RSS
RSS


Forum RPG dérivé de la série Once Upon A Time
 

Partagez | .
 
 Boulette de riz à l'autel des morts! Ft Mulan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité

Informations
My life

MessageSujet: Boulette de riz à l'autel des morts! Ft Mulan Lun 9 Mar - 2:02


L'été ne reviendra plusMortem et Elsa



Le sol était imprégné de sang, la terre en était tellement gorgée qu'à chacun de des pas tu sentais la succion que cela faisait. Tu aurais presque pu t'en plaindre! Le sang c'est tellement difficile à se débarrasser! Mais toi, tu n'es pas n'importe qui. Le sang, c'est ton milieux de travail principale. L'odeur du fer provenant du liquide écarlate t'es naturel comme le parfum d'une fleur alors que celle des cadavres qui se décomposent au soleil ne t'importune pas.

Ton habit noir glisse sur le sol souillé, s'agite et voltige. On dirait qu'il est constituer de plusieurs voiles de mariée, finement tissé, mais semble vivant et même... brumeux, très légèrement brumeux... C'est normal. Ton habit de faucheur est constitué d'âme. Oh, pas de n'importe quelle petite âme, seulement de celles qui au travers le temps t'on fait du mal, verbalement ou en s'attaquant à toi physiquement. Il y en a même qui, au travers, sont celles d'être si abjecte que tu ne voulais pas leur offrir la paix de la mort. Ceux qui font ton vêtement sont les âmes les plus noires, les plus cruelles que les mortels peuvent croiser. Ce n'est pas pour rien qu'il est noir.

Oh bien sûr, personne ne pouvait savoir de quoi il était constitué. Tu en choquerais plus d'un si cela devait se savoir...

Ton regard s'attarde sur le champ de bataille encore frai. Il y a eut un vainqueur au prix de nombreuse vie et d'encore plus de blessé qui ne survivront pas à cette fin de journée, et encore moins à la nuit qui se promet déjà d'être glaciale pour bien faire comprendre que tu es là. Tu soupires en faisant ta besogne, aucune âme a ajouter à ton vêtement, seulement de pauvres être effrayés qui ne comprennent pas qu'ils sont morts et quand ils le comprennent ils te fixent horrifié. Il y en a même un qui t'appel Shinigami-sama. Tien, ce type n'est pas originaire de cette région! Un peu d'exotisme ne fait pas de mal.

Cela te prend des heures à calmer puis montrer le chemin à ces pauvres âmes en deuil d'elles-mêmes. Cela te peine. Personne ne devrait avoir à s'endeuiller de sa personne. Mais qu'y peux-tu? Leur heure à sonner, aucune exception! Quand c'est l'heure, c'est l'heure... Quand la dernière âme quitte se monde, la dernière pour l'instant, la nuit tombe déjà. Ah! Qu'est-ce que tu ne donnerais pas pour un bon bol de boule de riz! Tu passes encore la nuit au travers les blessés. Cette fois tu te mets en invisible-immatériel pour éviter qu'on s'attaque à toi, qu'on tente de te repousser pour protéger ceux dont c'est l'heure. Tu en surprends plus d'un en fauchant un pauvre jeune homme qui n'a même pas une égratignure! Mais il est malade. Très malade! Son sang est malade, mourant et il l'a caché. Pas ton problème! Quand la besogne est faites, tu pars. Bien sûr, tu t'es de nouveau matérialisé et, avant de tourner définitivement les talons, tu as l'impression de croiser un regard familier qui se baise de respect. Tu souris avant de partir à pied, tranquille.

Tu ne refais ton apparition que plus tard, quand les morts sont sous terre. Tu approches de l'autels des morts et commence a allumer de l'encens en récitant une prière. Autant pour ceux du quand des vainqueurs que pour les perdants. Pour toi, sur ce champs de bataille il n'y avait pas eux deux armées. Juste des mortels à faucher, tous égaux, sur un pied d'égalité. Tu entends des pas, quelqu'un d'autre vient se recueillir et tu songes un instant à partir car s'il s'agit d'un proche tu risques de t'en prendre une. Tu te souviens très bien qu'un jour quelqu'un ta planté une épée dans ton coeur mort en te traitant d'assassin, exigeant que tu lui rende son enfant. Oh, tu n'en avais rien fait. Tu avais arraché l'âme de l'imbécile et l'avait ajouté à ton vêtement... mais shut! il ne fallait pas le dire tout haut.

Tu tournes la tête pour voir qui vient, tenant encore le petit bâton au bout duquel brûle une petite flamme orange qui fait un jeu d'ombre obscur sur te trait. Il fait nuit, ce qui t'assombrit encore plus. Tu espères ne pas faire fuir la pauvre personne qui vient se recueillir.


© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas

avatar

LA FORÊT ENCHANTÉE Life is a dream


InformationsMes bavardages : 244
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Ma grotte
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Boulette de riz à l'autel des morts! Ft Mulan Lun 9 Mar - 16:48


Hua Mulan



        Un silence plus assourdissant encore que le cris des soldats et l’éclat des métaux qui s'entrechoquent planait à présent sur le champs de bataille. Le combat fut rude et coûta la vie à bon nombre de ses camarades ; l'empire de l'orient semblait mieux s'en sortir que ses assaillants barbares qu'ils étaient parvenus à repousser. Si le vent de la chance continuait de souffler en leur faveur, alors les envahisseurs ne tarderaient pas à être débouter de leurs terres. Tout était calme, si calme … Pourtant, la jeune soldate avait l'impression d'entendre encore l'écho des hurlements et des tambours de guerre et retirer son casque n'y changea rien. Elle était assise près d'un char, le regard dans le vide, elle était vidée de son énergie. On pourrait croire qu'elle était en état de choc, mais ce n'était pas sa première bataille. Voilà quelques mois que la jeune femme servait dans l'armée de l'empereur et un peu moins que son identité avait été dévoilée. En plus des atrocités de la guerre, elle devait ainsi supporter les dénigrements continuels de la plupart de ses compagnons d'arme. Ils disaient tous qu'elle avait apporté la honte et le déshonneur sur sa famille et ses ancêtres et elle était bien déterminée à réparer cela. Oui, elle se l'était promis, elle reviendrait glorieuse dans son village et déposerait les honneurs aux pieds de son père.

Rassemblant ce qu'il lui restait de courage et de force, elle se releva, forcée de serrer les dents en sentant sa vieille blessure aux côtes la picoter … Cette blessure qui avait permis au médecin militaire de la démasquer et qui, faute de repos, ne s'était jamais refermé correctement depuis. En fait elle était presque guérie jusqu'à aujourd'hui, elle avait reçu un mauvais coup qui l'avait ouverte à nouveau … à croire qu'ils s'étaient tous donné le mot pour s'acharner précisément sur cette partie de son corps ! C'est donc un bras barrant ses côtes et une main s'appuyant contre le char qu'elle se releva. Aussitôt, son regard se porta sur les nombreux corps qui jonchaient le sol et elle partit aussitôt en quête de survivants. Elle sauva ainsi la mise de quelques camarades, pour ceux qui la connaissaient, ils furent plutôt surpris d'être sauvé par quelqu'un qu'ils ne cessaient de brimer, d'autres refusaient catégoriquement d'être sauvé par une femme, alors elle était obligé de les porter, quitte à les assommer un petit coup. Mulan pouvait faire preuve d'une détermination et d'une noblesse de cœur à toute épreuve. Elle se moquait bien de ce qu'ils disaient d'elle aujourd'hui, un jour, ils la respecteraient pour ce qu'elle est réellement.

