaient vaillamment combattu à ses côtés pendant la guerre, étaient également du voyage.

La traversée dura quelques jours et bien que les activités soient plutôt réduites sur un bateau, même aussi grand, ce fut d'un grand réconfort pour la guerrière qui put laisser son esprit s'évader au large de cette mer sans fin. Le soir, elle venait sur le pont pour regarder le soleil disparaître à l'horizon, colorant le ciel et l'océan d'un panel de jaune, d'orange, de rouge et de rose comme une toile maculée de pigments exotiques. Alors elle se disait qu'elle avait fait le bon choix, que sa peine n'était rien face à la paix et la sécurité qu'ils avaient instauré en renonçant à leurs sentiments. Puis les étoiles apparaissaient, accompagnant la lune un peu plus ronde chaque jour … et elle se laissait convaincre qu'une vie était encore possible après la guerre, même si c'était finalement tout ce qu'elle savait faire.

Les terres de Camelot pointèrent à l'horizon à l'aube du sixième jour et même si elle appréciait assez la haute mer, un sentiment de réconfort l'envahit à l'idée d'enfin pouvoir retrouver la terre ferme. Le voyage s'était bien passé, la saison leur avait été particulièrement favorable et il n'avait plus qu'à prier les Dieux pour que le retour soit aussi agréable. Mais l'heure n'était pas encore là, leur séjour ne faisait que commencer. Le ministre et ses sujets s'étaient préparés, les soldats avait passé le voyage à lustrer leur armure et tous étaient d'une élégance rare, même les marins et autres serviteurs. Toujours très humble malgré le rang qu'elle avait acquis, Mulan aida à remonter les quelques cadeaux qu'ils avaient emporter avec eux. Il y avait une statue de dragon en or, des étoffes aux motifs de carpes et de dragons, typique de l'Empire du Milieu, mais aussi des fruits et autres mets exotique qui pourrait faire objet de prochaine collaboration commerciale. Des artificiers étaient également venu avec leur poudre afin d'offrir l'un de ces fameux feu d’artifices à leurs hôtes.

Sur le pont, le Générale Hua observait Camelot grandir sous ses yeux. L'architecture était particulièrement impressionnante, très étrange pour un œil étranger. Ce qui l'impressionna, c'était ce gris clair dominant qu'elle trouva à la fois fade et distingué. Les palais de son pays était toujours très colorés avec leurs toits rouges et leurs dorures. Pour sûr, ce paysage était incroyablement dépaysant. Le château semblait dominer le village alentour d'une façon impressionnante, presque oppressante, ainsi élevé au sommet de cette colline. C'était à en donner le vertige !

Le navire accosta enfin et Mulan se teint aux côtés du ministre pour rejoindre la terre ferme. Derrière eux, les soldats et les sujets du ministres, ainsi que les porteurs qui transportaient les nombreux cadeaux. L'endroit semblait avoir été décoré richement en leur honneur. Il y avait un peu partout des guirlandes de fleurs blanches que Mulan n'avait jamais vu avant, mais aussi le blason de la maison Pendragon sur les étendards et les tuniques de leurs hôtes. Cependant, pas encore de trace du Roi.

— Nous vous souhaitons la bienvenue en Camelot, amis de l'Est. Le roi vous attend en son château pour vous accueillir dignement, veuillez prendre place dans le carrosse.

Après un salut traditionnel de leur cru, Mulan, le ministre et quelques sujets de marque prirent place dans le carrosse alors que la suite du cortège suivait les sujets de Camelot venus les accueillir. C'était la première fois que Mulan montait dans un de ces véhicules. Il y en avait aussi là d'où ils venaient, mais ils n'avaient pas du tout la même tête. Mulan n'y était cependant jamais monté, car en tant que Générale, elle montait toujours son destrier, même pendant les cérémonies et défilés officiels. Elle ne se sentait pas très à l'aise, elle regrettait de ne pas avoir pu emmener son fidèle Khan avec elle. Elle tenta tout de même de profiter du paysage, ou plutôt de voir les rues défiler sous ses yeux. Le peuple avait l'air plutôt enjoué et curieux de cet événement, cela faisait plutôt plaisir.

En arrivant aux abords du château, Mulan s'affubla de son casque. Il était de coutume qu'un soldat, même gradé, porte l'intégralité de son armure lors de tels événement et de ne découvrir son visage qu'en face du souverain. C'est un peu pour ça qu'ils étaient toujours à cheval, parce qu'elle pouvait vous le dire maintenant, ce n'était franchement pas simple de sortir d'un carrosse avec un casque sur la tronche qui double le volume de votre tête en plus d'encombrer votre champ de vision.

