RSS
RSS


Forum RPG dérivé de la série Once Upon A Time
 

Partagez | .
 
 La reine n'est pas morte, vive la reine ! [PV Kayou-choupinet]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 383
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:
Disponibilités RP: 0

MessageSujet: La reine n'est pas morte, vive la reine ! [PV Kayou-choupinet] Jeu 13 Aoû - 18:51


Elsa Arendelle



    Pour la première fois depuis plus d'un siècle, le royaume d'Arendelle passa une douce nuit d'été. Le choc thermique en aura enrhumé plus d'un, mais c'était loin d'être la chose la plus préoccupante, car la magie de la reine des neiges s'était essoufflée et personne n'en connaissait la cause. Après cette violente tempête, le château ferma ses portes sous les ordres du premier conseiller de la reine, ne laissant filtrer aucune information. Seuls les habitants de la capitale les plus proches du château avait pu apercevoir les vitres de la salle du trône brisée, sans vraiment pouvoir en venir à une quelconque conclusion. Le glas n'avait pas sonné, mais tout le monde commençait à penser que leur souveraine s'était bel et bien éteinte. Certains portaient déjà le deuil et si d'autres se réjouissaient de voir le prince accéder au trône, avec la perspective de retrouver des saisons et de la chaleur, la plus part redoutaient cela. Le prince était réputé pour être bien plus sévère que sa mère mais ce qui dérangeait ceux de la haute société, c'était qu'il n'était pas de sang royal. Même la génération la plus ancienne encore en vie en ces terres n'avaient jamais connu l'été, si bien que découvrir des températures bien supérieur à dix degrés souleva un certain vent de panique sur tout le royaume. Leur neige était en train de fondre et cela représentait pour eux une terrible agonie. Sans compter que depuis tout ce temps, de véritables murs de neige et de glace s'étaient formés ici et là, les protégeant de diverses menaces. Si tout cela venait à fondre, des villages se retrouveraient inondés, d'autres seraient envahis de nuisibles et même les ports en pâtiraient.

Heureusement pour certains et hélas pour d'autres, le froid revint avec l'aube. Les gelées matinales reprirent leurs droits dès les premiers rayons du soleil et si les sentiments étaient partagés sur tout le royaume, c'est un souffle de soulagement qui franchit les lèvres des sujets du château d'Arendelle qui avait veillé leur reine toute la nuit. Cette dernière était restée inerte et avait même présenté des signes de fièvre après s'être évanoui. C'est au milieu de la nuit que sa peau commença à retrouver sa fraîcheur naturelle, puis la magie reprit ses droits et ce n'est qu'une petite heure plus tard qu'elle s'éveilla enfin …

En ouvrant les yeux, Elsa ne se souvint pas tout de suite de ce qu'il s'était passé la veille. Elle avait l'impression de sortir d'un mauvais rêve … Puis en tournant la tête, elle découvrit le visage de son fidèle conseiller, assis auprès d'elle. Dès qu'elle croisa son regard, il sourit et lui prit doucement la main.

— Majesté, vous vous réveillez enfin … Comment vous sentez-vous ?

Elsa mit encore un certain temps à reprendre ses esprits, ne pouvant répondre tout de suite. Elle se redressa finalement tant bien que mal, retirant sa main de l'emprise bienveillante calculée de son conseiller. Elle se massa un instant la tempe alors que tout lui revenait progressivement à la mémoire … Elle remarqua alors sa jeune louve, couchée sur ses jambes, elle lui adressa quelques caresses rassurantes. Tel la mère soucieuse qu'elle était, elle ne prit pas plus de temps à se soucier de son état et ses premiers mots furent pour son fils.

— Où est le prince ?
— Conformément à votre demande, j'ai fais envoyer un message au prince pour lui expliquer la situation. J'ai préféré envoyer un coursier de confiance plutôt qu'un oiseau, je voulais être certain que lui seul ait accès au message.

Elsa connaissait bien son conseiller, ou plutôt, elle connaissait bien ce qu'il lui laissait connaître, hors, elle voyait clairement qu'il ne lui disait pas tout, qu'il hésitait.

— Il y a autre chose.
— … Majesté, nous avons reçu un message par oiseau peu de temps avant votre réveille. Il semblerait que le duché de Weselton subisse une révolte à cause de ce qu'il s'est passé …
— Que c'est-il passé ?
— … La tempête qui a fais rage pendant que vous combattiez la sorcière a balayé tous le royaume … après quoi, votre magie semble s'être éteinte et les températures ont considérablement monté … Le gèle est finalement revenu il y a à peu près une heure, mais le peuple a dû croire le pire … et nous l'avons nous-même redouté …

Alors on ne pouvait même pas se reposer cinq minutes sans que ces vicieux thons ne la trahissent à nouveau ! Elsa était furieuse. Sa décision fut directe, elle se leva et ordonna à ce que l'on prépare sa diligence et un oiseau fut envoyé pour prévenir de son arrivée. Elle ignora les conseils de ses sujets qui la suppliaient de tenir le lit pour se reposer et s'empressa de se préparer. Toilettée, coiffée et affublée d'une de ces robes majestueuses qui lui allaient si bien, on ne pourrait jamais deviner qu'elle avait bien manqué de perdre la vie la veille. Toujours digne, Elsa était encore épuisée mais n'en montrait rien. Son bras droit portait toujours les marques d'une terrible brûlure que le médecin avait traité avec des onguents qu'il fit ajouter à ses bagages avant qu'elle ne parte. Elle confia la régence à son premier conseiller, promettant d'être de retour dès le lendemain.

La diligence fut lancée à toute vitesse et un très stricte minimum de pauses fut accordé. Parcourir son royaume permettrait également de rassurer la population et d'effacer les doutes : elle était en vie et elle n'était pas prête de céder sa couronne. Lorsqu'elle arriva enfin au duché de Weselton, la nuit était déjà tombée. Pour avoir eu vent d'une révolte, l'endroit semblait particulièrement calme, les rues que le carrosse royal traversa étaient désertes jusqu'à arriver aux abord du domaine. En regardant par la fenêtre, elle remarqua quelques têtes fraîchement placées sur des piques, laissant bien imaginer les mesures qui avaient été prises par son fils pour mater les infidèles. Elsa n'avait jamais été adepte de cette barbarie, la vue du sang l’accommodait au plus au point. C'est pourquoi elle préférait de loin transformer ses ennemies en statue de glace, quitte à les exhiber sur la place publique, autant que cela soit un minimum esthétique. Elle espérait juste que ces hommes avaient mérités leurs sors et que son fils ne les avait pas choisi au hasard en guise d'exemple. Elsa était une souveraine plutôt ferme, presque intransigeante … mais elle était juste.

Le carrosse s'arrêta et le coché la prévint qu'il y avait un regroupement un peu plus loin. Elle ouvrit la porte et se pencha pour voir ce qu'il en était … son fils était là-bas. Elle demanda au coché de la conduire dans un coin discret où elle pourrait écouter ce que le prince avait dire sans lui voler la vedette. Elle interviendrait peut-être si cela était nécessaire, mais seulement lorsqu'il aurait fini … il serait plutôt bon de montrer à ces gens qu'elle était bien là et qu'elle régnait toujours en maître.