Elle était en train d'atteler la charrette pleine de blessés au cheval de trait quand son regard se posa sur une silhouette noire qui jonchait le champs de mort. Il portait une grande faux qu'il manipulait avec une précision presque artistique. Si cet outil de moisson n'était pas un icône très rependue de la mort sur ces terres, voir l'envoyé de Yanluowang – comme on l’appelait ici – manipuler cela ainsi avait commencé à imprégner les esprits. Ce n'était effectivement pas la première fois que Mulan voyait cette silhouette. La première fois qu'elle l'aperçu, ce fut après la première bataille. On l'appelait alors encore Ping, et comme elle était en train de le dévisager en demandant à un de ses camarades ce que faisait cet homme, on lui avait alors conseillé de ne pas le regarder.

— Si tu regardes la mort avec tant d'insistance, elle risque de se prendre d'affection pour toi et de t'emporter toi aussi.

De vieilles superstitions un peu stupides. Son père lui avait bien parlé des faucheurs qui passaient sur le champ de bataille pour récolter les âmes des soldats et il disait toujours qu'il fallait traiter cet être avec égard, car il était le seul à pouvoir prendre soin de nos camarades une fois dans l'autre monde. C'est donc par respect de cette noble tâche – bien qu'ingrate – que Mulan baissa doucement les yeux lorsqu'il croisa son regard, inclinant légèrement la tête comme pour présenter ses hommages et se recueillir.

Marchant fidèlement sur les pas de son père, elle avait pris l'habitude de déposer quelques offrandes sur l'autel aux morts. Des pièces en pierre pour les esprits, et de la nourriture pour le Shinigami. Elle avait donc préparé des petites boulettes de riz aux fruits – la belle saison lui avait offert la chance de tomber sur des fraises sauvages – qu'elle enveloppa soigneusement dans des feuilles de ration alimentaire avant de se diriger vers le petit temple dédié à leurs camarades tombés aux combats. C'est en entrant qu'elle aperçut à nouveau cette silhouette. C'était la première fois qu'elle la voyait d'aussi près. Il était grand, sans doute plus grand que tous les hommes du camps. Lorsqu'il se tourna, elle haussa légèrement les sourcils de surprise. C'était toujours un peu surprenant de croiser le regard de la Mort d'aussi près, mais en fait, elle était surtout surprise de découvrir son visage … Elle l'avait toujours vu de loin et ce qu'elle pensa être une sorte de bec était en réalité un nez. Le nez le plus grand qu'elle ai jamais vu ! La couleur de sa peau était elle aussi plutôt surprenante, aussi blanche que la neige … Comme ce garçon qu'elle voyait parfois l’hiver étant plus jeune.

Ne voulant pas lui manquer de respect en le dévisageant, elle baissa bien vite les yeux, s'inclinant légèrement en avant pour le saluer respectueusement et présenter ses hommages. Beaucoup auraient fait demi-tour en apercevant à peine le long manteau noir qui l'habillait, mais maintenant qu'il l'avait vu, ce ne serait pas très poli. Mais c'est avec une certaine timidité, et non avec crainte, qu'elle s'approcha doucement jusqu'à venir s'agenouiller à ses côtés. Alors, elle s’empara d'une tige d’encens qu'elle fit fumer avant de déposer ses piécettes en pierre dans la coupelle destinée aux offrandes aux esprits ainsi que les boulettes de riz dans une coupelle bien moins garnie, celle destinée aux Shinigamis. Sans un mot ni un bruit, elle joignit les mains pour se recueillir.









_________________
花木蘭:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark6nika.deviantart.com/



Invité
Invité

Informations
My life

MessageSujet: Re: Boulette de riz à l'autel des morts! Ft Mulan Lun 9 Mar - 18:57


L'été ne reviendra plusMortem et Elsa



Tu étais habitué aux regards dégoûtés et effrayé, tu étais habitué que l'on déserte les champs de batailles dès que ton ombre se profilait pour faire ton travail, tu étais habitué aux inepties qui se disaient sur toi. Tu ne t'étais jamais épris d'une personne qui te regardais longtemps, ni même de personne. S'était tout simplement ridicule que de penser cela! Tu étais un Faucheur, un être qui se devait d'être impartial et impossible à corrompre. Ah! Si les autres savaient comment des âmes effrayés avaient tenter de te soudoyer...

Mais cette femme, elle n'était pas comme les autres soldats. Son regard n'était ni empli de dégoût ou de peur, mais... de respect. Pour ton travail, pour ce que tu faisais. Tu en étais étonné, peu de gens te regardais comme ça, s'était même devenu ça qui était hors de l'ordinaire, inhabituel... Mais cela te faisait tellement plaisir en même temps! Tu avais souris, simplement heureux que quelqu'un dans ce bas monde puisse te respecter!

Ce qui était amusant, cependant, avec ta réputation s'était justement que tu étais capable de la modifié. Tu en surprenais plus d'un en maniant ta faux, instrument que tu choyais plus que tout au monde pour sa douce maniabilité et le fait qu'elle te permettait de faucher à distance et rapidement. Bien sûr, le fait que tu manie la Faux n'était pas dans les coutumes de ce pays, mais ils s'y étaient habitué. Cela prouvaient qu'ils avaient tords sur bien des points!

Par exemple, personne ne savait que tu rendais hommage aux âmes que tu fauchais. S'était quelque chose de très important pour toi, car cela démontrait tout le respect que tu pouvais avoir pour ce petit être qui s'était éteint et qui entamait son ultime voyage. Oh, bien sûr... toutes les âmes ne le faisaient pas. Certaines restaient dans ce monde en esprits errants ou se transformaient en spectres. Tu n'aimais pas cela, s'était tellement... contre nature! Mais il y en avait aussi qui étaient perdu et que tu devais conduire en personne devant Charon. Cela faisait longtemps que ce n'était pas arrivé!

S'était pour ça que tu étais a l'autels des morts. Tu avais apporté un petit bol de fruits, déposer des piécettes et fait d'autres petites offrandes. Tu fis brûler de l'accent à l'odeur de chrysanthème. S'était symbolique bien sûr. Puis elle était arrivé, cette femme guerrière. Tu t'étais retourné pour la regarder. Elle avait haussé les sourcils de surprise, geste tout à fait adorable! Elle te regarda attentivement, te détaillant sans doute dans les moindres détails. De ta peau ivoirine, personne ne le savait mais elle était aussi douce qu'une peau de bébé, jusqu'à ton visage qui n'était pas de la plus grande beauté. Tes joues creuses, de grandes rides et un long nez crochu qui pouvait passer pour un bec. Ton visage avait quelque chose de semblable à celui d'un aigle, presque. Tu la laissais t'observer. Après tout, il est si rare de te voir de si proche sans que sonne le glas de la fin!

Tu lui souris, l'ayant observé aussi, mais plus discrètement. Ainsi avais-tu su que sa blessure s'était rouverte. Elle devrait songé à la soigner correctement! Tu étais même surpris que personne n'ait eu un doute avant sur le fait qu'elle était une femme. Avec son cou fin, ses mains délicates...

Elle baissa les yeux par respect et fit comme toi; déposer les offrandes et s'agenouiller en allumant de l'accent. Tu tire ton habit vers toi pour lui faire de la place, tu ne veux pas lui imposer ton contact en sachant qu'elle frissonnerait de dégoût. Tu la laisse joindre les mains comme toi et tu ferme les yeux. Mais toi tu ne prie pas les morts directement, mais ton supérieur. La Grande Faucheuse en personne, celle que tu considères être ta mère, ta créatrice. Tu lui demandes de veiller sur les âmes que tu envois à Charon, tu lui demandes de t'assurer qu'elles vont bien et qu'elles reposes en paix, sinon de la leur apporter.

