RSS
RSS


Forum RPG dérivé de la série Once Upon A Time
 

Partagez | .
 
 Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité

Informations
My life

MessageSujet: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Ven 20 Fév - 18:20

I don't want to be green

Depuis que Rumpel avait accepté de me donner des leçons de magie, j’avais l’impression d’avoir enfin un but. Je ne passais plus tout mon temps libre à espionner ma soeur, je préférais m’exercer à la magie pour la supplanter et lancer le sort noir. Je voulais que Rumpel me choisisse. Tous les moyens seraient bons pour atteindre ce but. Cependant, ma bonne humeur n’avait pas duré. Comme souvent, il avait fallu que quelque chose vienne assombrir ma bonne humeur. J’étais arrivée à l’improviste pour découvrir que Rumpel n’était pas là. Il ne m’avait fallu que quelques essais pour découvrir qu’il l’avait emmenée dans notre refuge. Je venais de découvrir qu’en dépit de tous ces enseignements, en dépit du fait que j’avais démontré plus de talent que tous ceux de Regina réunis, Rumpel continuait de lui donner des leçons. Je n’avais rien eu de spécial en fin de compte. Je passais encore deuxième. J’étais le vilain petit secret. J’étais retournée dans son château pour l’attendre. Nous nous étions disputés et l’insupportable boiteux avait osé me faire remarquer que j’avais une tâche verte dans la nuque. Je venais de quitter son château, folle de rage, pour apparaître à Oz. Jusqu’à présent, il n’avait toujours pas découvert l’existence de ces chaussures et je comptais bien le garder ainsi. Je n’étais même pas sûre qu’il se soit vraiment demandé comment je quittais Oz pour rejoindre la forêt enchantée...

En trois coups de talon, je revenais dans ma chambre au palais d’Oz. Il y avait quelque chose de vraiment très pratique à pouvoir voyager partout grâce à ces souliers que le sorcier m’avait donnés. Je ne les quittais plus. J’étais vraiment en colère alors que je me postais devant mon miroir pour observer l’étendue des dégâts. Rumpel n’était pas seulement mon professeur de magie, il me permettait aussi de découvrir tout ce qui j’ignorais sur ce monde. C’était ce que j’aurai dû connaître si je n’avais pas été abandonnée et élevée par un homme qui craignait plus que tout la magie. Qui pouvait savoir quelle serait l’étendue de mes pouvoirs si j’avais eu un entraînement dès mon enfance ? Il m’avait trahie. Je savais que je finirais par retourner vers lui, pratiquer de nouveaux tours était une véritable drogue pour moi, mais il me faudrait du temps. Mes doigts glissèrent sur ma peau, constatant au moins qu’ils ne devenaient pas verts. Comment me débarrasser de ça ? Cela jurait atrocement avec mes cheveux roux. J’allais voir Oz qui m’indiqua qu’il ne connaissait pas de remède. Ce n’était pas possible, je ne pouvais pas rester comme ça. Repensant à une conversation datant de quelques jours, je me demandais si la sorcière d’Arendelle ne pourrait pas m’aider. Pour que Rumpel ait fait affaires avec elle, il fallait qu’elle soit spéciale. Ses pouvoirs semblaient différents des miens. Le fait qu’il ait pu acquérir d’elle une urne emprisonnant une personne avec des pouvoirs magiques n’y était pas non plus étranger. Après tout, ce serait une bonne façon de m’assurer que Regina ne puisse plus jamais prendre ce qui était à moi si je ne gagnais pas à la loyale. J’étais curieuse de la rencontrer. De plus, j’avais eu envie de visiter ce territoire depuis que j’en connaissais l’existence.  

Après m’être emparé d’un foulard que j’enveloppais autour de mon cou, je quittais le palais d’Oz pour arriver à Arendelle. Mes yeux se tournèrent vers le paysage qui s’offrait à ma vue. L’endroit était incroyable. Je n’avais jamais vu une telle étendue d’eau auparavant et des montagnes. Oz était désespérément plat, même si nous avions beaucoup de forêts. Une petite partie de moi aurait presque eu envie de plonger la main dans la mer si elle n’avait pas été gelée. Je me retournais ensuite pour poser mes yeux sur le château. C’était très différent de la cité émeraude, moins coloré. J’empruntais le chemin menant au palais d’un pas assuré et demandais audience avec la Reine. Après plusieurs minutes d’attente durant lesquelles j’observais la décoration toujours aussi froide, j’entendis finalement des bruits de pas venir dans ma direction. Une fois face à la reine, je m’inclinais légèrement pour saluer la jeune femme. Je me demandais quel âge elle pouvait avoir. Elle avait presque l’air plus jeune que moi. « Votre majesté, bonjour. Je suis Zelena, une connaissance de Rumplestiltskin. » Je ne comptais pas dévoiler que j’étais son apprentie. Officiellement, il n’en avait qu’une seule et bien que son nom me mette en colère, je ne pouvais l’oublier. Je devais rester dans l’ombre jusqu’à ce qu’il finisse par m’accepter uniquement.


△everleigh
Revenir en haut Aller en bas

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 375
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Sam 21 Fév - 19:15


Elsa Arendelle



    Voilà bientôt un an qu'elle avait commis un terrible péché. Voilà bientôt un an qu'elle vivait dans un bonheur des plus parfait, quelque chose qu'elle n'avait pas connu depuis près de 200 ans … Oui, voilà bientôt un an qu'elle avait condamné un enfant à une terrible malédiction simplement pour le recueillir, pour qu'il l'aime … non, pour qu'il n'aime qu'elle. Mais il était encore trop tôt pour que la reine des neiges ne pense aux conséquences. Elle savait qu'un grand malheur lui arriverait un jour à cause de ce péché, mais elle refusait de se laisser dominer par la peur ou l'appréhension. Elle refusait de gâcher le bonheur qu'avait pu lui apporter la magie noire, car elle savait que tout finirait mal. Ainsi allait le monde. Les mauvais ne pouvaient espérer être heureux qu'en jouissant du résultat directe de leurs méfaits en attendant que le retour de flamme des terribles conséquences que cela engendrera toujours.

C'est en connaissant bien ce principe fondamentale qu'une mauvaise personne pouvait profiter pleinement de ce qui lui était offert sans gâcher sa chance à se débattre vainement contre un future qu'elle avait déjà provoqué. C'est en toute connaissance de cause, en parfaite acceptation de sa noirceur et de sa responsabilité qu'Elsa savait que son bonheur présent était éphémère et qu'elle devait en profiter. Elle avait accepté tout cela. C'était sans doute pour cela qu'elle était si sereine … Et puis, comment penser à un funeste future quand le soleil de votre vie illumine chacun de vos instants ? Le petit Kay était un véritable rayon de lumière en ce pays où le ciel était constamment chargé de nuages pâles. Il n'était pas de nature aussi gaie qu'Anna, alors, on ne pouvait pas dire qu'il rapportait l'été en ces terres, mais cela suffisait à le ramener dans le cœur de la reine vierge.

Ce soir là, après le repas, Elsa avait accompagné son petit prince jusqu'à sa chambre. Après une petite heure de lecteur avec lui, elle le coucha en le gratifiant d'un de ces baisers gelés à la profonde tendresse maternelle. La main délicate et tout aussi froide de la reine bienveillante passant dans les cheveux de jais de son nouveau fils puis elle prit soin de le couvrir en lui adressant ce sourire qui semblait réchauffer sa propre glace.

— Bonne nuit, mon petit prince.

Elle souffla la bougie à son chevet et sorti dans le couloir encore illuminé d'une lueur pâle typique à ce pays de glace. La jeune mère était pire qu'une louve depuis qu'elle avait dégoté son petit louveteau. Elle refusait que les servantes s'occupent de lui, sauf en quelques rares occassions et pour des tâches bénignes. Elle avait voulu cet enfant de tout son cœur, ce n'était pas pour laisser une autre femme en profiter à sa place. Aujourd'hui, c'était elle et elle seule sa  mère et elle en assumait parfaitement ce rôle.

Elle refermait doucement la porte de la chambre de son jeune fils quand son intendant  vint la consulter. Il était amusant de voir qu'aussi vieux soit ce dernier, Elsa l'avait vu grandir à la cours. Il s'inclina respectueusement, son monocle défiant la gravité sans s’échapper de l’œil qu'il surmontait.

— Majesté. Une jeune femme vient d'arriver à la cours, elle demande audience à votre majesté.
— Une femme qui demande audience à cette heure-ci ? Elle plissa légèrement les yeux. Que veut-elle ? Du travail ?
— Je l'ignore votre majesté. Ses vêtements sont modestes et n'ont pas l'air d'ici mais elle porte de riches souliers. Doit-je l'éconduire ?
— Faite-là entrer dans la salle du trône, je veux voir ce qu'elle veut.

L'intendant s'inclina à nouveau respectueusement avant de prendre congé. Elsa restait sceptique. Personne ne venait demander audience à une heure aussi tardive ou même en dehors des séances de doléances … Effectivement, cette femme ne devait pas être d'ici, or, à Arendelle, on n'aime pas trop les étrangers depuis que les pays du Sud s'étaient révélés perfides à plusieurs reprises. Mais ces derniers temps, Elsa avait eu quelques bonnes surprises en rencontrant certains, et surtout un certain étranger venu du sud … Avant même de la rencontrer, Elsa se demandait déjà si cette femme aussi n'était pas une sorcière. Si ce n'était pas le cas, elle était simplement folle de déranger la reine des neiges à une heure pareille.

Elsa prit soin de se faire un peu attendre. Puis, après quelques minutes, elle arriva à son tour dans la salle du trône, de sa marche digne et élégante, le menton bien haut. Les traits de la reine de royaume de glace était effectivement très jeunes, mais ils étaient aussi très nobles. Son regard vif semblaient avoir vu s'écouler bien plus d'années que le plus ancien des anciens du royaume. Cela lui donnait une allure parfaitement intemporelle, à l'image exacte de ce qu'elle était réellement.

Elle parcourut la pièce immense et froide. La salle du trône était également plutôt sombre à cette heure, même si la clarté des murs ainsi que les nombreux miroirs et le sol parfaitement lustré aidaient les lumières des torches à se propager dans tous le périmètre. Plutôt que d'aller s’asseoir sur son trône auprès duquel figurait toujours cet énigmatique bonhomme de neige au sourire figé, elle vint directement à l'étrangère qui exécuta une révérence bien maladroite. Elsa avait très vite senti sa puissance. Juste avant d'entrer, elle avait senti une présence magique fulgurante et cela émanait d'elle. Cela égalait presque l'aura de Rumpelstiltskin lui-même. Elsa observait donc la jeune femme de son regard clair et pénétrant alors que la sorcière se présentait. Aussitôt, un léger sourire souleva le coin des lèvres de la blonde alors qu'elle relevait le menton.

— Rumpelstiltskin, hein. Peu de gens en ce monde et dans les autres appréciait ce terrible lutin, si bien que la mention de son nom laissa un certain suspens quand à l'accueil de la reine vis à vis de cela.
— Qu'il est bon d'avoir de ses nouvelles. Ajouta-t-elle enfin. Est-ce qu'il vous envoie pour quelque chose en particulier ? J'aurais espéré qu'il se déplace de lui-même s'il voulait faire à nouveau affaire.

Elle posa les yeux sur les gardes qui veillaient au grain, ils s'étaient tous crispés lorsque le nom du Ténébreux fut prononcé. D'un signe de tête, elle les congédia et il retournèrent à leur poste, près des portes. Tout comme elle s'était méfié – et se méfiait toujours – de Rumpelstiltskin autrefois, elle se méfiait également de cette sorcière qu'elle sentait si puissante. Mais vu l'aura qu'elle dégageait, ses gardes ne seraient d'aucune aide si jamais il lui venait à l'idée d'entreprendre une offensive. Cependant, il était tout aussi clair que cette jeune femme semblait plus perdue qu'autre chose. Elsa se demanda un instant si ce n'était pas parce qu'elle l'impressionnait … ce qui la poussa également à se demander ce que ce bon vieux lutin avait bien pu raconter sur elle. S'il entretenait son image de Reine aux pouvoirs redoutables, elle ne lui en serait que plus reconnaissante. Être craint protégeait de bien des attaques.









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité
Invité

Informations
My life

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Mer 25 Fév - 18:44

I don't want to be green



Peut-être avais-je fait une erreur en venant aussi tard. Je me doutais que ce n’était pas vraiment protocolaire. Je n’avais pas envisagé qu’on puisse me renvoyer d’où je venais comme une mendiante. Pourtant, je sentis bien que mon arrivée inopinée avait été suspecte. Je n’avais pas prévu d’utiliser la magie, mais si on m’éconduisait, cela s’avérerait peut-être nécessaire. Néanmoins, si j’avais retenu une leçon de mes aventures, c’était que la confiance en soi menait à tout. Mes pouvoirs magiques aidaient également. Pourtant, je n’étais plus aussi certaine alors que j’attendais, refusant de montrer mon inconfort d’une façon ou d’une autre. Je sentais le regard des gardes posés sur moi, comme si j’étais un dangereux ennemi sur le point de frapper. S’imaginaient-ils que j’allais essayer de voler un peu d’or et tenter de m’enfuir ? Que je venais mendier ? Attendre m’avait au moins permis d’observer la décoration de la salle du trône. Tout le palais semblait être en accord avec sa reine, froid. Le contraste avec le monde d’Oz était encore plus flagrant. Si je fus perplexe de voir un bonhomme de neige à l’intérieur, je n’en montrais rien, me demandant simplement quel sort avait été utilisé pour l’empêcher de fondre. Plus rien n’avait vraiment le don de me surprendre et qui pouvait savoir si elle n’utilisait pas ce moyen pour espionner ce qui se passait dans sa salle du trône...  

Finalement, je sentis une présence dans mon dos, malgré qu’Elsa soit aussi silencieuse qu’un chat. En voyant la reine arriver, je me sentis brièvement inférieure. Une lueur de curiosité et de jalousie passant dans mes yeux avant que je ne les détourne de sa tenue pour observer son visage. Tout en cet endroit dégageait l’opulence alors que je restais la petite paysanne qui commençait lentement de gravir les échelons. Étais-je jalouse de voir cette femme sembler aussi resplendissante alors que moi-même virait progressivement au vert et portait encore les tenues de mes jeunes années ? Évidemment. A l’avenir, il était clair qu’il faudrait que je trouve une solution pour me vêtir mieux. Oz pourrait sûrement m’aider. Une sorcière avec des pouvoirs comme les miens méritait mieux que ces vieux habits. À la voir dans son habit si délicat, je fus renforcée dans mon idée que moi aussi très prochainement je ferais parti de ce monde. Personne ne serait en mesure de dire que j’avais grandis chez des paysans et connu la pauvreté et le rationnement. J’allais réécrire entièrement mon histoire.