En sortant du véhicule, Mulan prit le temps de mieux observer la majesté de la structure où elle se trouvait. C'était immense, et si haut ! Mulan n'avait jamais vu de construction si haute, même la Grande Muraille ne rivalisait pas avec leurs tours. C'était très impressionnant. Les portes du château étaient grandes ouvertes et elle accompagna à nouveau le ministre jusqu'à la rencontre de leurs hôtes. Le roi était enfin là, entouré de ses chevaliers. Leurs armures étaient bien différentes des leurs, mais particulièrement belles. Le crieur présenta le roi et lorsqu'ils arrivèrent enfin face à eux, l'assistant du ministre prit la parole en s'inclinant respectueusement.

— Votre majesté, au nom du peuple de l'Empire du Milieu, nous vous remercions de votre accueil. Laissez-moi vous présenter notre seigneurie le Ministre Chun, cousin et représentant de notre saint Empereur.

Le ministre s'inclina respectueusement, à la façon traditionnel et remercia à son tour le roi pour son hospitalité. Pendant ce temps, Mulan profitait de l’anonymat que lui prodiguait son casque pour observer leurs hôtes. Le roi avait l'air si jeune … il ne devait pas être beaucoup plus vieux qu'elle.

— Et voici le Général Hua. Héros de notre Empire. Fut-elle alors présenté solennellement, malgré une maladresse de langage qui oubliait encore souvent d'user du féminin pour parler d'elle.

C'est à ce moment que Mulan retira son casque pour le bloquer sous son bras. Elle s'inclina à son tour avant de planter son regard dans celui du roi.

— Merci de votre accueil, votre majesté. C'est un véritable honneur de vous rencontrer, sachez que je suis entièrement à votre service.









_________________
花木蘭:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark6nika.deviantart.com/



Invité
Invité

Informations
My life

MessageSujet: Re: Un gage d'amitier [PV Mateo Lloegyr] Lun 9 Nov - 0:58



Un gage d'amitié.
ft. Mulan&Arthur


« Les chambres ont été vérifiées, Sir. Aucun drame à déplorer. Les invités auront un toit sur leur tête aussi longtemps que durera leur séjour. »
Les joues rosies par l’excitation, Perceval ne cessait de sourire. Aujourd’hui était un grand jour. Son Roi, le Seigneur Arthur, lui avait confié la mission de plus hautes importances : vérifier que les envoyés de l’Empire du Milieu seraient à leur aise au château. Quelle drôle de tâches à accomplir pour un chevalier, me diriez-vous, mais Perceval avait tellement insisté pour aider à la préparation de cet événement d’envergure que ce fut tout ce qu’Arthur avait trouvé à lui donner. D’ailleurs, ce dernier répondit à son fidèle ami par un sourire amusé et reconnaissant. Bien, c’était déjà ça en moins à s’occuper. Le Roi lui fit signe qu’il pouvait se retirer et Perceval retourna à ses occupations toujours avec un air enjoué. Le Chevalier du Pays de Galle devrait le retrouver pour accueillir comme il se doit leurs alliés.
« Bien, finit par murmurer Arthur, tout semble être dans l’ordre. »
Les yeux rivés sur un parchemin résumant l’état de chaque pièce du royaume pour l’arrivée des représentants asiatiques, Arthur parcourait de long en large la salle du trône. Ce n’était pas la première fois de la journée qu’il parcourait du regard ce compte-rendu. Évidemment, aucune modification n’a déploré depuis les derniers trois quarts d’heure, mais le jeune Roi ne pouvait s’empêcher d’y replonger, comme on s’accrocherait à un garde-fou.

« Tout se passera bien, mon Seigneur. Les lieux ont déjà été vérifiés trois fois, les commis ont déjà commencé à s’affairer aux fourneaux et les dames de la cour ont terminé depuis deux heures les dernières retouches dans la décoration. »

À ces mots, Arthur leva les yeux vers son meilleur ami. Le Chevalier Lancelot, tout dans sa droiture et sa noblesse ne laissait paraître aucun signe d’inquiétude, au grand contraire de son Roi. Le jeune Pendragon soupira tout en laissant tomber les bras de part et d’autre de son buste. S’il y avait bien une personne devant laquelle il se permettait de montrer des signes de faiblesse, c’est le Chevalier au lion. Lancelot était une bouffée d’énergie pour Arthur. Il lui redonnait sans cesse la confiance en lui qu’il perdait trop souvent. Même devant Guenièvre, il était moins souple. En présence de sa femme, il avait la fâcheuse tendance à vouloir récolter les lauriers, si bien qu’il finît par ne jamais se sentir lui-même. Cette situation n’était pas très confortable et chacun savait, dans les bruits de couloir, qu’Arthur et Guenièvre n’étaient plus le couple aussi soudé qu’ils étaient au début. Cette visite diplomatique n’avait pas eu l’air d’occuper la Reine, alors que son mari avait fait des pieds et des mains pour que tout soit au point. Elle s’était contenté de le regarder s’affairer à ses obligations, sans proposer son soutien. Tandis qu’elle dormait à poings fermés, Arthur, lui, avait eu du mal à trouver le sommeil durant ces derniers jours.