Finalement tu ouvres les yeux et regarde la jeune femme du coin des yeux. Tu hésites à l'aborder, tu as peur qu'elle prenne la fuite... Cela fait si longtemps que tu n'as pas été si proche d'un humain. ta vie n'est que solitude... mais qui ne tente rien n'a rien alors tu respires profondément avant de tourner ton visage vers elle.

- "vous devriez soigner vôtre blessure, une infection arrive si vite..."

Meilleure façon de commencer une conversation, tu es un véritable boulet!


© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas

avatar

LA FORÊT ENCHANTÉE Life is a dream


InformationsMes bavardages : 244
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Ma grotte
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Boulette de riz à l'autel des morts! Ft Mulan Lun 9 Mar - 22:00


Hua Mulan



        Comme il était étrange de prier pour les morts alors que leur missionnaire était justement à côté de vous. Elle se demandait bien ce qu'il pouvait être en train de prier, d'ailleurs … Elle ne pensait pas que cela était nécessaire pour un être qui est pourtant déjà prié ; lui qui avait le sort de ces âmes entre ses mains … Que pouvait-il bien avoir à demander ? Qui pouvait-il bien  prier ? Ces questions tournaient dans la tête de la jeune guerrière, l'empêchant de pleinement se recueillir. Alors, elle commença à se demander s'il ne pouvait pas entendre ce qu'elle pensait, comme elle priait pour les morts … C'était un peu gênant. Elle espérait qu'il n'avait pas entendu ses pensées sur son grand nez. Et maintenant qu'elle y repensait, elle se dit qu'elle n'aurait pas dû, parce que tout à l'heure elle ne priait pas, alors il n'avait pas dû entendre, mais maintenant c'était trop tard, il devait savoir ! Mince. Elle formula des excuses intérieurs. Après tout, il avait un grand nez, c'est vrai, mais ce n'était pas une critique dans sa tête. En fait, les asiatiques avaient tendance à s'émerveiller devant les grands nez des occidentaux, Mulan aimait bien.

Bon elle espérait ne pas l'avoir contrarié. Elle tenta de reprendre le fil de sa prière en se mordant l'intérieur de la joue pour rester concentrer. Elle avait perdu beaucoup de compagnon pendant cette bataille, beaucoup qu'elle ne connaissait pas, d'autres qu'elle n'appréciait pas spécialement, d'autres qui n'étaient pas de mauvais bougres … Il y en avait même un qu'elle considérait comme un bon camarade et qui était resté amical avec elle même après avoir découvert son subterfuge pour rejoindre l'armée. Lui aussi était venu combattre pour remplacer son père, comme beaucoup d'autres jeunes gens présents ici. Alors ses prières allèrent à lui, puisse-il reposer en paix.

"Vous devriez soigner vôtre blessure, une infection arrive si vite..."

La jeune fille sursauta et braqua son regard sur le propriétaire de cette voix grave. Elle trouva moyen d'être surprise qu'il sache parler. Ben oui, pourquoi ne saurait-il pas parler hein ? Bon, d'accord qu'il sache parler c'est cool, mais qu'il sache parler sa langue ça l'était encore plus ! Une question lui traversa l'esprit, elle se demanda s'il avait vraiment dû apprendre toutes les langues ou si c'était une sorte de magie qui lui permettrait de se faire comprendre de tous. Elle se sentit un peu nouille de penser cela en se disant qu'il entendait peut-être, mais là, elle ne priait plus vraiment, alors il ne devait pas avoir entendu … L'honneur était peut-être sauf !

La Mort lui parle et la seule chose à laquelle elle pense, c'est à comment il avait bien pu apprendre sa langue ? On avait toujours dis de Mulan qu'elle était une fille étrange, mais ça se confirmait une fois de plus, alors qu'elle venait squatter tranquillement les abords de celui que l'on ne doit ni regarder, ni accoster. Réalisant seulement après de longues secondes ce qu'il venait de dire, elle posa instinctivement sa main contre sa blessure encore un peu douloureuse. Elle prenait soin de la nettoyer et de la panser dès qu'elle le pouvait, mais ce qu'il lui fallait pour cicatriser, c'était du repos … Et elle ne pouvait pas se le permettre. Les hommes ici pouvaient bien rester à l'infirmerie à se requinquer pendant une semaine voir deux pour moins que ça, mais elle, elle ne pouvait pas, car l'on l’accablerait aussitôt de sa faible condition de femme. Alors elle tenait bon.

Mais un tel conseil venant du grand Faucheur avait de quoi faire froid dans le dos. Elle releva les yeux sur lui pour l'observer à nouveau avec surprise, se demandant si c'était une menace ou quelque chose comme ça. Est-ce qu'elle était déjà morte, en fait ? Est-ce qu'elle était en train de succomber ? Non, elle allait bien pourtant … Et en repassant ses paroles dans sa tête, elle constata qu'il avait bien dis ''vous devriez'' et non ''vous auriez dû''. Cela voulait dire que ce n'était pas trop tard, pas vrai ? Mais ce n'était pas encore pleinement rassurant ! Et s'il disait ça parce qu'il savait quelque chose ? Et s'il avait vu qu'elle finirait par succomber ? Est-ce que cela voulait dire que ce n'était pas encore inéluctable ? Une petite plaie, ça n'avait l'air de rien, mais elle pouvait décider d'arrêter son histoire demain ou de la laisser continuer encore pendant des décennies.

C'est alors qu'un nouveau sentiment se mêla à sa surprise. Elle était touchée. Elle venait de recevoir un conseil bienveillant du Faucheur d'âme et elle ne le prendrait pas à la légèrement. Elle voulait le remercier, seulement, voilà … Elle ne savait pas trop comment le faire. Il y avait bien les boulettes de riz qu'elle avait apporté pour lui - sans savoir qu'elle tomberait sur lui directement - mais bon c'était peut-être un peu bizarre.  Elle ne savait pas comment s'adresser à lui. Comment ne pas être gauche devant l'inconnu ? Surtout elle qui avait l'art de toujours dire ce qu'il ne fallait pas … Combien de bagarre avait-elle déclenché à cause d'un mot mal placé, d'une pensé mal exprimée ou au contraire … à cause d'une franchise exacerbée.

Elle regardait donc l'homme au grand nez, le regard empli d'une gratitude et d'un respect qu'elle se sentait incapable d'exprimer par des mots. Elle était tout de même un peu inquiète. Elle espérait que ce n'était pas une mauvaise blague morbide … dans cette contrée, les shinigamis et autres entités comme les démons étaient connus pour être plutôt farceurs et mesquins avec le genre humain.

— Je … je ferais attention …. articula-t-elle finalement. Merci …

Elle cilla plusieurs fois, l'observant toujours, avant de baisser doucement les yeux avec respect. Elle se tourna alors à nouveau vers la stèle qui reflétait la lueur orangé des torches, tentant de retourner à ses prières. Elle aimerait bien lui demander si il n'était pas trop tard pour elle, mais elle trouvait la question déplacée. Qui était-elle pour poser une question, quelle qu'elle soit, à une telle divinité ? Elle n'était rien. Elle, misérable mortelle … mortelle et bien curieuse. Elle ne put effectivement pas s'empêcher de tourner à nouveau les yeux vers lui, ne lui jetant qu'un bref petit coup d’œil. Elle espérait qu'elle n'était pas en train de l'embarrasser … mais tout de même … quel grand nez !