_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 388
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:
Disponibilités RP: 0

MessageSujet: Re: La reine n'est pas morte, vive la reine ! [PV Kayou-choupinet] Mer 28 Oct - 19:51


Queen's no gone

Peuple de Weselton, l'heure est grave (...) mais tant que je serai là, Weselton et Arendelle vaincront !

Kay & Elsa

Le prince soupira et s'éloigna du feu de la cheminée pour aller laisser son regard se perdre dans le vaste horizon trop bleu pour cette période de l'année. La neige s'en était allée à une vitesse folle, lui faisant prendre conscience, par la même occasion, que tout était éphémère. Même sa glorieuse mère semblait perdre son emprise sur son royaume de glace. Tout finissait toujours par s'éteindre... Et lui ? Qu'allait-il advenir de lui, à présent ?

Kay s'accouda sur les rambardes du balcon et resta là, à contempler dans un attitude pensive le printemps qui venait ébranler son monde. Comme ils le feraient avec une statut d'ivoire ou de marbre blanc, les rayons du soleil venaient caresser les pâles courbes de ses épaules où naissaient déjà des muscles saillants, signe d'une robustesse plus paysanne que chevaleresque. Le jeune homme s'était débarrassé de ses fourrures pour affronter les prochaines flammes de l'été et offrait à présent sa chair nue et tendre aux caprices du climat. Comme à son habitude, il ne souffrait ni de la chaleur ni de la morsure du froid. Il n'y avait rien d'étonnant à ce qu'il ne s'exposât ainsi avec si peu d'habits. Pourtant, quelque chose avait bien changé. Son regard semblait se ternir d'un bleu aussi soutenu que le ciel alors que la glace continuait d'y fondre. Qu'allait-il advenir de lui maintenant ? L'inquiétude, si rare chez lui, lui donnait ces teintes-là.

Il pourrait être roi et continuer à perpétrer la noble lignée à laquelle il appartenait... Rien ne lui ferait plus plaisir, mais il savait trop bien que ses ennemis seraient nombreux sur sa route. Bien qu'héritier choisi par la Reine, il ne serait jamais accepté par une Cour aussi soucieuse de noblesse et de liens du sang. Par ailleurs, la question ne se posait même pas puisqu'il était coincé dans son petit duché à essayer de mater une rébellion qui ne faisait que trop durer et qui commençait à gâter sa patience et son humeur.

Le prince soupira une nouvelle fois et, tout en se redressant, chassa une foule de rêveries qu'il ne pouvait s'autoriser tant qu'il n'aurait pas réglé la crise actuelle. Kay frotta doucement sa joue encore un peu gonflée suite à ses derniers combats. La sauvageonne lui avait donné du fil à retordre, mais elle se battait bien plus loyalement que les soldats qui avaient osé se retourner contre lui à l'annonce un peu trop hâtive de la mort de la Reine. Ses doigts glissèrent jusque sa lèvre légèrement écorchée. Un cadeau d'un gueux, un moins que rien, qui avait jugé opportun de jeter une pierre au visage de son noble souverain. Maintenant, sa tête au bout d'une pique mettait en garde les agitateurs et les invitait poliment à rentrer chez eux. Tout pouvait avoir une utilité en fin de comptes... même un gueux au dent pourri par la gnôle et la faim. De nouveau dans sa chambre, le jeune homme attira vers lui un long manteau qu'il plaça au dessus de son corps meurtri, noua cette robe de chambre de fourrure et sortit saluer sa petite cour comme si la menace du chaos n'existait plus.

Dehors, une nouvelle couleur venait se disputer les restes du blanc royal avec le bleu impétueux du ciel et le vert de la végétation renaissante. Quelques touches de rouge avait peu à peu su trouver sa place aux alentours du duché de Weselton. Sombre couleur pour avertir la population que son duc ne supporterait plus le moindre débordement. Peu à peu, les choses semblaient retrouvé leur calme, jusqu'au retour du premier flocon de neige, dans la nuit.

La nuit et les ténèbres avaient peu à peu repris leurs droits, mais le prince ne l'entendait pas de cette oreille. De nombreux flambeaux avaient été installés dans la journée pour apporter le rouge et le feu dans l'obscurité. Chaque tête piquée était éclairée. Chaque ruelle avait sa torche. Et la place donnant sur le palais ducal rougeoyait à la lumière des braises chaleureuses. Et c'est dans cette atmosphère presque sanguine que le prince fit son entrée sur la tribune pour faire face à la foule contrainte de venir écouter sa harangue.

« Peuple de Weselton, commença-t-il d'une voix grave tout à fait de circonstance, L'heure n'est plus aux réjouissances... »

Aussitôt, le jeune homme se fit interrompre par des huées scandalisées par ses dernières tentatives pour maintenir l'ordre dans la cité. Kay ne s'en froissa pas. Il reprit calmement son souffle et reprit de plus belle avec une voix de stentor qui ne lui était pas habituelle.

« Oui ! L'heure est grave. Hier, notre royaume a été attaqué. L'hiver a failli nous quitter, mais tant qu'il restera un Arendelle ici, la chance ne nous quittera pas. »

On l'écouta avec un peu plus d'attention, même si Kay sentait bien poindre les plaisanteries sur son compte quant à sa réelle affiliation avec la Reine des Neiges. Il s'arrêta à nouveau et foudroya du regard ceux qui osaient émettre le moindre doute sur la pureté de son sang.

« Mais rien ne dit que nous ne serons pas à nouveau attaqués directement, poursuivit-il en marquant une pause pour laisser la foule inquiète peser le poids de ses mots, Car Weselton est la porte vers les terres d'Arendelle et vous savez bien ce qu'il se passe au Sud, au delà de la mer... Vous le savez bien, n'est-ce pas ? »

Il se tut à nouveau. Le peuple se taisait à présent et acquiesçait avec inquiétude. Il n'y avait pas besoin de rappeler la terrible Malédiction qui avait dévoré les royaumes du Sud. Tout le monde connaissait bien cette sinistre histoire. Et l'histoire de Regina la méchante Reine était même devenue un conte que l'on racontait aux enfants pour les effrayés lorsqu'ils ne montraient pas assez de docilité et d'obéissance à leurs parents. Derrière son masque de glace, Kay se prit presque à sourire tant il était charmé par cette soudaine docilité de la foule. La peur semblait un bon moyen pour motiver les troupes après tout...

« Hier ! J'ai moi-même été confronté à deux habitants du Sud. Des sorcières qui ont tenté de s'emparer de notre hiver, notre meilleure protection contre les envahisseurs. Je les ai vaincues, mais qui sait quand d'autres viendront nous assiéger, car elles reviendront ! »

Le sourire du Prince s'aiguisa davantage alors que ses yeux s'animant à la faveur des flammes contemplaient la frayeur de la foule avec délice. Il resterait le maître en ces lieux, quoiqu'il puisse lui en coûter !