Pourtant, ce n’était pas la première fois qu’il recevait à Camelot. Mais rarement ce fut une délégation de cette importance. Et puis, à chaque fois qu’il avait dû se confronter à cet exercice, Arthur s’en était rendu malade. Gouverner un royaume derrière des remparts, assurer la sécurité de la population dans l’ombre, là oui, il y arrivait, mais les cérémonies officielles étaient une véritable torture pour lui.

« Regarde-moi bien Lancelot, jamais je ne tiendrais », fit-il dans un moment de découragement. Partir en campagne contre un monstre ou à la recherche d’une relique magique était une affaire tellement plus simple à réaliser. La vérité était qu’Arthur n’était pas homme d’apparence. Il détestait prendre la parole en public et s’arrangeait toujours pour limiter son audience. Bien sûr, les réunions à la Table Ronde ne faisaient pas partie de cette catégorie. Quand il s’agissait d’action et de décisions stratégiques, Arthur avait toute sa tête. Les réceptions étaient bien différentes. Un mot de trop est cela pouvait être la rupture diplomatique. Dieu seul savait qu’Arthur n’avait pas besoin de se trouver avec un nouvel ennemi sur les bras. Camelot était plus ou moins en paix et Arthur désirait garder la situation telle quelle le plus longtemps possible. Les derniers affrontements avec les royaumes extérieurs avaient passablement affaibli la population, il ne souhaitait donc pas renouveler l’expérience.
La deuxième difficulté lorsque l’on recevait les ministres des Empires tels que celui de l’Empire du Milieu était l’écart flamboyant entre deux cultures. Les erreurs et les vexations étaient faciles. Pour éviter toutes situations délicates, Arthur avait fait appel à tous les historiens et intellectuels du pays, qui purent lui fournirent toutes les informations qu’ils disposaient sur cette terre bien étrange pour lui, à première vue. Évidemment, avant d’accepter une alliance, il avait bien pris connaissance du pays. Mais tout son intérêt avait été alors plutôt pour la situation géographique, économique et militaire de leur allié. Les bonnes mœurs et les impolitesses étaient passées à la trappe avant aujourd’hui.

« Si on ne se retrouve pas avec tout un pays à dos d’ici demain matin, ce sera un miracle », reprit-il toujours aussi peu sûr de lui. « Je suis bien trop jeune pour tout ça. » Cette phrase à elle seule expliquait la source première de son inquiétude : sa légitimité. Récemment, le Roi de Bretagne avait ouï des plaintes et rumeurs de mauvaise grâce sur ses capacités à gouverner. Sa jeunesse en était la raison principale. Contrairement à la plupart de ses homologues, Arthur n’avait pas des années de batailles derrière lui. Ses exploits militaires s’en retrouvaient bien minces comparés aux leurs, d’autant plus qu’ Arthur plaçait son énergie avant tout dans les quêtes religieuses et à la recherche du Graal.

« L’épée des Dieux vous a choisi, vous, Sir. Personne ne peut contredire Excalibur. »

Lancelot avait décidément toujours les mots pour lui insuffler un regain de vitalité. Même si ça n’arrangeait pas le trac d’Arthur, au moins celui-ci pourrait toujours brandir la lame ardente pour conquérir les cœurs. Le Roi sourit alors maladroitement à son ami au moment où un messager faisait son entrée dans la salle, tout essoufflé.

« Ils arrivent, Sir, les carrosses sont en vue. Le reste des Chevaliers est déjà en place pour les accueillir. »
« Bien, signalez à tout le monde d’être est à son poste. »
Le jeune messager repartait déjà en trombe. Lancelot s’approcha d’Arthur, les mains encombrées d’une lourde étoffe. Il a boucla à l’armure du jeune Pendragon et déposa par la suite la couronne royale sur sa tête.
« Tout se passera bien », répéta-t-il comme un écho.