HS:
 

_________________
花木蘭:
 


Dernière édition par Mulan Hua le Mar 10 Mar - 13:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark6nika.deviantart.com/



Invité
Invité

Informations
My life

MessageSujet: Re: Boulette de riz à l'autel des morts! Ft Mulan Lun 9 Mar - 23:02


L'été ne reviendra plusMortem et Elsa



Tu te doutais que l'humaine à côté de toi ne devait pas être des plus... à l'aise avec ta présence. Après tout tu étais un Shinigami, un être qui prenait soin des âmes des morts. Surtout il devait être surprenant pour elle de te voir prier. Il était vraie que tu le faisais rarement, mais apràs avoir vue une centaine d'âmes effrayées et perdues tu t'étais dit que se serait mieux de demander la bienveillance d'un être qui t'étais supérieur. L'odeur de l'accent te détendait, allégeait tes traits qui semblaient plus doux, moins sévères et même tes yeux s'étaient fait moins perçant!

Tu regardas la jeune femme du coin de l'oeil et la vie plongée dans ses pensées, dans sa prière, mais son esprit ne semblait pas paisible. Tu ne pouvais pas lire l'esprit des gens, tu ne pouvais qu'écouter l'âme et en se moment la jeune femme ne parlait pas avec cette dernière donc tu ne pouvais l'entendre... dommage car à voir ses yeux elle semblait tenter de se concentrer. Qu'est-ce qu'il pouvait bien y avoir dans sa tête en se moment? Puis te la vie se mordre la joue ce qui te fis hausser un sourcil. Finalement tu la quittait des yeux pour les fermer, te demandant si tu devais lui parler ou non... Finalement tu la regardas en lui adressant la parole.

Et elle sursauta.

Lui avais-tu fais peur? Non, elle semblait plus surprise qu'autre chose, ce qui te fis penser que peu de gens savait que tu parlais toutes les langues. S'était normal et logique. Après tout, comment aurais-tu pus faire pour parler à toutes ces âmes diverses aux multiples langues? Il te suffisait simplement de savoir laquelle était parlé et voilà. S'était très pratique, même plus. Surtout pour demander à manger dans un restaurant! Où faire des petits achats dans les rues marchandes... Pourquoi étais-tu encore en train de penser à de la nourriture?

Mais cette jeune femme t'amusait un peu. Elle était à tes côtés, ne savais pas quoi te répondre, peut-être avait-elle peur en fait de te demander si elle allait mourir des suites de sa blessure. Tu savais son nom, Hua Mulan, oui parce qu'ici on disait le nom avant le prénom. Sa Timelife était belle, elle vivrait assez longtemps pour une guerrière. Elle n'avait pas à s'inquiéter de cette blessure. Mais tu avais dis cela pour elle, car tu savais que ce genre de chose était douloureux, t'étant déjà pris un coup de lame du même genre. Oh, et même plusieurs! Une chance que ton corps charnelle se régénérait rapidement sinon tu aurais plus d'une cicatrice! Il paraissait que ça plaisait aux femmes, mais tu n'étais pas très porter sur ce genre de chose. Avais-tu seulement déjà détailler le corps d'une personne en ayant des pensées autre que pour ton travail?............................... décidément non...

tu te doutais que ton conseil avait dû lui faire froid dans le dos. Bon, peut-être y avais-tu été un peu trop directement... Mais ce n'était pas de ta faute! Tu n'étais pas très sociable et ne savais pas réellement comment on engageait une conversation sans causer de malentendu. Tu te doutais bien que cet pauvre Mulan devait se demander si elle allait y passer ou non, qu'elle aimerait te demander si c'est le cas mais n'ose pas. Malgré que cela te serve que les gens te craigne, tu n'aimais pas réellement ça. Tu étais humble, tu te m'étais souvent sur le même piédestal que les mortel.

Tu sais qu'elle regarde beaucoup ton nez, ça ne te gène pas, en réalité ça t'amuse plus qu'autre chose. Tu sais que la grandeur de ton nez sort de l'ordinaire en ces lieux et que cela attire souvent les regards. Tu ne peux t'empêcher de caresser ton arrêt de nez. Tu as une légère bosse, qui le croche comme le nez d'un aigle.

finalement la jeune femme te remercie, maladroitement certes, mais cela te fait plaisir et tu lui souris.

- "Ne vous en faites pas Hua Mulan, votre blessure ne vous sera pas fatale" tu lui souris doucement. "Appelez-moi Mortem"

Tu souris lorsqu'elle pose de nouveau son regard sur ton nez.

- "Mon nez vous fascinerait-il?"


© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas

avatar

LA FORÊT ENCHANTÉE Life is a dream


InformationsMes bavardages : 244
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Ma grotte
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Boulette de riz à l'autel des morts! Ft Mulan Mar 10 Mar - 13:52


Hua Mulan


        Il souriait. Il souriait et ça n'avait rien à voir avec ces rictus carnassiers que pouvaient arborer les masques de démons, généralement représentatif des entités de l'au-delà. Mulan repensa alors à ce que lui avait dis son camarade quelques mois plutôt, après leur première bataille … Est-ce qu'il allait vraiment l'emporter pour s'être pris d'affection pour elle ? Elle avait beau y penser, elle trouvait cela absurde. Il est vrai qu'un tel être devait se sentir bien seul, mais il semblait aussi assez sage et déférent pour ne pas céder à tels caprices. Les caprices, l'égoïsme et ce genre de choses n'étaient après tout que des caractéristiques typiquement humaines. Et c'était tout aussi humain cette manie de projeter leurs défauts sur des êtres supérieurs tels que cet esprit aussi incompris que la Mort.

C'est alors que, comme s'il semblait entendre ses pensées, il la rassura tout de même au sujet de sa blessure. Ouf, elle n'allait pas mourir tout de suite, pas de ça en tout cas ! Mais bon, le Destin n'était pas strictement immuable, elle veillerait bien à ne pas négliger cela. Elle irait en expédition dans la forêt à l'occasion de sa prochaine permission, elle irait cueillir quelques plantes pour se faire un onguent et tout devrait aller mieux. Comme il venait de la rassurer gentiment, elle lui rendit un sourire discret mais sincère en esquissant un léger signe de tête.

Elle ne réalisa que lorsqu'il se présenta qu'il avait prononcé son nom.  Elle ne devrait pas en être surprise, un être tel que lui devait savoir bien des choses. Il devait d'ailleurs bel et bien pouvoir lire dans ses pensées pour savoir tout ça ! Ce qui commençait à l'inquiéter … mais quoi qu'il ait pu lire en elle, cela ne semblait pas le contrarier le moins du monde, bien au contraire ! Il sourit de plus belle lorsqu'elle posa à nouveau les yeux sur son nez en bec d'aigle.

"Mon nez vous fascinerait-il ?"

Prise en flagrant délit, elle tressaillit à nouveau légèrement en écarquillant les yeux. Elle ne put évidemment pas s'empêcher de poser une fois de plus les yeux sur ce nez, de façon bien maladroite, se reprenant aussitôt pour braquer son regard dans les prunelles du Faucheur, plus sombres encore que les siennes. Elle entrouvrit légèrement la bouche sans être capable de prononcer quoi que ce soit dans un premier temps, elle secoua vivement la tête de petits gestes secs.

— Oh, heu n- … Si, il fallait l'avouer, ça la fascinait ! Il … il est très bien … se ravisa-t-elle.