Elle me jaugeait et j’en faisais autant, sans trop chercher à dissimuler mon intérêt. C’était assez ironique que je doive utiliser le nom de celui contre qui j’étais tellement en colère en cet instant. Pourtant, je sentais que cela la mettrais sûrement dans de meilleures dispositions. Ils avaient fait affaire récemment après tout. Il aurait été stupide de sous estimer cette femme dont je ne savais rien si ce n’était qu’elle avait disposé d’une urne capable d’emprisonner une sorcière. Rien n’indiquait qu’elle n’en avait pas une autre, ce sur quoi je comptais, et qu’elle ne l’utiliserait pas contre moi au besoin. Si j’avais été paranoïaque, j’aurai même pu penser que cela arrangerait le vieux bougre qui me servait de professeur. « Il est particulièrement satisfait de ce que vous lui avez vendu. » Une petite flatterie n’allait pas me tuer. Tant que je ne savais pas exactement à qui j’avais à faire, je préférais faire profil bas. Je n’oubliais pas qu’elle pourrait m’offrir beaucoup si je me débrouillais bien. Au contraire, si je me la mettais à dos, je risquerais de le regretter. J’avais déjà bien trop à faire avec Regina pour avoir une autre ennemie.

A l’idée que Rumpel puisse m’avoir envoyée faire affaire en son nom, je me permis un petit sourire amusé. Jamais il ne délèguerait une tâche pareille. Il était bien trop dominateur pour faire confiance à quelqu’un d’autre, malgré mes efforts pour le faire changer. J’avais pensé que nous avions passé un cap, avant de réaliser qu’il cachait toujours plein de choses et je ne l’aurai sûrement jamais su si je ne l’avais pas surpris par hasard. En comparaison, j’étais affreusement transparente à ses yeux et cela m’enrageait. « En réalité, je suis ici en mon propre nom. » Autant être directe vu l’heure tardive. Je me doutais bien qu’elle apprécierait que nous allions droit au but au lieu de faire des ronds de jambes incessants. Quand Elsa fit partir ses soldats, je me détendis légèrement. Je préférais discuter en privé des raisons qui m’avaient poussé à venir. La curiosité ne m’amènerait que jusqu’à un certain point. « Je vous prie de m’excuser pour l’heure tardive. » J’espérais bien pouvoir revenir dans l’avenir et je ferais attention à penser au décalage entre nos deux mondes cette fois. « C’est la première fois que je viens dans votre royaume. J’étais curieuse. Je me demandais aussi si vous auriez éventuellement une urne similaire à celle que vous avez troquée à Rumpel. » J’en venais à me demander, sans vouloir être égocentrique, s’il ne l’avait pas achetée pour s’assurer que je ne puisse l’utiliser contre Regina. C’était à croire qu’il cherchait à nous monter volontairement l’une contre l’autre, enfin c’était à sens unique puisque ma petite sœur ne connaissait pas mon existence. En attendant de savoir si elle en avait bien une, je l’espérais d’ailleurs profondément, je retenais mon souffle.



△everleigh
Revenir en haut Aller en bas

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 375
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Jeu 26 Fév - 18:28


Elsa Arendelle



    Les jolis yeux de glace de la souveraine se plissèrent légèrement devant la réponse de son hôte imprévue. Vendu ? Est-ce qu'elle avait l'air d'une vulgaire marchande de breloque ? Le terme était d'autant plus maladroit qu'il fallait voir la monnaie utilisée dans cette affaire. Un enfant. Et si Elsa assumait parfaitement son méfait et attendait son châtiment la tête haute, elle n'appréciait pas vraiment qu'une inconnue qualifie ce deal ainsi. De plus, elle paraissait en savoir beaucoup sur l'échange qu'elle avait eut avec le Ténébreux et cela ne lui plaisait pas trop. Savait-elle seulement contre quoi elle avait échangé cette urne ? Peut-être que si c'était le cas, elle n'aurait pas utilisé le terme ''vendre''. Elle n'avait jamais vu la chose dans se sens là, bien au contraire, pour elle, c'était bel et bien l'urne, la monnaie dans cette affaire … et l'enfant le gain. C'était pas plus jolie d'acheter un enfant que de s'en servir comme monnaie, mais bon. C'était comme ça que ça c'était passé alors autant que ça soit clair.

Comme cette fille avait l'air bien perdue, elle laissa passé ce petit outrage pour le moment pour lui laisser une chance de s'exprimer. Derrière son accoutrement modeste et sa maladresse, la jeune femme à la chevelure flamboyante présentait une certaine noblesse dans le regard. Du moins essayait-elle de s'en parer en gardant le menton aussi haut que la maîtresse des lieux. On pouvait facilement lire l'ambition au fond de ses yeux clairs et ses lèvres semblaient crispées sous l'effet d'une frustration don l'origine lui était inconnue. La jeune femme avoua alors qu'elle était ici en nom propre avant de présenter ses excuses pour l'heure tardive. Elle savait que le Ténébreux avait le pouvoir de se téléporter, est-ce qu'elle aussi en avait la faculté ? Ce qui pourrait expliquer à quel point elle avait l'air perdu mais aussi l'heure à laquelle elle était arrivé. Si elle venait de l'autre bout du monde, il devait y avoir un certain décalage horaire … bien entendu, la Reine des Neiges était encore loin de se douter que cette femme venait non pas de l'autre bout du monde, mais d'un autre monde.

« C’est la première fois que je viens dans votre royaume. J’étais curieuse. Je me demandais aussi si vous auriez éventuellement une urne similaire à celle que vous avez troquée à Rumpel. »

A ces mots, Elsa haussa légèrement les sourcils avant d'esquisser un léger rictus de lucidité. Cette fille était venue jusqu'ici par ''curiosité'' et elle connaissait Rumpelstiltskin … Et maintenant, voilà qu'elle s'intéressait à l'urne qu'elle avait cédé. Quelle étrange coïncidence pas vrai ? Oui, Elsa n'en doutait pas, cette jeune sorcière à l'aura si puissante avait une petite dent contre le Dark One et elle se doutait que son intention était d'utiliser l'urne contre lui. Réalisant cela, Elsa ne put s'empêcher de rire. C'est un rire léger et très délicat qui s’échappa d'entre ses lèvres. En fait, le simple fait qu'elle pense que ce genre d'artefact poussait dans les jardins royaux était aussi amusant que de savoir qu'elle était à la recherche de quelque chose pour venir à bout du sorcier le plus sombre et le plus puissant de ce monde. Elsa l'avait joué fine avec lui, en prenant soin de ne pas s'en faire un ennemi, mais elle avait également eu beaucoup de chance de tomber dans un de ses bons jours.

— Vous croyez que Rumpelstiltskin aurait négocié cet objet aussi serré s'il n'était pas unique ? Fit-elle remarqué, toujours le sourire aux lèvres.

Elle ne se moquait pas, elle trouvait juste la naïveté de la rousse quelque peu … touchante.

— Est-ce que vous l'auriez contrarié par hasard ? Pour vouloir d'un tel objet, il faut avoir besoin de se protéger de quelque chose bien particulier … Ajouta-t-elle alors, sans vraiment se rendre compte que ses propos pouvaient conforter la jeune apprentie dans ses craintes.

Autre chose amusante … Comment espérait-elle obtenir ce genre d'objets précieux de la part de la Reine d'Arendelle, s'il avait existé en double ? Comme si elle allait céder tous ses biens les plus précieux aux premiers venu … elle n'aurait pas fini si elle devait fonctionner comme ça ! Dommage, elle aurait dû lui faire croire qu'il était possible qu'une tel objet puisse encore être en sa possession, elle aurait bien aimé voir ce que cette femme était prête à faire pour obtenir ce qu'elle veut. Comme elle l'observait toujours et qu'une lueur d'intérêt s'était animé dans son regard en retour, elle lui adressa un sourire plus compatissant. Les gens du Sud était décidément bien plus distrayant qu'autrefois !

— Vous n'avez pas l'air accommodée au climat d'Arendelle. Que diriez vous d'une tasse de chocolat chaud ?

Quand on a une sorcière au potentiel si débordant en face de soit, il était tout de même plus prudent de se montrer hospitalier. Elsa ne s'inquiétait pas vraiment sur les intentions de cette Zelena envers ce brave Rumpel. Il était grand après tout, il saurait bien se débrouiller tout seul. Le connaissant, il savait peut-être même déjà qu'elle était là, avec elle. Dans l'affaire, Elsa préférait rester neutre, mais elle était curieuse d'en entendre plus sur l'apprentie du Ténébreux.

Elsa invita donc son hôte à la suivre et commanda aux serviteurs de leur servir le fameux chocolat chaud si apprécié par la reine. Elle la conduit dans le même petit salon où elle avait conclu son pacte avec Rumpel. Elle s'installa tranquillement dans son siège, le plus éloigné du feu de cheminer.

— Par curiosité .... Elle ajouta une cuillère de miel dans sa tasse. Quel genre de ''connaissance'' êtes-vous pour Rumpelstiltskin ? Demanda-t-elle, l'air de rien, en portant sa tasse de chocolat à ses lèvres sans la quitter des yeux.









_________________
Frozen is coming:
 


Dernière édition par Elsa Arendelle le Sam 7 Mar - 9:02, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité
Invité

Informations
My life

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Lun 2 Mar - 21:36

I don't want to be green


Apparemment j’avais commis un impair avec ma formulation et je me flagellais mentalement. Je n’avais pas la moindre idée de leur marchandage, mais sa réaction me faisait me poser quelques questions. Et si ce n’était pas un objet ? Quoi d’autre ? La reine avait clairement obtenu une bonne contrepartie pour cette urne et ce n’était pas étonnant. Je n’avais pas posé la question à Rumpel. En vérité, je m’en moquais un peu. Jusqu’à maintenant du moins. Maintenant, j’avais très envie de savoir ce qu’il lui avait offert en retour. Je  n’étais juste pas certaine que l’un de deux me répondrait si je demandais.

Il était tout à mon intérêt de bien m’entendre avec Elsa et je comptais tout faire pour qu’elle m’apprécie en retour. Même si elle ne pouvait me venir en aide cette fois, je me doutais que j’aurai beaucoup à apprendre à tous les niveaux si je la côtoyais. J’expliquais les raisons officielles qui m’amenaient ici. Elle ne semblait pas s’être attendue à ça à en juger par sa réaction initiale. J’avais la désagréable impression que la blonde s’amusait bien à me faire tourner en bourrique et me jugeait face à mes mots approximatifs. Je me demandais bien à quelles réflexions elle était parvenue. La réaction suivante de la reine ne fut pas vraiment celle à laquelle je m’étais attendue. Je me renfrognais légèrement en l’entendant rire de moi. Elle se moquait de moi. Serait-ce toujours ainsi, étais-je condamnée à être la cible de moquerie, sous-estimée et dans l’ombre d’une autre ?

Rumpel ne savait pas tout, j’en étais la preuve vivante. Il n’avait pas eu la moindre idée que j’étais la fille de Cora avant que je ne lui annonce. Mais je ne comptais sûrement pas avouer à la reine que j’avais un contre-exemple pour montrer qu’il n’était pas omniscient. Je répondis d’un ton légèrement sec. « Je ne connais pas les détails de votre marché. Et aussi puissant soit-il, il n’a pas le don de lire dans les pensées. » Quel dommage néanmoins qu’elle ne dispose pas d’une seconde urne... Je me demandais comment il était possible d’en fabriquer une autre. Bien sûr, je comptais toujours privilégier l’option de modifier le passé pour me débarrasser de Regina. La reine me sortit de mes pensées en demandant si j’avais contrarié Rumpel. Ce n’était pas forcément étonnant qu’Elsa s’imagine que j’ai besoin de cette urne pour Rumpel. Cependant, je tenais trop à ma vie pour tenter de l’emprisonner avec un objet pareil, même si j’en avais eu envie. Je souris, légèrement amusée qu’elle puisse penser ça. C’était plutôt la situation inverse. Néanmoins, ça n’était pas tellement étonnant au fond. Il n’avait pas vraiment beaucoup d’alliés. Je me demandais si je devais lui avouer que ce n’était absolument pas pour utiliser contre le sorcier. Peut-être serait-elle plus bavarde dans ce cas ? Si Elsa disait bien vrai, mon intuition que Rumpel l’avait peut-être achetée pour m’empêcher d’emprisonner Regina voire pour m’y emprisonner moi si je décidais de contrecarrer ses plans se renforçait. J’aurais eu tort d’avoir en lui une confiance aveugle, malgré ce qu’il représentait à mes yeux.

« Croyez le ou non, ce n’est pas pour lui que j’en souhaite une. C’est pour me débarrasser d’une rivale. » L’idée de considérer Regina comme tel me donnait presque envie de rire. La comparaison n’était absolument pas appropriée. Je savais très bien que j’avais trois fois sa valeur. C’était sûrement le moment de prendre congé avant qu’elle ne le fasse pour moi. Je préférais partir de mon propre chef qu’être raccompagnée comme une malpropre par ses gardes. « Que diriez vous d'une tasse de chocolat chaud ? » Je restais surprise de voir Elsa m’inviter pour prendre un chocolat, mais j’acceptais avec plaisir. La curiosité finirait peut-être par me tuer un jour. Je n’oubliais pas non plus cette tâche suspecte à mon cou. Si la reine ne pouvait pas m’aider pour l’urne, peut-être aurait-elle au moins un moyen de faire disparaitre cette horreur. « C’est très aimable votre majesté. J’accepte avec plaisir. » Je n’étais pas naïve au point de penser qu’elle m’invitait par bonté d’âme. Il était clair qu’elle était curieuse aussi de savoir qui j’étais réellement. L’accompagner m’apporterait sûrement des réponses aussi, si elle était d’humeur généreuse, mais j’allais devoir offrir certains renseignements en retour.

Je suivis la reine jusque dans un salon qui avait l’air déjà plus accueillant. Si je notais qu’Elsa s’installa loin du feu, je n’en fis pas autant. Ma tenue légère n’était pas des plus adaptées pour ce climat. Peu après, les domestiques revenaient avec les tasses. Je n’avais jamais eu l’occasion de boire du chocolat chaud, ce serait une première. La première gorgée me combla. Il allait falloir que je demande à Oz s’il pouvait m’en obtenir, c’était délicieux. La question qui suivit en revanche un peu moins. « Quel genre de ''connaissance'' être vous pour Rumpelstiltskin ? » Je manquais d’avaler de travers, reposant calmement la tasse avant de redresser les yeux vers Elsa. Par Oz, comment étais-je supposée répondre à ça ? Dire la vérité quitte à en subir les conséquences ou rester vague. La blonde devinerait-elle que je lui cachais quelque chose ? Son regard restait posé sur moi et j’étais sûre qu’elle savait très bien lire les comportements. « Nous nous voyons pour affaire. » C’était plus prudent de partir sur cette fois là. Rumpel serait furieux s’il apprenait que je dévoilais notre véritable lien à un ennemi potentiel. Déjà qu’il risquait de l’être s’il apprenait que j’étais allée la voir. Elle habitait peut-être loin, mais la menace n’était pas pour autant moindre. Je détournais la conversation. « J’espère que ma question ne vous importunera pas. Est ce lui qui est venu vous voir ou l’inverse ? »




△everleigh
Revenir en haut Aller en bas

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 375
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Mer 4 Mar - 16:48


Elsa Arendelle



    La jeune sorcière voulait donc se débarrasser d'une rivale ? Elsa n'imaginait pas encore à quel point elle serait en mesure de comprendre cela, plus tard … Mais si elle disait bien vrai, de quel genre de ''rivale'' pouvait-elle bien parler ? Se serait-elle amourachée de ce bon vieux Rumpelstiltskin ? Les choses de l'amour étaient parfaitement étrangères à la reine des neiges, pourtant bicentenaire, qui n'avait jamais connu que l'amour et l'affection fraternel. Elle avait vu sa sœur tomber amoureuse à deux reprises, toujours avec tant de passion (et deux fois successives très rapides d'ailleurs). Elle ne l'avait jamais compris, mais d'un sens … elle l'avait toujours admiré. Puis, lorsque Anna disparut, Elsa avait oublié comme l'Amour véritable pouvait être beau, que ce soit entre membre d'une famille ou entre deux êtres fait l'un pour l'autre. Cet affection familiale, elle commençait à la retrouver dans un nouveau genre grâce au petit Kay qu'elle aimait déjà plus que tout, en tant que fils. Elle l'aimait autant voir plus encore que n'importe quelle mère ayant mit au monde son enfant. Elle était convaincue de l'aimer bien plus que ses parents biologiques qui ne semblaient pas fournir tant d'effort que cela pour le retrouver.