« Restons unis face à cette tentative de diviser le Royaume pour mieux nous envahir. Restons unis et restons forts ! Restons unis face à l''ennemi. Tous ceux qui affirmeraient le contraire ne sont que des traîtres. Mais tant que je serai là, Weselton et Arendelle vaincront ! On ne nous divisera pas ! »

Un vent glacé vint faire trembler l'assemblée et donner davantage de poids au parole du jeune prince qui ne bougea pas d'un cil face au hurlement du vent du Nord. Un jour prochain, ce sera lui le Roi.



Dernière édition par Kay Arendelle le Jeu 29 Oct - 18:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 383
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:
Disponibilités RP: 0

MessageSujet: Re: La reine n'est pas morte, vive la reine ! [PV Kayou-choupinet] Jeu 29 Oct - 17:56


Elsa Arendelle



    Le carrosse emprunta le chemin qui menait à l'arrière du château de Weselton, se faisant soigneusement ignorer de la foule curieuse amassée un peu plus loin. La Reine sortit enfin de cette cage infernale, les jambes toutes engourdies de fourmillements. Voilà pourquoi elle détestait tant voyager ! Voilà longtemps qu'elle songeait à commander l'une de ces chambres mobiles dans lesquelles se déplacent les nobles d'Agrabah tout en restant confortablement allongés dans de confortables lits de coussins moelleux, mais elle avait toujours estimé préférable de se dire qu'elle n'en aurait pas besoin, car pour elle, devoir voyager était toujours un mauvais augure, elle ne voulait pas tenter le diable.

Le froid mordant de l'hiver éternel l'accueillit aussitôt à l'extérieur, la rassurant sur son propre état. Elle se sentait pourtant encore fébrile et la brûlure de son bras droit la démangeait sous sa manche. Pour sûr, elle préférerait être chez elle, dans son lit ou un bain bien chaud plutôt qu'en ces terres hostiles peuplées de thons vicieux, qui, comme leur ancien Duc, ne manquaient jamais une occasion de remettre en cause son règne. Il faudrait peut-être un siècle de plus pour les assouvir, mais lorsque les enfants d'aujourd'hui s’éteindront par la force de l'âge et qu'Elsa régnera encore, toujours aussi puissante, toujours aussi jeune, alors ils finiront par comprendre la légitimité de son règne, ainsi que le bien qu'elle peut leur apporter.

Ignorant le fourmillement de ses mollets et la fragilité de ses chevilles dont elle n'avait pas encore retrouvé la sensation, elle suivit le chemin qui entourait le petit château du duché jusqu'à apercevoir son fils qui surplombait la populace. Elle avait manqué le début du discours, mais elle arriva au moment où il évoqua l'attaque de deux sorcières à son encontre. Son cœur se crispa douloureusement et l'atmosphère sembla soudainement se refroidir alors qu'un vent agressif s'était levé. Elle avait osée ? Zelena n'était donc pas venue seule, elle avait envoyé deux complices pour attenter à la vie de son prince ? A cet instant, la perspective d'un long voyage jusqu'à la forêt enchantée lui parut bien dérisoire si cela pouvait lui permettre d'anéantir cette femme abject afin de lui apprendre qu'on ne s'en prend pas à son prince. Elle ne jouerait pas longtemps à ce jeu …

Derrière cette vague de colère et d’inquiétude, Elsa ne put s'empêcher de ressentir une espèce de fierté en voyant son fils, digne et sauf sur son estrade, dévoilant un discours emprunt d'assurance, de fermeté et de noblesse. En le voyant ainsi, qui pourrait remettre en cause la légitimité de son rang et de son héritage ? Un pauvre fou qu'Elsa n'aurait aucun scrupule à mettre à mort. Outre la bonne figure dont il faisait preuve, Kay se montrait également plus fort que jamais. Il était venu à bout des sorcières envoyées par Zelena, lui seul ? Elsa n'en douta pas une seconde, car elle estimait énormément son fils et sa force. Il n'avait pu hériter de ses dons, mais grâce à l'Oncle Klaus, il était devenu un soldat redoutable. Elle avait toujours soupçonné que la malédiction dont il souffrait le protégeait de la magie, de la sienne en tout cas, mais sans doute bénéficiait-il également d'une protection pour le reste. Elle se plaisait à y croire en tout cas, cela la rassurait, surtout dans des moments pareils.

Pour terminer son discours, Kay eu l'idée ingénieuse de mettre en avant l'unité que formait le peuple de Weselton avec le reste du territoire d'Arendelle. Rester uni, c'était ce dont ils avaient besoin. En tout point, Elsa pouvait vraiment être fière de son fils, et comme il semblait avoir finalement eu raison de l'humeur réfractaire de la foule, elle renonça à intervenir ce soir. Elle se montrerait certainement demain, car elle n'avait tout de même pas fait ce déplacement pour rien, autant le mettre à profit ! Pour une Reine qui ne sort jamais de son palais, il y avait de quoi honorer n'importe qui avec un tel voyage, même si elle l'avait plus fais pour Kay que pour eux. Même si elle l'avait carrément fais pour Kay, en fait. Mais autant joindre l'utile à l'agréable, pas vrai ?

Un sourire fier et délicat orna finalement les lèvres de la souveraine. Quand elle voyait ce que certains héritiers de sang pouvaient faire de leur royaume, elle n'avait vraiment pas à rougir de son ''bâtard'' comme l'appelait dans son dos quelques réfractaires. Soulagée, elle s'apprêtait à tourner les talons pour aller attendre Kay à l'intérieur quand elle repéra quelque chose au loin. De l'estrade où se trouvait le prince, ce n'était certainement pas visible à cause de la lueur des torches qui créaient une épaisse nappe d'ombre partout autour, mais depuis l'obscurité reculée d'où elle se tenait, c'était parfaitement clair. Un archée tenait le prince en joue … Et c'est à ce moment qu'il décocha sa flèche. Aussitôt, et d'un simple geste de la main, Elsa leva une colonne de glace juste à côté de son prince, le protégeant ainsi de la pointe meurtrière aux yeux de tous. Elle ne laissa pas le temps à l'assassin de s'échapper et son corps gela en un battement de cil, le transformant en une de ces statuts de glace qu'elle se plaisait tant à arborer dans sa résidence. Ils découvriraient facilement l'assassin ainsi.