En fait elle pensait ''rigolo''. C'était un comble de trouver quelque chose de marrant dans la physionomie d'un être aussi sérieux et austère. Mais il n'avait pas l'air si terrible que ça quand il souriait en fait. Il mettait même plutôt en confiance, ce qui, à bien y réfléchir, était tout de même mieux vu l'importance de sa charge.

C'est alors qu'elle commençait à le trouver sympathique que des bruits de pas se firent entendre. Un soldat apparut alors à l'entré de l'autel, mais se figea sur place en posant les yeux sur les deux personnes en train de se recueillir. Son visage sembla se décomposer aussi vite que s'il venait d'être frappé par la foudre et il partit en courant, disparaissant bien plus vite qu'il n'était apparut. Mulan haussa légèrement les sourcils en le voyant faire avant de poser les yeux sur son voisin. Elle lui adressa alors un regard désolé et haussa doucement les épaules.

— Vous savez … y a de forte chance que ce soit moi qu'il fuyait … Dit-elle après un silence, comme pour le rassurer.

Et ce n'était pas faux. Mulan pouvait être méprisée autant qu'elle pouvait être crainte ici. Il faut dire qu'elle avait du répondant quand on essayait de jouer aux mains avec elle, elle ne se laissait pas faire et elle savait mettre un adversaire K.O sans lui infliger le moindre sévisse physique. C'était tout un art dans lequel elle excellait. Il ne fallait pas oublier que ces soldats avec qui elle se bagarrait parfois étaient les mêmes qu'elle sauvait sur le champs de bataille.









_________________
花木蘭:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark6nika.deviantart.com/



Invité
Invité

Informations
My life

MessageSujet: Re: Boulette de riz à l'autel des morts! Ft Mulan Mar 10 Mar - 18:50


L'été ne reviendra plusMortem et Elsa



Tu ne peux retenir le léger rire qui monte en toi devant le malaise de la jeune asiatique lorsque tu lui demandes si ton nez la fascine! Sa réaction est amusante et tu caresses doucement ton nez qui est en effet impressionnant. Oh, tu ne ris pas d'elle, mais la situation t'amuse. Tu es un faucheur, elle une humaine et vous parler de ton nez comme vous parleriez du beau temps. Tu souris cependant quand elle dit qu'il est bien. Oui, il l'est en effet.

- "Les gens le prennent souvent pour un bec de loin, comme vous on vous prenait pour un homme"

Ce fait semble plus t'amuser qu'autre chose. Oui, vraiment, les soldats qui se battaient avec elles ne devaient pas avoir une intelligence plus développée que celle d'une pierre... ce qui était méchant pour la pauvre pierre. mais s'était en même temps amusant que quelqu'un puisse trouver quelque chose de bien dans ta physionomie, tout comme cela te faisait du bien. On ne t'avait jamais fait de compliment ou de remarque gentille. Habituellement s'était des insultes... Cela faisait changement et t’apaisais un peu. Comme quoi le monde entier ne te trouvait pas monstrueux, malgré que Hua Mulan n'ait pas encore vu ton véritable visage. En effet, celui là tu le cachait, tu savais que si un simple mortel le voyait il en mourrait sans doute de peur...

À côté de toi, même ce malveillant petit lutin de Rumplestilstkin était d'une beauté divine. En effet. Côté horreur physique personne ne pouvait t'arriver à la cheville! Mais allais-tu repenser à tes presque deux mètre d'effroi physique? Hum, non.

Soudain des bruits de pas se firent entendre et en même temps que la jeune femme tu tournas la tête pour fixer le nouveau venu. S'était un soldat de l'âge de la jeune femme. Il se figea en vous regardant tous les deux et la peur se peignit sur ses traits. Il t'avait reconnu toi, ça s'était certain et lorsque tes yeux d'onyx s'encrèrent dans ses yeux plus pâles il prit la fuite. Tu haussas un sourcil, plus amusé qu'outré. Ta simple présence était le meilleur moyen d'avoir la paix! Ouais, bon, il fallait déjà quelqu'un d'assez courageux pour endurer ta présence, comme cette jeune femme qui sembla désolé, disant que s'était sans doute d'elle qu'il avait peur. Tu gloussas doucement, en souriant.

- "Je pense plutôt que c'est notre présence commune qui l'a effrayé à ce point..."

Tu avais eut le temps de voir sa timelife et tu savais très bien que la fin de ce soldat serait sans doute pour la prochaine bataille, mais pas besoin de s'attarder sur ce point. Nous mourons tous un jour ou l'autre.

- "Je suis aussi un guerrier, comme vous d'une certaine façon même si notre style de combat est différent. J'ai toujours appréciés l'art du combat de ces contrées qui a quelque chose de gracieux et non de bourrin"

Oui, tu faisais là un très jolie compliment. Tu savais admirer l'art de se battre. Tu détestais ce qui était bourrin, comme foncer dans le tas sans réfléchir. Malgré qui parfois tu le faisais, toi au moins tu savais garder une certaine grâce et délicatesse dans tes gestes! Tu savais manier la faux comme personne ainsi que diverses armes comme le katana, l'épée, la dague, le shuriken... oui, bon, nous n'allons pas nous étendre sur tes connaissance en arme...

© Lady sur Epicode


HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

LA FORÊT ENCHANTÉE Life is a dream


InformationsMes bavardages : 244
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Ma grotte
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Boulette de riz à l'autel des morts! Ft Mulan Mar 10 Mar - 21:27


Hua Mulan


        Elle eut un adorable petit air coupable lorsqu'il évoqua qu'on avait tendance à confondre son nez avec un bec de loin, étant donné que c'est ce qu'elle avait pensé aussi. En fait, elle avait même douté sur le fait qu'il porte un marque de rapace, ou s'il avait lui-même une tête de rapace. Mais les démons et mauvais esprits de cette contrée était également souvent représentés avec un très grand nez ou un espèce de groin. Mais il fallait l'avouer, cet homme avait tout de même un visage plus avenant que ces masques ! Malgré ses joues creuses, il présentait l’avantage d'avoir une peau très blanche, chose ô combien apprécié sur ces terres où les femmes se fardait traditionnellement de poudre blanche et de rouge à lèvre très vif. Mulan y avait eu le doit à tout ça, avant de venir ici ! Mais elle n'avait jamais apprécié. C'était très désagréable à porter, on avait l'impression d'étouffer sous un véritable masque d'argile et il fallait sans arrêt faire attention à ne pas en mettre partout. Quelle galère. Elle préférait encore être ici, au milieu de soldats qui la méprisaient, au moins elle n'avait pas à se maquiller. Ce fameux Mortem avait bien de la chance d'avoir déjà la peau blanche comme ça ! Oui enfin, il n'était pas une femme, donc ça ne servait pas à grand chose …

Et voilà qu'elle commençait à l'imaginer habillé en femme maintenant. Bravo. Oui. Trop tard. Elle avait l'image en tête. Avec du khôl, de longs cilles de biche et du rouge à lèvres carmin et la tunique traditionnelle de mariée. Bon sang Mulan, reprend toi un peu ! Ça ne se fait pas d'avoir de telle pensée pour un être comme lui ! On ne travesti pas la Mort ! Puis elle se mit à débattre toute seule dans sa tête. Il avait peut-être une apparence charnelle, mais il n'était pas réellement un être de chair. Et pour une entité immatérielle telle que lui, la notion de sexe devait être bien vague ou au moins ne pas avoir d'importance. N'empêche qu'il n'avait pas une tête à aimer le rouge à lèvre, ça ne devait pas être par hasard. A moins qu'il n'ait pas choisi sa tête. Peut-être qu'il ne différait pas des humains pour cela, peut-être qu'il a dû tirer au sort et qu'il était tombé la dessus par hasard. Mulan, souviens-toi de ce que te disais ta mère : coupe ton moteur à pensées.