Cela étant, elle pensait pouvoir comprendre qu'on puisse s'enticher d'un être comme Rumpelstiltskin. Elle lui avait trouvé un charme et surtout un charisme plutôt déroutant et un cœur plus chaud et fragile que le sien pourrait facilement y succomber … En passant au dessus du fait qu'il avait un physique et surtout un grain de peau plutôt particulier. Bien sûr, il faudrait aussi passer outre sa terrible magie noire et la façon monstrueuse qu'il avait de s'en servir. En tout cas, outre tout cela, on pouvait effectivement se laisser prendre par son charme et son charisme. Cela dit, ce n'est pas parce qu'elle comprenait que cela soit possible qu'elle trouvait que c'était une bonne idée de s'y laisser prendre. Cette pauvre fille ne se doutait pas dans quoi elle était en train de mettre les pieds … Enfin, peut-être qu'elle savait, justement.

Les doutes de la Reine des Neiges furent bientôt confirmer par la réaction de la rouquine lorsqu'elle demanda de quelle nature était leur relation. A cela, le coin de sa lèvre s'étira légèrement en un rictus amusé. Ni Rumpel, ni elle ne savait lire dans les pensées … mais cela n'était pas nécessaire pour les deviner. Visiblement, cela la gênait de répondre et elle resta bien évasive. Peu importe, elle n'allait pas insister, son regard et l'expression de son visage en avait dis bien plus que ses paroles et Elsa avait de bonnes raisons croire qu'elle n'avait rien à craindre de ce qu'elle cachait. Rien à craindre non plus de sa présence en ces lieux … Si le Dark One lui voulait du mal, il s'y serait pris bien autrement.

Pour ne pas plus accommoder son hôte, la blonde n'insista donc pas, accueillant le changement de sujet comme si rien n'était. Elle but une nouvelle gorgé de chocolat chaud au miel sans lâcher la fameuse Zelena des yeux, d'un regard qui pouvait se faire sentir comme oppressant. Reposant sa tasse dans sa coupelle, elle sourit de plus belle devant la question que la rousse posa avec beaucoup de précaution.

— Cela ne m'importune en aucun cas et je comprends même parfaitement votre curiosité à ce sujet. Si j'étais venue le voir, cela ne ferait de moi qu'une de ces vulgaires âmes désespérées prêtes à tout pour que le Ténébreux exauce un de leurs souhaits.

Elle marqua une pause pour appuyer ses propos, jugeant elle-même la chance qu'elle avait eu que le Dark One en personne fasse le déplacement expressément pour lui offrir un souhait en échange de l'objet de ses désirs. Elle ne pouvait pas dire qu'il aurait été prêt à tout pour qu'elle accède à sa requête – bien que pour un personnage comme lui, l'expression se voyait bien amoindrie, étant capable de bien plus de choses que le commun des mortels – , mais les rôles n'en furent pas moins inversés pour une fois. Elle était consciente que ce devait être rare que le Dark One vienne réclamer quelque chose, et en général, lorsque cela s'avérait nécessaire il devait l'exécuter d'une façon bien différente et bien plus à son avantage que cela. Sans doute avait-il sentit que cela n'était pas nécessaire avec Elsa.

— Il est venu précisément pour cette urne qui semble tant vous intéresser. Je n'étais pas prête à lui céder au début mais … il a sû se montrer persuasif. Peut-être que s'il n'était pas venu, je serais un jour venu moi-même à sa rencontre pour réclamer ce qu'il m'a précisément offert en échange de cet objet précieux.

Kay. Voilà longtemps qu'elle désirait un enfant en silence, sans jamais céder à ce besoin, sans même prendre le temps de le comprendre. Oui, un jour, elle aurait sans doute tenté le tout pour le tout afin d'en avoir un qui l'aime plus que tout, qui n'aime qu'elle.

— Cette réponse vous satisfait ? Bien que je ne comprenne pas encore pourquoi cela semble important pour vous. Tenteriez-vous de jauger la concurrence ?

Elle avait dit cela avec une certaine légèreté qui laissait penser qu'Arendelle et sa souveraine n'était en rien une menace pour le Ténébreux ou les pays du Sud. Pas pour le moment en tout cas.









_________________
Frozen is coming:
 


Dernière édition par Elsa Arendelle le Sam 7 Mar - 22:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité
Invité

Informations
My life

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Sam 7 Mar - 18:43

I don't want to be green


Peut-être que mes paroles me rendaient vaine et superficielle. Il n’aurait pas été étonnant qu’elle me juge comme une femme jalouse qui souhaitait un filtre pour s’assurer que son prétendant n’aime qu’elle. J’aurai préféré que ce soit aussi simple. Parfois, cela me pesait de garder tous ces secrets concernant ma famille maternelle. Si j’avais pensé au départ pouvoir me confier à Rumpel, j’avais rapidement réalisé à quel point ce serait stupide de lui faire confiance avec mes secrets. après tout, il jouait un double jeu avec Regina et rien ne m’indiquait qu’un jour, je ne serais pas à la place de ma très chère sœurette. Sa perspicacité serait déjà suffisamment un danger pour que j’évite de lui donner volontairement des munitions à mon encontre.

Je fus soulagée de voir que la reine acceptait de changer de sujet sans protester. J’étais certainement transparente dans ma tactique, mais tant pis. Je ne regrettais pas ma question. Les paroles d’Elsa m’arrachèrent un petit sourire mesquin avant que je ne hoche la tête en signe d’assentiment. D’après ce que j’avais compris Regina faisait partie de cette dernière catégorie. Elle n’avait voulu rencontrer Rumpel que parce qu’elle souhaitait se débarrasser de notre mère. Alors je comprenais parfaitement ce dont parlait Elsa. Cela ne m’étonnait pas d’elle. La reine semblait être une femme forte et capable de se débrouiller seule. Mieux, je soupçonnais qu’elle n’aimait pas particulièrement devoir demander de l’aide. C’était un sentiment que je comprenais. Ça me coûtait de devoir dépendre d’autres personnes. Après la vie que j’avais menée auprès de mon père, je refusais catégoriquement de retomber dans ces travers et redevenir cette fille sensible et dépendante des autres. En un sens, j’admirais beaucoup Elsa. J’étais bien consciente d’être en pleine transition entre celle que j’avais été et celle que je souhaitais devenir. Prendre exemple sur la blonde serait loin d’être ma pire erreur. « Croyez le ou non, c’est lui qui m’a trouvée et pas l’inverse. » Ce dont je n’étais pas peu fière. Ça me rendait spéciale, non ? Je ne savais pas pourquoi ça m’importait autant qu’Elsa sache que je ne faisais pas partie de ces filles prêtes à tout, mais ça en avait à mes yeux.

Elsa continua de parler, rementionnant l’urne. J’eus un petit pincement au coeur en réalisant que j’allais devoir me débrouiller autrement pour gérer Regina. Tant pis, ce serait au moins l’occasion de la battre sur un pied d’égalité. Après tout, ce serait peut-être ma plus belle victoire qu’elle sache que je l’avais surpassée. Mon intérêt fut piqué quand la reine parla de persuasion. Je me demandais bien ce qui pouvait convaincre une telle femme de céder une telle possession. Si elle n’en parlait pas volontairement, je n’allais certainement pas lui poser la question. Pourtant, j’étais encore plus curieuse de savoir ce dont il s’agissait. Qu’est ce qu’Elsa pourrait souhaiter qu’elle n’avait pas déjà ? Elle était la reine. Elle n’avait qu’à claquer des doigts pour avoir des serviteurs à ses pieds, ne demandant qu’à exercer ses moindres désirs. C’était aussi une sorcière puissante. Même si Rumpel avait beaucoup d’atouts, je ne voyais vraiment pas ce qu’il avait pu lui offrir. Elle s’était montrée légèrement pincée quand j’avais parlé de troc.  

Cette réponse vous satisfait ? Bien que je ne comprenne pas encore pourquoi cela semble important pour vous. Tenteriez-vous de jauger la concurrence ? Ma première pensée fut qu’elle mentionnait indirectement le fait que je tenais à rumpel même si j’étais en colère contre lui en ce moment. C’était ridicule. Elle ne pouvait pas le savoir et en plus, elle pensait que je souhaitais lui nuire avant que je ne la détrompe. Il me fallut quelque seconde pour réaliser qu’elle parlait plutôt d’un danger magique. « Je vous remercie d’avoir répondu avec franchise votre majesté. Il s’agissait simplement de curiosité. Je ne prétendrai pas entrer en compétition avec quelqu’un comme vous. Je suis conscience d’avoir beaucoup à apprendre. » J’apprenais peut-être vite, mais ça ne changeait pas le fait que je pratiquais la magie depuis seulement quelques mois. Elle ne courait aucun danger pour le moment et je ne pensais pas qu’elle était intéressée par l’idée d’attaquer Oz. De toute façon, le magicien serait capable de l’arrêter le cas échéant. Je pris une gorgée de la tasse, réfléchissant quelques secondes. Était-ce le moment de parler du second motif de ma visite. J’étais légèrement craintive qu’elle ne se mette à rire en m’écoutant. Mais peut-être étais-je en train de projeter mes propres sentiments face à cette tâche. Je reposais les yeux sur Elsa avant de me mettre à parler. « Je suis également venue pour voir pour une autre raison. Il semble que je sois atteinte d’un mal qui m’est inconnu. » Je voyais déjà ça d’ici, l’homme à écailles dorées et son apprentie, la femme verte. Nous ferions une belle paire tous les deux si cela se répandait. Je pris une profonde respiration avant d’écarter ce foulard qui semblait soudainement m’étouffer. La tâche verte se dévoila. Au moins, elle ne semblait pas s’être agrandi durant mon voyage, c’était une bonne nouvelle. J’espérais que je n’étais pas en train de dégouter la reine par cette vision. Je me doutais bien qu’elle avait du en voir d’autres cependant. Je ne pouvais qu’espérer qu’elle connaisse un remède. Je ne voulais même pas penser à la contrepartie qu’elle exigerait en retour...






△everleigh
Revenir en haut Aller en bas

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 374
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Dim 8 Mar - 0:52


It's mine, Not yours...

C'est ma place. C'est ma tasse. C'est ma place. C'est ma tasse. C'est ma tasse. C'est ma tasse, ma tasse, ma tasse. MA tasse ! Je déteste le vert. C'est ma place, la mienne. C'est ma place.

Kay, Elsa & Zelena

La nuit était déjà tombée sur le pays aux paysages enneigées lorsqu'un certain petit garçon, plutôt récalcitrant au sommeil, rouvrit les yeux pour regarder, autour de lui, l'obscurité ambiante. Il avait le front en sueur et avait dû serrer les dents avec fermeté pour ne pas crier et ne pas alerter tout le personnel du palais qu'il ne voulait surtout pas avoir autour de lui dans pareille situation. L'enfant soupira profondément en fermant les yeux avant de les rouvrir à nouveau. Une larme glacée coula alors de son œil gauche pour caresser sa joue avant de se mourir en une petite tache humide sur le drap. Son cœur battait la chamade et lui faisait terriblement mal, mais, peu à peu, son souffle s'apaisa tandis qu'il desserrait les poings et libérait les draps qu'il n'avait cessé jusque là de tenir fermement comme s'il avait pu tomber dans le vide s'il s'était risqué à les lâcher. Il aurait voulu crier, trahir sa peur, mais il avait tenu bond et pas un seul son n'était sorti de sa bouche. Tout le sang et toute la glace qui hantaient ses cauchemars n'auraient jamais raison de sa détermination. Il se ferait à ces horreurs qui le retrouvaient chaque nuit.

Le petit garçon laissa glisser son regard sur les murs de la pièce où il se trouvait. Ses yeux avaient fini par s'accoutumer à l'obscurité. Il ne faisait pas exactement attention à ce qu'il pouvait voir. Le feu mourrait en silence dans la cheminée, mais cela ne l'inquiétait pas plus que ça. Il le regardait pour chasser les terribles images de la nuit. Il le regardait sans le voir. Il le fixait pour ne pas voir... Lorsqu'il eut retrouvé la paix, l'enfant souleva sa couverture de fourrure blanche et la repoussa jusqu'au bout de son lit. Il se glissa alors au bord de celui-ci avant de poser ses pieds nus sur le carrelage glacé. Il devait bien se faire une raison : il ne trouverait plus le sommeil ce soir.

Ses pas le menèrent jusqu'à la porte de sa chambre qui, fort heureusement, n'était pas gardée. Il posa sa main sur sa poignée argentée et l'ouvrit alors après une certaine appréhension qu'il chassa aussitôt d'un brusque mouvement de tête. La femme qui vivait ici serait peut-être fâchée de si elle s'apercevait qu'il se levait ainsi au beau milieu de la nuit. C'est qu'il ne voulait pas lui causer de la peine, ni même s'attirer les foudres de sa colère ! Elle était tellement... impressionnante ! Il avait vu, plus d'une fois, la crainte dans le regard des gens du château lorsqu'elle se risquait à froncer ne serait-ce qu'un sourcil. Mais, loin de copier la peur des autres personnes, l'enfant demeurait stupéfait devant l'émoi que cette femme pouvait susciter chez les gens qui la servait. Loin de la craindre, le petit garçon désirait surtout lui ressembler un jour. Même les cauchemars fuiraient devant un roi aussi craint et respecté !

Alors qu'il se laissait aller à errer dans les longs et froids couloirs du palais, le garçon aperçut de la lumière dans le petit salon qui se trouvait non loin de sa chambre à coucher. La logique aurait peut-être voulu que le petit fugitif l'évita soigneusement pour éviter d'être reconduit au lit, mais, les souvenirs de son horrible nuit l'amenèrent naturellement loin de l'obscurité. Il s'approcha alors, à pas feutré, et, reconnaissant la voix de celle qui l'avait recueilli, il poussa la porte et entra, intrépide, dans le salon.

Le spectacle qu'il découvrit aurait pu le rassurer. La seule vue de la maîtresse des lieux devait suffire à calmer ses colères et ses peurs. Ce ne fut pourtant pas le cas. Quelque chose ne lui plaisait pas. Une étrange femme se tenait face à la reine, à la place qui était habituellement la sienne. Le petit garçon fronça les sourcils, comme pouvait le faire son modèle lorsqu'elle était contrariée, et gonfla les joues rendant son imitation terriblement puérile.  Il fit alors quelques pas en direction de l'étrangère sans prêter la moindre attention à la maîtresse des lieux, vexé qu'elle ait préféré s'entretenir avec une femme aussi mal vêtue plutôt qu'avec lui. Sans rien dire, il dévisagea l'étrangère et grinça des dents. Elle buvait du chocolat et cela ne lui plaisait pas non plus.