Lorsqu’ils arrivèrent dans la salle de réception des invités, Arthur prit place au milieu des Chevaliers, entouré de Lancelot et de Léodagan. Perceval piétinait sur place quand soudain les délégués de l’Est firent leur entrée. Le crieur fit son travail et Arthur ne quitta pas une seule seconde des yeux le ministre allié. Une fois que chacun fut présenté, Arthur s’avança vers eux. Une noble de la cour lui avait remis au même moment les cadeaux de bien venu qu’il déposa tout en s’inclinant respectueusement, mais tout en prenant garde de ne pas donner l’impression d’être inférieur (il était le Roi tout de même). Puis, en suivant la voix du crieur, il se retrouva devant la guerrière. La fameuse guerrière. Son histoire n’était pas restée secrète au sein des murs de Camelot. Elle avait ébranlé à elle seule toute la Table Ronde. Comment ça, une femme, combattante ? Mais on n’avait jamais vu ça. Pour sa part, Arthur s’était refusé à se faire une idée avant de la rencontrer.

« Tout l’honneur est pour moi », répondit Arthur en plongeant son regard dans celui de Mulan bien que son discours s’adressât à toute l’assemblée. Le visage aussi amical et souriant que son estomac stressé lui permettait d’afficher, il déposa dans les bras de Mulan une étoffe rouge dont des fils d’or brodés représentaient les armoiries de Camelot. « Nous vous attendions avec impatience. Faites de cette demeure, la vôtre durant ce séjour. Camelot sera dorénavant un lieu où vous serez les bienvenus. » Ses mots étaient bien trop gauches pour lui. Il se sentait bien à l’étroit dans ses souliers, mais ne se dépareillait pas de sa stature royale. « Le voyage n’a pas été trop houleux. Un avis nous a informés que la mer était plutôt calme, mais les voyages en bateau peuvent toujours être un peu délicats ? »

Sa bouche parlait sans même qu’il avait l’impression de la commander. Ses yeux étaient rivés sur Mulan. La simple vue de cette femme guerrière – au visage plutôt avantageux qui plus est – était une réelle fascination. Avec effort et à contrecœur, il se détourna d’elle pour donner plus d’attention au ministre.

« Voici les Chevaliers de la Table Ronde. J’aurais aimé vous les présenter un par un comme il se doit, mais les cuisiniers m’ont informé qu’ils avaient préparé un repas traditionnel tout spécialement pour votre venue. Ça serait l’occasion de vous conter tous les exploits de ces hommes… et femmes. » , se reprit-il avant une seconde d’hésitation et en jetant un coup d’œil vers Mulan.« J’ose espérer que le trajet vous ait creusé l’estomac. »

À ces mots, deux gardes ouvrirent les portes situées sur la droite. Elle donnait à une salle à manger de hauts plafonds et pierre grise. Arthur leur emboita le pas et s’approcha de celle-ci. Il fit signe à la délégation de le suivre, en espérant qu’il n’ait pas déjà fait un faux pas. Lancelot, lui lança un regard d’encouragement.

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas

avatar

LA FORÊT ENCHANTÉE Life is a dream


InformationsMes bavardages : 245
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Ma grotte
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Un gage d'amitier [PV Mateo Lloegyr] Mar 10 Nov - 16:10


Hua Mulan


        Son cœur battait à cent à l'heure, elle l'entendait tambouriner frénétiquement contre sa poitrine. Elle était toujours nerveuse pour les cérémonies officielles, étant donnée qu'elle n'avait jamais été très douée avec les bonnes manières à adopter et qu'elle se montrait même souvent maladroite quand elle n'avait pas une épée dans les mains. En l’occurrence, là, c'était pire que tout. On lui avait bien fait un rapide résumé du comportement à adopter auprès de ce peuple de l'ouest, mais il était clair qu'ils avaient tout de même une culture radicalement différente d'eux. Et si elle faisait un truc de travers ? Et si elle disait quelque chose qu'il ne fallait pas et qu'elle maudissait ainsi leurs ancêtres sans le vouloir ? Et pourquoi il la regardait, là. Et pourquoi il la regardait encore ? Et  ? Bon sang, il ne la lâchait pas des yeux et cela lui semblait faire une éternité qu'il la fixait comme ça … Est-ce qu'elle avait fait quelque chose de mal ? Est-ce qu'ils les avaient insulté en autorisant la présence d'une femme ? Il n'y avait pas de femme de leur côté … mince. Mais non, il souriait. Il n'avait pas l'air hostile. Mais peut-être que pour eux un sourire et un air bienveillant était une marque de contrariété ! Non, ça c'était débile, ils n'étaient tout de même pas différents à ce point.