Tentant de se reprendre, la demoiselle s'efforça d'arborer un faux air innocent. Elle, faire parti des gens qui pensaient qu'il avait un bec au milieu du visage ? Non … Et elle l'imaginait encore moins porter du khôl et du rouge à lèvre, hein ! Enfin, de toute façon, elle portait bien une armure, elle, alors elle ne voyait pas le mal à ce qu'un homme porte du khôl et du rouge à lèvre. Mais bon, consciente que beaucoup ne tolérait déjà pas qu'elle se travestisse ainsi, elle se disait que beaucoup d'autres ne verraient pas d'un bon œil un homme qui porte du rouge à lèvre, et peut-être que le Faucheur en faisait parti. Qui sait. N'empêche, avec sa peau clair et son grand nez … plus elle le regardait, plus elle se disait que ça lui irait bien.

Plus elle l'observait et plus elle l'écoutait, plus elle lui trouvait un air réellement sympathique, à cet envoyé de Yanluowang. Mulan avait une éducation très riche, elle était cultivée et était donc très fidèle aux croyances qu'on lui avait inculqué. Dans ses croyances, il n'existait pourtant pas de Faucheur à la base. Cette légende était arrivée plus tard, à force d'observer ses manifestations. Et tout comme on s'était ravisé sur leur existence,  elle commençait sérieusement à remettre en question les rumeurs sur leur nature malveillante. Non, cet être qui se présentait devant elle n'avait rien de malveillant ou de fourbe. Peut-être que c'était une ruse, qu'il se jouait d'elle … Mais le cœur bon et naïf de la jeune guerrière la poussait à croire le contraire. Oui, elle voulait croire qu'il était ce qu'elle voyait actuellement : un bonhomme chaleureux. Chaleureux, carrément ? Et bien, comme il venait de rire, oui, c'était bien le mot ! Car il avait le timbre doux et un rire posé. Un peu comme celui de son père. C'est peut-être pour cela qu'elle le trouvait subitement sympathique, elle retrouvait chez lui un bon nombre de traits qu'elle associait à la figure paternel, et c'était réellement rassurant, réconfortant.

Elle ne put s'empêcher de sourire un peu plus lorsqu'il gloussa devant son excuse qui visait à le soulager du poids de l'horreur dont les gens l'accablaient. Il avait peut-être raison, peut-être que c'est leur duo qui avait fait si peur ! Après tout, la femme méprisée du régiment qui côtoie la Mort … on serait en droit de trouver que ce n'est pas bon signe ! Et oui les gars, et si, se prenant d'affection pour elle, il décidait de vous emporter vous, pour vous apprendre à malmener sa petite protéger ? Enfin, on en était pas encore là, mais on pouvait déjà être certain que le soldat avait rependu la nouvelle et qu'il allait en ressortir tout un tas de nouvelles rumeurs plus farfelues les unes que les autres. A tous les coups, on allait lui mettre sur le dos tous les morts qu'il y aurait les prochains jours, l'accusant d'avoir attiré le mauvais œil en parlant avec le Faucheur ! Mais ce n'était pas pour autant qu'elle allait le fuir. Elle n'avait jamais compté sur l'image qu'elle pouvait bien donner à ces gens … Elle s'en moquait, parce qu'un jour ils se rendraient compte de sa valeur, ils ne pourront plus faire semblant de ne pas la voir.

Puis, à nouveau, le Faucheur raviva la conversation. S’étant enfin faite à l'idée qu'il parlait sa langue, qu'il avait un grand nez trop cool et que le rouge à lèvre lui irait bien, la soldate pu l'écouter avec attention et sans stupeur. Elle avait même l'air très intéressée par ce qu'il disait, comme une élève absorbée par les enseignements de son maître. Elle cilla plusieurs fois pour assimiler les compliments de l'esprit matériel.

— Gracieux ? Répéta-t-elle, un peu interloquée, en se revoyant, pas plus tard que ce midi, assommer un camarde qui lui cherchait des noises en le cognant contre la table.

Mais elle voyait tout de même ce qu'il voulait dire. Il est vrai que les techniques de combats de cette contrée étaient plus basées sur l'agilité et la dextérité qu'ailleurs, bien qu'il ne soit pas évidant de pratiquer les arts martiaux avec une armure. Mais il n'y avait qu'à voir la façon que les Barbares avaient de bouger, ils avaient l'air si gauches !

— Vous, un guerrier ? Contre quoi combattez-vous ?

Des supers dragons de la mort qui tue ? Des Dieux ? Des Faucheuses maléfiques ? Mulan s'imaginait déjà des batailles épiques de créatures extraordinaires et divines, comme les épopée des Dieux et des Héros dans les légendes qui ornaient les tapisseries que tissait sa grand mère. Elle avait soudainement l'air d'une enfant qui voulait qu'on lui raconte une histoire et Mulan adorait les histoires de héros mythiques qui combattent vaillamment. Ses jolis yeux bridés étaient grands ouverts et pétillaient d'avidité d'aventure. Voyons, mademoiselle Hua … ce n'était pas vraiment l'endroit pour papoter ! M'enfin, ça leur fera un peu de divertissement aussi, aux esprits !









_________________
花木蘭:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark6nika.deviantart.com/



Invité
Invité

Informations
My life

MessageSujet: Re: Boulette de riz à l'autel des morts! Ft Mulan Mar 10 Mar - 23:04


L'été ne reviendra plusMortem et Elsa



Tu souris en coin en voyant le petit air coupable de la guerrière. Oh, elle ne fait pas exception à la règle à ce sujet, ça ne te surprend même pas. Tu sais qu'ici les masques représentants les démons et autres créatures mortes possèdent des nez assez impressionnant et diversifiés. Tout comme ta peau naturellement blanche ferait l'envie des femmes d'ici qui étaient obligées de ce poudrer comme pas possible alors que toi... toi tu n'avais rien à faire! Bon, encore une chance pour toi tu étais un homme et donc pas besoin de mettre cet affreux rouge sang sur tes fines lèvres lisses.

Tu ne t'imaginais pas devoir porter une robe de mariée ou quoi que ce soit d'autre de féminin. Malgré que les faucheurs n'avait techniquement pas de sexe, toi tu étais naturellement plus masculin que féminin. Autant par ton détachement des sentiments que par bien d'autres choses. La seul chose qui de différenciait des mâles, s'était que tu ne ressentais pas le besoin animal de te reproduire avec la moindre chose qui bougeait! Encore une chose que tu trouvais assez ridicule de l'espèce humaine. Pourquoi avoir ce besoin charnel? Tu ne l'avais jamais fais depuis ta naissance et pourtant tu te portais très bien. Tu n'étais pas "sexuellement" frustré, continuant de garder ton humeur constante. Ou peut-être que tu étais anormal... Bah, s'était sans doute mieux ainsi, parce qu'un faucheur sexuellement dépendant s'était peut-être dangereux.

Plus tu parlais avec cette humaine et plus elle te semblait réellement sympathique. Tu ne comprenais pas pourquoi ces hommes la traitait avec tant d'insolence et de mépris. Ne voulaient-ils donc pas apprendre à la connaître avant de la juger? Quoi qu'ici les femmes n'avaient pas réellement de droit, ce qui était assez désolant à ton avis. Elles étaient les égales des hommes, pas des enfants! Mais toi qui était intransigeant et incorruptible tu voyais toutes les âmes être égales les unes aux autres donc tu n'étais pas une référence de la culture humaine.