« C'est ma tasse, grogna-t-il à l'attention de la femme. »

Il remarqua alors l'ignoble tache verte qui ornait le creux de son cou. Il fit alors un pas en arrière mais ne manifesta pas davantage d'émotion face à cette étrange pigmentation. Il n'aimait pas ce vert, c'est tout. Rien ne valait le blanc ou le rouge.

« Je déteste le vert, ajouta-t-il simplement en haussant les épaules avant de retourner vers la porte par laquelle il était entré comme si de rien n'était. »

Il ne se souciait plus des personnes présentes dans la pièce. Il n'avait pas envie de parler à cette femme-là.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne



Invité
Invité

Informations
My life

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Lun 9 Mar - 22:13

I don't want to be green


En voyant l’enfant arriver, je sursautai, manquant de lâcher la tasse. Heureusement, elle était presque vide. J’aurais été mortifiée de renverser le liquide sur le fauteuil. Ma première réaction fut d’utiliser mes pouvoirs pour me protéger. C’était devenu une réaction instinctive et je ne la contrôlais pas encore parfaitement. J’étais toujours sur mes gardes. Un écran de fumée m’entoura brièvement, prêt à attaquer. Je le fis disparaitre d’un claquement de doigt, me remémorant mes leçons avec Rumpel. Au moins, ça n’avait pas été une boule de feu cette fois ci. Encore heureux, je n’avais pas attaqué physiquement cet être dans le palais de la reine. Je préférais éviter de me la mettre à dos aussi stupidement. J’aurai même préféré qu’elle ignore tout de mes connaissances en magie, même si cela semblait évident que j’en étais une puisque je faisais aussi affaire avec le dark one.

Je ne m’étais pas entendue à tomber sur quelqu’un d’autre. J’avais presque trop baissé ma garde. On ne m’y reprendrait plus. Je reposais finalement mes yeux gris sur celui qui nous avait interrompues au plus mauvais moment. Était-elle mariée pour avoir un enfant ? Je n’avais pas vu de bague pourtant. Personne n’avait mentionné l’existence d’un roi. De plus, alors que j’observais curieusement cette petite forme en pyjama, je ne voyais absolument aucune ressemblance avec la reine. Étrange... Une lueur calculatrice fit son apparition dans mon regard. Et si c’était ça la contrepartie à l’urne ? Un enfant ? Je ne doutais pas que Rumpel n’hésitait pas à se servir d’êtres humains comme monnaie d’échange pour obtenir ce qu’il souhaitait. Cela pouvait aussi expliquer pourquoi Elsa avait semblé autant en colère devant ma formulation. Elle avait échangé l’urne contre un être vivant. Je tournais la tête vers la jeune blonde. « Votre fils ? » J’avais besoin d’une confirmation, même si cela semblait évident. Je ne demandais pas s’il était la contrepartie qu’elle avait exigée. Ça ne me regardait pas, même si je n’en pensais pas moins intérieurement. J’avais certainement eu de la chance de ne pas agir de façon plus radicale. Ce n’était pas seulement le risque d’être virée d’ici comme une malpropre que d’être attaquée en retour que j’aurai couru. Mes chaussons m’auraient sauvé la mise sans nul doute.

Qu’allait-elle faire de cet enfant au juste ? Qu’avait-il de si spécial ? Il semblait désespérément banal. Je ne doutais pas qu’elle aurait très bien pu trouver un orphelin n’ importe où et l’élever comme le sien. « C'est ma tasse. » Et capricieux avec ça. Ça ne faisait pas longtemps que Rumpel était en possession de l’urne. S’il venait d’être récupéré par la reine, il s’était très vite habitué à la grande vie. Je me demandais où il pouvait bien l’avoir trouvé. Je lui jetais un coup d’oeil légèrement dédaigneux. C’était puéril, certes, mais il n’allait sûrement pas me faire me sentir mal alors que j’étais une invitée. Cependant, qu’il soit mal élevé n’était pas du tout mon problème. « Je suis sûre que les cuisines ont plus que deux tasses. » J’espérais bien que la reine allait renvoyer ce gamin d’où il venait. Je détestais me faire juger. Si Elsa m’avait fait me sentir intimidée et un peu déplacée, le brun me donnait carrément l’impression d’être un détritus qui souillait la perfection du palais. C’était absolument intolérable comme impression. J’avais été tellement surprise que je n’avais même pas pensé que mon cou était à découvert. Son regard s’y fixa aussitôt. Évidemment, on ne voyait que ça. « Je déteste le vert. » Mes yeux se plissèrent légèrement. J’en venais à me demander s’il ne faisait pas exprès de me provoquer en espérant que je parte de ma propre initiative ou qu’Elsa ne me congédie. Je n’allais pas lui donner satisfaction, je n’avais toujours pas obtenu ce que j’étais venue chercher. « Moi aussi, ça jure affreusement avec mes cheveux roux. »

Étais-je véritablement en train de débattre avec un enfant de quoi au juste, six ans ? Sa réflexion sur ma tâche me faisait pourtant rougir de colère. Pensait-il vraiment que j’appréciais d’être défigurée de la sorte ? Encore heureux, elle aurait pu être plus mal placée. Au moins, je pouvais la cacher assez discrètement. D’ailleurs, je remis le foulard autour de mon cou. J’en avais oublié la reine et pour être honnête, je n’étais plus du tout à l’aise depuis que le petit capricieux venait d’arriver. Ça pouvait sembler étrange étant donné que j’avais toujours eu des bons rapports avec les enfants quand j’étais encore une fille de bucheron, mais je ne supportais pas les gens qui se comportaient de façon aussi égoïste, jugeant sur les apparences. Sans savoir pourquoi, c’était comme si Regina avait pris place dans ce corps et j’étais très tentée de le briser en deux ou au moins de le remettre à sa place. J’inspirai calmement avant de finir ma tasse, avec un malin plaisir de savoir que c’était sa tasse en prime.    





△everleigh
Revenir en haut Aller en bas

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 375
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Mar 10 Mar - 11:10


Elsa Arendelle



    Oh oui, elle voulait bien croire que c'était Rumpelstiltskin qui l'avait trouvé, il était plutôt doué pour cela, trouver les choses pour obtenir ce qu'il veut. Il l'avait bien trouvé, elle puis il avait trouvé son fils … Un fils qui l'aimait plus que tout, du moins, c'est ainsi qu'elle avait interprété les choses. Quitte à maudire un enfant pour qu'il trouve le monde si laid que vous seriez forcément la seule chose agréable dans sa vie, autant prendre cela comme ça vous arrange. Ce dont Elsa doutait un peu plus, c'était la rivalité qui pourrait naître entre elle et la jeune sorcière à l'aura incommensurable. Peut-être qu'elle était effectivement bien intentionnée dans sa présente démarche, mais Elsa savait que, côtoyant le Dark One avec un tel potentiel magique,  la jeune femme ne tarderait pas à tomber dans l'avidité … Et avec un tel pouvoir, recevoir les enseignements du sorcier le plus puissant et le plus sombre qui soit allait faire d'elle quelqu'un de très dangereux. Elsa pouvait se venter d'être capable de beaucoup de choses, en ayant toujours vécu en parfaite autodidacte et en ayant longtemps réprimé ses pouvoirs. Mais cette femme avait un potentiel magique encore plus grand de que le sien, dont les pouvoirs se limitaient à la glace après tout, alors si en plus quelqu'un d'expérimenté lui apprenait à s'en servir … il ne lui faudrait sans doute qu'un an ou deux pour rattraper les deux siècles de pratique de la Reine des neiges.

Tout cela n'était que d'autant plus de raisons de se montrer courtoise accueillante avec cette sorcière qui semblait pourtant appartenir au petit peuple. Il fallait la jouer fine, elle serait redoutable en tant qu'ennemie, mais bien pratique en tant qu'alliée. Alors oui, il lui restait sans doute beaucoup à apprendre, mais en plus de la puissance qu'elle dégageait, elle avait l'air de quelqu'un de très intelligent, alors elle ne doutait pas qu'il ne lui faudrait que peu de temps pour assimiler tout ce qu'elle devait savoir sur la magie.

C'est alors que, dénouant son foulard, la jeune sorcière avoua qu'elle était venue pour autre chose. Elsa haussa légèrement un sourcil, posant ses jolis yeux de glace sur le cou que son invitée était en train de dévoiler. C'est alors qu'elle remarqua cette mystérieuse tâche d'un vert vif et intense. Cela semblait encore plus anormal que le grain de peau de ce bon vieux Rumpel ! La reine se pencha alors légèrement en avant pour examiner le phénomène de plus près, elle semblait surprise, il faut dire qu'elle n'avait jamais vu une telle chose ! Elle planta alors son regard dans celui de Zelena, se demandant si ce n'était pas une de ces graves maladies du Sud. Elle espérait que ce ne soit pas contagieux ! Le climat d'Arendelle était peut-être rude, mais il avait ses avantages, beaucoup de ces virus qui faisaient des ravages dans le Sud ne résistaient pas au froid glacial que la reine rependait sur son territoire. Elle fixa donc son hôte droit dans les yeux un instant, comme pour déceler une quelconque trace de fièvre. Elle avait l'air en parfaite santé, son teint était frai, ses pommettes colorés et elle avait l’œil vif. Ce ne devait pas être une maladie. Soulagée, la reine s'adossa à nouveau dans son siège.

— Si c'était la glace qui était en train de ronger votre corps, j'aurais peut-être pu faire quelque chose … Mais je n'ai hélas jamais rien vu de tel.

Là encore, l'aura que la jeune femme dégageait lui valut un traitement de faveur. Si elle n'avait pas eut cela, Elsa lui aurait sans doute rit au née en lui faisant remarquer qu'elle n'était pas une sorte de bonne guérisseuse qui vit dans une cabane au fond de la forêt à manger de la bouilli à base de plante, mais qu'elle était Reine. Les reines ne s'embêtent pas à soigner les premiers venus, même si c'est en leur pouvoir. En l’occurrence, elle était désolée, mais ce n'était pas le sien … Elle ne savait même pas ce qu'était cette tâche verte. Elle n'avait jamais entendu parler de ce phénomène.

Cependant, elle connaissait bien des êtres qui devaient en savoir beaucoup sur beaucoup de choses. Elle ouvrit la bouche pour lui transmettre l'information quand une petite présence s'imposa dans la pièce. Elsa se redressa de surprise en voyant son fils adoptif débarquer ainsi, l'air visiblement bougon. Il ne la regardait même pas, fixant farouchement l'inconnue. Zelena avait sursauté et semblait à présent tenter de retrouver contenance, un peu gênée d'avoir perdu son sang froid, visiblement.

« Votre fils ? »  Demanda-elle en reprenant son calme.

Elle reposa alors les yeux sur elle, s'apprêtant à lui répondre. Mais en croisant son regard, la reine des neiges sût qu'elle avait compris … Si certains de ses sujets savaient plus ou moins comment elle avait obtenu Kay – ou du moins s'en doutaient-ils sans oser s'en venter – Elsa n'aimait pas que quelqu'un d'aussi puissant que Zelena le sache. Elle pria alors pour qu'elle n'évoque jamais cela devant l'enfant, car il aimerait sans doute beaucoup moins sa chère mère si il savait qu'elle l'avait fait maudire pour pouvoir l'emporter avec elle. L'inquiétude l'avait donc empêché de répondre tout de suite, ce qui devait sans doute d'autant plus la trahir. Cependant, elle s'appliqua à clairement faire passer ce qu'il fallait dans son regard. Un regard qui disait ''si tu oses en parler devant lui, je te gèle les miches''.

« C'est ma tasse. »

C'était la voix du petit prince qui venait de percer le silence. Alors, Elsa reporta son attention sur lui. C'est vrai qu'il n'était pas là depuis très longtemps, mais il semblait déjà se plaire dans son rôle de petit prince. Il faut dire qu'Elsa avait tout fait pour ! Qu'importe les regards méprisants de ses sujets qui trouvait ce garçon indigne, Elsa elle, savait à quel point il était spéciale, à quel point il était digne. Rumpel l'avait bien dis, ce n'était pas n'importe quel garçon qui aurait pu supporter ce triste sort. Alors Kay était bien plus digne que n'importe quel enfant biologique qu'elle aurait pu avoir. La culpabilité de la Reine face à ce qu'elle avait fait pour l'avoir l'incitait donc souvent à être trop laxiste avec lui, et trop sévère envers ceux qui le jugeait. Voilà comment on fait d'un enfant un sale petit monstre capricieux et égoïste ! Heureusement, Zelena avait de la répartie et sa réaction ne fut en aucun cas condamnable, bien qu'implacable.

Mais si Elsa était effectivement plutôt laxiste avec son fils, il n'empêche qu'elle tenait à faire de lui un jeune homme bien élevé. Après tout, elle songeait sérieusement à lui céder le royaume un jour, alors il devait avoir des manières irréprochables pour cela. Oui, peu lui importait qu'il soit maudit et illégitime. C'était son seul héritier … Et elle espérait sincèrement disparaître de ce monde avant lui. Elle ne savait pas si elle supporterait que la Mort emporte une fois de plus un être si chère à son cœur loin d'elle. Elle était bien moins docile et compréhensive qu'à l'époque, étrangement … Les années auraient dû la rendre plus sage, mais elles l'avaient surtout rendu plus froide et implacable.

Alors, quand Kay se montra encore un peu plus insolant, et que Zelena n'en garda pas moins son calme en allant même dans son sens, Elsa se leva. Le petit prince était déjà en train de tenter de filer, mais il n'allait pas s'en sortir comme ça. Cela ne la dérangeait pas qu'il soit sorti de son lit alors qu'il était censé dormir, et peut-être qu'il était si mauvais parce qu'il avait fait un cauchemar, mais ce n'était pas une raison.

— Kay, reviens ici, je te prie. Dit-elle d'une voix posée.

Elsa jouissait d'une prestance qui la dispensait souvent de devoir hausser le ton, surtout après de Kay qui semblait encore trop intimidé pour songer à tester ses limites pour le moment. Les bras de la reine longeaient son corps gracile, les mains jointes devant elle. Elle observait son fils bien aimé avec sagesse, sans hostilité, toujours avec bienveillance.

— Dame Zelena est notre invitée et tu lui dois le respect. Présente tes excuses. Un prince ne doit pas dire aussi impunément tout ce qui lui passe par la tête.









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 374
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Mar 10 Mar - 22:09


It's not a lady...

C'est ma place. C'est ma tasse. C'est ma place. C'est ma tasse. C'est ma tasse. C'est ma tasse, ma tasse, ma tasse. MA tasse ! Je déteste le vert. C'est ma place, la mienne. C'est ma place.

