RSS
RSS


Forum RPG dérivé de la série Once Upon A Time
 

Partagez | .
 
 I can't help you, because that it's the price of Magic (Pv Zelena) (Flash Back)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité

Informations
My life

MessageSujet: I can't help you, because that it's the price of Magic (Pv Zelena) (Flash Back) Lun 20 Juil - 22:07

When you use magic, you need to pay a price
Mortem & Zelena
Les feuilles des arbres brûlaient, les flammes des branches étaient agitées par le d’où vent qui semblait vouloir leur donner encore plus de vie, si cela était encore possible. L’automne était aux portes de la Forêt Enchantée et tu le ressentais jusque dans tes veines. Tes petites fées de la Mort riaient, voltigeaient partout tant elles étaient heureuse que la saison soit enfin arrivée. Comme pour beaucoup de créature liée de près ou de loin à ta Mère, la Grande Faucheuse, l’automne était celle que tu préférais. Tu pouvais passer des heures et des heures à simplement regarder les feuilles tomber au sol, où les voir lentement changer de couleur. S’était un spectacle si magnifique! Et qui embellissait les cimetières. Ces feuilles aux couleurs de feu qui tapissait le sol, comme une mer de flamme.

Tu étais allongé dans les dites feuilles, respirant à plein poumon l’odeur de la saison, épicée et délicate. Elle s’imprégnait dans ton vêtement d’âmes, comme si ces dernières étaient des éponges où qu’elles souhaitaient te faire un doux plaisir amer et qu’ainsi, peut-être que tu les libèrerais de cette honte d’être changé en habit. Mais ceux qui composaient le tissu l’avaient mérité, comme ceux qui étaient changé en Inferis. Tes animaux de compagnies étaient couchés autour de toi et dormaient paisiblement – autant cela ce peut-il lorsque son existence n’est que souffrance éternelle – et parfois tu voyais une patte s’agiter frénétiquement dû à un rêve agité. Il n’y en avait qu’un qui ne dormait pas. Ses yeux sombres posés sur toi et s’il avait eu une queue il l’aurait agité avec énergie quand ton regard se posa sur lui.

Tu fermas les yeux, laissas le vent caresser ton corps tel les mains baladeuses d’un amant. Tu sentais la différence d’avec un vent d’été, mais pour toi il n’était pas frais, ou froid, mais d’une douce tiédeur presque rassurante. Il se perdit dans tes cheveux, te dépeignant plus que tu ne l’étais déjà et quelques feuilles perdues s’y mêlèrent, s’y accrochèrent comme si elles ne voulaient plus voyager dans les bras de se nomade invisible. Combien de saison comme celle-ci avais-tu vu? Combien d’entre-elle étaient-elles marquées dans ton esprit plus que millénaire? En fait, tu les avais tous vus les automnes de la Forêt puisque tu avais le même âge qu’elle. Avec douceur, tes doigts caressèrent le sol comme pour rassurer la forêt en elle-même, comme si elle était vivante. D’un côté, s’était presque le cas. Tu étais lié à elle et quand elle disparaîtrait, toi aussi tu ne serais plus qu’un vieux souvenir effacé.

Et tous ces paysage étaient si magnifique, tu n’arrivais pas à te dire qu’un jour ils disparaîtraient. Mais jusqu’à ce jour, tu en profiterais. Seul, ou peut-être pas. Il y avait quelqu’un avec qui tu partageais bien des choses, dont tu étais si proche que tu pouvais savoir quand il était en difficulté ou en danger de mort, que tu pouvais localiser sans trop de difficulté. Le nom qui aurait pu décrire cette relation t’échappais, encore plus les sentiments que tu éprouvais pour lui. Mais peut-être se plairait-il à admirer ces merveilleuses couleurs, ces milles et ces milles de forêts et de montagnes flambants sous le feuillage chaud qui annonçaient l’hiver. Rumple, oui, surement accepterait-il de t’accompagner à la découverte de ces paysages toujours si époustouflant.