Tu ne te désolais même pas de la fuite de cet humain, tu savais être craint et être la cause d'un chamboulement des croyances de ce monde, toi qui avais cessé de cacher ta présence. Tu existais, on t'avais que trop fait passer pour une morale ou que savais-tu encore? Il était temps que les mortels sachent que les Faucheurs existaient, qu'ils étaient au service de la Mort en personne, qu'ils étaient ses enfants et qu'ils prenaient les âmes. À ceux qui t'écoutaient, qui te le demandais, tu leur disais que tu conduisais ces âmes à ton ami Charon qui, lui, les feraient traverser sur sa barque en échange de monnaie. S'était le cycle, toi tu fauchais et lui faisais traverser. Tu ne pu retenir un sourire en pensant à ton ami qui avait eu droit à la barque pleine! Sans doute avait-il même dû faire plus d'un voyage.

bien sûr, tu te doutais que le fait que Hua Mulan parle avec toi n'aiderait pas son image, mais elle restait avec toi. Son image ne devait pas être si importante pour elle et tu te sentais désolé pour elle qu'elle se fasse ainsi traiter. Peut-être pourrais-tu l'aider d'une certaine façon à ce que le respect soit imposer envers sa personne? Tu n'étais pas un manipulateur et encore moi une personne qui manipulait le destin des gens, mais un petit coup de main ce n'était rien non? Et puis il fallait bien que la crainte que tu inspirais serve à quelqu'un! Puis tu eu une petite idée. Ainsi lui parlas-tu de l'art du combat assiatique que tu trouvais plus gracieux que d,autres. Bien sûr Mulan sembla surprise, de ça et aussi du fait que tu étais un guerrier. Tu lui souris.

- "Les arts martiaux sont plus gracieux que le combat bourrin des contrées dont je viens. Je me bat la plupart du temps contre des âmes qui se refusent de mourir. Une âme qui refuse d'être faucher est plus dangereuse qu'un dragon" tu te frotte la gorge au souvenir de la dernière fois que tu t'es battu contre une âme. Celle-ci avait bien failli se changer en spectre d'ailleurs! Mais tu souris en regardant Mulan. Et vous, vous connaissez les Arts Martiaux non?

© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas

avatar

LA FORÊT ENCHANTÉE Life is a dream


InformationsMes bavardages : 244
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Ma grotte
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Boulette de riz à l'autel des morts! Ft Mulan Mer 11 Mar - 15:12


Hua Mulan


        Pas de dragon ni de Dieux déments, donc, mais combattre contre une âme enragée, cela devait être très impressionnant aussi ! La jeune recrue étaient loin de se douter que, pendant les années à venir, elle aurait elle-même à affronter de terribles créatures magiques. Dragons, ogres, hydres, spectres … Elle en verrait, des ennemies redoutables ! Sans compter de puissantes sorcières. D'ailleurs, elle connaissait déjà l’existence des spectres et leur origine, alors elle imaginait bien à quel point le travail du Faucheur pouvait être aussi important que dangereux. Elle n'y avait jamais pensé avant en fait, mais c'était bien lui qui protégeait les vivants des âmes malveillantes de défunts trop belliqueux. Alors oui, plus elle y pensait, plus elle se disait que cet être méritait bien plus d'être chéri et vénéré que d'être craint. C'est sans doute pour cela qui son père avait pris l'habitude de laisser des offrandes pour l'esprit de la mort, pour le remercier ou lui donner des forces pour les combats. Surtout que sur les champs de bataille, il devait y avoir beaucoup d'esprit guerrier en tourment qui refusaient de reposer en paix.

Mulan était fascinée, bien au delà de son grand nez et de sa peau clair, elle était fascinée par cet être don l'histoire devait-être aussi vieille que cette terre. Face à l'éternité, il y a de quoi se sentir misérable et Mulan se sentait effectivement très petite mais aussi parfaitement signifiante. Cependant, elle repensa une nouvelle fois à son père, son modèle de sagesse … « Nous ne sommes que des grains de sable dans l’immensité de l'univers et l'infini du temps, » disait-il souvent, « mais ce sont les grains de sable qui forment les plages et les déserts. » C'est ainsi que Mulan était parfaitement consciente de sa place en ce monde. Elle n'était qu'un grain de sable, mais aussi fin soit ce grain, elle faisait partie de ce monde et aussi moindre son rôle puisse-il être, elle en avait un. Un grain de sable, c'était toujours mieux que rien et elle était fière d'en être un.

Alors oui, cet être sempiternel et omnipotent lui rappelait ce qu'elle était, mais elle n'en rougissait pas. Il n'était qu'un autre élément de la nature, comme la mer qui soudent tous les grains ensembles à son passage. Ou comme le vent qui, au contraire, les disperse en un souffle. Mulan voulait se laisser porter par ce souffle et en retirer le meilleur.

— Alors, vous avez déjà combattu des spectres ? Demanda-t-elle, fascinée.

La Mort était un héros incompris et sacrifié. Plus ça allait et plus Mulan l'admirait, car il était encore bien plus admirable qu'elle ne pouvait déjà le penser en le sachant si soigneux avec les âmes qu'il escorte. Mais le petit grain de sable sembla soudainement susciter l'attention particulière de l'entité. Avec la façon qu'il avait eut de le dire, on pourrait croire qu'il plaçait un combat contre les esprits au même niveau que de connaître et pratiquer les arts martiaux. ''Moi je combat des âmes en colère et toi tu pratiques les arts martiaux, c'est kif-kif''.

Mulan était plutôt flattée qu'il s'y intéresse, même si le fait qu'il place leurs pratiques au même niveau n'était qu'une impression. Alors, elle raffermit un peu plus son sourire avec un petit air timide et se redressa. Elle hocha un coup la tête pour acquiescer.

Mon père était Général dans l'armée il y a des années de cela, alors il m'a appris.

Il n'était pas rare que les enfants de grands militaires, fille ou garçon, apprennent les rudiments du combat et c'est pour cela qu'elle avait vite dépassé ses camarades ici. Bien sûr, Mulan s'était ensuite beaucoup entraînée seule, car ses parents avaient fini par voir d'un mauvais œil qu'elle semble plus intéressée par cela que par l'art de préparer et servir le thé. Oui, ça aussi c'était un art ici, mais Mulan était loin d'exceller dans le domaine. De son vivant, sa mère avait fait tout ce qui était en son pouvoir pour faire d'elle une jeune femme à marier parfaite et c'est lorsqu'elle ferma les yeux que Mulan, en son honneur, avait tentée de devenir cela … quelque chose qu'elle n'était pas. Puis la guerre fut déclarée et il était hors de question qu'elle perde son père en plus de sa mère. Ici, elle était dans son élément malgré les difficultés. Elle le rendrait fière. Et sa mère aussi le serait, depuis l'au-delà, lorsqu'elle se rendra compte de quoi elle est vraiment capable, de tout ce qu'elle est capable de faire en tant que guerrière.

Piquée d'intérêt et en oubliant presque à qui elle avait affaire, Mulan plissa légèrement les yeux avec un petit air intrigué parfaitement innocent. La physionomie de l'homme ne trompait pas, mais elle n'aurait pas pensé qu'un tel être pouvait vraiment avoir un pays d'origine. Et s'il avait bien une origine, comment cela se faisait-il qu'il venait ici ?

— Vous venez de l'ouest, pas vrai ? Pardonnez ma curiosité mais … que faites vous par ici ?