Kay, Elsa & Zelena

L'étrangère aux cheveux roux avait de la répartie. Kay se serait bien arrêté pour, se laissant prendre au jeu, lui rétorquer qu'il ne les trouvait pas si jolis que ça, à côté de ceux d'Elsa, mais il estima que cela n'en valait vraiment pas la peine. Les cauchemars l'avaient mis de méchante humeur et il préférait retourner s'isoler pour savourer sa tranquillité, loin des regards inopportuns. Il n'aurait pas du suivre la lumière et franchir le seuil de cette porte.

Le garçon posa sa main sur la poignée de la porte, se mettant légèrement sur la pointe des pieds pour l'atteindre tout à fait sans avouer ouvertement sa petite taille. Il n'était pas si petit après tout ! C'était cette porte qui avait toujours était trop haute. Il était toujours facile d'entrer dans le salon en poussant les battants, mais pour en sortir, c'était une toute autre histoire. Il fallait la tirer en s'aidant de la poignée. Celui qui avait construit cette porte méritait bien d'être enfermé.

« Kay, reviens ici, je te prie, déclara calmement la Reine, l'interrompant, par la même occasion, dans ses profondes méditations. »

Le jeune prince sursauta en reconnaissant la voix de celle qui avait accepté de le recueillir alors qu'il était perdu au beau milieu de la neige. Il fit aussitôt volte-face et regarda les deux femmes. Elsa s'était levée et le fixait de son regard doux mais suffisamment franc pour qu'il ne se risqua pas à la contredire. Il baissa aussitôt la tête et revint sur ses pas, vers l'étrangère à la tache verte et la noble souveraine de ce bien calme pays, non sans ruminé dans son esprit sa colère et sa frustration.

Il resta droit et immobile près du fauteuil de la reine, l'interrogeant manifestement du regard et prenant bien soin de ne pas accorder le moindre intérêt à la mystérieuse invitée qui était entrée dans SON petit salon. Comme toujours, il ne distinguait pas la moindre animosité dans ses yeux qui commençaient déjà à balayer les chagrins de la nuit. Patiente, elle reprit alors la parole : « Dame Zelena est notre invitée et tu lui dois le respect. Présente tes excuses. Un prince ne doit pas dire aussi impunément tout ce qui lui passe par la tête. »

Le visage du dit prince se décomposa aussitôt mais d'une manière progressive comme si chaque nouvelle syllabe lui assénait une nouvelle humiliation supplémentaire. Il fronça les sourcils, sa mâchoire se crispant par la même occasion tandis qu'il tournait nerveusement sept fois sa langue dans sa bouche pour tenir des propos plus sages.

En vain... il ne put que laisser éclater sa surprise à bien des sujets. Kay secoua la tête et se tourna en direction de la Dame pour l'observer des pieds jusqu'à son hideuse tache verte. Il avait beau cherché, il ne comprenait pas pourquoi la Reine s'obstinait à voir en cette personne une quelconque apparence de noblesse. Il ne voyait pas pourquoi il fallait l'appeler Dame et encore moins pourquoi il fallait se borner à lui témoigner une attention respectueuse qu'elle ne méritait pas forcément. Elle avait des vêtements très étranges et qui n'avait en tout cas aucun lien avec la noblesse du pays.

Il porta à nouveau son regard vers Elsa, les lèvres tremblantes, ne comprenant pas ce qu'il voyait. L'enfant soupira finalement et trancha net le débat : « Ce n'est pas une Dame. »

Face au regard de la noble souveraine, il dut baisser les yeux et la tête. Ce petit détail réglé, il ne pouvait malgré tout pas échappé aux humiliantes excuses. Il se tourna à nouveau en direction de la Zelena et récita platement ce qu'on lui avait inculqué : « Veuillez accepter mes excuses je vous prie. »

Il n'en pensait pas un traître mot, mais au moins, Elsa le laisserait tranquille avec ces futilités. Il posa une dernière fois son œil maudit sur la tache de la femme. Ce vert... C'était une horreur ! Kay n'y voyait pas qu'une couleur, il y percevait bien davantage. Il avait l'impression de sentir émaner de cette personne un sentiment qu'il détestait, comme la plupart des autres ; percevoir dans les visages des gens : la jalousie. Mais contre qui ? Il reprit aussitôt la parole avant qu'on ait pu lui reprocher la mollesse et le manque de sincérité de ses excuses.

« Vous n'êtes pas jalouse de Madame la Reine ?, demanda-t-il gauchement, sans cacher sa méfiance à l'égard de celle qui voulait qu'on appelât Zelena. »


_________________




We're family...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne



Invité
Invité

Informations
My life

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Ven 13 Mar - 16:24

I don't want to be green


Si je pensais que je ne pourrais pas finir plus gênée que lors de notre introduction dans la salle du trône, j’avais eu tort. Ce n’était pas comme si ça m’enchantait de montrer à quelqu’un d’autre cette tâche qui me défigurait. Je n’arrivais pas à croire que Rumpel avait osé en rire. rien qu’en y repensant, je me sentis bouillir de colère. Enfin, c’était compréhensible. Cela se saurait s’il faisait attention à son apparence. A côté, je ressemblais à un poids mouillé avec cette petite tâche quand il était entièrement recouvert de doré. Néanmoins, je fus plus que déçue qu’Elsa n’ait pas plus d’informations sur le sujet. A croire que c’était une situation inédite. J’aurai aimé au moins pouvoir obtenir l’assurance que ça n’allait pas s’étendre. J’avais bien senti qu’elle voulait en dire plus avant que nous ne soyons vulgairement interrompues par ce petit diable. Il suffisait de voir sa réaction pour savoir qu’il n’était pas n’importe qui à ses yeux. C’était un spectacle fascinant de voir cette reine impénétrable dévoiler un minimum de sentiments. Le regard d’Elsa avait tout dit à mes yeux et son avertissement silencieux également. Elle me dissuadait de développer sur ce sujet. Je m’étais contentée de hocher silencieusement la tête. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi elle faisait un tel secret de cet arrangement. Cet enfant, Kay devait bien savoir ce qui lui était arrivé tout de même. A moins que Rumpel n’ait utilisé un sort pour modifier ses souvenirs de son passé afin qu’il pense être né à Arandelle ? Ce n’était pas exclu le connaissant. Si jamais je devais en arriver à de telles extrémités, mais j’en doutais, ce type d’informations pourrait m’être très utile. Si j’avais retenu une chose, c’était que l’amour était une faiblesse.

Que le garnement ait été ou non le fils adoptif d’Elsa, je ne me serais jamais permise de le remettre à sa place, même si je n’en pensais pas moins. je me demandais bien comment il allait tourner à ce rythme là.  Je me sentais tout de même fière d’avoir tenu tête à ce prince, même si ça ne compenserait jamais le statut de paysanne que je trainais derrière moi. Si je voulais qu’on me prenne au sérieux, il faudrait plus que l’habitude, il faudrait aussi en avoir l’apparence. Mais rien que pour éviter de me sentir aussi mal à l’avenir, j’allais y remédier dès que je retournerais chez moi à Oz. Dire que j’étais soulagé en voyant le petit garnement s’éloigner n’était pas fin. Je n’étais pas venue pour débattre avec cet arrogant enfant. Kay hein... Évidemment Elsa le rappela. Néanmoins, cela valait la peine juste pour le forcer à ravaler sa fierté. J’essayais de ne pas trop paraitre satisfaite qu’il me présente ses excuses et optais pour me montrer manganine à la place. « Ce n'est pas une Dame. » Mon petit sourire s’effaça cependant vite quand il osa pointer l’évidence. Non, je n’étais pas une Dame. Je n’étais pas née entourée de domestiques et de luxe. « Non c’est vrai, je ne suis pas une dame. En revanche je suis une sorcière. » Mon ton portait un léger avertissement, bien que restant poli. Je voulais bien me montrer patiente, j’étais une invitée après tout, mais il ne fallait pas trop me pousser. Mon quota était déjà au maximum. Si je n’avais pas eu cette discute avec le dark one, j’aurai peut-être été plus encline au pardon, mais l’accumulation ne me réussissait plus, trop d’années à réprimer mes émotions avaient fait lâcher toute barrière en la matière.

« Veuillez accepter mes excuses je vous prie. » C’était forcé, mais au moins il avait été obligé de forcer ces mots hors de ses lèvres. « J’accepte vos excuses jeune prince. » J’accentuais bien cette dernière syllabe pour qu’il se rappelle sa place. J’étais capable de l’écraser au mur d’un claquement de doigts, il ferait bien de se montrer plus prudent à l’avenir...  Je ne comptais pas faire d’histoires. Surtout qu’avec cet épisode, Elsa en avait totalement oublié ce qu’elle voulait me dire sur cette mystérieuse tâche. Pas moi. Cela m’obsédait. Je n’étais pas vaine, mais il y avait plus élégant et meilleure façon d’être prise au sérieux en tant que sorcière que passer à une couleur si criarde. Je m’apprêtais à relancer la conversation sur le sujet qui me préoccupait quand la voix de Kay –encore – me coupa dans mon élan. Ce gamin avait dû décider de faire de ma vie un véritable supplice, je ne voyais pas d’autres explications. Je connaissais un bon sortilège pour lui nettoyer la bouche au savon qui pourrait sûrement le calmer dans sa diarrhée verbale.

« Vous n'êtes pas jalouse de Madame la Reine ? » Encore cette histoire de jalousie. C’était à croire que Rumpel avait pris possession de Kay pour continuer de me tourmenter. Quelle petite vermine éclopée. Mes joues se tintèrent légèrement de rouge avant que je ne me mette à rire. « Non, cher enfant » J’avais l’impression que les mots m’écorchaient les lèvres. « Je ne suis pas jalouse de sa majesté. » je ne continuais pas sur ce débat. Je n’étais même pas jalouse de Regina. Je la méprisais parce qu’elle m’avait volé l’existence qui aurait dû être mienne, il y avait une différence tout de même. Je retournais le visage vers la reine.  « Aviez-vous autre chose à me dire au sujet de cet ensorcèlement ? » Si Regina avait eu connaissance de mon existence, j’aurai presque pu croire qu’elle m’avait volontairement infectée par ce mal mystérieux.




△everleigh
Revenir en haut Aller en bas

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 375
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Ven 13 Mar - 21:15


Elsa Arendelle



    Le petit prince se montrait bien insolent, mais cela faisait sourire la souveraine en son fort intérieur. Seulement à l'intérieur, oui, car comme elle venait si bien de le dire, on ne peut exprimer impunément la moindre de nos pensées lorsque l'on est de rang royal. Sans compter qu'Elsa fut éduquée pour devenir Reine, on avait été d'autant plus stricte avec elle sur le fait qu'elle devait toujours cacher ses émotions, car autrefois, c'en était vitale pour ses proches et le royaume. Elle avait donc une parfaite maîtrise d'elle – en tout cas, dans ce genre de moment banal de la vie quotidienne. Elle ne se permit de sourire que lorsque Zelena compléta la remarque du garçon en ajoutant qu'elle était une sorcière. Est-ce qu'elle essayait de lui faire peur ? Ce n'était pas gagné, Kay était plutôt du genre téméraire, sauf lorsqu'il fallait être confronté à sa majesté.

Comme Kay étaient revenu vers elles pour présenter ses excuses, Elsa esquissa elle aussi quelques pas pour le rejoindre et posa une main sur l'épaule du garçon en guise de soutiens et de reconnaissance. Elsa usait bien plus de la carotte que du bâton avec ce petit monstre. Elle l'avait tant désiré, elle avait déjà fait tant de mal pour l'avoir … Alors ce n'était pas pour gâcher ses instants à le maltraiter. Elle préférait le chérir en comptant sur son influence ainsi que sur l'enseignement des précepteurs pour faire de lui un noble héritier et non un petit snobinard capricieux. C'était bien naïf de sa part de penser que de belles paroles suffiraient à contrebalancer le surplus de ''carottes'' mais elle n'était qu'une jeune mère inexpérimentée après tout. Elle ne manquerait pas de recevoir des conseils à l'avenir, des conseils qu'elle finirait par suivre, pour certains.

Le sourire d'Elsa était tendre et aimant lorsque Kay se pliât à présenter ses excuses. Cela n'avait pas l'air très sincère, mais la sincérité n'était pas la première qualité que l'on demandait à un souverain. Il aurait à faire beaucoup de concession et bien des tâches qui ne lui plairont pas. Il devra également cacher et maquiller certains faits gênants et il devra le faire bien. Et oui, c'était bien triste à dire et pourtant il n'y a rien de plus vrai : ce sont les parents qui apprennent à mentir à leurs enfants. Pour le remercier d'avoir jouer son rôle de prince bien élevé, Elsa adressa un sourire et un regard comblé de fierté pour lui et elle fut bien sincère, elle.

D'un geste protecteur et maternelle, elle était en train de replacer quelques mèches de cheveux noirs sur le front de son fils adoptif quand ce dernier intervint à nouveau contre cette étrangère qui semblait décidément ne pas lui revenir. Elle haussa légèrement les sourcils, un peu surprise par cette question. Qu'est-ce qui pouvait lui faire dire ça ? Intriguée, Elsa reporta son regard de glace sur l'invitée pour analyser sa réaction. Elle semblait un peu décontenancée, elle aussi, mais plus irritée que coupable. La reine s'interrogea alors un instant … Pourquoi serait-elle jalouse d'elle spécifiquement ? Elles ne se connaissaient pas et à en croire ses dires, elle n'avait rien à envier sur sa relation avec le Ténébreux. Elsa ne l'avait rencontré que deux fois, une pour signer le contrat, une autre lors de la ''livraison de la marchandise'' – ne pas employer ces termes devant elle, surtout … Cette Zelena, par contre, semblait entretenir un lien bien plus proche et fréquent avec lui. Pourrait-elle jalouser ses possessions ? Son titre ? Allons, Elsa n'était qu'une reine parmi tant d'autres, il n'y avait aucune raison que Zelena la jalouse plus qu'une autre.

La rousse ne tarda d'ailleurs pas à réfuter les propos du jeune prince un peu trop franc. Cela dit, la reine ne pouvait pas nier qu'elle avait trouvé cette dernière démarche extrêmement touchante ! Il avait pris ce petit air de chevalier servant parfaitement adorable en posant cette dernière question, comme un avertissement avant de lancer un assaut héroïque. Son petit prince était aussi un preux petit chevalier.

Après avoir passé sa main dans les cheveux de jais du garçon, la reine déposa à nouveau ses doigts graciles sur son épaule. Elle regrettait un peu de ne pas l'avoir eu encore un peu plus tôt, pour mieux profiter de pouvoir le porter, le bercer, le cajoler … Mais Rumpelstiltskin avait été clair, il n'a déjà pas été facile de trouver un enfant assez fort, il aurait  été impossible pour un garçon plus jeune de supporter la malédiction. Tant pis, elle le cajolait quand même.

« Aviez-vous autre chose à me dire au sujet de cet ensorcellement ? » Demanda alors Zelena, visiblement toujours préoccupée par ce problème qui était bien vite sorti de la tête de la reine. Il faut dire que, lorsque ce petit ange se trouvait prêt d'elle, Elsa n'avait plus d'yeux que pour lui. Plus rien ne semblait avoir de valeur ou d'importance.

Elle reporta tout de même sérieusement son attention sur la sorcière à la tâche verte, la regardant droit dans les yeux, comme si la couleur de son cou n'attirait pas du tout l’œil. Elle hocha alors doucement la tête pour acquiescer.