Malgré ce sauvetage, Elsa ne se montra pas. Elle disparut avant que l'on ne se dirige vers l'archée, laissant croire que le prince pouvait être dotée des mêmes dons que sa mère, ou du moins, qu'une figure divine veillait sur lui et le protégeait. Elle ne voulait pas lui enlever son heure de gloire, il l'avait mérité. C'est donc en toute discrétion qu'elle se rendit à l'intérieur du château de Weselton, rentrant le plus humblement du monde par l'entrée de service. Les serviteurs furent plus que surpris de la voir débarquer comme ça, mais quant à elle, ce fut le plus naturellement qui soit qu'elle demanda une tasse de chocolat chaud ainsi que la direction des appartements du prince. Choquée, une servante daigna tout de même l'accompagner jusqu'au petit salon. La Reine des neiges, comme à son habitude, s'installa loin de la cheminée, près de la fenêtre à travers laquelle elle aimait regarder la neige recouvrir ses terres. Ainsi installée, elle tournait le dos à l'entrée de la pièce. Elle dégustait tranquillement son chocolat chaud aux saveurs d'antan quand elle reconnu les pas lourds de son fils qui entrait dans la pièce.

— Félicitation pour ton discours … Dit-elle tranquillement, sans se tourner vers lui. Tu parles comme un véritable roi.








_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 388
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:
Disponibilités RP: 0

MessageSujet: Re: La reine n'est pas morte, vive la reine ! [PV Kayou-choupinet] Jeu 29 Oct - 21:42


Queen's no gone

Peuple de Weselton, l'heure est grave (...) mais tant que je serai là, Weselton et Arendelle vaincront !

Kay & Elsa

Personne dans l'assemblée ne semblait souffrir du brusque retour du froid, ni même s'en être aperçu. En cet instant fatal, la foule paraissait animée par une émulation collective qui réchauffait le cœur de chacun. Kay savourait cette expression de peur mêlée à un sentiment d'admiration qu'il parvenait à lire sur le visage de son peuple. Les bras écartés comme pour ouvrir son cœur gelé à la population, le prince offrait un sourire crispé aux petites gens qui semblaient déjà avoir oublié leur désir de rébellion et de vengeance à l'encontre de la couronne d'Arendelle. Ce n'était que des chiens en fin de comptes... Qu'on leur promette la lune et ils courberont l'échine avant de s'offrir aux plus généreux comme une putain écarterait les cuisses pour quelques sous. Le regard de glace de l'enfant maudit se posa lentement sur chaque homme, sur chaque femme et sur chaque enfant comme s'il ne s'adressait que pour eux. C'était peut-être ça le bonheur...

Le plaisir du prince ne tarda pourtant pas à être menacé. Toujours concentré sur la populace, le jeune homme se rendit compte d'un changement dans leur attitude. En moins de temps qu'il n'en fallait pour crier « Kay », l'expression de leur visage s'était mue une nouvelle fois en un air de terreur et de surprise. Le duc fronça les sourcils. Il ne comprenait pas pourquoi ce changement si soudain. Il n'avait rien fait pour les faire changer ainsi. Les lèvres du prince se pincèrent d'irritation. Quelque chose lui échappait, ce qui était loin de lui plaire. Il tourna alors la tête sur le côté et découvrit également le miracle qui avait tant saisi ses concitoyens. Une flèche qui aurait normalement du l'atteindre était logée dans un petit mur de glace comme sa mère avait l'habitude d'en faire pour le protéger lorsque la moindre menace se profilait à l'horizon. C'était comme si l'esprit de la Reine veillait toujours sur le corps de son petit protégé. La douleur d'une telle séparation se rappela alors aussitôt au garçon qui sentit son cœur se serrer dans sa poitrine. Mais il ne fallait pas faillir maintenant et chanceler devant cette foule assemblée. Kay serra les dents et tena de masquer sa surprise derrière son masque de glace.

« Il a les mêmes pouvoirs que la Reine ! s'écrièrent simultanément et spontanément plusieurs personnes sur la place, non sans une pointe d'inquiétude et d'émerveillement dans leur voix. Regardez ! »

Kay retrouva son sourire empli d'autosuffisance. C'était l'explication la plus... plausible pour ses pauvres gens, et... assurément la plus arrangeante pour lui permettre de construire sa légende et d'asseoir sa légitimé. Il foudroya du regard la foule pour montrer son autorité et déclara d'un ton froid qui lui était plus habituel :

« Quiconque tentera de lever la main sur moi finira comme cette flèche. Je détruirai tous les ennemis qui tenteront de s'en prendre à nous. »

Le silence se fit pesant et sembla marquer l'assentiment de l'assemblée. Las de ce bain de foule et soucieux d'éviter d'avoir une nouvelle fois à tenter le sort pour savoir s'il avait ou non hérité de la magie de sa chère mère, il préféra se retirer pour la nuit. D'un geste lent et savamment calculé, il salua une dernière fois le peuple du duché de Weselton et retourna dans ses appartements sans ajouter le moindre mot, si ce n'est un simple « Bonne nuit » marquant la fin de cette réunion en grande pompe. Les habitants, conscients à présent de la chute brutale des températures, ne tardèrent pas non plus à regagner leur feu et leur foyer. On éteignit rapidement les flambeaux dans les rues. La nuit reprenait ses droits...

« Félicitation pour ton discours, tu parles comme un véritable roi, déclara posément une voix qu'il ne connaissait que trop bien. »

Face à lui se tenait une silhouette tranquillement installée dans un des fauteuils du petit salon. Face à lui se trouvait la Reine des Neiges tranquillement occupée à siroter une tasse de chocolat chaud, comme elle l'avait toujours fait. Le confort de l'enfance lui tendait à nouveau les mains. À moitié surpris, le jeune homme demeura interdit quelques longues secondes avant d'accueillir sa souveraine et mère comme il se devait.

« C'était donc vous, dit-il en souriant, calmement adossé contre l'embrasure de la porte. »

Face à la noble stature de sa royale mère, il poursuivit avec davantage de respect et le cœur allégé de la peur d'avoir perdu un des seuls êtres importants à ses yeux.

« Mère..., murmura-t-il en laissant son genoux poser le sol, Je croyais vous avoir perdue... »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 383
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:
Disponibilités RP: 0

MessageSujet: Re: La reine n'est pas morte, vive la reine ! [PV Kayou-choupinet] Ven 30 Oct - 15:23


Elsa Arendelle



    Au timbre de la voix de son fils, elle devina son soulagement, ainsi que le sourire qui ornait paisiblement ses lèvres. Avant d'avoir cru qu'elle était sur le point de le perdre, et même juste avant de prendre la route vers Weselton, Elsa avait le cœur chargé d'une certaine rancune à l'égard de ce petit prince ingrat qui était parti loin d'elle depuis si longtemps … sans donner de nouvelle. Elle lui en avait voulu et s'était jurée de lui donner une bonne leçon de vie, mais après tout ça, après tous ces dangers et la façon dont il avait brillé devant le peuple de ce petit duché récalcitrant … Elle ne pouvait plus se résoudre à le sermonner. Et puis quoi, encore ? Si elle se montrait désagréable à chaque fois qu'ils se voyaient, cela lui donnerait certainement encore plus envie de disparaître et ce cercle vicieux n'en finirait jamais. Et sa voix … sa voix lui avait tellement manqué. Elle sentit son cœur se réchauffer aussitôt, comme aucune boisson aussi chaude soit-elle, comme aucun feu ne pourrait jamais le faire.