Ce n'était pas très joli, ça, de questionner la mort sur les raisons de sa présence ici ou ailleurs.









_________________
花木蘭:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark6nika.deviantart.com/



Invité
Invité

Informations
My life

MessageSujet: Re: Boulette de riz à l'autel des morts! Ft Mulan Sam 21 Mar - 19:54


L'été ne reviendra plusMortem et Elsa



Dans ta longue carrière de faucheur tu avais combattu bien des âmes tourmentées, chacune étant différente des autres, ce qui avait le don de t'éviter à voir la même chose à chaque fois. Exception faite des spectres, ces derniers étaient une véritable plaie car ils n'avaient plus la moindre humanité et ne pouvait donc pas reposer en paix. Il ne restait juste à les tuer une bonne fois pour toute. Extrême comme acte, mais au moins ils ne risquaient pas de revenir.

Tu souris à l'humaine.

- "Des spectres, des âmes tourmentés et biens d'autres choses. Un sorcier qui meurt n'est pas très locace à se laisser mener vers le Nocher. Ils ne perdent pas vraiment leur magie en mourant même si elle s'affaiblie"

Tu souris en coin, te retenant de préciser qu'ils la perdaient totalement si tu te servais de leur corps comme bâton pour ta faux ou si tu les changeais en Inferi, ces gentils petits animaux de compagnies qui t'appartenaient corps et bien sûr âme. Tu avais donc fini par apprendre à te battre et était devenu aussi redoutable pour les morts que pour les vivants. Ton corps de Faucheur était fait pour le combat, pour arracher, déchirer les âmes avec des "griffes"

Tu incline doucement la tête quand Mulan parle de son père. Tu l'as sans doute déjà vu, peut-être observer de proche après une blessure où la Mort sait quoi encore. Tu n'avais pas la mémoire des visages des vivants, sauf des êtres qui te marquait profondément, comme Rumple. Tu souris intérieurement, songeant au sombre Lutin, ton allié, un ami, ton protégé. Il y avait peu d'être comme lui que tu remarquais, mais la jeune femme à tes côtés attirait aussi ton attention

Tu souris lorsqu'elle te demanda si tu venais de l'ouest.

- "Je viens de nul part très chère Mulan. Je suis née avec la Forêt Enchantée, en même temps qu'elle il y a de cela des millénaires aujourd'hui. J'ai vu naître et mourir d'autres faucheurs, des mondes sont né sous mes yeux et je décéderais lorsque la Forêt Enchantée ne sera plus, que ce monde sera mort et disparut à jamais. Ne vous fiez pas à mon enveloppe charnelle, elle ne reflète point mon véritable visage"

© Lady sur Epicode


HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

LA FORÊT ENCHANTÉE Life is a dream


InformationsMes bavardages : 244
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Ma grotte
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Boulette de riz à l'autel des morts! Ft Mulan Dim 22 Mar - 21:39


Hua Mulan


        Le regard de la jeune asiatique était empli d'admiration lorsque le faucheur lui conta quels ennemis redoutable ils avaient pu affronter. C'était le genre d'exploit héroïque qui la faisait rêver … vaincre un spectre, il lui faudrait au moins ça pour prouver sa valeur au sein de l'armée ! A parler aussi librement, on en oublierait presque à qui elle avait affaire et où elle était. Alors mademoiselle Hua, ce n'était pas très respectueux de transformer l'autel aux morts en salon de thé !

Malgré son visage typiquement occidental, le faucheur avoua ne pas en être spécialement originaire. C'était vrai c'était un peu plus logique comme ça … mais qui sait ? Les faucheurs pourraient aussi très bien être eux-même des âmes de défunt qui se sont vu offrir une nouvelle existence après leurs trépas, un peu comme des anges gardiens – bien que les anges ne fassent pas parti des croyances de cette contrée. Ainsi, il tenait son origine de la naissance du monde lui-même ? Mulan se sentait encore plus petite face à lui. Il devait avoir vu tellement de choses magnifiques … et d'autres terribles ! Comme un être tel que celui-ci pouvait voir le temps passer ? Une heure, un an, un siècle … Cela ne devait être rien pour lui ! Les vivants comme Mulan ne devait être que de bien éphémères petits papillons à ses yeux. Et le papillon qu'elle était rêvait de voir ne serait-ce que la moitié des choses que le faucheur avait pu voir.

Elle le regardait toujours avec fascination et étonnement. Ce visage n'était donc pas le sien ? Mulan se surprit à se demander s'il avait vraiment appartenu à quelqu'un. Mais elle était bien sûr plus curieuse encore de connaître le véritable visage du récolteur d'âme. Il ne devait pas ressembler à un humain … Conformément aux croyances dans lesquelles elle berçait, elle imaginait un dragon. Un dragon immense, comme celui qui fait le tour du monde et avalera le soleil lors de la fin des temps.

Elle le regardait droit dans les yeux, comme époustouflée, comme si elle pouvait voir dans le reflet de ses yeux noirs le film de sa vie. Elle ne pouvait que l'imaginer … Voir le monde naître et mourir, ce devait être à la fois merveilleux et terrifiant ! Comme elle venait à nouveau de se surprendre à le fixer avec trop d'insistance, elle baissa humblement les yeux.

— Votre véritable visage … ? Répéta-t-elle avec curiosité.

Le clairon la sortit de ses songes et de ses interrogations. Elle releva la tête pour se tourner vers la sortie de l'autel, le rassemblement avait sonné. La brune se tourna alors vers le faucheur pour s'incliner respectueusement en avant.

— Je dois y aller, je suis très honorée d'avoir fait votre connaissance, Zōngshī Mortem.

Zōngshī était normalement un titre honorifique qui désignait un grand maître, le plus ancien, le plus puissant et le plus sage. Généralement réservé dans la pratique des arts martiaux, Mulan avait assigné ce titre par réflexe, car son cœur l'avait assimilé à une figure ancestral de sagesse auprès de laquelle il y aurait beaucoup à apprendre.

Elle se releva donc en prenant son casque, s'apprêtant à partir pour rejoindre le régiment. Mais elle fit vite demi-tour pour s'emparer des boulettes de riz qu'elle avait déposé sur l'autel, elle s'agenouilla alors à nouveau pour s'incliner devant lui en lui présentant les petits mets.

— C'était pour vous. Pour vous remercier de prendre soin des âmes de nos frères et vous donner des forces. Puis, hésitante, elle releva les yeux vers lui, intriguée. Vous … est-ce que vous mangez ?

Un être comme lui ne devait pas avoir besoin de ça pour subsister, mais est-ce qu'il lui arrivait tout de même de manger par plaisir ? Est-ce qu'il le pouvait ?









_________________
花木蘭:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark6nika.deviantart.com/



Invité
Invité

Informations
My life

MessageSujet: Re: Boulette de riz à l'autel des morts! Ft Mulan Mer 19 Aoû - 12:15

RP toujours d'actualité ?
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé


Informations
My life

MessageSujet: Re: Boulette de riz à l'autel des morts! Ft Mulan

Revenir en haut Aller en bas
 

Boulette de riz à l'autel des morts! Ft Mulan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Boulette de riz à l'autel des morts! Ft Mulan
» 2010-11: [LIGUE] Le Monument aux Morts
» [XBOX 360] Les Experts : Morts Programmées
» Rumeurs : morts inexpliquées dans les royaumes humains.
» Naxx(la)ramas, seul les morts rejoindront leur tombe.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon A Time - Have you seen A white rabbit ? :: Les Anciens Rps-