— Je ne peux rien pour vous, mais je connais des êtres qui en sauront sans doute beaucoup plus que n'importe qui. Elle marqua une pause, comme si la pauvre Zelena n'avait pas assez souffert d'attendre. Les Trolls de pierre. On ne les trouve qu'au nord d'ici, dans les hauteurs d'une montagne sacrée. Ils n'ont rien à voir avec les Trolls des ponts qui sévices au Sud … Ce sont des créatures magiques, sages et presque éternelles. Ils m'ont aidé il y a bien longtemps, il le feront aussi pour vous, si c'est en leur pouvoir … Au moins sauront-ils vous expliquer ce qu'il vous arrive.

Voilà bien longtemps qu'elle n'avait pas pensé à eux … à eux, qui avaient sauvé Anna, eux, la belle famille d'Anna, pour ainsi dire. Elle priait pour qu'ils n'apprennent jamais jusqu'où elle était tombée. Ils devaient pourtant déjà le savoir, elle était certaine qu'ils le savaient … Alors elle préférait ne jamais les rencontrer à nouveau. Pourtant, un jour, il est possible qu'elle se retrouve dans l'obligation de faire de nouveau appelle à eux … Et il serait sans doute déjà trop tard.

— Comprenez que je ne puisse vous accompagner jusqu'à eux … vous allez devoir les trouver seule.









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 374
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Dim 15 Mar - 0:12


You're jealous

C'est ma place. C'est ma tasse. C'est ma place. C'est ma tasse. C'est ma tasse. C'est ma tasse, ma tasse, ma tasse. MA tasse ! Je déteste le vert. C'est ma place, la mienne. C'est ma place.

Kay, Elsa & Zelena

Kay écoutait l'étrangère en prenant bien soin de ne pas lui donner trop d'importance car cela aurait été inconvenant et mal perçu. On disait autour de lui, à la Cour, que côtoyer la populace n'était guère une bonne chose pour la noblesse. Le jeune prince ne comprenait d'ailleurs pas pourquoi on évitait de lui parler dans ce cas, en invoquant cette excuse pour ne pas avoir à lui tenir la conversation. Il trouvait cela plutôt contradictoire... Il devait malgré tout avouer que cette Zelena avait un certain répondant qui, sans lui plaire tout à fait, l'intriguait. Elle n'avait ainsi pas hésité à se faire passer pour une sorcière. Cela aurait peut-être du l'impressionné, mais depuis qu'il vivait auprès de la Reine, plus rien ne le surprenait. Depuis que les doux rêves avaient abandonné son sommeil et que les beautés du monde ne se reflétaient plus dans ses yeux, plus rien ne l'intéressait. L'enfant se contenta de la regarder avec l'air terriblement blasé qui ne le quittait qu'en de brèves occasions. Sorcière ou pas, les souillons n'avaient rien à faire dans un château. La vue du monde était déjà suffisamment insoutenable comme ça.

Il avait pourtant plié aux douces injonctions de la Reine, s'avouant au fond de lui, non sans une certaine gêne, qu'il n'arrivait pas à lui refuser grand chose. Si la belle Elsa accordait audience à cette rouquine, c'est qu'il fallait bien lui donner un minimum d'attention. Il sentait dans ses cheveux le doux et froid contact des doigts d'Elsa qui semblait le féliciter et, ce faisant, l'apaisait un peu. Pour tout dire, le jeune prince était particulièrement friand de ce genre d'attention. Il aurait presque pu se rendormir en se nichant contre le sein maternel.

Quelque chose pourtant le chiffonnait tandis qu'une nouvelle fois ses yeux s'attardaient tout naturellement sur la tache verte suintant sur le cou de la femme. Il s'était peu à peu interposé entre sa mère et la sorcière, autant pour la protéger que parce que cette horrible couleur l'intriguait. Il en perdit même de sa répartie et se accepta sans qu'on le lui demande de laisser parler les grands entre eux. Le vert l'accaparait bien trop pour qu'il pense à autre chose. Il en oublierait presque le bleu, si réconfortant, des yeux d'Elsa. L'enfant pencha la tête sur le côté et renifla, sans détourner son regard du stigmate. Il avait l'impression qu'il exhalait de cette forme-là des relents d'acide, une odeur particulièrement nauséabonde qu'il sentait parfois chez certains courtisans, mais jamais avec une telle intensité. Comment qualifier cette sensation qui l'étouffait ? Le prince se torturait le cerveau pour trouver les mots adéquats, mots qu'il maîtrisait sans doute pas, aux vues de son jeune âge.

Et pendant que Kay réfléchissait et contemplait l'horreur, les deux femmes poursuivaient leur conversation sans qu'il n'entendit réellement ce qu'elles pouvaient bien se dire. Il avait l'impression que la peau devenue verte gonflait légèrement comme un potage laissé trop longtemps sur le feu. Il lui semblait même voir une sombre fumée verdâtre en émanait pour empester l'air du petit salon. Les narines du petit garçon se plissèrent. C'était bien cette sensation qu'il voyait dans bon nombre de regards et qu'il sentait ici comme décuplée. Ce vert, cette peau serpentine, c'était de la jalousie. Il ne s'était pas trompé.

Pourtant, Zelena ne semblait guère réellement jalouse de la Reine d'Arendelle et le prince ne voyait pas envers qui d'autre elle aurait pu éprouver ce genre de ressentiment. Il vint alors à l'esprit du petit garçon que cette sorcière put désirer le confort dans lequel lui vivait. Cela lui semblait pour le moins étrange, mais il ne voyait pas d'autre explication. Il tira légèrement sur la manche de sa mère pour le lui expliquer mais celle-ci paraissait trop occuper pour raconter de vieilles histoires sur de vieux trolls à son hôtesse.

« Personne ne m'écoute quand j'ai raison ! éclata-t-il alors en repoussant la main de la noble souveraine tout en se dirigeant droit vers la sorcière, Vous êtes jalouse ! Je l'ai vu ! C'est pour ça que c'est vert et que ça pue ! Je ne mens pas ! »

Il n'avait en effet pas encore appris l'art des mensonges qu'il utiliserait à de nombreuses reprises des années plus tard.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne



Invité
Invité

Informations
My life

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Lun 16 Mar - 21:40

I don't want to be green


J’aurai certainement du me sentir gênée d’être témoin involontaire de ces moments entre une mère et son fils, mais j’apprenais lentement que les gens se montraient très souvent sous leur véritable jour dans les moments volés comme celui là. Je n’étais pas un danger pour elle, pour le moment, mais dans l’avenir, savoir à quel point elle semblait tenir à lui pourrait m’être utile. Tout le monde avait une faiblesse et il semblait que la sienne était sous mes yeux. Je pouvais facilement imaginer le genre de mère qu’elle était pour ce petit monstre, prête à lui passer tous ses caprices. Par culpabilité peut-être ? Je me demandais si c’était la façon dont Cora aurait agi avec moi. Si elle aurait pardonné mes maladresses et insolences avec autant d’aveuglement que la grande reine d’Arandelle. C’était incroyable de voir à quel point elle semblait faire peur à tout le monde, sauf quand elle était face à cet innocent enfant. Je pressentais que la conversation allait rapidement tourner de nouveau autour de cet enfant si je ne parlais pas. Au moins la présence de Kay me permettait-elle d’échapper à un nouvel interrogatoire au sujet de mes liens avec Rumpel. Je ne pensais pas qu’elle avait été dupée par mes tentatives de détourner la conversation. Avant qu’elle ne finisse par réaliser que j’étais toujours là et ne me congédie, je préférais savoir si elle pouvait m’être utile pour mon petit souci. J’espérais bien ne pas avoir fait le déplacement pour rien, même si je devais reconnaitre que je n’avais rien perdu à faire la connaissance de la famille royale.

J’essayais de ne pas me sentir trop pleine d’espoir quand elle mentionna les trolls de pierre, mais je ne pouvais m’empêcher de penser que c’était peut-être là ma seule chance de faire disparaître cette tâche disgracieuse. Je ne l’avais que depuis quelques heures et déjà, elle m’apparaissait comme intolérable. J’avais trop fait pour finir ralentie par ce type d’obstacles. Je savais très bien que je n’obtiendrais le respect de personne si je finissais verte. Voilà qui ferait bien rire Regina, tiens. Je ne savais pas qui ils étaient exactement, mais s’ils pouvaient me guérir de ce mal qui me rongeait, j’étais très sincèrement prête à tout essayer. Il était certain qu’ils pourraient certainement m’en dire plus que Rumpel n’avait bien voulu. J’étais persuadée qu’il savait comment conjurer cette malédiction le bougre ! — Comprenez que je ne puisse vous accompagner jusqu'à eux … vous allez devoir les trouver seule. Je m’y étais attendue et je n’en demandais pas tant. Je lançais un sourire de remerciement en direction de la reine. « Je vous remercie pour ce conseil. C’est déjà beaucoup plus que je n’avais en arrivant. » Cette fois-ci, il vaudrait sûrement mieux que j’attende une heure décente avant de les déranger, mais je comptais y aller dès le lendemain, une fois qu’Oz m’aurait donné plus d’informations.

Une petite voix ne pouvait pas s’empêcher de me souffler que je n’avais qu’à me débarrasser de Regina pour ne plus être verte. Cependant, je refusais tout net de penser que Rumpel avait raison. Je n’étais pas jalouse de ma petite sœur, en colère et pleine de ressentiment oui, envieuse éventuellement, mais je n’étais pas jalouse. Ma réflexion fut brutalement interrompue par la voix insupportable de l’enfant et je dus me retenir de pousser un soupir d’énervement. Il aimait clairement être le centre de l’attention. « Vous êtes jalouse ! Je l'ai vu ! C'est pour ça que c'est vert et que ça pue ! Je ne mens pas ! » Il devait lire dans les pensées, ce n’était pas possible autrement. Je le regardais d’abord avec les yeux ronds, avant de serrer les dents, prête à mordre. Il commençait de m’énerver sérieusement. En plus, était-il sérieusement en train de dire que je sentais mauvais ? Je n’avais peut-être pas leurs tenues, mais de là à dire que je dégageais une odeur pestilentielle... C’était absolument ridicule. « Pardon ? »

Royauté ou non, je ne comptais pas me laisser insulter très longtemps. Je me mordis la langue pour ne pas répliquer violemment. Peu importait à quel point c’était tentant. J’aurai déjà craqué si je n’avais pas pensé que la reine puisse m’être utile dans l’avenir. De toute façon, ça ne valait même pas le coup de gaspiller ma salive, il semblait avoir la tête dur. Il était évident, pour une raison qui m’échappait, qu’elle semblait totalement sous son emprise malgré cela. Je lançais un regard vers Elsa, espérant qu’elle allait le reprendre, sans vraiment y croire. Je commençais de comprendre pourquoi cet enfant s’était retrouvé orphelin. A la place de ses parents, j’aurai sûrement agi pareil. C’était à dégouter d’avoir des enfants. Néanmoins, je me calmais vite en repassant ses mots dans ma mémoire. Je ne comprenais pas ce qu’il voulait dire par le fait qu’il l’aie vu. « Est ce que votre fils possède également des pouvoirs ? » Je haussais un sourcil, maintenant suffisamment intéressée pour ignorer totalement à quel point cet enfant était mal élevé. S’il pouvait être utile... Je me tournais totalement vers lui, légèrement calculatrice. S’il voulait de l’attention, il allait en avoir. « Tu sens cette tâche ? Qu’est ce qui te fait dire que c’est de la jalousie ? » Pour un peu, j’aurai pensé que c’était Rumpel qui s’était déguisé. Il n’y avait absolument aucune explication pour qu’il sache ce que le vieil impie m’avait dit tout à l’heure.





△everleigh
Revenir en haut Aller en bas

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 375
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Mar 17 Mar - 21:32


Elsa Arendelle



    La jeune sorcière semblait déjà largement apprécier ce qu'Elsa avait pu lui offrir, elle pouvait s'en estimer heureuse, en effet, ce n'était pas trop de coutume pour une reine que d'accueillir ainsi avec tant d'hospitalité la première paysanne venue. S'ils devaient commencer à faire cela avec tout le monde, ils n'auraient pas fini, il faut le dire … L'entretiens semblait donc toucher à sa fin et la souveraine envisageait déjà de reconduire son petit jusqu'à son lit quand ce dernier se déroba sous ses doigts pour faire front à la sorcière aux cheveux flamboyants. Elsa sembla un peu surprise, il avait décidément l'air très remonté ce soir ! Elle ne comprenait pas tellement ce soudain acharnement, mais il avait visiblement l'air très contrarié qu'on ne lui accorde pas suffisamment de sollicitude.

La blonde ne put que regarder son petit garçon s'énerver tout seul, tombant peu à peu dans la puérilité. Sorti de sa surprise, Elsa tenta de le rappeler à l'ordre, toujours sans hausser le ton. C'est d'une voix calme et posée, appelant à la sagesse, qu'elle prononça le nom du jeune prince.

— Kay …

Mais il insistait sur le fait que cette marque était le symptôme de la jalousie de la sorcière … Chose que Elsa ne pouvait pas vraiment réfuter, étant donné ce qu'elle lui avait révélé un peu plus tôt. Elle voulait se débarrasser d'une rivale, une rivale qui devait posséder des pouvoirs magiques à en juger par les moyens qu'elle souhaitait utiliser pour se débarrasser d'elle … Il était donc bien possible que le garçon ait raison. Rumpelstiltskin n'avait rien évoqué de tel en lui livrant l'enfant, mais Elsa avait remarqué que la malédiction qui affectait son œil et son cœur lui permettait de déceler les vices de chacun, comme si le pire trait ressortait à chaque fois comme une évidence … Cela le rendait très perspicace et la reine ne pouvait que voir cela d'un bon œil, cela lui permettrait sans doute de déceler quelques individus malhonnêtes à l'avenir et pour couronner le tout … Elle était la seule à passer entre les mailles du filet de ce terrible don. Elle ne savait pas si Kay la trouvait spécialement belle ou admirable au fond, mais elle était la seule dont les défauts ne pouvaient ressortir à son œil maudit, alors cela devait effectivement la mettre en valeur. Elle savait s'en contenter.

L'insistance du prince sembla tout de même déstabiliser la rousse qui fini par poser une question bien gênante pour la reine don le regard s'assombrit légèrement, comme si d’épais nuages neigeux venaient recouvrir le bleu pur de ses yeux. Elle releva dignement le menton en se rapprochant de son fils, venant à nouveau poser ses mains sur ses épaules comme par signe de protection. Comme si elle craignait qu'on ne lui dérobe son petit être chère. Cela pourrait arriver si des gens pensaient qu'il avait un don particulier et utile … Ce qui n'était pas vraiment le cas, alors elle n'eut pas à mentir.

— Kay est un jeune prince, la perspicacité est une des valeurs profondes qui fera de lui un grand régent.