Elle but la dernière gorgée de cacao qui restait au fond de sa tasse avant de poser les yeux sur la brûlure que sa manche légèrement relevée laissait apercevoir. Elle tira alors discrètement dessus pour cacher les séquelles de son combat et se leva, lors même que son grand prince de fils posait un genou à terre, confessant ses craintes face aux derniers événements. Un sourire doux et rassurant étira doucement les lèvres de la reine alors qu'elle s'approchait d'un pas léger de lui. Une fois en face de son héritier, elle se pencha légèrement, prenant son visage entre ses mains pour lui faire lever le nez vers elle. Elle l'embrassa sur le font, puis elle prit le temps de regarder cette frimousse qui lui avait tant manqué. Elle remarqua alors aussitôt les traces d'un rude combat, quelques égratignures et autres bleus ainsi qu'une lèvre fendue qui n'enlevait rien au charme naturel de son fils. Les jolis yeux clairs de la souveraine s'animèrent alors d'inquiétude et de culpabilité … Elle aurait dû être là pour lui. Elle aurait dû mieux le protéger, mieux le préparer … Bien sûr, elle n'oubliait pas cette fierté de le savoir assez fort pour venir à bout de deux sorcières mais voir son enfant blessé et le savoir en danger la faisait forcément culpabiliser.

Elle effleura délicatement et du bout des doigts les marques qui ornaient le visage du prince, le gratifiant d'un froid apaisant qui, faute de soigner complètement ses plaies, les feraient sans doutes dégonfler et aiderait à leur cicatrisation naturelle.

— ça n'arrivera jamais. Souffla-t-elle alors de cette voix rassurante qu'elle lui réservait toujours.

Elsa ne permettrait jamais qu'on l'arrache à son fils et penser qu'on puisse le lui prendre ou qu'elle puisse le perdre la hantait de plus en plus. Elle l'avait vu grandir et maintenant qu'il avait atteint sa maturité, il allait doucement commencer à vieillir. C'était une chose à laquelle elle n'avait pas pensé, à laquelle elle n'avait jamais voulu penser en le recueillant … mais cela l'obsédait à présent.  Elle était terrifiée par l'idée que le temps puisse l'emporter loin d'elle, comme il l'avait fait avec Anna, ou que la malédiction le fasse avant. Elle y songeait depuis un moment, mais l'intervention de Zelena avait ravivé sa conviction de devoir retrouver Rumpelstiltskin pour lui demander de trouver une solution pour que son fils soit aussi éternel et robuste qu'elle. Bien sûr, sa pensée était parfaitement égoïste et cela l'avait toujours été. Elle ne demandait pas vraiment son avis à Kay, cela ne lui traversait même pas l'esprit qui'il puisse ne pas avoir envie de vivre cette éternité à ses côtés. Peut-être qu'il ne désirait rien d'autre qu'une vie normale … ? Bien entendu, Elsa était autant prête à payer le prix de l'immortalité de Kay que de renoncer la sienne, si seulement c'était possible.

D'une légèrement pression sur ses joues, elle invita son fils à se relever sans le lâcher des yeux. Elle semblait toujours partagée entre autant d'inquiétude que de fierté, mais après de tels événements, sa principale préoccupation était maintenant de pouvoir le garder près d'elle.

— Ne reste plus jamais si longtemps loin de moi, Kay …

Ironiquement, elle ne pouvait nier que le prince aurait certainement été bien plus en danger avec elle que là où il était. Zelena n'aurait certainement pas hésité à l'utiliser et à lui faire du mal, lui-même se serait certainement mis bien plus en danger en voulant protéger sa mère. Malgré tout, cela restait terrible d'être loin de ceux qu'on aime lorsqu'il se passe un tel drame, même s'ils s'en étaient tous deux bien sortis, ou presque.

— Quand j'ai appris qu'une révolte menaçait Weselton, je suis partie aussitôt pour te retrouver … mais on dirait que tu t'en es sorti à merveille. Je suis vraiment fière de toi.

Elle lui caressa doucement la joue, lui adressant un sourire tendre et sincère avant de lui prendre la main pour l’entraîner vers le canapé.

— Je t'ai entendu parler de ces sorcières, expliques-moi ce qu'il s'est passé.








_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 388
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:
Disponibilités RP: 0

MessageSujet: Re: La reine n'est pas morte, vive la reine ! [PV Kayou-choupinet] Sam 28 Nov - 0:32


Queen's no gone

Peuple de Weselton, l'heure est grave (...) mais tant que je serai là, Weselton et Arendelle vaincront !

Kay & Elsa

La Reine des Neiges ne semblait pas se préoccuper plus que de raison de la présence du jeune prince. Elle se contentait de boire calmement la tasse qu'elle tenait entre ses doigts fins comme elle avait l'habitude de le faire lorsqu'elle cherchait à se détendre et oublier un peu sa charge de souveraine. Lorsqu'elle eut fini son chocolat, la suzeraine sembla tirer légèrement sur sa manche comme pour dissimuler quelque chose qui aurait pu marquer sa chair aussi douce qu'éternelle. Cette forme de pudeur, sans être surprenante, vexa quelque peu le garçon qui, décidant d'éviter tout scandale, se contenta de poser un genou sur le sol afin de lui témoigner le profond respect qu'elle lui inspirait. Il avait eu si peur... Son regard glacé se figea en direction du carrelage de marbre blanc. Que serait devenu le royaume sans sa noble souveraine ? Et lui ? Que serait-il devenu ? Un roi ou un paria ?

Le contact doux et froid des mains de sa mère sur ses joues le sortirent de ce flot de réflexions. Tout en exerçant une légère pression, Elsa invita son fils à relever la tête dans sa direction pour que son front reçoive en guise de bénédiction un baiser maternel. Ravi de retrouver ce pilier de son existence, Kay la laissa faire sans rien dire... jusqu'au moment où elle se risqua à arrêter ses caresses sur chaque marque de son récent combat. Le jeune homme fronça les sourcils. Le regard inquiet qu'il lisait chez la Reine lui déplaisait quelque peu car il avait le don de lui rappeler à quel point il pouvait être fragile à côté d'elle. Les caresses le troublaient tout autant en lui rappelant à quel point il serait facile de se refuser toute gloire en faisant le choix de rester blotti dans les bras du corps maternel. Mais qui voudrait d'un Prince qui n'accomplirait pas d'exploit et préférerait rester caché au lieu de guerroyer ?...

D'un seul regard, d'une seule pression du pouce, la suzeraine invita son vassal à se relever. Kay s'exécuta aussitôt tandis que sa mère accompagnait son geste par ces quelques paroles : « Ne reste plus jamais si longtemps loin de moi, Kay... »

Le jeune homme, gêné, détourna légèrement le regard. Ce n'était pas qu'il désirait se séparer d'elle longtemps, mais s'ériger en légende ne pouvait pas se faire en un claquement de doigt, ni en étant emmuré dans un château aussi merveilleux soit-il. Il n'eut aucun autre mouvement de désapprobation et restait légèrement voûté pour que son visage puisse rester à hauteur de celui de la souveraine du royaume des neiges.