Tu te redressas et d’un battement d’aile tu te retrouvas en terrain mille fois arpenté. Les murs de pierres, les étagères pleines de grimoires et de livres de magies ou d’autres. Tu souris et caressas le rouet délaissé et le tabouret froid attestant que l’occupant ne s’était pas assis là depuis un bon moment. L’air autour de toi, dans toute la pièce, se glaça tout simplement comme à l’habitude. Tu exploras un peu l’endroit, sans rien toucher d’autre, admirant le travail que ton meilleur ami faisait en ce moment et tu n’eus pas à chercher dans toutes les pièces pour savoir qu’il ne serait pas là. Sans doute était-il sortit faire un autre quelconque pacte avec un abruti de service? Tu soupiras, trouvant la naïveté des mortelles plus lourdes qu’amusante.

Tu déambulas un instant dans les couloirs, admirant ici et là les tableaux et les objets exposer. Tu te demandas si ton ami avait pris avec lui sa dague, ou non, ce qui ne t’aurait pas surpris. Mais tu étais du genre trop protecteur par moment, craignant qu’à un instant d’inattention on la lui dérobe et fasse de lui qu’un moins que rien comme tant d’autres Ténébreux avant lui. Te laissant aller au gré de tes pas, tu te retrouvas dans une salle que tu n’avais pas souvenir d’avoir visité. Il y avait comme un frétillement de magie, peut-être un endroit où l’homme à la peau reptilienne pratiquait de nouveaux sorts? Mais il y eut des bruits de pas derrière toi et tu te tournas lentement, tête haute, te demandant quel fou oserait pénétrer cet endroit. Mais tu restas sur tes gardes, car si l’inconnu avait pu déjouer les sortilège, de quoi était-il capable?


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

avatar

OZOn the yellow road


InformationsMes bavardages : 193
Dans le coin depuis le : 14/02/2015
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: I can't help you, because that it's the price of Magic (Pv Zelena) (Flash Back) Sam 25 Juil - 16:42

When you use magic,
you need to pay a price
ft Mortem


Tu étais assez impatiente de te rendre dans la forêt enchantée aujourd’hui. Il semblait que tu ne vives plus que pour l’étude de la magie. Elle était intoxicante, une véritable drogue. Maintenant que tu avais enfin embrassé ta véritable nature, tu ne pouvais plus t’en passer. Vous ne faisiez plus qu’un. C’était rageant de penser que tu avais dû t’en passer, la réprimer pendant toutes ces années, simplement parce que cet homme que tu avais pensé être ton père avait peur de ce dont tu étais capable. Tu ne te demandais même pas ce qu’il devenait. Tu pensais de moins en moins à lui maintenant que tu savais que tu avais une vraie mère quelque part. Tu l’avais rayé de ta vie. Tu étais une nouvelle personne. Et c’était grâce à Rumpel. Il avait pu détecter ton potentiel, s’intéressait à toi, te considérait comme quelqu’un qui ferait de grandes choses. Et maintenant, tu en avais aussi l’air. Tes robes de paysanne avaient laissé place aux tenues que tu voyais dans les placards de l’enfant pourrie gâtée.

Avisant l’heure sur ta pendule, tu enfilas tes souliers avant de taper des talons pour te déplacer jusqu’à la forêt enchantée. Tu arrivas à quelques mètres du château de ton mentor, observant les alentours. Une fois où tu étais arrivée en avance, tu avais pu apercevoir une femme en sortir. Tant qu’il ne s’agissait pas d’une nouvelle apprentie… C’était déjà assez insupportable de penser que tu devais entrer en compétition avec ta sœur cadette, que malgré tous tes progrès, il continuait de la tester. Comme s’il n’était pas évident que tu avais bien plus de talent et d’envie d’apprendre qu’elle, mais mieux valait ne pas retomber dans tes pensées empoisonnées. Tu avais beau dissimuler cette micro tâche verte sous un gros collier, elle était là et tu ne comptais pas la faire s'agrandir. Pour l’instant, Rumpel était à toi et tu allais lui prouver qu’il avait tort de jouer sur deux tableaux. Tu avanças en direction de l’entrée, tes pieds craquant les feuilles mortes tombées des arbres. Une nouvelle fois le paysage t’interpellait, toi qui vivais dans la cité aux dominantes émeraude. Ce n’était pas que vous n’aviez pas de saison, mais c’était différent maintenant que tu ne vivais plus dans la forêt.