Un compliment pour son petit prince qui avait fait une si grande concession tout à l'heure en devant s'excuser auprès d'une paysanne qu'il jugeait apparemment bien inférieur. Elsa avait toujours trouvé cela étrange que le jeune garçon, pourtant roturier lui-même, ait une tel aversion du peuple. Peut-être que c'est justement parce qu'il en venait qu'il ne supporter plus de devoir les côtoyer … peut-être que cela lui rappelait de mauvais souvenirs. Peut-être que c'était enfant battu dans son ancienne famille, que ses parents ne l'aimaient pas … En tout cas, ils semblaient ne fournirent aucun effort pour le retrouver, alors ils devaient être bien indignent de lui. Elsa n'avait jamais parlé avec Kay de ses parents biologique, elle avait posé une seule question sur eux le jour de leur rencontre et ne les évoqua plus du tout. Elle voulait qu'il les oublie, elle avait parfois l'impression que c'était déjà le cas … Mais un enfant pouvait-il oublier si vite ses parents ? Cela semblait difficile à concevoir pour elle qui n'avait jamais oublié les siens malgré les années, malgré leurs fautes. Elle ne les oubliait pas et elle se souvenait de l'amour qu'elle leur portait … parfois … ils lui manquaient, mais pas autant qu'Anna. Tout cela s'était tout de même atténué depuis l'arrivé de son petit prince.

Puis Zelena se pencha vers le garçon, tentant de lui soutirer directement les informations de sa bouche. Elle n'aimait pas ça. Elle était trop proche de lui, elle n'aimait pas que l'on s'adresse à lui ainsi … trop. Tel une louve possessive qui protège sa portée, la blonde fit légèrement reculer Kay, en douceur, afin de le retirer légèrement du regard trop directe de la rousse. C'était son petit. Le regard de la reine n'était pas encore hostile … mais il avait ce quelque chose d'imposant et franc.

— C'est sans doute à cause de l'expression, vous savez. Dit-elle alors avant que Kay ne réponde. Elle n'aimait pas laisser les femmes trop échanger avec son petit prince. C'était le sien, son fils, son petit … Hors de question qu'une autre femelle tente de lui subtiliser ne serait-ce qu'un soupçon d'attention ou d'affection. Et puis, elle craignait ce que Kay pourrait dire et ce que Zelena pourrait comprendre

— Vous devriez peut-être chercher de ce côté là. Les trolls de pierre en sauront plus …

Ou comment sous entendre ''arrête de poser des questions à MON petit bébé ou je te gèle les miches''. Pourtant, la voix de la reine était restée calme et noble, presque sereine. Elle n'avait ni haussé et raffermit le ton, mais quelque chose dans son regard, sa voix, son aura, imposait tout de même sa volonté.









_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 374
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Mer 25 Mar - 0:58


This is jealousy

C'est ma place. C'est ma tasse. C'est ma place. C'est ma tasse. C'est ma tasse. C'est ma tasse, ma tasse, ma tasse. MA tasse ! Je déteste le vert. C'est ma place, la mienne. C'est ma place.

Kay, Elsa & Zelena

La réaction de la sorcière ne se fit pas attendre très longtemps. Elle fit aussitôt volte-face et, le regard furieux, accorda enfin de l'intérêt à l'enfant qui ne pouvait qu'être au centre de l'attention des deux femmes. Il savait ce qu'il affirmait parce qu'il le voyait, c'est pourquoi sa parole méritait d'être entendue et écoutée. Le petit garçon n'était encore ni manipulateur ni profondément perfide car il n'éprouva aucun plaisir à susciter la colère de l'étrangère. Ce n'était pourtant pas loin de lui déplaire pour être tout à fait exact.

La Dame improvisée s'avança alors en direction du petit prince. Son regard avait pris soudainement un air de curiosité affolée qui rendait son odeur encore plus chargée de sentiments aussi forts que contradictoires. Kay voyait s'approcher ces différences de verdure entre le vert de jalousie et le vert de rage. Oh le terrible tsunami de couleurs informes – si tant est qu'une couleur puisse avoir une forme ! Oh les boursouflures du masque social qui se craquellent !... Et puis plus rien !

Le visage de la femme redevint plus poli, neutre. Il se détourna même de l'enfant aussi calme qu'imprudent pour trouver des réponses dans le bleu des yeux de la reine. Elle demandait alors si l'enfant posséder des pouvoirs. Et pourquoi pas ? Cela plaisait bien au prince de se savoir spécial, exceptionnel. N'était-ce pas pour cette raison qu'il vivait avec la femme la plus merveilleuse au monde ? Que ferait la Reine des Neiges avec un petit être empli de médiocrité ? Pourquoi ne s'adressait-on plus directement à lui dans ce cas ?

Son désir fut réalisé lorsque Zelena, sans attendre que la noble souveraine ne lui réponde, se pencha finalement vers l'enfant. Le vert était moins vert finalement. Il lui arrivait d'être moins jalouse après tout, quand la colère ou la curiosité lui faisait oublier un peu sa jalousie. Tout n'était qu'une question d'alchimie des humeurs... Elle lui demanda alors ce qu'il pouvait lui dire à propos de cette tache. Kay ouvrit aussitôt la bouche pour lui répondre avec son honnêteté encore habituelle et spontanée avant que sa nouvelle mère ne l'empêche d'aller plus loin en avant dans les révélations.

Il sentit le contact froid des mains maternelles sur ses épaules, qui, d'un geste suffisamment doux et ferme à la fois, l'invita à se reculer aussitôt de la sorcière. Le prince avait ouvert la bouche mais aucun son n'en sortit devant l'insistance de sa mère à l'éloigner de celle qui jusque alors devait être considérée avec le même respect qu'il s'il s'agissait d'une invité de première importance et surtout de haute naissance – ce qui n'était pas le cas. Mais le courage naïf de l'enfance ne l'avait pas totalement coupé et après avoir tourné sept sa langue dans sa bouche pour se donner bonne conscience, la voix du petit garçon refit surface sur la scène.

« C'est de la jalousie, répondit-il avec une certaine douceur, tout en regardant la sorcière, Je ne peux pas me tromper. J'en vois beaucoup trop par ici pour me tromper. »

Il se rappela alors des propos de sa mère et, tout en fronçant les sourcils, redressa la tête dans la direction de son sourire grave. Quelque chose le chiffonnait effectivement et il avait besoin de s'abreuver des semi-vérités, semi-mensonges de sa royale majesté.

« Des trolls ?, souleva-t-il d'un air dubitatif, Ça existe encore ça ? J'aimerais bien en voir dans ce cas. »

Comme ce pourrait être intéressant de découvrir si ces créatures de contes à dormir debout existaient véritablement ! Mais, pour y croire, il fallait pouvoir le voir...


_________________




We're family...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne



Invité
Invité

Informations
My life

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Sam 28 Mar - 14:30

I don't want to be green

L’enfant avait finalement mon attention. Il allait sûrement regretter d’avoir rappelé son existence. Dommage que sa mère se mette en travers de mon chemin, je commençais de lui découvrir un tout nouvel intérêt. Il ne sembla même pas effrayé, le fou. Je tentais de lire en lui comme dans un livre ouvert, sans vraiment y parvenir, analysant les expressions d’un visage pas encore maitrisé par des années de pratique. Avait-il conscience de ce qu’il disait ou avait-il parlé au hasard ? Il n’avait sûrement pas écouté notre conversation et je ne voyais pas pourquoi il aurait dit ça au hasard. Il fallait bien que cet enfant soit spécial pour que la reine l’ait voulu et pas un autre. En dépit de ce qu’elle disait, je comptais bien m’intéresser de près à lui. Quelle que soit la façon qui lui permette d’affirmer avec autant d’aplomb que j’étais verte de jalousie – et je refusais d’explorer plus en détail de qui je pouvais bien être jalouse –, je réalisais à quel point cela pourrait être utile pour repérer les gens mal intentionnés s’il en était capable. Rumpel serait sûrement le plus à même de me répondre, s’il le voulait bien. Aussi insupportable soit-il, il fallait bien reconnaître que j’avais encore besoin de lui.  

La réaction protectrice de la reine ne m’échappa pas et une nouvelle fois son regard se voila. Il ne faisait aucun doute qu’elle avait été faite pour devenir mère. A moins que la méfiance ne vienne du fait que j’étais aussi une sorcière. Visiblement, elle n’appréciait pas que je m’intéresse de trop près à son fils. La façon dont ils étaient entrés en contact semblait encore plus mystérieuse que ce que j’avais pu imaginer. Avait-elle peur que je lui vole son fils ? Cette pensée me fit sourire intérieurement. Néanmoins, je n’étais pas assez stupide pour continuer sur ce terrain alors qu’elle semblait prête à me geler sur place. Je n’étais pas sûre de pouvoir m’échapper avant qu’elle n’attaque la première. Quand elle mentionna la seule qualité que semblait avoir son fils, je hochais la tête. « J’en suis persuadée. » Néanmoins, je n’étais pas persuadée qu’il n’y avait pas autre chose. Je n’étais pas aussi transparente tout de même, surtout pour un enfant de huit ans environ.

Si la mère ne parlait pas, ce dont je m’étais douté, peut-être que le fils serait plus bavard. Je ne voulais pas pousser les limites trop loin, mais je voulais en savoir plus. Toute aide qui pouvait m’aider à supprimer cette tâche était la bienvenue, même si l’interlocuteur était désagréable. Je reposais mes yeux sur la reine avec prudence quand elle le recula alors qu’il s’apprêtait à me répondre. Pour dire quoi ? Se montrait-elle menaçante parce que j’avais touché un point sensible ou juste parce que je m’intéressais au garçon ? Difficile à dire. Je n’aurai pas pensé une telle sorcière s’intéresser à quelqu’un d’autre, mais visiblement elle semblait l’aimer sincèrement. J’aurai droit à un avertissement et un seul. Une part de moi était assez curieuse de ce qui arriverait si l’on en venait à s’affronter toutes les deux. Bien sûr, j’étais loin d’avoir son expérience, mais j’avais un bon professeur... Oui, je connaissais cette expression stupide, mais il ne pouvait s’agir de cela. Elsa détournait la conversation. Je décidai de la laisser faire. Je n’étais qu’une invitée après tout. J’espérais simplement que son fils ne parviendrait pas à tenir sa langue. Il était empreint de franc parler enfantin, même s’il semblait obéir un minimum à sa mère. Pourtant, je sentais que Kay semblait prompt à l’emportement, sûrement comme tous les royaux enfant unique.

Il ne me désappointa pas, répondant malgré tout. Je lui lançais un petit sourire en coin devant cet acte de rébellion. Le son de sa voix ne semblait plus aussi énervant soudainement et je l’écoutais avec attention. Il en semblait persuadé. Étais-je simplement en train de refuser cette éventualité par orgueil ou déni ? « Je vous remercie prince d’Arendelle pour cette observation. Vous avez raison. J’étais simplement surprise par tant de perspicacité de la part d’un enfant si jeune. » Flatterie et soupçon habilement mélangés dans ma voix, mais je laissais tomber la partie. Soit Kay n’était pas conscient qu’il était spécial, soit il ne l’était absolument pas. Ce serait une question pour une autre fois. Il était sûrement temps de prendre congé. Avant que je n’agisse, le brun rouvrit la bouche. Je me demandais si j’avais fait preuve de cette même curiosité enfantine à l’époque. Je savais peut-être choisir mes batailles, mais je ne laissais jamais passer une occasion pour autant. Il voulait voir des trolls, et je devais les voir également. Ce n’était qu’une question de logique. « Vous pourriez peut-être venir avec moi les rencontrer... » La reine préfèrerait sûrement me statufier que me laisser seule avec la prunelle de ses yeux, je m’en doutais bien, mais l’occasion de vérifier ma théorie était trop belle pour la laisser passer.


△everleigh
Revenir en haut Aller en bas

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 375
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Dim 29 Mar - 11:50


Elsa Arendelle



    Pour qui se prenait cette sorcière ? Elle débarquait au château de la Reine d'Arendelle sans s'annoncer, dans la nuit et alors qu'Elsa faisait déjà montre d'une indulgence exceptionnelle pour l'accueillir avec courtoisie, voilà maintenant que cette dévergondée du petit peuple se permettait un tel manque de respect ? Oui, l'esprit de la reine des neiges s'emballait plus que de raison, mais elle se sentait menacée, ou plutôt, elle sentait que sa progéniture était menacée. Comme osait-elle … Comment osait-t-elle tenir la conversation à son petit prince ? Le sien. Elsa fut prise d'une terrible envie viscérale d'enfermer le petit dans une tour de laquelle il ne pourrait jamais sortir et où il n'aura qu'elle pour seule visite. La malédiction qu'il subissait ne lui suffisait plus, cela ne le protégeait pas de convoitise des autres !

Elsa tenta d'apaiser cette petite crise d'angoisse intérieur sans laisser un soupçon transparaître sur sa physionomie. Son regard reflétait seulement un peu plus de condescendance, elle qui avait été si proche du peuple par le passé et qui avait toujours respecté les personnes au plus bas de l'échelle, voilà que son esprit commençait à être envahit par de sombre pensée bien mégalomanes. Tu n'as aucun droit de t'adresser au prince, sale petite bouseuse, pensa-t-elle en son fort intérieur. Elle ne comprenait pas elle-même cet aversion soudaine pour la sorcière … De la jalousie, hein ? C'était donc vraiment ça qui la rendait verte ? Si c'était vrai, Elsa ferait bien de surveiller ses mœurs.

Mais la souveraine n'aimait soudainement pas le ton que cette femme employait pour s'adresser à elle et son enfant. Elle n'aimait pas cette courtoisie qui lui semblait soudainement tellement fausse et elle regrettait bien de l'avoir qualifié de dame et de l'avoir invité de façon aussi hospitalière. Espèce de sale petite ingrate, pensa Elsa en toute mauvaise foi. Mais l'amertume de la blonde n'était encore rien face à ce qui allait se produire dans un instant. En effet, si il faisait déjà plutôt frais dans la pièce, l'atmosphère devint soudainement parfaitement glacial lorsque la sorcière dépassa toutes les limites en s'adressant une fois de trop au prince, faisant en plus une proposition tout à fait déplacée. Le cœur de la reine se resserra douloureusement et une boule de rage stagna dans sa gorge. Elle voulait lui prendre son enfant. Elle venait là sans y être invitée, elle recevait les honneurs et l'hospitalité et elle la remerciait en voulant lui prendre son enfant ?

Le feu de cheminer diminua dangereusement, agonisant dans son foyer pendant que le givre recouvrait peu à peu les murs. Zelena verdissait à cause de la jalousie, voilà ce que celle d'Elsa pouvait provoquer. Elsa n'avait jamais ressenti autant de haine pour quelqu'un. Même pas pour cet être abjecte qui avait trompé sa sœur, même pas pour les ennemis du royaume et les félons qui avait croisé la route. C'était la première fois qu'elle était animée d'une tel sentiment de haine, de jalousie et de rancœur. C'était la première fois qu'elle désirait à ce point tuer quelqu'un.

Resserrant doucement sa prise sur les épaules de son fils, elle jugeait Zelena d'un regard sévère et impitoyable alors que le feu mourant de la cheminait plongeait la pièce dans une ombre glaciale. Elsa ne voulait plus se montrer courtoise, Elsa ne voulait plus être la reine qui devait constamment cacher ses émotions, elle ne voulait plus faire preuve de raison … Elle voulait juste transformer cette femme en statu gelée et la transformer en glace pilée. Elle dût prendre sur elle pour pouvoir formuler une phrase, d'un ton plus royale que jamais, froid et formel.