« Quand j'ai appris qu'une révolte menaçait Weselton, je suis partie aussi pour te retrouver... mais on dirait que tu t'en es sorti à merveille. Je suis vraiment fière de toi, souffla-t-elle en passant tendrement sa main contre sa joue. »

La Reine était satisfaite. Son sourire suffisait à le signifier. Kay sentit son cœur se gonflé d'orgueil et d'un simulacre d'amour que seule sa royale mère savait faire naître en lui. La main royale vint doucement se loger dans celle légèrement calleuse du jeune homme pour l'inviter à le rejoindre vers le canapé, ce à quoi, il consentit aussi.

« Je t'ai entendu parler de ces sorcières, trancha-t-elle une fois qu'il se fut installé à son tour, Explique-moi ce qu'il s'est passé. »

Le regard du prince se fit un peu fuyant. C'était plutôt gênant que sa mère ait cru elle aussi aux machinations qu'il avait inventé pour amadouer le peuple vulgaire et grossier. Il aurait pu révéler toute la vérité à la Reine, mais son orgueil et la peur de vexer Elsa et de la décevoir le poussèrent finalement à n'en faire rien. Il avait lu dans un ouvrage d'étique que le mensonge n'était possible que lorsqu'on limitait les inventions car il fallait alors une grande mémoire pour toutes les retenir. Kay ferma les yeux pour garder son calme habituel et prit la main blanche de la dame pour la cajoler entre les siennes avant des les rouvrir.

« Je chassais dans la forêt, déclara-t-il calmement, Quand deux étrangères s'en sont pris à mes loups... »

Un voile noir sembla se dessiner dans le regard habituellement neutre du prince.

« Je les ai défendus et l'un d'elle s'est jetée sur moi, poursuivit-il en s'enflammant, Son regard était comme la braise. Son haleine semblable au souffre au fond des cratères. C'était comme si elle essayait de me brûler, comme un... dragon ! Et l'autre, en ne bougeant que ses bras dans les airs, elle réussit à faire naître une tempête... »

Il s'arrêta pour souffler calmement. Il se devait de garder son sang-froid après tout...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 383
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:
Disponibilités RP: 0

MessageSujet: Re: La reine n'est pas morte, vive la reine ! [PV Kayou-choupinet] Mar 1 Déc - 18:12


Elsa Arendelle



    Le regard soudainement fuyant de son fils de l'interpella pas tout de suite et elle mit un certain temps à se rendre compte que quelque chose clochait. Mais quoi ? A cet instant, ce n'était plus l'homme fait qu'elle voyait, mais le petit garçon qu'elle avait recueilli et qui, parfait, faisait des bêtises qu'il n'osait pas avouer. Kay était de ces garçons qui changeaient énormément à l'adolescence, mais quand elle regardait au plus profond de ses yeux, elle pouvait encore voir le visage rond et boudeur du petit qu'elle avait arraché au danger des plaines enneigées d'Arendelle. Elle ne l'avait pas mis au monde, mais elle le connaissait tout comme, c'était elle qui l'avait élevé après tout et ils étaient bien plus intimes que n'importe quel enfant puisse l'être avec sa mère biologique. Elsa était de celles qui aimaient et protégeaient bien trop leur enfant pour oser se montrer trop ferme avec eux. Surtout, elle vivait dans l'angoisse permanente qu'il cesse de l'aimer, et ce, depuis les premiers instants qu'elle passa à ses côtés … car elle l'avait aimé dès ce moment-là. Et son amour ainsi que son angoisse l'avaient eu de cesse de grandir depuis ce jour, repoussant toujours les limites de son laxisme. Elle faisait toujours preuve d'une grande indulgence et d'un cruel manque d'intransigeance face aux bévues de son fils, et s'il lui arrivait de hausser le ton lorsqu'il faisait quelque chose qui l'inquiétait vraiment trop, elle ne résistait généralement pas plus de cinq minutes avant d'aller le rejoindre dans sa chambre pour lever la punition qu'elle lui avait alors imposé sous l'effet de l'inquiétude. Cela faisait peut-être d'elle une mauvaise mère, mais elle aimait penser que cela n'avait pas empêché son jeune prince de devenir un homme fort et équilibré … - enfin, aussi équilibré que puisse être un jeune homme maudit qui couche avec sa mère adoptive - et qu'au moins, il l'aimerait un peu plus longtemps ainsi. Bien entendu, il lui arrivait de se mettre en colère contre lui, mais elle finissait généralement par s'excuser tôt ou tard pour cela.

Ce petit air fuyant, elle le connaissait bien et elle finit par s'en rendre compte … qu'est-ce qu'il cachait ? Qu'est-ce qu'il n'osait pas dire ? Il n'hésita pas très longtemps, mais assez pour piquer sa curiosité. C'est alors qu'il se décida à narrer sa mésaventure, et si l'introduction lui parut tout à fait naturelle, l’engouement soudain dont il fit preuve éveilla ses soupçons. Une sorcière dragon ? Elsa n'était pas sans savoir que ce genre de créature existait, notamment celle qui avait terrorisé quelques royaumes de la forêt enchantée, il fut un temps, mais cette dernière avait été emportée par la malédiction de la méchante reine, et s'il n'était pas improbable qu'il existe d'autres individus de cette espèce quelque part en ce monde, la description que lui en fit son fils lui semblait plus que douteuse. Il n'avait pas trop l'air de savoir de quoi il parlait, en fait et ce qu'il évoqua concernant la tempête acheva sa crédibilité. Comme elle le faisait souvent lorsque son petit prince fougueux la baratinait, elle lui adressa un regard indulgent mais incrédule, avec ce doux sourire maternelle qui se voulait rassurant. Elsa pouvait tout pardonner à  son petit prince, mais elle avait conscience qu'il avait besoin de bien plus que de sa simple indulgence. Elle savait qu'il souffrait de vivre dans son ombre et c'est pourquoi elle pouvait comprendre qu'il ait enjolivé son aventure pour le peuple … Suite à quoi, elle n'avait pas manqué de lui dire à quel point elle pouvait être fière de lui, alors sans doute n'avait-il pas osé risqué de la décevoir. Mais il devait savoir que quoiqu'il arrive, elle était de toute façon déjà fière de lui, de ce qu'il était devenu … Il n'avait pas besoin de pourfendre un dragon pour la combler de fierté.

— Dis-moi ce qu'il s'est vraiment passé, Kay. Insista-t-elle alors d'une voix douce.

Elle ne voulait pas avoir l'air de le remettre en question ou de l'attaquer, elle voulait juste savoir ce qu'il s'était réellement passé, car elle ne doutait pas que son fils avait réellement essuyé une attaque, mais il était important qu'elle sache à quel point ces étrangères pouvaient être dangereuses et si oui ou non elles étaient susceptibles d'être à la solde de Zelena. Et d'ailleurs, comme elle ne voulait pas que son fils se sente insulté ou rabaissé, elle choisit à son tour de lui raconter sa mésaventure, lui expliquant par la même occasion pourquoi elle ne croyait pas totalement son récit.