Tu pénétras dans le hall, le bruit de tes pas se répercutant contre les pierres. Tu ne sentais aucune présence, ce qui était assez déstabilisant. « Rumpel ? » Tu avanças dans le salon où il avait généralement l’habitude de t’attendre avant de débuter ta leçon du jour. En ce moment, vous alliez beaucoup dans la forêt pour pratiquer sans risquer de démolir son mobilier. La porte s’ouvrit d’un mouvement nonchalant de ta main. Le fauteuil était vide. Tu fronças les sourcils. C’était assez rare que tu sois seule dans le château de ton mentor et encore plus que tu aies pu entrer. Cela voulait-il dire qu’il te faisait enfin confiance ? Connaissant la personnalité du sorcier, c’était tout de même étonnant. Tu imaginas immédiatement qu’il s’agissait d’un test et commenças de te mettre sur tes gardes, prête à attaquer au moindre mouvement. Il était hors de question que tu te ridiculises s’il te guettait. Cela ne lui ressemblait pas de te laisser seule, alors que vous aviez prévus une leçon. Une bouffée de jalousie t’envahit à l’idée qu’il ait pu aller rejoindre l’insupportable Regina, qu'il l'ait préférée à toi.

Après avoir fait le tour des pièces du rez-de-chaussée, tu dus te rendre à l’évidence. Il n’était vraiment pas là. Ce n’est que lors de ton entrée dans la bibliothèque que tu remarquas le parchemin à ton intention. Il avait dû partir pour une urgence. Bien sûr…. Maintenant que tu étais là, autant t’entrainer. Ce serait stupide de repartir et il ne t’en voudrait sûrement pas de pratiquer tant que tu ne touchais à rien. Par sécurité, tu préféras tout de même te diriger vers une salle dédiée à cet effet, emportant un des livres de sort qu’il t’avait montré la fois précédente. Tu pratiquais à enflammer sur commande un flambeau quand tu sentis une nouvelle présence dans les lieux. Était-il de retour ? Mieux valait se montrer prudent tant que tu ne savais pas si la présence était ennemie ou non. Rumpel aurait immédiatement détecté que tu étais encore là. Tu disparus au moment ou la porte s’ouvrait pour réapparaître dans le couloir, une boule d’énergie à la main. Juste au cas où. Tu pouvais envisager que Rumpel ait changé son apparence pour te surprendre, c’était suffisamment tordu pour qu’il le fasse, mais il se dégageait de cet homme décharné une aura que tu n’aurais su décrire correctement. C’était comme s’il glaçait l’atmosphère par sa seule présence. Tu frissonnas d’ailleurs discrètement quand tu croisas son regard, mais tu continuas d’avancer à pas prudents.  « Bonjour. Puis-je savoir qui vous êtes et ce que vous faites ici ? »


_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

I can't help you, because that it's the price of Magic (Pv Zelena) (Flash Back)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [EDH] Liste des généraux
» [Custom] "Classics"/MOTUC by Tokyonever.
» Banned List pour l'EDH
» Fin de l'association UDE/Ankama pour Wakfu TCG
» PTs 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon A Time - Have you seen A white rabbit ? :: Fantasyland :: “ La Forêt Enchantée ” :: “ Châteaux & Villages ”-