— Vous affronterez seule les terres dangereuses d'Arendelle. Prenez garde à ne pas tomber d'une falaise, les loups et les ours se feraient une joie de dévorer vos restes. Un conseil à l'avenir … Lorsqu'on arrive aussi tard dans la demeure de quelqu'un, souverain ou non, que l'on est malgré tout accueillit avec hospitalité … on ne se permet pas plus de fantaisie que sa simple présence en de telles heures parfaitement inconvenantes.

Pauvre folle, avait-elle envie d'ajouter, pour qui te prends-tu pour imaginer une seule seconde que je te laisserais mon fils pour un tel voyage ? Dans quel monde vis-tu ? À qui crois-tu avoir affaire et qui penses-tu être pour faire une telle proposition ? Oh, bien d'autres jurons qui ne convenait pas du tout à la bouche d'une dame de son rang bouillonnaient dans sa jolie caboche blonde et ils pouvaient presques se lire dans son regard glaciale et implacable. Elle était allée beaucoup trop loin.

— Sur ce, je vous souhaite un bon voyage de retour.

Si Zelena n'avait pas commis un tel impaire envers son fils, peut-être qu'Elsa se serait montrée assez hospitalière pour l'inviter à passer la nuit ici, mais qu'elle n'y compte pas. Il faisait nuit, une légère tempête de neige s'était levée et Elsa espérait sincèrement que cette sorcière y crèverait et que les bêtes sauvage débarrasseront définitivement le royaume et le monde de la moindre trace de sa présence. Une part d'Elsa était si furieuse qu'elle ne pouvait plus raisonner convenablement, mais une autre part d'elle s'efforçait de la calmer, elle-même terrifiée par ce qu'elle ressentait, par ce qu'elle était en train de devenir … Tant de ressentiment pour si peu … C'était elle, la pauvre folle.








_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 374
Dans le coin depuis le : 06/09/2014
Localisation : Dans le froid
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Dim 29 Mar - 22:30


...

C'est ma place. C'est ma tasse. C'est ma place. C'est ma tasse. C'est ma tasse. C'est ma tasse, ma tasse, ma tasse. MA tasse ! Je déteste le vert. C'est ma place, la mienne. C'est ma place.

Kay, Elsa & Zelena

La dame issue de petit peuple sembla s'apaiser peu à peu. Kay ne savait pas si cela était du à sa propre personne ou à la présence de sa mère qui se faisait de plus en plus sévère dans la pièce. La sorcière n'était pas si méchante, une fois qu'on apprenait à supporter la vue de son horrible tache verte. L'enfant, remis de ses premières émotions, était à présent plutôt curieux face à ses supposées capacités. Elle pouvait s'avérer fort utile si la Reine avait accepté de la recevoir avec tant d'égard à une heure si peu convenable. Plus il y pensait, plus le petit garçon aurait voulu voir de quoi elle pouvait être capable lorsqu'elle prenait au sérieux ses ennemis.

Il n'eut pourtant pas l'occasion de formuler ouvertement ce souhait car une nouvelle chose venait de heurter son ignorance et sa curiosité. Les trolls... Des êtres de légende qu'il croyait disparus depuis bien longtemps déjà, s'ils avaient seulement existé un jour... Son regard de glace s'anima légèrement lorsque Zelena lui proposa d'aller les voir ensembles. Peut-être ces créatures  pouvaient l'aider à chasser les cauchemars qui hantaient ses nuits et en profiter par la même occasion pour remettre remettre des souvenirs sur le trou béant qu'il avait lorsqu'il cherchait à se rappeler ce qu'il faisait il y a quelques mois à peine !

« Oh ou..., put-il à peine esquisser en guise de réponse avant que la maîtresse des lieux ne l'interrompe aussitôt d'un ton sec qu'il ne lui connaissait pas. »

« Vous affronterez seule les terres dangereuses d'Arendelle. Prenez garde à ne pas tomber d'une falaise, les loups et les ours se feraient une joie de dévorer vos restes. Un conseil à l'avenir... Lorsqu'on arrive aussi tard dans la demeure de quelqu'un, souverain ou non, que l'on est malgré tout accueilli avec hospitalité... on ne se permet pas plus de fantaisie que sa simple présence en de telles heures parfaitement inconvenantes. »

Le cœur de garçon manqua un bond et il hoqueta face à la sécheresse de cette voix habituellement si chaleureuse et bienveillante. N'était-ce pas la Reine elle-même qui voulait qu'on se comporta dignement auprès de la vilaine invitée parce que c'était une sorcière avec de grands pouvoirs ? Kay ne savait pas exactement comment interpréter ce changement soudain d'attitude, d'autant plus qu'il aurait bien aimé les voir lui les trolls. Et même les loups. Il aurait peut-être fallu prendre une servante pour la pousser d'une falaise et attirer les loups avec. Mais il aurait bien voulu voir tout ça lui. Il s'apprêtait à répondre, faire part de ses désirs à lui, mais il sentait les ongles maternels s'enfoncer dans sa peau comme pour lui défendre d'ajouter le moindre mot.

« Mais... »

Déjà la noble souveraine reprenait la parole pour congédier froidement la visiteuse. L'ambiance-même du petit salon s'était d'ailleurs sévèrement refroidi. Le feu de la cheminée semblait bien résolu à y mourir dans la minute et déjà l'obscurité de la nuit reprenait ses droits dans le palais. Sa froideur aussi. Il faisait de plus en plus froid. Kay n'en souffrait nullement, mais il voyait bien qu'à chaque fois qu'il laisser sortir l'air de ses poumons, un écran de fumée se formait aussitôt devant lui avant de se dissiper dans l'air. Son regard glissa alors sur le sol qui lui semblait être recouvert d'une fine pellicule de glace. La Reine était donc si mécontente ?

L'enfant baissa les yeux pour regarder ses pieds, confus d'être responsable de la colère de sa mère. Lorsqu'il releva la tête en direction de la sorcière aux cheveux rougeoyants, son œil légèrement plus clair laissait s'écouler une petite larme gelée qui se cristallisa sur le bout de sa joue. Puis son visage redevint peu à peu hermétique à toute émotion comme si de la glace le recouvrait à nouveau. Il posa alors docilement sa tête contre la robe de sa mère pour en savourer la fraîcheur et la puissance terrible qui l'animait intérieurement.


_________________




We're family...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne



Invité
Invité

Informations
My life

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Mar 31 Mar - 19:40

I don't want to be green

Ce que j’avais voulu être une plaisanterie, un test n’avait pas du tout été pris comme tel par la reine. Elle semblait plus sérieuse que jamais, et soudainement beaucoup plus mature que précédemment. J’avais l’étrange impression de l’avoir déçue. C’était un sentiment bizarre puisque je venais à peine de la rencontrer. Je restais néanmoins impassible. Je m’étais fait la promesse que plus personne ne parviendrait à m’intimider et surtout pas ces deux membres de la royauté qui pensaient que je n’étais qu’une moins que rien à qui ils faisaient une fleur en m’accueillant avec des égards qui ne m’étaient pas dus.  

Je ne savais pas si j’étais confortée dans ma théorie la concernant, ou si c’était pire que ce que j’avais pu imaginer. Je n’avais jamais vu une mère se comporter d’une telle façon avec son enfant. Possessive ne suffisait même pas pour décrire ce genre de réaction, surtout après l’avoir recueilli depuis aussi peu de temps. Si l’enfant avait semblé plutôt intéressé par l’idée de quitter le château en ma compagnie, malgré mon statut de paysanne, il n’en était pas de même de sa mère. J’avais sous-estimé ses réactions. L’ambiance s’était glacée et ce n’était pas uniquement dû au regard que la reine posait sur moi. Du coin de l’œil, j’apercevais la pièce se geler. J’étais partagée entre fascination et une légère peur d’avoir provoqué une telle réaction. Je préférais cependant ne pas la provoquer davantage en lui demandant si elle avait été incapable de se contrôler. Je n’étais pas suicidaire.  

Je restais stupéfaite pour la violence de cette réaction. Son fils aussi apparemment. Il voyait enfin le vrai visage de la femme qui avait accepté de le faire entrer dans son palais de glace. Que s’imaginait-elle au juste à mon sujet ? Que j’allais tenter de l’attaquer et d’enlever de force Kay ? Il était vrai que j’aurai sûrement pu mentir sur les raisons de ma présence ou sur le fait que je connaissais Rumpel, mais franchement, pourquoi irai-je à de telles extrémités pour un enfant ? Si j’avais pu me montrer franche, je l’aurai immédiatement rassurée sur ce point. Je n’avais aucune intention de supporter un rejeton aussi capricieux même s’il disposait d’un pouvoir spécial ce dont je n’étais même pas certaine au demeurant. Je n’avais pas la patience nécessaire. Je n’en avais déjà que trop montré avec mon père, mon quota était épuisé et non renouvelable.

Mes yeux se posèrent sur le brun, remarquant la larme qui coulait d’un œil comme s’il souffrait. Une seconde plus tard, l’impression avait disparu et je me demandais si je ne l’avais pas imaginée. Néanmoins, s’il ne semblait pas souffrir du froid, ma tenue n’était pas particulièrement adaptée à des températures aussi polaires. Ma magie se manifesta sans que je n’y pense, me renvoyant à une période révolue où je pensais encore qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas chez moi. Une flamme s’alluma dans le creux de ma main, réaction instinctive à la froideur qui venait d’envahir l’air alentour. Je posais un regard curieux sur la reine. Allait-elle penser que je comptais l’attaquer ? Ce n’était certes pas pour cette raison que j’étais venue ici ce soir.

Les mots n’avaient pas semblé nécessaires, j’avais déjà compris le message. Je me demandais si ce n’était pas un avertissement cependant, oserai-je remettre les pieds dans ce château sans y être invitée. Il était vrai qu’une chute des falaises ressemblerait à un accident. Dommage  que Regina soit capable de se téléporter... Légèrement ennuyée de recevoir une leçon comme si c’était moi l’enfant, je me mordis néanmoins la langue. Inutile de lancer une guerre pour rien. Je savais reconnaître le moment ou je n’étais plus désirée. Inutile d’insister. Il semblait bien que j’avais gâché ma seule et unique chance d’en apprendre plus sur la magie de la reine malgré la démonstration involontaire que je lui avais déclenchée. Je me demandais si c’était instinctif chez elle aussi ou si elle venait de geler volontairement la pièce. Même si je parvenais à mieux contrôler ma magie, il était certain qu’elle se manifestait encore inconsciemment.

« Très bien. Je vous prie de m’excuser si j’ai outrepassé mes droits. » Il était évident qu’Elsa pensait que c’était bien le cas. « Merci pour ces informations précieuses. Je vais donc prendre congé. » J’adressais un petit regard en direction de Kay, celui qui semblait avoir été sur le point d’être mon allié. C’était amusant comme la situation avait tourné du tout au tout. J’hésitais une seconde entre sortir d’ici avant de repartir chez moi ou y aller au culot et disparaitre sous leur nez. Son fils serait peut-être impressionné, la reine trouverait sûrement cela très mal élevé. Elle devait simplement s’estimer heureuse que je ne sois pas arrivée ici de la même façon. Maintenant que j’avais eu un aperçu du château, rien ne m’en empêcherait. Je tapais deux fois des talons avant de disparaître dans un nuage vert.




△everleigh
Revenir en haut Aller en bas

avatar

ARENDELLELive in Winter


InformationsMes bavardages : 375
Dans le coin depuis le : 07/09/2014
Localisation : Dans ma grotte ♥
My life
My Life
Relations du personnages:

Inventaire
:

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay] Jeu 2 Avr - 14:19


Elsa Arendelle



    Le cœur et le souffle de la reine étaient anormalement rapides et elle tentait au mieux de se contenir. Son regard resta plus redoutable que jamais, braqué sur la rousse sans ciller. Elle était telle une louve aux aguets protégeant sa portée, prête à mordre et à déchiqueter au moindre mouvement suspect. C'était le première fois qu'elle réagissait aussi violemment et intensément à un malentendu et heureusement pour tout le monde, la jeune sorcière eu la sagesse de présenter excuses et remerciements avant de disparaître littéralement. Elsa n'en fut pas vraiment surprise, non seulement elle avait déjà vu Rumpel le faire, mais surtout, elle n'avait présentement pas du tout la tête à s'étonner d'un tour de magie.

Elle ne put reprendre possession de ses mouvements que lorsque ce qu'elle identifiait comme une menace disparut complètement de son champs de vision. Elle eut alors l'impression de sortir subitement d'un rêve. Elle baissa légèrement les yeux pour observer ses mains légèrement tremblantes et recouvertes de givre … Cela lui rappelait tant de mauvais souvenir … Si lointain, mais encore très clair dans son esprit. Les trolls de pierre l'avaient prévenu que son pouvoir était grand et qu'elle devrait veiller à ne pas se laisser dépasser par ses émotions pour toujours les contrôler. Si elle perdait la raison, ses propres pouvoirs risquaient d'avoir raison d'elle …

Alors, elle posa enfin les yeux sur son fils. Est-ce qu'il aurait peur d'elle à présent ? Les jolies yeux bleus de la reine s'adoucirent aussitôt. Elle s’accroupie pour se mettre à hauteur du garçon, face à lui, le prenant doucement par les épaules. Elle le regarda avec insistance, puisant du réconfort en regardant sa petite bouille ronde. Elle retrouva enfin pleinement son calme, mais elle était encore inquiète, secouée de la peur viscérale qu'on lui arrache un jour …

— Kay … promets-moi de ne jamais laisser qui que ce soit t'emmener loin de moi. Dit-elle de cette voix tendre et maternelle qu'elle utilisait toujours pour s'adresser à lui. Cette fois, son ton était même presque suppliant.

Que ce soit un inconnu, ses parents biologiques ou n'importe quelle personne qu'il ait pu connaître dans son ancienne vie … il était à elle à présent, elle ne laisserait personne l'emmener loin d'elle. Mais au-delà de ça, elle voulait que Kay lui soit fidèle. Elle était sa mère à présent, elle prenait soin de lui … Elle l'avait maudit pour cela. Elle avait usé d'une terrible magie pour s'assurer qu'il serait à elle, et si tout devait mal finir pour elle, elle voulait au moins que tout soit parfait avant cela.

Puis, elle le prit dans ses bras pour le serrer contre elle, comme si quelque chose pouvait surgir pour lui prendre. Elle l'éteignit comme si on pouvait lui arracher, là, maintenant, comme s'il risquait de s'envoler. Son cœur s'emballa lourdement sous cette angoisse, car elle savait que ça arriverait un jour. Elle le savait et bien qu'elle assume son méfaits, elle n'était pas certaine d'accepter de payer le prix lorsque le jour des comptes sera arrivé …








_________________
Frozen is coming:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


Informations
My life

MessageSujet: Re: Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay]

Revenir en haut Aller en bas
 

Faire d'une pierre, deux coups [Elsa & Kay]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Amalia Petridis - D'une pierre deux coups
» [TUTO] Faire des socles de rues pavées.
» Combien ont coûté à Haiti les deux coups d'état contre Aristide ?
» Pierre nuit
» [TERMINE] Comment faire les commères en deux leçons [PV Elina Holden]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon A Time - Have you seen A white rabbit ? :: Fantasyland :: “ Le Royaume d'Arendelle ” :: Le château d'Arendelle-