— Je suis désolée que la tempête t'ait mis en danger, mais j'en suis responsable. Avoua-t-elle alors en baissant les yeux vers son bras endommagé.

Elle sentait toujours la morsure de la brûlure dans sa chaire et le moindre mouvement faisait frotter le tissu sur sa peau fragile comme si on l'écorchait. Elle glissa doucement ses doigts sur la manche qui couvrait ses brûlures et serra les dents … la reine n'avait pas l'habitude de la douleur et c'était vraiment très inconfortable. C'est alors que sa jeune louve, Ama, s'approcha d'elle, comme pour s'assurer qu'elle allait bien. L'animal l'avait accompagné pour ce voyage après avoir veillé sur elle pendant son coma, mais elle s'était toujours fait très discrète. Elsa la rassura alors d'une douce caresse et la louve, aussi délicate qu'une lady, alla alors s'installer sur le tapis juste devant la cheminée afin de profiter de la chaleur du foyer. L'inquiétude avait traversé le visage de la reine, car cette douleur lui rappelait qu'elle avait bien faillit y rester … Et elle avait bien cru que Zelena allait avoir raison d'elle. Cela lui rappelait qu'elle n'était pas aussi puissante que Kay et son peuple le pensait, qu'elle n'était en tout cas pas aussi forte qu'elle le voudrait. Elle avait passé bien trop de décennies à se reposer sur ses acquis et elle payait aujourd'hui le prix de ne pas avoir assez cherché à exploiter ses pouvoirs.

La Reine des Neiges se montrait toujours forte et digne devant ses sujets et ne laissait jamais personne entrevoir ses faiblesses ou ses émotions. C'était là une vieille habitude qu'on lui avait enseigné depuis sa plus tendre enfance, du temps où la moindre de ses émotions pouvaient avoir des conséquences catastrophiques sur ses proches. Mais Kay était son fils et bien plus encore … Avec lui, elle pouvait être elle-même, même si elle restait forte pour le rassurer, elle se permettait de laisser tomber ce masque qui la rendait intouchable aux yeux des autres. Elle n'avait pas peur de lui montrer sa vulnérabilité, car elle avait toute confiance en lui … et elle voulait qu'il sache qu'elle n'était pas si supérieur à lui comme il pouvait parfois le penser.

— Tu te souviens de Zelena, la sorcière à la peau verte … ? Continua-t-elle après un silence. Elle est venue au château hier afin de revendiquer la régence de la forêt enchantée que nous avons commencé à investir. En comprenant que je ne céderais pas, nous en sommes venu à l'affrontement … c'est ce qui a engendré cette tempête et … cette nuit d'été.

Elle plongea son regard dans celui de son prince bien aimé, elle semblait encore troublée par ce qui lui était arrivé. Après avoir vu tous ses proches vieillir et se faire emporter par l'Ankou, Elsa s'était faite à l'idée qu'elle était éternelle … avoir soudainement frôlé la mort lui avait fait tout drôle, et elle ne saurait dire si c'était la simple peur du trépas ou la crainte de ne plus revoir Kay qui l'avait le plus tourmenté … Et si elle mourrait, que deviendrait-il ? Ses sujets resteraient-ils vraiment fidèles, lui laisseraient-ils vraiment reprendre le trône comme elle le souhaiterait ? Mais bien au delà de cela, Elsa ne pouvait cacher qu'elle éprouvait une certaine amertume à l'idée que Kay continue sa vie sans elle … autant qu'elle ne pouvait supporter l'idée de continuer la sienne sans lui. L'émotion était donc palpable dans les grands yeux clairs d'Elsa qui avait jusque-là enfouis toute l'angoisse qui l'avait ébranlé … angoisse qu'elle continuait de réprimer.

— J'ai crus que je ne te reverrais jamais … Avoua-t-elle, la voix chargée d'émotion.

J'ai crus que j'allais mourir, semblait-elle ainsi confesser. Mais ces mots étaient bien trop forts et effrayants, autant pour elle que pour lui. Elle serra doucement la main de son fils dans la sienne. Un grand danger planait à présent sur eux et ils devaient rester unis. Et cette union, Elsa la vivait dans l'angoisse inébranlable qu'elle se brise … et surtout dans la crainte qu'elle n'ait jamais vraiment existé. C'était toujours les mêmes questions : M'aimera-t-il toujours ? M'aime-t-il encore ? M'a-t-il seulement vraiment aimé ? N'était-ce pas là qu'une illusion de son cœur de gelé, de cette malédiction qu'elle lui avait imposé … ? Et quand devra-t-elle payé le prix de cette magie noire, quand devra-t-elle payer le prix de son méfait … ? Elle serra un peu plus la main de son fils, priant pour qu'il lui pardonne, le jour où son secret sera révélé. Priant pour qu'au fond, il l'aime vraiment.

— Raconte-moi ce qu'il s'est vraiment passé avec ces étrangères. Demanda-t-elle à nouveau, espérant que son récit ait pu l'encourager à être sincère. Penses-tu qu'elles pourraient être à la solde de Zelena ?








_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 388
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:
Disponibilités RP: 0

MessageSujet: Re: La reine n'est pas morte, vive la reine ! [PV Kayou-choupinet] Dim 7 Fév - 20:59


Queen's no gone

Peuple de Weselton, l'heure est grave (...) mais tant que je serai là, Weselton et Arendelle vaincront !

Kay & Elsa

La douce voix de sa mère, ses mains douces et fraîches, son regard bleu pâle, tout chez Elsa invitait la fougue du jeune prince à s'apaiser pour qu'il ne reste plus en lui que l'innocence et la délicatesse de l'enfance. Lorsqu'elle s'adressait à lui de cette façon, la Reine faisait bien de son fils le plus frêle des enfants. Lové entre ses bras, Kay en oublierait presque le temps et les récents événements. Il aurait tout oublié si son orgueil blessé ne le forçait à résister aux tendres sentiments qui pouvaient encore l'animer. Sa mère ne l'avait pas cru capable de venir à bout d'une sorcière... Et cette impression de trahison l'emportait sur tout le reste.

Garçon boudeur, Kay se laissa dorloter sans rien écouter de ce que la Reine lui disait. Il l'entendait d'une oreille distraite et agacée, ruminant la faiblesse de son mensonge. Les doigts fins de la souveraine se promenaient déjà dans l'épaisseur de ses cheveux noirs de jais sans qu'il ne dise mot. Mieux valait le silence... et éviter de se compromettre davantage. S'il espérait régner un jour, il lui fallait éviter de faire acte de faiblesse devant sa royale altesse. Le jeune homme serra les dents pour ne pas se plaindre, ni même céder à l'élan de tendresse qui voulait s'emparer de son être.