Il la lâcha finalement du regard un instant. Avec tout ça, elle avait à peine écouté ce qu'il racontait, alors elle tenta de se rattraper. Le roi avait l'air aimable et bien plus chaleureux que leur empereur, finalement. Son dernier coup d’œil sur elle fut accompagné d'une remarque qu'elle jugea finalement rassurante face à sa présence ici. Plus objectivement, mettant son appréhension de côté, il avait effectivement l'air plus intrigué que courroucé à son égard. Elle lui adressa alors un léger sourire, un sourire fière et flatté, bien que modeste, montrant ainsi sa timidité certaine. Un peu plus tôt, elle avait accepté l'étoffe que le roi lui avait passé, sans vraiment y prêter attention. Elle y jeta alors enfin un œil pour constater qu'il s'agissait des armoiries du roi en personne, comme elle en avait vu en traversant le village en contre-bas. La matière semblait un peu brute, mais c'était sans nul doute une pièce de qualité, même si elle n'avait pas l'exacte raffinement de ce qu'il pouvait faire dans les contrées de l'Est.

Le roi les invita donc à sa table et un serviteur vint la débarrasser du présent et de son casque afin qu'elle puisse s'installer. Elle se perdit, l'espace d'un instant, dans la contemplation de la salle de réception. C'était immense et même dans les temples, elle doutait d'avoir déjà vu un plafond si haut ! L'architecture était en tout cas unique et elle devait avouer qu'elle appréciait beaucoup ce look. Et tout cela en pierre ? Ça aussi c'était assez exceptionnel pour eux qui fabriquaient toutes leurs demeures et palais en bois. Seule les murailles étaient en pierre. La jeune guerrière était très impressionnée par ce qu'ils étaient parvenus à faire avec des cailloux, donner cette forme au plafond et aux fenêtres et surtout, faire en sorte que tout cela tienne !

— Ce palais est vraiment impressionnant. Lâcha-t-elle plus pour elle-même qu'à l'intention de leurs hôtes, bien qu'elle parla assez fort pour qu'ils entendent.

Elle rougit légèrement et détourna les yeux en constatant qu'on l'avait entendu, se souvenant de toutes ces fois où on lui avait répété qu'elle avait la langue trop déliée. C'était vrai, elle disait toujours ce qu'elle pensait, ce n'était parfois pas correcte, cela pouvait contrarier, mais c'était grâce à cela que ses supérieurs avaient remarqué son esprit de stratège et qu'elle leur avait sauvé la mise pour plusieurs batailles … et qu'elle en était là aujourd'hui. Le pire, c'était qu'elle n'aimait pas se faire remarquer, en réalité.

Elle s'installa ensuite à la place qu'on lui assigna observant la table avec un certain scepticisme. La table était si haute qu'ils devaient s'asseoir sur une chaise pour être à sa hauteur, et ça, les habitants de l'Est n'en avait absolument pas l'habitude. C'était étrange, un peu inconfortable à son goût. Là où elle était, elle était non loin du roi Arthur, mais elle était bien trop occupée par l'observation de cette étrange table. Outre sa hauteur inhabituelle pour une table à manger, Mulan avait surtout entendu parler que toutes les tables de ce royaume étaient rondes, or, celle-ci c'était rectangulaire. Elle avait l'air un peu perturbée par ce détail … lui aurait-on menti ? Un chevalier, aimable et souriant, s'enquit de ce qui semblait tant la perturber. Mulan sembla un peu gênée en relevant les yeux vers ses hôtes, mais ses compatriotes semblaient discrètement partager sa pensée.

— C'est que … je me demandais juste … Je pensais que toutes les tables d'ici étaient rondes. C'est la première fois que j'en vois une aussi haute et massive.

Même les plateaux de simulation stratégique était plus bas que ça.  










PS : J'ai hésité à passer le repas, mais finalement j'ai préféré ne pas zapper tout de suite au cas où tu aurais des idées pour l'animer. Je te laisse le passer cela dit, si tu veux ;3

_________________
花木蘭:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark6nika.deviantart.com/



Contenu sponsorisé


Informations
My life

MessageSujet: Re: Un gage d'amitier [PV Mateo Lloegyr]

Revenir en haut Aller en bas
 

Un gage d'amitier [PV Mateo Lloegyr]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» nouvelle video : le nwe tuer a gage
» [PASSAGE EN VENTE] 2 Nokia N-Gage + jeux
» [VDS] BAISSE DE PRIX => Console N-gage QD NEUVE
» cherche nom film rigolo Style Big Hit / tueur a gage
» [Vendu] Lot Nokia N-Gage QD + 7 jeux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon A Time - Have you seen A white rabbit ? :: Les Anciens Rps-