Le corps du prince se redressa légèrement pour guetter le regard de sa mère. Se formalisait-elle de son soudain mutisme ? Il avait feint une fatigue soudaine pour justifier son silence, mais la Reine n'avait rien trouvé à en redire. Ce contentant de parler sans exiger de réponse de sa part. Puis elle s'était finalement tût. Relevant légèrement la tête, Kay l'observa timidement...

Le regard d'Elsa, pensif, s'était figé en direction de la fenêtre où la blancheur de la lune rivalisait avec l'éclat de son teint. Kay se perdit à admirer toute la finesse et la délicatesse de son visage. Ses lèvres légèrement rosées formaient une moue plus boudeuse que celle qu'il connaissait habituellement. La lèvre inférieure semblait légèrement plus bombée. Ce n'était pas que cela la rendait laide... Au contraire ! Il semblait seulement au jeune prince que la Reine, pour la première de sa vie, ne se présentait pas comme la plus belle d'entre toutes. Ses yeux tristes semblaient emprunts d'un malheur plus grand : l'inquiétude fatiguait les traits de la belle souveraine. Silencieuse face à la lune, la Reine offrait à voir un spectacle plus effrayant encore que le discours que son jeune fils avait offert à la foule. Et sur sa main, Kay aperçut enfin les stigmates de toutes ces craintes, cristallisées en une tâche hésitant entre le rouge et le brun. La chair de la Reine des Neiges avait été brûlée...

« Qu'est-ce que c'est ? demanda durement le Prince dont la réaction ne s'était pas faite attendre. »

L'heure n'était décidément plus aux tendresses et aux caresses...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 383
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:
Disponibilités RP: 0

MessageSujet: Re: La reine n'est pas morte, vive la reine ! [PV Kayou-choupinet] Mer 10 Fév - 10:13


Elsa Arendelle



    Ça y est, il bourdait. Son fils adoré, petit prince de son cœur avait parfois une sale tête de cochon. Parfois ? Toujours en fait, c'est juste qu'elle l'aimait trop pour s'en formaliser en général. Mais elle connaissait cet air-là, c'était le même depuis qu'il était enfant, cet air mi-boudeur mi-rêveur qui signifiait qu'il ne l'écoutait plus du tout. En tant que Reine, Elsa supportait mal qu'on ne fasse pas attention à ce qu'elle disait et elle détestait se répéter. C'était sans doute plus cela que de quelconques bêtises qui avait dû le plus souvent susciter la colère modérée de cette mère laxiste. Tant pis pour lui, il connaissait la chanson, elle ne se répéterait pas et s'il venait à le réclamer, il recevrait l'habituel regard réprobateur dont elle avait le secret.

Il n'empêche qu'elle aurait fortement apprécié qu'il daigne au moins répondre à sa question, surtout qu'elle avait pris des gants pour réclamer la vérité, alors qu'elle aurait très bien pu se montrer bien moins indulgente étant donné que dans l'histoire, c'était lui, le petit fabulateur. Qu'il souffre de son ombre, elle en était consciente et elle le comprenait, ce que lui en revanche ne comprenait pas, c'est à quel point elle avait confiance en lui et sa force. Elle ne le croyait pas incapable de venir à bout d'une sorcière, même si elle préférait tout de même qu'il ne le lui prouve jamais, c'est juste qu'elle savait quand il mentait. Toujours est-il qu'il ne répondit pas et il n'avait peut-être même pas écouté la question.

Il ne la regardait plus, il l'observait. Elle qui avait toujours été la plus belle à ses yeux, l'était-elle encore ? Elle aussi aurait aimé lui mentir pour lui faire croire qu'elle s'était sortie sans grandes séquelles de son combat contre la sorcière d'Oz, mais elle ne doutait pas qu'avec la malédiction qui habitait l’œil de son prince, il remarquerait très vite les contusions qui la défigurait. L'inquiétude du prince ne se manifesta pas autrement que par une vive protestation et il exigea très vite des explications au sujet de ce qui avait enlaidi sa souveraine. Le visage de cette dernière resta fermé et elle planta un instant son regard dans celui de son fils. S'il l'avait écouté, il aurait pu deviner ce que c'était ! Mais visiblement, il n'avait pas cru bon d'entendre un seul mot concernant les mésaventures de sa bien aimée.

— Un souvenir du passage de Zelena. Daigna-t-elle tout de même expliquer.

Et s'il osait seulement demander ''quel passage?'' il recevrait un de ces regards qui lui ferait sans doute envier la gifle. Elle ne se répéterait pas. Cependant, elle dû bien insister au sujet de ce que son fils semblait vouloir éviter.

— J'ai déjà fait envoyer des avis de recherches dans tous le royaume, et si les personnes qui s'en sont pris à toi étaient avec elle, nous ferions mieux d'en faire autant. S'en prendre à un membre de la famille est un crime qui ne saurait rester impuni.

Sur ces mots, elle se leva et sa jeune louve trottina aussitôt jusqu'à elle. Elle s'était langui de revoir son prince, mais elle n'était pas encore tout à fait remise de son combat de la veille et le trajet l'avait épuisée, elle qui n'en avait pas l'habitude.

— Je m'adresserai au peuple de Weselton demain, puis je repartirai pour le château. Elle se tourna vers son fils, sérieuse. Ce n'était plus le moment de bouder, s'il voulait briller et prendre ses responsabilité, c'était maintenant. Tu sais ce qu'il te reste à faire.

Elsa n'aimait pas exposer son fils, elle exécrait toujours à le laisser prendre des risques, pourtant, elle avait laissé son oncle Klaus s'occuper de sa formation militaire …. Aujourd'hui, elle lui donnait sa chance de mener une quête importante dont il serait seul responsable et commanditaire et il avait intérêt à la tenir au courant, cette fois. Quant à elle, elle s'occuperait de l'organisation du déploiement des troupes sur le continent avec son oncle qu'elle avait déjà fait contacter. Il devrait rentrer sous peu, à moins qu'il ne se rende directement sur place en reconnaissance et pour guider les premières garnisons. Tout compte fait, la quête qu'elle avait confié à Kay lui permettait de le garder encore un peu non loin d'elle et surtout, bien plus à l'abri que s'il était là-bas, au front. Ce n'était cependant pas un prétexte, juste un heureux hasard. Les personnes qui s'en étaient pris à eux devaient absolument être retrouvées et arrêtées.








_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


Informations
My life

MessageSujet: Re: La reine n'est pas morte, vive la reine ! [PV Kayou-choupinet]

Revenir en haut Aller en bas
 

La reine n'est pas morte, vive la reine ! [PV Kayou-choupinet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Event n°1 ♛ Vive la Reine.
» MUSée REINE SOPHIA à MADRID / Espagne
» Intrigue 2 : L'Intendant est tombé ! Vive la Reine !
» [PV Reine des Neiges] Le collier de la Reine
» Mary Tudor " Ma mère est morte déchue, de mon côté : je disparaitrai en tant que reine. " [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon A Time - Have you seen A white rabbit ? :: Fantasyland :: “ Le Royaume d'Arendelle ” :: Weselton-